Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les offres de location participent à l’essor du Vélotaf

Louer plutôt qu’acheter, c’est un usage de consommation qui, depuis un an et la mise en place des forfaits de mobilité durable, se répand chez les salariés enfourchant leur vélo pour se rendre au travail. Les experts de la location et de la petite reine imaginent des formules dédiées tout inclus, parfois même des offres multimodales combinées avec la voiture.

Le vélo comme moyen de déplacement pour se rendre au travail connaît un véritable engouement depuis la sortie du premier confinement.
Le vélo comme moyen de déplacement pour se rendre au travail connaît un véritable engouement depuis la sortie du premier confinement.

Depuis un an, le vélo se joue comme jamais des embouteillages, notamment pour tracer son sillage sur la route qui mène au bureau, et pas seulement à Paris. C’est d’une part la conséquence de la pandémie. C’est d’autre part l’effet immédiat suscité par le Forfait mobilité durable (FMD), indemnité de déplacement introduite par la loi LOM de décembre 2019 et entrée en vigueur le 10 mai 2020, à la veille du premier déconfinement.

Forfait mobilité, jusqu’à 500 euros d’aide éventuelle pour favoriser le vélo

« Pour les employés du secteur privé, le Forfait mobilité durable consiste dans la prise en charge facultative par leur employeur des frais de transport personnels entre le domicile et le lieu de travail jusqu'à 500 € par an », rappelle le Ministère de la Transition écologique. Dans la fonction publique, cette indemnité est limitée à 200 euros par an et par agent. Dans les deux cas, la somme est exonérée d’impôts et de cotisations sociales.

Une éligibilité au forfait qui n’est possible que si les salariés effectuent leurs déplacements dans le cadre de solutions à mobilité « douce ». Exemple du covoiturage ou précisément du vélo, qu’il soit mécanique ou à assistance électrique. Cette proposition de Forfait soufflée à l’oreille des flottes, doublée de l’image bienfaitrice du vélo sur le plan sportif et sanitaire, a contribué à faire décoller soudainement le marché de « la petite reine ».

La mise en place des Forfaits mobilité durable, bien que facultative, contribue à dynamiser la pratique du vélo dans le contexte professionnel.
La mise en place des Forfaits mobilité durable, bien que facultative, contribue à dynamiser la pratique du vélo dans le contexte professionnel.

Le vélo de fonction s’intègre notamment grâce à la LLD

Si, selon les dernières statistiques de l’Insee, 70 % des Français affirment toujours se rendre au travail sur quatre roues, de plus en plus de collaborateurs, principalement dans les grandes agglomérations et sur de courtes distances, disent avoir recours au vélo pour rejoindre le bureau, quitte à faire de l’ombre à la voiture, et du même coup, à la voiture de fonction pour ceux qui en bénéficient.

Le marché des vélos électriques, à lui seul, a bondi de 15 % sur un an. Les pratiquants privilégient la location à l’achat. Les principaux leaders de la location longue durée tels que ALD Automotive, Arval, Athlon ou Alphabet s’adaptent au phénomène. En France, les offres de LLD dédiées à l’usage du vélo de fonction se densifient depuis un an. Sur le papier, elles paraissent aussi avantageuses, voire davantage, que les LLD spécifiques aux voitures dans la mesure où elles incluent l’assurance contre le vol, l’entretien et le dépannage.

Elles sont généralement élaborées en lien étroit avec des start-up expertes dans la pratique et la location de vélos. Ces dernières, à l’image de Green On, Zenride ou de Bee.Cycle, se proposent de mettre à disposition des salariés d’entreprises ou d’administrations, en échange de loyers mensuels, des vélos dernier cri, majoritairement électriques, connectés et communicants, pliants ou non, et badgés de marques de référence.

Les acteurs de la location longue durée et les spécialistes de la mobilité tels que Bee.Cycle accompagnent l’intégration du vélo dans les flottes.
Les acteurs de la location longue durée et les spécialistes de la mobilité tels que Bee.Cycle accompagnent l’intégration du vélo dans les flottes.

ALD et Azfalte lancent un package inédit « vélo + voiture de fonction »

Si on assiste au développement d’offres de location propres aux vélos de fonction, celles-ci restent à ce jour, au sein des flottes françaises, distinctes des contrats LLD destinés aux voitures. Enfin jusqu’à présent, car certains acteurs du vélo et certains loueurs choisissent aujourd’hui d’aller plus loin.

C’est le cas d’Azfalte, start-up fondée en 2020, qui sous peu, va suggérer aux directions des ressources humaines et aux gestionnaires de parcs de ses sociétés clientes une formule hybride combinant d’un seul tenant le vélo et la voiture de fonction. C’est tout le sens du produit que la jeune pousse présidée par Jean-François Dhinaux s’apprête à commercialiser dans les prochains jours, officiellement à partir du 1er avril, dans le cadre d’un partenariat stratégique conclu avec le loueur ALD Automotive.

Cette offre donnera la possibilité de bénéficier d’un vélo électrique de fonction tout en ayant l’opportunité, à la demande, de profiter d’une voiture de fonction 30 à 60 jours par an, pour partir en week-end ou en vacances par exemple.

L’initiative consistant à coupler une offre de location mixant le vélo et la voiture de fonction est nouvelle en France. Elle pourrait faire des émules.
L’initiative consistant à coupler une offre de location mixant le vélo et la voiture de fonction est nouvelle en France. Elle pourrait faire des émules.

La location pourrait servir de baromètre à la santé du segment

Si l’engouement pour le vélotaf se maintient et si, parallèlement, la logique de consommation actuelle valorisant l’usage plutôt que la possession se confirme, on peut prédire sans être devin que d’autres formules de location multimodale de ce genre, en LLD ou LOA (location avec option d’achat), puissent se concurrencer dans les mois et les années à venir sur le marché français, à l’instar de ce qui se fait depuis de longues années pour la voiture ou l’utilitaire léger sur le segment du véhicule d’entreprise traditionnel.

De quoi alors amplifier encore davantage la place relative mais active prise par le vélo de fonction depuis un an au sein des flottes tricolores, qu’elles soient privées ou publiques. De quoi répondre plus largement à une demande forte des collaborateurs, une demande croissante et exprimée de longue date cette fois, en matière de solutions de mobilité alternative et responsable.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (39)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est vrai qu'arriver au taff dégoulinement de sueur quand on a un rdv clientèle en été , ou trempé en hiver c'est tout à fait adapté ! Par ailleurs dans ma ville qui est loin d'être plate et remplie de piège pour les deux roues car non prévues pour au départ ....je laisse ma place aux bénévole de kolantha

Par

quand on voit la tronche un peu prémium ( c'est pas moi qu'ai inventé ce nom débile, c'est le système, le marketing et compagnie....) , eh bien on s'imagine tout de suite que le montant des mensualités, les conditions etc..... ne vont pas etre données.

Donc, cette aide à la mobilité financée par de l'argent public sera bientot trop limite, et se verra déjà augmentée......

J'suis sur que ce qu'ils vous demandent de raquer mensuellement pour louer des vélos electriques comme sur l'illustration, doit approcher la mensualité de crédit d'une petite voiture des années 2000....... l'an 2000 pas loin en arrière...... et les salaires de combien ont ils augmenté..... à peine.

Par

En réponse à Florilège87

C'est vrai qu'arriver au taff dégoulinement de sueur quand on a un rdv clientèle en été , ou trempé en hiver c'est tout à fait adapté ! Par ailleurs dans ma ville qui est loin d'être plate et remplie de piège pour les deux roues car non prévues pour au départ ....je laisse ma place aux bénévole de kolantha

Le seul vrai, c'est les fortes chaleurs en été. Pour ce qui est de l'hiver et de l'humidité, il y a suffisamment d'équipements pour se protéger.

Je fais quasiment tous mes déplacements professionnels en agglomération en vélo (sans assistance autre que mes cannes) depuis des années, et tout va bien.

La ville est relativement plate, ça aide. Quant au danger, je confirme. Un accident l'été dernier, et quelques autres évité de justesses. J'étais déjà prudent, je suis devenu très méfiant.

Au bout d'un moment, tu finis par vite repérer les comportements qui vont poser problème, et les véhicules dont il faut se méfier plus que les autres. (utilitaires, caisses sans permis, X6, A3 weshkéké, citroën avec conducteur à casquette à carreaux) :biggrin:

Par

En réponse à Florilège87

C'est vrai qu'arriver au taff dégoulinement de sueur quand on a un rdv clientèle en été , ou trempé en hiver c'est tout à fait adapté ! Par ailleurs dans ma ville qui est loin d'être plate et remplie de piège pour les deux roues car non prévues pour au départ ....je laisse ma place aux bénévole de kolantha

Pendant 10 ans je suis allé en velo au bureau à Londres. Heureusement il y avait 2 douches (pour un batiment de 6 etages et 1200 employes, il fallait arriver tot) et des casiers. Mais un velo electrique aurait été une bonne solution, surtout si les villes sont limitées à 30km/h

Par

58% des trajets domicile-travail de moins de 1km, oui oui de moins de 1km se font en voiture.

Donc il faut un peu arrêter de dire "tout le monde ne peut pas faire ça, moi j'habite à 20km de mon travail". Cela ne vous concerne pas.

Ça concerne ceux qui vont au travail en voiture alors qu'ils habitent a moins de 3-5km. C'est ne pas aimer l'automobile de prendre sa voiture pour faire ce genre de trajet... surtout quand c'est un diesel ;)

Par

En réponse à Florilège87

C'est vrai qu'arriver au taff dégoulinement de sueur quand on a un rdv clientèle en été , ou trempé en hiver c'est tout à fait adapté ! Par ailleurs dans ma ville qui est loin d'être plate et remplie de piège pour les deux roues car non prévues pour au départ ....je laisse ma place aux bénévole de kolantha

Le VAE est justement la réponse à ça...

Et pour pratiquer personnellement, c'est juste parfait.

Et le we je profite généralement de mon cab ailleurs que dans des bouchons en ville :buzz:

Par

En réponse à Florilège87

C'est vrai qu'arriver au taff dégoulinement de sueur quand on a un rdv clientèle en été , ou trempé en hiver c'est tout à fait adapté ! Par ailleurs dans ma ville qui est loin d'être plate et remplie de piège pour les deux roues car non prévues pour au départ ....je laisse ma place aux bénévole de kolantha

Pour la sécurité, il y a encore beaucoup à faire, mais c'est justement en augmentant le nombre de vélos que les bonnes questions deviennent un enjeu d'aménagement urbain.

Par

En réponse à v_tootsie

Le seul vrai, c'est les fortes chaleurs en été. Pour ce qui est de l'hiver et de l'humidité, il y a suffisamment d'équipements pour se protéger.

Je fais quasiment tous mes déplacements professionnels en agglomération en vélo (sans assistance autre que mes cannes) depuis des années, et tout va bien.

La ville est relativement plate, ça aide. Quant au danger, je confirme. Un accident l'été dernier, et quelques autres évité de justesses. J'étais déjà prudent, je suis devenu très méfiant.

Au bout d'un moment, tu finis par vite repérer les comportements qui vont poser problème, et les véhicules dont il faut se méfier plus que les autres. (utilitaires, caisses sans permis, X6, A3 weshkéké, citroën avec conducteur à casquette à carreaux) :biggrin:

ha ha, exactement. On dit que les chiens ressemblent à leur proprietaire. Les voitures aussi, le black cab qui va faire un demi tour soudain en serrant sur la gauche puis file à droite juste quand on le double, la blonde en mercedes qui fait semblant de ne pas regarder, le white van qui refuse la priorite, les taxis Addison Lee qui n'hesitent pas à pousser aux feux avec leur parechoc, la mamie asiatique en vieille nissan Micra qui avance lentement mais ne s'arretera pas, la vieille golf GTI, le gros Range Rover qui frole, les portieres qui s'ouvrent soudainement d'une voiture qui vient de s'arreter sur la piste cyclable, les gamins qui traversent la route sans regarder devant l'ecole etc. evidemment on ne peut pas le partager, ce serait misogyne, raciste etc. Les chauffeurs de bus et les poid-lourds font tres attention aux cyclistes (heureusement). Et les autres cyclistes (le velib, le velo electrique qui ne supporte pas d'etre doublé en cote etc.). J'ai eu beaucoup de frayeurs en 10 ans, sans accident, mais sous la pluie sans frein à disque...plus jamais.

Par

En réponse à v_tootsie

Le seul vrai, c'est les fortes chaleurs en été. Pour ce qui est de l'hiver et de l'humidité, il y a suffisamment d'équipements pour se protéger.

Je fais quasiment tous mes déplacements professionnels en agglomération en vélo (sans assistance autre que mes cannes) depuis des années, et tout va bien.

La ville est relativement plate, ça aide. Quant au danger, je confirme. Un accident l'été dernier, et quelques autres évité de justesses. J'étais déjà prudent, je suis devenu très méfiant.

Au bout d'un moment, tu finis par vite repérer les comportements qui vont poser problème, et les véhicules dont il faut se méfier plus que les autres. (utilitaires, caisses sans permis, X6, A3 weshkéké, citroën avec conducteur à casquette à carreaux) :biggrin:

Tu parles de quel types de trajet au juste?

Car si c'est pour faire un Versailles->Paris ou vers la défense en vélo, c'est un poil plus compliqué que ce que tu dis.:bah:

Après, j'ai un collègue qui faisait au bas mot 20 bornes matin et idem le soir à vélo (sans assistance), mais qui avait la possibilité de prendre une douche à l'arrivée: car utilisée par des ouvriers. Mais ça reste peu courant dans les entreprises.

Enfin, quand il y a du verglas, de la neige ou qu'il pleut à verse, faut un second plan...

Par

En réponse à king crimson

Le VAE est justement la réponse à ça...

Et pour pratiquer personnellement, c'est juste parfait.

Et le we je profite généralement de mon cab ailleurs que dans des bouchons en ville :buzz:

pour quelle distance au juste?

car entre ceux qui disent prendre leur vélo pour faire 3km, et ceux qui habitent à plus de 10 bornes de leur taf avec des routes prévues pour les voitures à prendre, il y a une... petite différence.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire