Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

La fusion PSA-Fiat est-elle menacée ?

Dans Economie / Politique / Industrie

La fusion PSA-Fiat est-elle menacée ?

Les répercussions économies de la pandémie pourraient remettre en cause le mariage entre PSA et FCA, la fusion à parts égales devenant plus compliquée à mettre en œuvre. 

Le 18 décembre 2019, le Groupe PSA et FCA (Fiat Chrysler Automobiles) officialisaient leurs fiançailles, détaillant les modalités de leur projet de fusion, qui doit donner naissance au quatrième groupe automobile mondial. À l’époque, les deux parties espéraient conclure le mariage sous 12 à 15 mois, soit d'ici début 2021.

C'était sans compter sur le Covid-19. Le coronavirus est une crise sanitaire mais aussi une crise économique. L'industrie automobile est durement touchée, avec une chute des commandes et une fermeture des usines. Si les marques espèrent un redémarrage rapide de l'activité une fois la pandémie terminée, cette dernière laissera des traces. Aucun groupe automobile ne sera épargné. Mais en ce qui concerne PSA et FCA, le Covid-19 pourrait bien menacer le projet de fusion.

L'AFP indique que les préparatifs avancent toujours en coulisses. Des sources financières ont notamment expliqué à nos confrères que les équipes juridiques et les avocats travaillent toujours d'arrache-pied pour obtenir le feu vert des autorités antitrust. La documentation boursière avance aussi. Mais les effets du coronavirus perturbent tout l'aspect financier du projet de fusion. Karl Brauer, expert chez Kelley Blue Book, a déclaré à l'AFP : "les hypothèses sur la valeur des sociétés, les projections de revenus et de ventes émises pendant les discussions doivent être réévaluées".

Le point important de la fusion est qu'elle doit se faire à parts égales, soit 50/50. Mais PSA et FCA ont des capitalisations boursières bien différentes. Pour équilibrer, il était d'abord prévu pour chaque groupe la distribution en 2020 d'un dividende ordinaire de 1,1 milliard d’euros au titre de l’exercice fiscal 2019. Surtout, le communiqué du 18 décembre stipulait qu'avant la réalisation de l’opération "FCA distribuera à ses actionnaires un dividende exceptionnel de 5,5 milliards d’euros, tandis que Groupe PSA distribuera à ses actionnaires ses 46 % d’actions de Faurecia".

Or, le coronavirus a entraîné un plongeon des marchés financiers, avec notamment une forte chute de la capitalisation boursière de Faurecia. La valeur de la participation de PSA a diminué de près d'un milliard d'euros. Pour assurer la fusion, un nouvel équilibre financier doit être trouvé… sans compter que la pandémie est loin d'être terminée, avec notamment un épicentre qui se déplace maintenant vers l'Amérique du Nord, zone où FCA est puissant.

Autre aspect à prendre en compte, le versement du dividende de 1,1 milliard d'euros prévu en 2020. Celui-ci a de forte chance d'être remis en cause, car les deux groupes auront besoin de cet argent pour compenser l'énorme trou dans les caisses causées par les mesures de confinement, qui mettent à l'arrêt les ventes et les livraisons. En France, le ministre de l'Économie Bruno le Maire a déjà invité les grandes entreprises à modérer les versements de dividendes en 2020. La gestion financière de ces groupes sera d'ailleurs surveillée de près si elles demandent en même temps des aides de leur État respectif pour se relancer.

L'idée de la fusion PSA-FCA ne devrait toutefois pas tomber à l'eau, d'autant que pour se relever de la tempête, l'union fait la force et les deux groupes savent qu'ils ont besoin l'un de l'autre, surtout si un autre événement du genre survient dans les années à venir. Il y a quelques jours, Jean-Dominique Senard, président de Renault, semblait garder de l'optimisme sur l'après coronavirus en comptant sur la solidarité au sein de l'Alliance avec Nissan et Mitsubishi. La fusion PSA-FCA pourrait juste prendre du retard, le temps pour les deux parties de se remettre sur pied.

SPONSORISE

Actualité Fiat

Toute l'actualité

Forum Fiat

Commentaires (33)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Oh la la toujours plus :biggrin: Attendons un peu de voir ce qu'il va arriver, après on pourra faire des compromis...

Par

A cause des peureux de boursificoteurs qui vendent massivement leurs actions suite à la crise du coronavirus :dodo:

Par

Dans le monde des rapaces, il est bien de regarder ce qui est mis a jour. Ici il n'est pas mentionnée la perte de capitalisation boursière de FCA. A six mois, c'est aussi environ 40% avec le cours que je viens de lire.

A qui profite l'info?

Et ce n'est pas fini. Comparé au cours du 27 mars 2019, FCA, c'est moins 50%

Par

Chaque partie devaient verser des dividendes aux actionnaires pour faire un mariage 50/50.

Sauf qu'ils ne peuvent pas demander l'aide de l'état et donner du pognon aux actionnaires, c'est fromage ou dessert.

Du coup tout est bloqué.

Ce serait drole de voir la future mariée découcher et approcher Renault une deuxième fois, elle passerait vraiment pour une pute.

Par

En réponse à TDPeugeot

A cause des peureux de boursificoteurs qui vendent massivement leurs actions suite à la crise du coronavirus :dodo:

Je veux pas défendre les actionnaires ou les boursicoteurs (car j en suis un... tout petit).. mais c est logique qu ils vendent.

Pas oublier qu il y a enormément de gens qui sont millionnaires uniquement avec ces placements...

si vous apprenez que votre banque va faire faillite et que vous avez vos écomomies.. vous aimeriez les récupérer ?

Par

Et bien ils feront comme nous, ils attendront :bah:

Par

Difficile de faire une évaluation précise à ce stade. La valeur boursière à ce jour s’est effectivement effondrée, mais pour les 2 groupes, et il faut bien reconnaître que la plupart des cours de bourses, certains aberrants..., reflètent davantage un indice de la peur qu’une valeur réelle des entreprises.

La situation peut, on l’espère !, s’améliorer nettement demain car on finira bien par sortir de cette crise, mais plus rien ne sera comme avant, ça c’est sûr !

Par

En réponse à A l

Je veux pas défendre les actionnaires ou les boursicoteurs (car j en suis un... tout petit).. mais c est logique qu ils vendent.

Pas oublier qu il y a enormément de gens qui sont millionnaires uniquement avec ces placements...

si vous apprenez que votre banque va faire faillite et que vous avez vos écomomies.. vous aimeriez les récupérer ?

Tu n'as pas tout compris du coup, c'est dans les grandes crises comme celle la qu'il faut acheter et non pas vendre :ange:

Par

Mr Ferrière, on ne dit pas "c'était sans compter sur le Covid-19" mais "c'était compter sans le Covid-19". Pourquoi utiliser deux mots (sans et sur) quand on peut faire une tournure plus élégante qui n'en utilise qu'un seul... Je vous rassure, 95% des journalistes l'écrivent comme vous, ce qui ne signifie pas que c'est correct.

Un exemple de plus, d'ailleurs, que la façon de faire d'une majorité n'est absolument pas un gage que cette majorité a raison.

Par

En réponse à Dumbphone

Mr Ferrière, on ne dit pas "c'était sans compter sur le Covid-19" mais "c'était compter sans le Covid-19". Pourquoi utiliser deux mots (sans et sur) quand on peut faire une tournure plus élégante qui n'en utilise qu'un seul... Je vous rassure, 95% des journalistes l'écrivent comme vous, ce qui ne signifie pas que c'est correct.

Un exemple de plus, d'ailleurs, que la façon de faire d'une majorité n'est absolument pas un gage que cette majorité a raison.

Autre exemple, "pallier à" qui devient presque la règle alors que c'est totalement incorrect.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire