Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Pollution à Paris : les mesures d’Hidalgo inefficaces pour le moment

L’organisme de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France, Airparif, n'a pas constaté d'impact significatif sur le niveau de pollution dans la piétonisation de la rive droite, effective depuis plus d’un an et décidée par la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Pollution à Paris : les mesures d’Hidalgo inefficaces pour le moment

Airparif, l’organisme « référence » dans les mesures de pollution en île de France constate dans un communiqué que la mesure de piétonisation de la rive droite effective depuis plus d’un an et décidée par Anne Hidalgo « n’a pas eu d’impact significatif sur l’exposition à la pollution de l’air ».

L’organisme note bien « une amélioration de la qualité de l'air le long des quais fermés à la circulation », mais constate également « des niveaux de dioxyde d'azote qui restent malgré tout au-dessus des valeurs réglementaires comme pour beaucoup d'axes routiers dans l'agglomération parisienne". Enfin, Airparif souligne "une légère dégradation autour des carrefours dans cette zone et à l'est, dès la fin de la zone piétonnière ainsi que sur quelques itinéraires de report".

De son côté, la mairie de Paris se dit satisfaite: «La piétonnisation a provoqué un espace de respiration en centre-ville et s'il y a des points de difficultés, ils sont localisés. La pollution a baissé en 2016 dans la capitale». L’équipe d'Anne Hidalgo parie toujours le «principe d'évaporation» qui consiste à persuader l’automobiliste, excédé par les embouteillages, de trouver une autre solution de déplacement.

Pour le moment, au regard du réseau de transports en commun saturé, le Francilien ne lâche pas son volant. D'ailleurs, l'étude d'Airparif révèle que cette piétonnisation a des répercussions au-delà du périphérique, notamment sur l'A4, l'A 86 et l‘A 13 où les niveaux de dioxyde d'azote ont augmenté de 1% à +5% .

Pour rappel, à l’automne 2016, la maire de Paris avait décidé d’interdire la circulation des voitures sur un trajet de 3,5 km, les quais bas entre l'entrée du tunnel des Tuileries (Ier arrondissement) jusqu'à la sortie du tunnel Henri-IV (4e), afin de réduire la pollution et offrir aux parisiens un espace de promenade et de détente. Une mesure vivement critiquée par les automobilistes mais aussi par une partie des Parisiens, qui jusqu’à aujourd’hui brille par son inefficacité.

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire