Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Péages : l'État ne veut pas d'un gel des tarifs contre un allongement des concessions

Dans Economie / Politique / Budget

Florent Ferrière

Péages : l'État ne veut pas d'un gel des tarifs contre un allongement des concessions

Les sociétés d'autoroutes auraient proposé à l'État de ne pas augmenter les prix des péages le 1er février 2019. Mais la contrepartie ne plaît pas au gouvernement, qui veut un vrai effort des entreprises concessionnaires.

Voilà une information qui peut surprendre, voire exciterait le premier Gilet Jaune venu. Devant faire un effort sous la pression de l'État, les sociétés d'autoroutes ont proposé un gel des tarifs pour 2019. Pour l'instant, il est prévu que les prix des péages augmentent en moyenne de 1,9 % environ. Mais selon Le Parisien, l'État a refusé !

En contrepartie, les entreprises réclament un allongement de la durée de leur concession. Les principales se termineront au milieu des années 2030. Cela semble encore loin, mais l'échéance approche pour les concessionnaires, qui en sont à la moitié de leur contrat. Les entreprises comptent bien faire durer le plaisir au maximum. La durée des concessions a d'ailleurs déjà été allongée à plusieurs reprises, notamment en 2015 lors d'un accord d'un plan de travaux de plus de 3 milliards d'euros.

Mais cette fois, cette option ne plaît pas au gouvernement. Un élu de la majorité déclare à nos confrères : "Nous ne voulons plus rallonger ad vitam aeternam les concessions. Nous souhaitons nous donner la possibilité d’en sortir". L'exécutif sait qu'un allongement serait mal perçu par les Français, qui le prendraient comme un énième cadeau à des sociétés qui réalisent déjà des bénéfices incroyables.

L'État ne veut par ailleurs pas répéter les erreurs du passé. Le gel des prix décidé par Ségolène Royal en 2015 doit être au final compensé par des hausses exceptionnelles entre 2019 et 2023, ce qui va coûter plus cher aux automobilistes ! Pas question de refaire cela.

Les négociations se poursuivent donc, le gouvernement souhaitant voir les sociétés concessionnaires faire un vrai geste, quitte à rogner sur leurs bénéfices. Le ministère des Transports veut notamment un coup de pouce pour ceux qui font des trajets réguliers dans le cadre du travail.

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire