Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Le pétrolier BP compte abandonner progressivement l'or noir

Le pétrolier BP compte abandonner progressivement l'or noir

Les pétroliers ont fait face à d'énormes pertes au second trimestre 2020, la faute à une chute libre du prix de l'or noir. L'anglais BP, lui, discute désormais de l'abandon progressif de ses actifs à travers le monde pour se concentrer sur le renouvelable.

Que vont devenir Total, Shell, ExxonMobil ou BP lorsqu'il n'y aura plus de pétrole, ou plutôt, lorsque son exploitation ne sera plus assez rentable ? Nous avons déjà eu un avant-goût de ce scénario sur le premier semestre avec la crise mondiale, qui a eu la peau de nombreux exploitants, notamment aux Etats-Unis : le prix du baril d'or noir était trop bas, rendant les sites d'extraction compliqués impossibles à rentabiliser.

Sur le second trimestre, les plus grandes entreprises du secteur ont perdu près de 55 milliards d'euros en cumulé. Seuls Shell et Total ont limité la casse grâce au "trading" de brut : la négoce (achat et revente sur les marchés) est une activité qui a été un soutien essentiel à la production classique, qui a vu ses revenus s'effondrer.

Mais cela n'enlève pas le problème de fond : que faire face à la baisse de la demande ? La logique voudra dans un premier temps que les sites d'extraction les plus compliqués soient délaissés par les pétroliers, pour se concentrer sur les puits restants et rentables.

Fait inédit : BP profite justement de ce contexte un peu particulier pour discuter de l'après pétrole. Le géant anglais veut produire 50 GWh d'électricité verte d'ici 2030. Vingt fois plus qu'actuellement. BP a confirmé également vouloir réduire sa production d'un million de baril par jour, soit une baisse de 40 % par rapport à 2019. L'agence de presse Reuters a par ailleurs précisé que le pétrolier pourrait se retirer d'Azerbaïdjan, d'Oman, d'Irak et des Emirats Arabes Unis.

Le risque pour BP (et les autres) de se tourner massivement vers le renouvelable est la baisse des rentabilités, qui pourraient perdre jusqu'à 5 points par rapport à l'activité pétrole. Il faudra donc qu'un jour les investisseurs acceptent l'idée que les marges à 15 % sont à oublier.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

 

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Essais et comparatifs

Commentaires ()

Déposer un commentaire