Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Malus 2019 : il devrait être basé sur le NEDC corrélé et non le WLTP

Dans Ecologie / Electrique /

Florent Ferrière

Malus 2019 : il devrait être basé sur le NEDC corrélé et non le WLTP

À cause de systèmes informatiques qui ne seront pas prêts à temps, l'État ne devrait pas retenir pour 2019 les valeurs de CO2 plus élevées obtenues avec le cycle WLTP.

Le cycle de mesures WLTP est généralisé depuis le 1er septembre 2018. Plus sévère, il donne des chiffres de consommation plus réalistes, donc en hausse. Forcément, il en est de même pour les valeurs de rejets polluants, à commencer par le CO2. Par rapport à l'ancien cycle NEDC, il y a une augmentation moyenne comprise entre 10 et 20 %.

On peut donc craindre le pire pour le malus automobile, basé sur le CO2. Mais selon les informations d'auto-actu, la taxe en 2019 ne devrait pas être basée sur le WLTP. Le gouvernement a-t-il envie d'offrir un petit répit aux automobilistes ? Pas vraiment. La raison est technique : les systèmes informatiques de l'administration ne sont pas prêts pour adopter la mesure WLTP.

Le problème vient d'une nouveauté du WLTP : chaque modèle a une mesure individualisée, pas seulement en fonction de la carrosserie et du moteur, mais aussi en fonction de l'équipement. Et l'informatique française n'est pas encore prête pour ce changement.

Selon auto-actu, il aurait donc été décidé de rester en 2019 sur un calcul du malus à partir de la norme NEDC corrélée, celle déjà utilisée depuis le 1er septembre. Il s'agit de la valeur WLTP convertie avec une équivalence NEDC, selon une formule pour le moins compliquée. L'avantage est que le taux de CO2 en NEDC corrélé est plus bas qu'en WLTP (mais tout de même un peu plus élevé qu'en NEDC "tout court"). Autre petit avantage : ce sera la valeur de CO2 la plus faible de la version qui sera retenue, sans prendre en compte les équipements supplémentaires.

Dans la mesure où le passage au WLTP n'a pas été retenu, l'État devrait confirmer un nouveau durcissement du barème du malus, avec un seuil de déclenchement abaissé de 120 à 117 g/km. La question de rendre la grille moins sévère à cause de l'envolée des valeurs de CO2 avec le WLTP devrait se reposer pour 2020 !

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire