Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Nissan prêt à rejeter une proposition d'intégration de Renault

Nissan prêt à rejeter une proposition d'intégration de Renault

Renault n'a pas abandonné son idée de fusion des membres de l'Alliance. Mais Nissan n'y est toujours pas favorable. Le japonais voudrait déjà un rééquilibre des liens capitalistiques.

Ébranlée par l'affaire Ghosn, l'Alliance a pris un nouveau départ il y a quelques semaines avec la tenue du premier conseil opérationnel de l'Alliance. Les dirigeants de Renault, Nissan et Mitsubishi se sont réunis à Paris, avec la volonté de montrer que la coopération est de retour sur de bons rails.

Ce nouveau conseil est présenté comme "le seul organe de supervision des opérations et de la gouvernance de l'Alliance", avec la volonté de simplifier et d'accélérer la prise de décision sur les sujets qui concernent les trois grandes entités. Mais derrière les sourires de façade et les poignées de mains devant les photographes, les tensions sont encore nombreuses.

Un projet est au cœur des crispations, celui de la fusion. Il est poussé du côté français, rejeté du côté japonais. Carlos Ghosn n'hésite d'ailleurs pas à dire que c'est pour éviter la fusion que des dirigeants de Nissan ont provoqué sa chute. Hiroto Saikawa, à la tête du constructeur japonais, ne cache pas son opposition à cette idée. Du côté de Renault, on ne baisse pas les bras. Fin mars, le Financial Times révélait que le Losange souhaitait relancer les discussions dès que possible.

Le journal japonais Nikkei a révélé hier que Nissan compte rejeter une proposition de Renault pour une intégration plus poussée au niveau du management, afin d'optimiser toujours plus les synergies. Le japonais souhaite que cette fois, la relation capitalistique soit revue pour être plus équitable. La direction de Nissan estime que le constructeur japonais n'a pas bénéficié d'un traitement équitable jusqu'ici. Pour elle, avec une fusion, cette inégalité de traitement deviendrait permanente.

Renault détient 43,4 % de Nissan, Nissan détient 15 % de Renault (mais sans droit de vote) et 34 % de Mitsubishi. Agacés par le déséquilibre, les Japonais mettent en avant le fait que Nissan vend plus que Renault. Ils ne doivent cependant pas oublier que le Losange a sauvé de la faillite le constructeur nippon en 1999 et que leurs résultats financiers sont de nouveau dans une mauvaise passe. De son côté, le Losange est conscient qu'une évolution des liens et des rapports de force en faveur de Nissan doit s'opérer dans les prochaines années. Mais les deux parties seront d'accord sur un point : elles peuvent désormais difficilement se passer l'une de l'autre.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (44)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Le cave se rebiffe !

Par

les japonais empêtré dans le pot de confiture qu'ils ont ouvert ,vont devoir se dévoiler et cela risque d'être saignant pour leur image ,souhaitons que le remplaçant de CG soit a la hauteur ,j'aurai tendance a en douter

Par

curieux, on nous disait que c'était un groupe, premier constructeur mondial blablabla

l'implosion est proche on dirait

Par

Le téléfilm sans fin...

Par

Ca tourne à la mascarade :tongue:

On dirait un sketch permanent, à la manière de Kaamelott, avec Nissan dans le rôle d'Arthur et Renault dans celui d'un teubé lambda :lol:

Par

Je ne comprend toujours pas pourquoi Renault et Alpine ne profitent pas des marchés de Nissan, Amerique du Nord et Japon ,?????????

Par

A quand de l"électrique chez Alpine et de l'hybride chez Renault ????? le groupe Renault est très en retard !

Par

Si Nissan vends plus que Renault c'est surtout parce qu'ils.....vendent.

Et si cela paraît être un enfoncement de porte ouverte c'est qu'en fait ce seul fait est un rappel que si Renault n'avait pas racheté les 44% de NISSAN et injecté plus de 5 milliards en développement dans NISSAN et bien justement NISSAN.....ne vendrait plus.

Simplement.

Et ce rachat + sauvetage....effectué sous la houlette du C.Ghosn justement....à bien coûté à Renault tant sur le stricte plan comptable mais également sur sa propre capacité à investir pour l'avenir. Il ne faut pas croire que cela n'a pas constitué pour Renault un frein à ses propres ambitions.

NISSAN ferait mieux de s'en souvenir tant la suite pourrait être saignante.

Car si NISSAN veut équilibré les forces il vont devoir mettre la main au porte-feuille et payé de grosses sommes à Renault.

Si ils veulent, mais cela ne semble pour le moment pas être le cas, se séparer de Renault les sommes seront encore plus conséquentes. Pas sûr qu'ils puissent les sortir tant leurs performances actuelles est moyenne si ce n'est médiocre.

Et Renault pourrait aussi être très agaccé par ces ingrats Nippon et sans ménagement monter au capital de NISSAN, dépassé les 50%.

Risqué et improductif quand même puisque pouvant être considéré comme un rachat total hostile.

Bref, bonne chance au nouveau patron de Renault....

Par

En réponse à Initiale Pastis

Ca tourne à la mascarade :tongue:

On dirait un sketch permanent, à la manière de Kaamelott, avec Nissan dans le rôle d'Arthur et Renault dans celui d'un teubé lambda :lol:

J'aimerai bien être un teubé lambda du niveau RENAULT, du moins avec la même réserve de cash.

Par

En réponse à dilemblue

A quand de l"électrique chez Alpine et de l'hybride chez Renault ????? le groupe Renault est très en retard !

L'électrique chez alpine. Euh ils ont un seul modèle. Laissons les grandir un peu.

Pour Renault les hybrides plug ou pas arrive fin d'année, ou courant 2020 en fonction des gammes.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire