Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Pollution : la preuve par Covid 19

Pic de pollution en Ile-de-France et dans le grand Est le week-end dernier. Et cela malgré un trafic automobile et aérien réduit à presque zéro. Cette fois, il faudra trouver d’autres coupables… Et remettre la rationalité au cœur de l’écologie.

Pollution : la preuve par Covid 19

Pas de dioxydes d’azote, pas d’hydrocarbures imbrûlés ni de monoxyde de carbone dans l’air de ces deux grandes régions, mais un taux de particules… particulièrement élevé.

De drôles de particules, essentiellement à base de nitrate et de sulfate d’ammonium. Et aussi, d’autres, plus complexes, du même type que celles qui rendaient l’air irrespirable en Australie et jusqu’en Nouvelle-Zélande durant les récents incendies de cet hiver austral.

Responsables, les épandages d’engrais agricoles (ne pas confondre avec des pesticides) et le chauffage au bois résidentiel. Avec en prime un léger vent de Nord, trop faible pour disperser les polluants, mais suffisant à les déplacer.

Concernant les premiers, au risque de lancer une polémique, je vois mal comment interdire tout fertilisant à l’agriculture, des « intrants » dont elle se passerait encore plus difficilement que des produits phytosanitaires. Et dans ce cas, il ne faudrait pas s’étonner de voir se creuser le déficit de notre balance alimentaire, de devoir manger de la baguette de blé ukrainien, du sucre de betterave polonaise et du poulet brésilien. Car ça peut sembler dingue mais notre Grand Pays Agricole importe désormais plus de nourriture qu’il n’en exporte. Bref, quand on voit aujourd’hui dans les rayons souvent vides de nos commerces à quoi tient notre sécurité alimentaire, je ne suis pas chaud partisan de tordre le bras aux agriculteurs français.

Pollution : la preuve par Covid 19

Le confinement au coin du feu

La pollution du chauffage au bois résidentiel est au contraire parfaitement évitable car l’essentiel des particules vient des bonnes vieilles cheminées, les fameux foyers ouverts qui polluent 70 à 100 fois plus qu’un poêle « moderne » ou qu’un insert et 400 fois plus qu’une chaudière à pellets aux dernières normes.

C’est qu’elles fument les cheminées pendant le confinement. Rien de tel qu’un bon feu de bois pour se réchauffer le moral, et que le spectacle des flammes pour se changer les idées.

Pollution : la preuve par Covid 19

Hélas, selon le Citepa (Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique), la combustion de bois domestique est responsable de 39 % des émissions de particules fines, de 76 % de celles d’hydrocarbures aromatiques polycycliques, de 60 % de celles de benzène, de 30 % de celles de monoxydes de carbone et de 21 % de celles de composés organiques volatils. Je vous épargne l’interminable liste des autres toxiques, à peu près les mêmes que… dans la fumée du tabac.

En gros, le seul polluant que n’émet pas au final le feu de bois, c’est le CO2 car celui qui part en fumée a été capté par la croissance de l’arbre.

Même en admettant que ces chiffres soient exagérés, voici pourquoi en hiver de paisibles villages isolés subissent des taux de pollution égaux voire supérieurs à ceux de l’Ile-de-France. Voici pourquoi dans certaines zones pavillonnaires de banlieue, on respire parfois plus mal le week-end qu’en semaine, alors que le trafic automobile est réduit de moitié.

Pollution : la preuve par Covid 19

Y a-t-il un lobby du feu d’agrément ? Un parti de la bûche ?

Des études comme celles-ci, on en trouve chez Airparif ou à l’Ademe, mais aussi au Canada, en Grande-Bretagne… Toutes soulignent l’énorme responsabilité du bon vieux feu de cheminée dans la pollution urbaine, mais aussi rurale.

Pourquoi ce scandale n’est-il pas régulièrement dénoncé par le corps médical, les partis écologistes et les autorités sanitaires ? Pourquoi est-ce toujours la faute de l’auto et des transports ? Pour moi c’est un complet mystère. Y a-t-il un lobby du feu d’agrément ? Serait-il plus puissant que celui tant honni de l’automobile ?

Pollution : la preuve par Covid 19

Celle qui a peut-être la réponse, c’est notre ancienne ministre de l’Écologie, Ségolène Royal. C’est elle qui a retoqué en 2014 l’arrêté préfectoral interdisant à Paris et dans 434 communes environnantes, les feux de cheminée. Qualifiant au passage l’interdiction « d’excessive, absurde et ridicule » et de « sectaire » l’association Airparif qui avait appuyé et motivé la demande des élus franciliens.

Depuis, aucun préfet, aucun ministre n’a osé s’attaquer au parti de la bûche et du petit bois. Comme s’il s’agissait d’un totem écologiste, une pratique tellement ancienne et « naturelle » qu’elle ferait partie du corpus idéologique du vert moyen. Quel politicien serait assez fou pour prendre une mesure écologique heurtant de plein fouet les écologistes ? Imaginez Yannick Jadot accusant les tisanes d’être parfois cancérigènes et les mangeurs de quinoa d’appauvrir le paysan du tiers-monde…

Pollution et Covid 19

Reste que tout cela n’innocente pas nos autos, motos et camions. En présence d’un trafic normal, ce n’est pas un simple pic que l’on aurait enregistré le week-end du 28-29 mars, mais un niveau d’alerte avec interdiction des véhicules à vignette Crit’air 3 et fort afflux dans les services de pneumologie.

Il ne s’agit donc pas de nous exonérer des efforts de dépollution des véhicules et de réduction du trafic. Mais simplement d’en revendiquer la juste part.

On ne peut pas réclamer un traitement rationnel et scientifique de l’épidémie de Covid 19 et en même temps s’accommoder d’une approche idéologique de la pollution qui fait de l’auto, la moto, le camion et l’avion les seuls responsables.

On ne peut pas dénoncer l’hystérie des querelles autour de la pénurie de masques et de tests ou la vénération dont est l’objet le professeur Raoult tout en tolérant que la lutte contre la pollution soit confiée à des croyants du Transport En Commun et des amoureux du vélo confits dans leur haine de Sainte Bagnole.

Car l’enjeu est aussi lourd en vies humaines dans les deux cas.

Tous émetteurs confondus, selon l’Inserm et l’OMS, la pollution atmosphérique est à l’origine de 45 000 à 50 000 morts chaque année en France, troisième cause de décès évitable après le tabac et l’alcool. En Europe, le bilan annuel est de 800 000 morts et de 9 millions dans le monde. Un bilan qu’il faudra comparer à celui du Covid 19. Voire qu’il faudra confondre puisque des médecins et des chercheurs soupçonnent la première de favoriser grandement la propagation du second. En effet, s'il n'est pas prouvé que les particules véhiculent les virus, il est acquis qu'avec les autres polluants, elles peuvent rendre l'appareil respiratoire plus sensible à la contamination, et aussi affaiblir les défenses immunitaires.

Le Covid 19 aura donc administré une double preuve. D'abord que le trafic routier et aérien n'est pas le seul à salir l'air des villes. Et ensuite que la lutte contre la pollution atmosphérique est doublement une priorité sanitaire. 

 

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (171)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

+1000

j'écrivais la même chose il y a quelques jours sur mon blog Caradisiac

http://blogs.caradisiac.com/pollution-automobile/confinement-covid19-automobile-8321601.html

Par

euh moi déja 15 jours je ne chauffe plus poéles a granulé..& la le super week end BBQ bientot en Place -)

toutes façon faut bien chauffer..heins

Par

Malgré un titre provocateur, un article assez équilibré qui renvoie chaque partie à ses responsabilités.

Par contre réduire la promotion du vélo et du transport en commun à "la lutte contre la pollution", c'est déclarer que diminuer les émissions de CO2 est d'importance secondaire vis à vis de "la pollution".

Le CO2 n'est pas exactement une pollution (pas plus que l'eau qui est indispensable mais dans laquelle on meure si on y est plongé) mais son excès dans l'atmosphère auront des conséquences tellemnet graves que le covid-19 et la pollution apparaitront comme une aimable plaisanterie

Par

l'an dernier pareil pic de pollution le 1 er janvier..; avec pas de voitures..entrant dans paname!!

alors hidalgo nous avait fait le coup des cheminées!!!

la verité.. le vent d'est... rare d'habitude c'est 80% de vent d'ouest.

c'est la pollution d'allemagne et ses centrales au charbon!!!

les allemands sont tous chez eux et consomment un max de jus!!

chauffage + téloche..net.. repassage.. machine à laver.. etc...

Par

Quoi ??? Finalement il n'y a pas que la voiture qui est responsable de la pollution de l'air ??? Hélène avait finit par me convaincre. :buzz: Elle comptait sauver le monde avec sa Zoe et sa culpabilisation omniprésente de l'usagé de la voiture thermique... Son projet de jeunesse Hélènienne tombe à l'eau, il va falloir revoir l'approche sur son endoctrinement de masse.

Par

Il faudrait rendre obligatoire le FAP sur les cheminées... :biggrin:

Par

"En gros, le seul polluant que n’émet pas au final le feu de bois, c’est le CO2 car celui qui part en fumée a été capté par la croissance de l’arbre."

Et bien si, justement, car si le bois en question avait servi à autre chose (construction, meuble...), il ne serait pas re-parti en fumé, et n'aurait émis aucun CO2 !

Par

tiens tiens tiens.. on nous aurait menti :ml:

Par

Pour enfoncer le clou de Jean Savary. La vallée de l'Arve est l'une des plus polluées de France. C'est la faute des camions criaient en coeur les écolos.

Un puis un jour, comme suite à l'incendie, le tunnel du Mont Blanc a été fermé des mois durant pour travaux : plus de camions.

La pollution n'a pas baissé.

Martial Saddier, député du coin, président du Conseil National de l'Air s'est intéressé au sujet et concluait que la cause principale c'était --- je caricature -- les écolos qui se chauffaient avec du bois écolo dans leurs chalets écolos... à tel point qu'il a institué pour cette vallée une prime à la casse ... pour les vieux appareils de chauffage au bois.

Par

Les articles de Mr Jean Savary sont toujours pertinents.

Concernant l'agriculture, je ne suis pas tout a fait d'accord. On peux, si on le veux vraiment, réduire voir éliminer ces intrants; évidemment on ne parle plus de la même agriculture, ni de la même nourriture dans les ces quantités, et encore moins de la même société de l'argent (si on convient que la société existe et qu'il ne s'agit pas que d'une collection d'individus...) mais il faudra bien choisir. Il faudra d'ailleurs bien choisir puisque ces intrants ne vont pas durer éternellement (pas aux prix actuels à l'évidence), les sources de phosphate et d'azote n'étant pas inépuisable car rien n'est inépuisable.

Du reste, le calcul de toujours plus d'intrant pour toujours plus de production est des plus discutable lorsque l'on constate l'impasse dans laquelle on se trouve. Pour le reste l'article me semble poser de bonnes questions.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire