Publi info
 

L'automobile chinoise prête à gober le monde ?

L'automobile chinoise prête à gober le monde ?

Actuellement à Pékin se tient un salon de l’automobile qui montre à quel point la Chine s’est éveillée en ce domaine. Pour le reste du monde, le réveil est brutal. Le juteux marché garantissant profits et distribution à l’infini pose en fait ses conditions et oriente sur ce que sera la voiture de demain. Un engin qui aura beaucoup de Chine dedans si bien que de simple consommateur, l’empire du milieu s’affirme comme un acteur majeur. Un décideur qui met tout le monde à ses pieds…

C’est un constat sans cesse renouvelé et qui s’appuie sur des faits si solides qu’ils déterminent l’avenir. L’automobile est à un tournant de son histoire entre une préoccupation écologique, un changement des usages et une technologie toujours plus avancée qui expertise à la fois nos besoins tout en poussant l’homme de derrière le volant. Une réalité augmentée par la volonté de la Chine d’accélérer le mouvement afin de prendre rapidement ce virage. La demande s’est fait exigence et l’offre obéissance. L’Europe et les États-Unis, de leurs côtés, sortent de la route…

Pendant que ses constructeurs prennent le contrôle des citadelles d’un hémisphère nord autrefois seul au monde, à l’instar de Geely qui domine à présent dans l’actionnariat de Daimler, et alors que les autorités promettent d’ouvrir demain les frontières, la Chine joue de sa suprématie pour définir la voiture autonome et connectée du futur. Une longue marche vers le succès lorsque l’on se souvient qu’en 2000, le marché chinois représentait à peine plus de 1 % des ventes mondiales de voitures neuves. En 2017, sa part est passée à près de 29 % et elle augmentera à plus d'un tiers des ventes dans les années à venir. En effet, avec 28,9 millions de véhicules vendus l'an dernier, et une croissance toujours soutenue, la Chine devrait bientôt peser autant que les États-Unis et l'Union européenne réunis.

Avec ses impératifs de coopération contraignant les constructeurs à s’allier avec des acteurs locaux au sein de sociétés communes dont ils ne pouvaient détenir plus de 50 %, le pays est devenu une puissance industrielle. Mais pas seulement. Il a aussi fait ce qu’il faut pour s’affirmer comme un des géants des hautes technologies. La Chine fait la course en tête dans le déploiement de la 5G, l'internet mobile ultrarapide, une technologie clé pour la voiture du futur. Elle veut devenir le leader mondial dans les technologies de transport du XXIe siècle, y compris les véhicules connectés et autonome. Elle pense le devenir d'ici cinq à dix ans, au travers notamment, d’investissements massifs consentis par l'État dans les universités et la recherche, avec une volonté politique claire.

Un déploiement de force qui accorde les analystes sur cette expertise : d'ici à 2025, nous allons vivre, avec les constructeurs chinois, ce que nous avons déjà connu avec les Coréens et leur arrivée sur les marchés américains et européens. Mais le phénomène sera encore plus massif, avec des véhicules de qualité et des voitures électriques.

Mots clés :

Commentaires (56)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est aussi parce qu'on (les occidentaux, plutôt nos chers élites) le veut bien.

Car ne pas oublier que la Chine profite d'une situation largement permis par nos traités commerciaux.

Au niveau automobile ils peuvent aussi dire merci à nos brevets bien vendus et nos ingénieurs recrutés à tour de bras pour aller bosser pour des marques chinoises.

Malheureusement, notre savoir faire va servir à alimenter ceux qui vont nous bouffer.

Dîtes merci à nos dirigeants.

Par

FOnt rêver les badges.. surtout celui pompé sur infiniti et celui pompé sur Hyundai...quant à BYD... le mec devait avoir un Amstrad pour le designer.

Par

En réponse à SiriusRST

C'est aussi parce qu'on (les occidentaux, plutôt nos chers élites) le veut bien.

Car ne pas oublier que la Chine profite d'une situation largement permis par nos traités commerciaux.

Au niveau automobile ils peuvent aussi dire merci à nos brevets bien vendus et nos ingénieurs recrutés à tour de bras pour aller bosser pour des marques chinoises.

Malheureusement, notre savoir faire va servir à alimenter ceux qui vont nous bouffer.

Dîtes merci à nos dirigeants.

Nos ingénieurs gagnent effectivement davantage a travailler pour des boites chinoises que pour des françaises

Par

En réponse à lorenzozozo

FOnt rêver les badges.. surtout celui pompé sur infiniti et celui pompé sur Hyundai...quant à BYD... le mec devait avoir un Amstrad pour le designer.

Un 6128 :bien:

Par

La Chine fait partie de l'hémisphère nord monsieur Lecondé, et oui à force de toujours vouloir mettre plus de métaphores et images dans vos "articles" on en vient à écrire des bêtises.

Par

En réponse à SiriusRST

C'est aussi parce qu'on (les occidentaux, plutôt nos chers élites) le veut bien.

Car ne pas oublier que la Chine profite d'une situation largement permis par nos traités commerciaux.

Au niveau automobile ils peuvent aussi dire merci à nos brevets bien vendus et nos ingénieurs recrutés à tour de bras pour aller bosser pour des marques chinoises.

Malheureusement, notre savoir faire va servir à alimenter ceux qui vont nous bouffer.

Dîtes merci à nos dirigeants.

Dites merci à tout le monde, à tous ceux qui ont préféré et préfèrent encore acheter un tas de saloperies pas chères plutôt que mettre un peu plus cher et plus qualitatif produit plus localement alors qu'ils en avaient, et en auraient encore les moyens.

Tout le monde a fait la fortune des Chinois sans réfléchir aux conséquences, pas seulement les prétendues élites.

Il est sûr que, alors que le Sieur Calvet pestait contre ces vilains japonais, il sortait de ses chaînes des bagnoles tellement peu fiables qu'on ne pouvait que regarder ailleurs, chez les japonais en particulier.

Avec, dans le même temps, des commerciaux qu'on avait l'impression de sortir de la sieste à chaque question en concession et un SAV de guignols prétentieux à l'incompétence crasse, tout ça a pu faire regretter d'avoir acheté français.

Ça n'aide pas à être promoteur du made pas loin de chez soi, pour qui serait atteint d'un début de chauvinisme.

Sans être rancunier, on peut avoir encore assez de mémoire pour ne pas revenir signer un blanc seing à des boutiquiers pareils...

Par

Quand ils seront aux niveaux des européennes question crash-test on pourra se faire du souci. Mais ils ont encore du boulot, d'ici là, les européens ont le temps de voir venir et de bien se préparer à la déferlante.

Par

En réponse à CarMars

Quand ils seront aux niveaux des européennes question crash-test on pourra se faire du souci. Mais ils ont encore du boulot, d'ici là, les européens ont le temps de voir venir et de bien se préparer à la déferlante.

Petit naïf :oui:

Un modèle Qoros a explosé tout le monde a ce test dans le passé :wink:

Par

Le réveil est brutal ? Ah bon, à la limite si on était en hybernation les 10 dernières années, ou que l'on est adepte de la technique de l'autruche, je veux bien...

Ce n'est qu'un juste retour de baton de la chine, dont l'occident a bien profité les dernières décennies. ça va faire mal, c'est certain.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire