Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Porsche 924 vs Renault Fuego Turbo : les coupés à bulles s’affrontent, dès 6 000 €

Dans Rétro / News rétro

Porsche 924 vs Renault Fuego Turbo : les coupés à bulles s’affrontent, dès 6 000 €

Ringardisés par les GTI, les coupés eighties sont toujours moins populaires qu’elles à l’heure actuelle. Pourtant, certains sont très attractifs, par leur ligne, leurs qualités routières ou encore leurs performances. Comme la Porsche 924 2,0 l et la Renault Fuego Turbo, abordables et rapides.

Les forces en présence

Porsche 924 2,0 l (1975-1985), coupé 3 portes, 2,0 l atmo essence 125 ch, 1 130 kg, à partir de 6 000 €.
Porsche 924 2,0 l (1975-1985), coupé 3 portes, 2,0 l atmo essence 125 ch, 1 130 kg, à partir de 6 000 €.
Renault Fuego Turbo (1983-1985), coupé 3 portes, 1,6 l turbo essence, 132 ch, 1 060 kg, à partir de 6 000 €.
Renault Fuego Turbo (1983-1985), coupé 3 portes, 1,6 l turbo essence, 132 ch, 1 060 kg, à partir de 6 000 €.

Présentations : deux coupés aérodynamiques et logeables

Pour remplacer la 914, Volkswagen et Porsche s’associent de nouveau et planchent sur la future 924. Celle-ci est conçue au moindre coût, récupérant nombre d’éléments existants : suspension avant McPherson de la Coccinelle (à l’arrière, c’est celle de Type 3 et 4), un bas-moteur et boîte de vitesses Audi. Le tout doit être fabriqué dans l’usine NSU (marque appartenant à VW) à Neckarsulm. Mais, confronté à des ennuis financiers, Volkswagen se retire du projet, pour se concentrer sur la plus petite Scirocco. Porsche rachète le bébé et en finit la mise au point, en même temps qu’il planche sur la 928. Celle-ci doit sortir en premier, mais vu la crise du pétrole, on redonne la priorité à la plus économique 924 qui apparaît dès 1975.

La 924 a été une des toutes premières voitures à recevoir des pare-chocs en plastique peint. Mais elle n’a pas inauguré la lunette en bulle, déjà utilisée sur la Jensen Interceptor en 1966.
La 924 a été une des toutes premières voitures à recevoir des pare-chocs en plastique peint. Mais elle n’a pas inauguré la lunette en bulle, déjà utilisée sur la Jensen Interceptor en 1966.

De fait, les deux autos présentent la même architecture : moteur à l’avant, boîte à l’arrière, propulsion et 4 places. Les puristes hurlent mais Ernst Fuhrmann, patron de Porsche, pense que la 911 et son moteur arrière ont fait leur temps, aussi envisage-t-il de la remplacer par des autos plus conventionnelles. Esthétiquement, la 924 ne l’est pourtant pas : sa ligne ultramoderne signée Harm Lagaay, qui dessinera plus tard le Boxster, se singularise par une lunette arrière en forme de bulle, des projecteurs rétractables à l’avant et des boucliers peints en guise de pare-chocs. Seulement, sous le capot, le bloc d’origine Audi, un 2,0 l de 125 ch, déçoit par son manque de caractère, même si performances sont convenables et le comportement routier très bon. Elle se décline en Turbo dès 1979 (170 ch) puis en S en 1985 (150 ch, puis 160 ch en 1987), avant de disparaître en 1988, produite à environ 150 000 unités.

Elle a le temps de connaître une rivale frappée du losange, qui sort en mars 1980 : la Renault Fuego. Celle-ci est le premier projet dirigé de bout en bout par Robert Opron, transfuge de Citroën qui lui doit la GS, la SM et la CX. Excusez du peu ! Son esthétique est jugée très moderne, voire avant-gardiste, d’autant qu’elle annonce pratiquement le bio-design, alors que le Cx ressort à un excellent 0.34. Les dessous sont moins reluisants : ce sont ceux de la berline R18, elle-même une évolution de la R12. Donc, traction, moteur longitudinal en porte-à-faux avant et essieu arrière rigide… La Fuego retient tout de même le train avant à déport négatif de la R20 Diesel et une direction affûtée, tandis que ses trains roulants bénéficient de ressorts, d’amortisseurs et de silentblocs bien plus fermes que ceux de la R18.

La Fuego se distingue par des lignes très fluides, qui annonçaient presque le bio-design qui allait déferler à la fin des années 80.
La Fuego se distingue par des lignes très fluides, qui annonçaient presque le bio-design qui allait déferler à la fin des années 80.

Sous le capot, on ne rêve pas vraiment non plus : on retrouve le 1,4 l Cléon Fonte (64 ch), le 1,6 l Cléon Alu (96 ch), deux blocs à arbre à cames latéral, ainsi que, 4 mois plus tard, le 2,0 l de la R20 (110 ch)… Aucune grosse puissance ! Pourtant, le public suit puisque 75 000 unités sont écoulées dès la première année. La version haut de gamme GTX cède la place fin 1983 à une version bien plus dans l’air du temps : la Turbo. Celle-ci récupère le 1,6 l et le pousse à 132 ch, ce qui autorise une vitesse maxi de 200 km/h. La suspension, les jantes (des 14 pouces signées BBS) et les freins ont bien sûr été adaptés (4 disques) pour encaisser la furie de celle qui deviendra une « voiture de collection de prestige ». À 89 500 F (28 000 € actuels selon l’Insee), la Fuego Turbo peut affronter sans rougir la Porsche 924 pourtant nettement plus chère (125 900 F, soit 39 500 € actuels). Malheureusement, même performante, la Fuego voit ses ventes chuter inexorablement, aussi la Régie la retire-t-elle du marché en 1985, après en avoir produit plus de 250 000 exemplaires tout de même.

Fiabilité/entretien : pas les différences que l’on croit

Le bloc de la 924 provient de chez Audi, Porsche lui ayant adapté une culasse spécifique. Il se révèle très robuste.
Le bloc de la 924 provient de chez Audi, Porsche lui ayant adapté une culasse spécifique. Il se révèle très robuste.

Simple mécaniquement, la Porsche 924 est d’une très grande endurance (elle passe sans gros ennuis les 200 000 km), à condition de bien changer la courroie de distribution tous les 80 000 km. L’injection Bosch K-Jetronic peut se dérégler, voire nécessiter une onéreuse réfection : là encore, une maintenance et un usage régulier épargnent bien des ennuis. La boîte se révèle, elle aussi, robuste, mais le faisceau électrique peut faire des siennes.

Côté corrosion, les premières 924 savaient très bien pourrir, mais Porsche a rectifié les process de fabrication, et dans les années 80, elles résistaient vraiment bien à la rouille. Dans l’habitacle, la finition est juste correcte : à la longue, le tableau de bord a une fâcheuse tendance à se fendre, à cause du soleil, alors que les sièges se décousent. On est bien loin de la 911 ! La 924 demeure heureusement facile à entretenir, d’autant que bien des pièces se trouvent chez Porsche… à prix Porsche !

Le moteur de la Fuego n’est autre que le 1,6 l Cléon Alu, allié à un turbo Garrett mais se passant d’injection. Aidé par un échangeur, il se montre très endurant.
Le moteur de la Fuego n’est autre que le 1,6 l Cléon Alu, allié à un turbo Garrett mais se passant d’injection. Aidé par un échangeur, il se montre très endurant.

Mécaniquement, la Renault est, elle aussi, très solide. Bien menée, elle passe les 200 000 km, mais son turbo sera certainement changé avant 100 000 km. Un usage précautionneux (temps de chauffe et de refroidissement respectés, vidanges rapprochées) le fera durer nettement plus longtemps. De plus, la distribution par chaîne facilite la maintenance. Cela dit, les accessoires électriques (démarreur, alternateur) ne sont pas très endurants. Pour sa part, la boîte ne pose pas de souci particulier, non plus que la suspension, qui s’use normalement.

Dans l’habitacle, bien présenté, la finition fait un peu camelote mais n’est pas si mauvaise, même si, là encore, l’électricité fait des siennes. Les sièges s’avachissent, les accessoires cassent : le lot commun de la grande série. Côté rouille, la Fuego n’est pas mal lotie. Bien protégée d’origine, elle se corrode tout de même autour du hayon, au niveau de bas de caisse, des ailes, des portières et des planchers, sans que cela ne soit dramatique pour une auto de près de 40 ans. Gros inconvénient : les pièces spécifiques sont très difficiles à trouver.

Avantage : Porsche. Les deux autos sont fiables si entretenues, mais la Porsche prend le dessus grâce à une qualité de fabrication de meilleur niveau et une mécanique plus simple.

Vie à bord : la France, terre d’accueil

Un tableau très complet pour la Renault, allié à un équipement riche et un habitacle assez spacieux pour un coupé. Le coffre, logeable, varie de 340 à 780 l.
Un tableau très complet pour la Renault, allié à un équipement riche et un habitacle assez spacieux pour un coupé. Le coffre, logeable, varie de 340 à 780 l.

Si nos deux coupés sont des 4-places, la Fuego se montre tout de même nettement plus logeable que la Porsche. Elle profite aussi d’un équipement beaucoup plus complet, puisque les vitres électriques, la télécommande de verrouillage central, les rétros électriques, le volant réglable et l’ordinateur de bord sont de série. En option, on trouvait même le cuir, ou encore la fameuse chaîne hifi à satellite de commande.

Ambiance plus austère et sportive dans la Porsche, qui, si elle est un peu mieux finie que la Renault, reste moins spacieuse et équipée. Le coffre varie de 250 à 500 l.
Ambiance plus austère et sportive dans la Porsche, qui, si elle est un peu mieux finie que la Renault, reste moins spacieuse et équipée. Le coffre varie de 250 à 500 l.

Pour sa part, la Porsche en finition de base n’offre rien de tout cela, se contentant d’une jolie sellerie et d’une instrumentation relativement complète, avec des jauges sur la console centrale. Il fallait choisir la Luxe (132 330 €) pour obtenir les vitres teintées électriques, ou encore le rétroviseur électrique. En option, la radio K7, la sellerie cuir et le toit ouvrant, notamment, étaient proposés, mais impossible, par exemple, d’obtenir un volant réglable ou une télécommande d’ouverture des portes.

Avantage : Renault. La Fuego prend nettement le dessus grâce à sa meilleure habitabilité et son équipement beaucoup plus complet.

Sur la route : une Porsche plus rigoureuse

Équilibre, rigueur et efficacité sont les maîtres-mots de la Porsche 924, qui manque pourtant de caractère.
Équilibre, rigueur et efficacité sont les maîtres-mots de la Porsche 924, qui manque pourtant de caractère.

De prime abord, dans la Porsche, on est gêné par le volant trop bas, et non réglable. Mais on s’y fait, même si, non assistée, la direction se révèle ferme en manœuvre. Le siège offre un confort ferme typiquement allemand, mais on s’y sent finalement bien. Le moteur ? Il fait très honnêtement le job. Souple et volontaire, il confère à la Porsche de bonnes performances, même s’il ne faut pas lui chercher un caractère marqué. Ça, les puristes de la marque n’ont pas aimé ! Heureusement, il se complète d’une boîte 5 (à grille normale à partir de 1981) très agréable à manier.

Dynamiquement, rien à redire. Au contraire ! La 924 profite d’un équilibre remarquable (merci la boîte à l’arrière qui équilibre les masses) et d’une belle précision. On se surprend à augmenter le rythme tellement on se sent en confiance, les freins présentant par ailleurs une bonne efficacité. Enfin, le confort apparaît très acceptable. En somme, une auto très homogène, mais manquant de passion.

Un comportement plus typé berline pour la Fuego, qui reste assez rigoureuse et efficace, même si le moteur, au caractère turbo très marqué, fait parfois souffrir le train avant.
Un comportement plus typé berline pour la Fuego, qui reste assez rigoureuse et efficace, même si le moteur, au caractère turbo très marqué, fait parfois souffrir le train avant.

Dans la Fuego, on s’installe dans des sièges souples et généreux (les fameux « pétales ») et on profite d’un habitacle plus lumineux. Le volant cuir, un modèle du genre, se règle en hauteur, mais malgré ça, la position de conduite n’est pas impeccable car trop haute. Heureusement, la direction assistée, de série, facilite grandement les manœuvres, sans manquer ensuite de précision sur route. Une réussite ! Souple en ville, le moteur présente un côté turbo plus marqué que sur la R18. Vers 3 000-3 500 tr/mn, on sent un net regain de punch des plus agréables, mais la boîte n’offre pas la netteté de maniement de celle de la Porsche.

La tenue de la Renault surprend en bien : elle profite d’un bon grip, et le volant rapide ajoute au dynamisme de la Fuego, qui n’est même pas exagérément sous-vireuse. Seulement, l’essieu arrière rigide engendre des réactions désagréables sur mauvaise route, voire nuit à l’efficacité, d’autant que l’amortissement ne vaut pas celui de la 924, sans même parler de la motricité vite prise en défaut. Dommage, car les freins donnent le change.

Avantage : Porsche. Objectivement, la 924 prend le dessus car elle est bonne, voire très bonne partout. Mais à cette homogénéité implacable, on peut préférer le côté exubérant d’une Fuego par ailleurs un poil plus performante.

Budget : l’écart s’est resserré

Fin 1982, la 924 adopte un béquet arrière qui améliore l’aérodynamique. L’essuie-glace est ici en option.
Fin 1982, la 924 adopte un béquet arrière qui améliore l’aérodynamique. L’essuie-glace est ici en option.

On l’a vu, en neuf, la Porsche était beaucoup plus chère que la Renault, malgré son moindre équipement. Mais cet écart a disparu. Désormais, pour l’une comme pour l’autre, il faut compter au minimum 6 000 € pour un exemplaire juste correct. À 7 500 €, on obtient une auto en bon état, alors qu’il faut compter 10 000 € pour quelque chose de vraiment impeccable.

Essuie-glace arrière de série pour la Fuego Turbo, tout comme le rétro droit électrique.
Essuie-glace arrière de série pour la Fuego Turbo, tout comme le rétro droit électrique.

Au-delà, cela devient déraisonnable, sauf en cas de kilométrage exceptionnellement bas doublé d’une condition générale en rapport. Même si cela compte peu pour des autos désormais appelées à peu rouler, la Renault consomme moins que la Porsche en usage courant (7,5 l/100 km contre 8,5 l/100 km). De surcroît, ses pièces sont moins chères.

Avantage : Renault. La Fuego prend de peu les devants grâce à sa consommation plus mesurée et ses pièces moins chères.

Verdict : la Renault pour son originalité

Bonne bouille pour la Renault, qui propose les antibrouillards et les lave-phares en série.
Bonne bouille pour la Renault, qui propose les antibrouillards et les lave-phares en série.

Même si elle a été conçue comme un Meccano, la Porsche profite d’une très belle homogénéité générale. Elle est véloce, très sûre, efficace et assez confortable. Seulement, son moteur ne délivre aucun agrément particulier, et au final, elle manque de tempérament. Très embêtant pour une Porsche ! Par ailleurs, sa finition n’a rien de mirobolant.

En dépit de dessous simplistes, la Renault ne démérite pas dynamiquement parlant, même si elle n’est pas aussi homogène que l’allemande. Seulement, outre un habitacle plus vaste et mieux équipé, elle profite d’un moteur plus performant et surtout, plus typé, même si certains verront cela comme un défaut. En sus, la Fuego Turbo est bien plus rare que la 924, de sorte qu’on est encore plus enclin à aimer cette mal-aimée !

Quoi qu’on en pense, les phares rétractables ajoutent une bonne dose d’exclusivité à la ligne d’une voiture, surtout la 924.
Quoi qu’on en pense, les phares rétractables ajoutent une bonne dose d’exclusivité à la ligne d’une voiture, surtout la 924.

Au final

Thème Avantage
Fiabilité/entretien Porsche
Vie à bord Renault
Sur la route Porsche
Budget Renault
Verdict Renault

> Pour trouver des annonces de Porsche 924, rendez-vous sur le site de La Centrale.

Portfolio (1 photos)

En savoir plus sur : Porsche 924

SPONSORISE

Actualité Porsche

Toute l'actualité

Commentaires (74)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

J'ai eu l'occasion de voir souvent la 924 d'un copain, c'était sa voiture de tous les jours. L'intérieur a été ruiné bien avant que la voiture termine a cheval sur un rail mais il n'a jamais eu de panne significative.

Par

beau comparatif.....

faut le souligner

Par

En réponse à ze_cat

beau comparatif.....

faut le souligner

Exact... bien documenté....

Mais combien de Rîno Fuego turbo essence restent sur le marché ???

Recherches qui se limiteront quasiment à la France pour le dénicheur qui se mettra en chasse...

Les matchs qui entre deux boxeurs comprend un fantôme... bon ! :beuh:

Par

Technologies du moteur et qualité du châssis. Il y a une nette différence pour les 2 auto.

La fuego à un important tangage avec son carrossage positif et les moteur on une carburation des années 60

Par

il y a Deux Fuego qui "pourissent" tranquillement dans la cours d'une ferme prés de chez moi

je passe tous les jours devant ... depuis 15 ans :biggrin:

un Fuego bleu foncé, avec les lettrages fuego sur le flanc

Par

Le moteur de la Fuego n’est autre que le 1,6 l Cléon Alu, allié à un turbo Garrett mais se passant d’injection. Aidé par un échangeur, il se montre très endurant.

Le cleon 4 cylindres cleon de 900cc à 1400cc n'a rien avoir avec le 1.6 qui équipe les r16 tx

Par

très sympa comme article, après pour les tarif de la Porsche il faut mettre un peu plus que ce qui est dit en dessous de 12 ke on trouve mais avec de nombreux frais ...

Par

Comparer Porsches à Renault pourquoi pas... demain Peugeot à Ferrari, on est dans le même monde y a pas de doute :blague:

Par

Uniquement pour la collection, la Porsche, qui finira toujours avec une cote stable, voir en hausse, juste sur le nom.

Une 924 en très bon état pourra se vendre 10 000 ou 15 000€ ... j'ai du mal à imaginer une Fuego turbo à ce prix ?

et puis, trouver un mécano spécialiste et des pièces Porsche c'est assez simple, trouver un mécano spécialiste des Renault des années 80 ? et les pièces ? ... euh ... bonjour la difficulté !

Donc il n'y a pas photo, un collectionneur s'intéressera à la 924, pas à la Fuego.

c'ets peut être dommage, mais c'est la vérité "économique".

Par

En réponse à Laulau423

Comparer Porsches à Renault pourquoi pas... demain Peugeot à Ferrari, on est dans le même monde y a pas de doute :blague:

C'est tout de même une porsche au rabais. Le comparatif de ces deux merguez n'est donc pas si incongru. :biggrin:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire