Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

Marché automobile : la grande braderie

Dans Economie / Politique / Budget

Marché automobile : la grande braderie

Vendredi, c'était black friday : soldes monstres chez les concessionnaires avec des tarifs imbattables : les mêmes que n'importe quel jour ouvrable de l'année… Au fait, c'est quoi, un tarif ?

Il n'y a pas si longtemps, un achat bien négocié, c'était - 5 ou 10 % et les tapis de sol offerts. Avec l'autoradio en prime, on sablait le champagne. Aujourd'hui, en France, selon le site comparateur de prix Kidoui, une voiture neuve se vend avec un rabais moyen de 23,4 %. Un chiffre trop précis pour être honnête, mais qui reflète une réalité : un prix "catalogue" ne signifie plus rien et il faut être fou pour l'inscrire en haut d'un chèque. Sauf à acheter une Dacia ou une Ferrari, c'est autour de 10 % sur une nouveauté ou un modèle très demandé, et jusqu'à 45 % sur une fin de série d'un modèle pas très populaire.

Marché automobile : la grande braderie

Drôle d'époque où une voiture se brade davantage qu'un smartphone et où les prix de l'immobilier sont plus prévisibles et fiables que ceux des autos. Le plus amusant est que les constructeurs font comme si rien n'avait changé. Sur les tarifs, on continue de voir l'incontournable option peinture métallisée à 140 € ; comme si le client allait ajouter bien sagement ce montant à l'addition. Sauf à la choisir comme un grille-pain - "donnez-moi le rouge avec un bandeau chromé"- acheter une voiture devient une expérience surréaliste.

 

La voiture à la carte, une pure arnaque

D'abord, il faut choisir le moteur. Pas simple d'ajouter quelques billets de 200 € quand on sait que quinze ou vingt chevaux en plus ou en moins ne tiennent souvent qu'à la programmation d'un boîtier électronique éventuellement assorti d'un réglage du turbo. Passons au choix de la finition qui conditionnera celui des options. En gardant présent à l'esprit qu'il est moins coûteux de choisir la version du dessus que d'agrémenter celle du dessous des quelques options comprises dans l'autre. Ah, les options… Ces interminables tableaux en petits caractères avec des (1) des (2) et des (3), des * des ** et des***. On s'y esquinte les yeux, on coche pour se faire plaisir puis on décoche pour tenir son budget, tout ça pour qu'au final, il s'avère que la même - ou presque - auto s'affiche à -20 ou -30 % sur le site d'un mandataire ou sur le parc du concessionnaire du patelin d'à côté.

Quand on connaît l'énorme surcoût en termes d'organisation de chaîne, de stock, de logistique, d'approvisionnement de ce nombre incalculable de combinaisons - certains constructeurs se vantent d'en proposer des milliers - on comprend immédiatement que la voiture "à la carte" a un coût et que le simple fait de poser sur le bureau du vendeur un bon de commande détaillé pour l'usine vous transforme instantanément en pigeon. Comme au restaurant, il est toujours moins cher de piocher dans le menu du jour : choisir une voiture "en stock".

 

Des occasions "zéro kilomètre"…

Car une voiture, ça ne coûte pas cher à fabriquer ! Combien ? C'est un secret de polichinelle. Disons qu'une voiture à 17 000 ou 20 000 € prix catalogue revient, sortie d'usine, à environ 5 000 €.

C'est ce que l'on appelle le coût marginal de fabrication, autrement dit le prix de revient de l'unité supplémentaire produite, hors coûts de conception, d'industrialisation, de commercialisation, de publicité, etc. C'est de ce hiatus que vient l'élasticité des prix : mieux vaut les baisser de 20 % pour en vendre 30 % de plus et faire tourner l'usine plutôt que de ralentir les chaînes.

Marché automobile : la grande braderie

Dans le jargon, on appelle ça "pousser de la tôle" et pour ce faire, les directions commerciales peuvent aller très loin. Comme obliger les concessionnaires à acheter et immatriculer des voitures qui n'ont pas de client, ce qui permet au passage de bomber le torse en gonflant les chiffres trimestriels. Cela donne des "VD", véhicules de démonstration qui ne démontreront jamais rien et deviendront des "occasion 0 km" à des tarifs très avantageux. Tout cela participant au fait qu'une voiture neuve perd jusqu'à la moitié de son prix catalogue en deux ans, ce qui en fait le pire investissement imaginable. Et que pour en vendre malgré tout, il faut faire semblant de brader, donner à tout prix - c'est le mot - l'impression au client qu'il fait une bonne affaire. Pour les vendeurs comme pour les acheteurs, la promotion est une drogue hautement addictive.

 

La vérité des prix : chiche ?

Alors, pourquoi ne pas aligner les grilles tarifaires sur les montants réellement pratiqués et afficher ainsi des prix solides et compétitifs ? Pour continuer de faire casquer le prix fort aux papys et mamys qui font encore le chèque sans marchander ni brandir les offres de la concurrence ? Ils se font rares… Pour ne pas brader inutilement des voitures qui ont du succès et peuvent encore se vendre sans trop de promotion ? Même le Peugeot 3008, un des plus gros succès français de ces dernières années, se solde à -15 % et plus chez les mandataires.

La vérité des prix, c'est le serpent de mer du commerce automobile, l'aggiornamento que tout le secteur appelle de ses vœux mais que personne n'ose mettre en œuvre.

Qui tirera le premier ?

Marché automobile : la grande braderie

 

 

 

 

Commentaires (14)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Profil supprimé

Comme par hasard avec quoi l'article est illustré? Avec les voitures de la marque au cric!!!!:areuh:

Rino incapable de vendre une voiture sans la brader..

Le scenic 4 ne se vends pas...

Alors c'est mini -30%...chez un bon gros mandataire...

De toute façon c'est toujours la même musique chez cette marque gag pour ses modèles supérieurs à sa clio:

-Finition low cost

-Moteurs poussif

-Fiabilité zéro

-Mais prix de généraliste!

Quand on vend du Dacia au prix fort aucune raison que cela fonctionne .

Par

Les prix affichés dans les tarifs tiennent déjà compte des éventuelles négociations avec le client

Et c'est le client qui n'obtient aucune remise qui se fait enfler

Il suffit de voir les tarifs des Renault de -20 à -25 % en concessions des pays limitrophes

Le français qui veut du français se fait plumer comme un pigeon

Par

" Sur les tarifs, on continue de voir l'incontournable option peinture métallisée à 140 € "

Allons bon....une peinture métal à seulement 140 €, ça existerait donc encore ? :eek:

C'est 540 à 720 € sur une méchante Clio basique....

https://www.renault.fr/vehicules/vehicules-particuliers/clio-berline/configurateur.html#configure/AmsJbCNYHyK/exterior-colour

Sachant que de plus en plus de caisses sont vendues avec une unique couleur dégueu.... le genre d'arnaque à laquelle le cochon de payant que nous sommes s'est peu à peu habitué... et jamais dénoncé par la presse auto, notez bien !

Par

Aujourd'hui, le tarif catalogue d'une banale compacte milieu de gamme (308, C4, Mégane, Golf...) c'est 25 000€ à 30 000€.

Forcément, avec une proposition aussi irréaliste, voire délirante, le gros rabais est devenu une étape obligée.

Préférez-vous payer 20 000 € une voiture ou bien 25 000 € avec une super promo de 5000€ ?

L'effet n'est pas le même, le client repars en ayant l'impression d'avoir réalisé une belle affaire.

Par contre, pas de rabais sur les "vidange-filtre" à 250€, ou bien les contrats d'entretien / garantie hors de prix, les marges ne se font plus réellement sur la vente en elle-même.

Par

En réponse à -Nicolas-

Aujourd'hui, le tarif catalogue d'une banale compacte milieu de gamme (308, C4, Mégane, Golf...) c'est 25 000€ à 30 000€.

Forcément, avec une proposition aussi irréaliste, voire délirante, le gros rabais est devenu une étape obligée.

Préférez-vous payer 20 000 € une voiture ou bien 25 000 € avec une super promo de 5000€ ?

L'effet n'est pas le même, le client repars en ayant l'impression d'avoir réalisé une belle affaire.

Par contre, pas de rabais sur les "vidange-filtre" à 250€, ou bien les contrats d'entretien / garantie hors de prix, les marges ne se font plus réellement sur la vente en elle-même.

Le problème est que certains achètent des voitures comme ils achètent des légumes. Ils ne regardent pas la concurrence (de manière attentive). Ils ne regardent pas les prix mandataires. Ils ne regardent pas les prix européens (à l'est, du type : Hongrie, Pologne, etc.).

Résultat ? Ils se font enfilés.

En concession, un Citroen C4 Cactus 1.2 82 Ch Shine neuf vaut 19k (remise standard incluse) clés en main. Je suis désolé mais il faut complètement gaga (eu égard de la concurrence) pour y foutre plus de 14k. Un exemple parmi tant d'autres.

Par

Plutôt dans les 7000 une voiture citadine sortie d'usine hors TVA.

Par

En réponse à JohnLocke

Le problème est que certains achètent des voitures comme ils achètent des légumes. Ils ne regardent pas la concurrence (de manière attentive). Ils ne regardent pas les prix mandataires. Ils ne regardent pas les prix européens (à l'est, du type : Hongrie, Pologne, etc.).

Résultat ? Ils se font enfilés.

En concession, un Citroen C4 Cactus 1.2 82 Ch Shine neuf vaut 19k (remise standard incluse) clés en main. Je suis désolé mais il faut complètement gaga (eu égard de la concurrence) pour y foutre plus de 14k. Un exemple parmi tant d'autres.

J'avoue pour l'achat genre kilo de legume, par contre (et sans mépris) les marques que tu cites qui achete ca ?

Enfin j'imagine que lorsque tu franchis une concession Citron, Peugeot,.....Renault ?!.......c'est la punition non ?, enfin, quand tu achetes de bon légumes tu prends pas les pourris j'espere ?

Par

En Allemagne (vu près de Köln (Cologne)), c'est la "Black Week", des vendeurs de matelas aux vendeurs de premium. :biggrin:

Par

hormis le prix de la peinture métal pointé par R&G, très bel article de M Savary qui met les yeux en face des trous.

Par

" Qui tirera le premier ? "

Ben y'a Dacia non ?

Une Rîno vendue au juste prix qu'on ne trouve guère moins cher chez les mandataires....

Il y a de nombreuses années, Fiat s'était essayé à vendre au "juste prix" : bide intégral. Ils sont vite revenus au système traditionnel de la remise à la tête du client ( ou plus justement du vendeur ou de la concession qu'a besoin de boucler ses objectifs ).

Même la Tipo, pourtant à priori bien placée question tarif, se trouve avec remise non négligeable chez les mandataires;

https://www.comparateur-mandataires.com/acheter-une-fiat-tipo-neuve-18-949.html

Si la caisse vous intéresse, imprimez ce genre de truc avant d'aller poser vos papattes dans la concession du coin....ça aidera le vendeur à ouvrir les vannes.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire