Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Le déclin du diesel commence à se sentir dans les ventes de carburants

Dans Economie / Politique / Marché

Florent Ferrière

Le déclin du diesel commence à se sentir dans les ventes de carburants

Plus de 50 millions de mètres cubes de carburant ont été écoulés dans les stations françaises en 2016, soit une hausse en un an de 0,4 %. La demande pour le sans-plomb a progressé tandis que les ventes de gazole ont diminué. Très légèrement certes, mais c'est un nouveau signe confirmant la fin de l'âge d'or du diesel.

Le bilan des ventes de 2017 pourrait être très symbolique : la part du diesel dans les immatriculations de voitures neuves devrait passer (légèrement) sous la barre des 50 %. En 2012, les autos fonctionnant au gazole représentaient 73 % des livraisons !

Commencé il y a plusieurs années, le déclin s'est accéléré avec l'éclatement du scandale Volkswagen, qui éclabousse de plus en plus de constructeurs (dernier en date : Citroën). Les clients changent aussi leurs habitudes face à une fiscalité de moins en moins avantageuse pour le gazole, dont les taxes augmentent plus vite que celles du sans-plomb. Le gouvernement souhaite un alignement des prix à l'horizon 2020. Rentabiliser un diesel va devenir mission impossible !

Le parc automobile mettra tout de même du temps à se dé-dieseliser de façon importante. Mais nous sommes à une époque charnière. Le CCFA (Comité des Constructeurs Français d'Automobiles) avait ainsi révélé en juillet 2016 que la part du diesel dans le parc français de voitures particulières (32 millions d'autos) était de 62,2 %, une valeur pour la première fois en baisse (- 0,2 point en un an).

Une nouvelle donnée confirme le fait qu'une mutation prend forme : les ventes dans les stations-service. Selon l'Ufip (Union Française des Industries Pétrolières), les livraisons de carburants routiers sur le marché français ont progressé de 0,4 % en un an (avec 51 millions de mètres cubes). Si la demande de sans-plomb a augmenté de 2,7 %, celle de gazole a reculé de 0,1 %.

Mais une statistique montre que le diesel est loin de quitter nos routes : la part du gazole dans les ventes à la pompe est de 80,8 % ! Rien d'étonnant, les professionnels, qui ont de gros kilométrages annuels, roulent quasiment tous au gazole, profitant d'une déductibilité de la TVA sur ce carburant. Il va y avoir aussi du changement à ce niveau, puisque le sans-plomb va à son tour profiter progressivement du même avantage fiscal.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire