Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Prise en main vidéo - Ford Edge restylé (2018) : un Yankee au pays d'Ikea

Dans Nouveautés / Restyling

Le SUV familial de Ford passe sur le billard pour un lifting de mi-carrière. Il évolue surtout dehors et sous le capot, nous allons le voir. Et Ford nous l'a présenté sur les routes enneigées de Suède. Difficile d'en revenir avec un essai en bonne et due forme. La prise en main sera donc quelque peu "décalée"...

Prise en main vidéo - Ford Edge restylé (2018) : un Yankee au pays d'Ikea

En bref

Version restylée du Edge

Un seul moteur diesel 238 ch

Deux finitions : ST Line et Vignale

À partir de 53 500 €

 Le Ford Edge est le plus gros de la triplette de SUV de la marque. En effet, si l'on met de côté le pick-up Ranger, ses 4,83 m (2 cm de plus que l'ancien) lui font toiser le Kuga (le compact) de 31 cm et l'Ecosport (l'urbain) de 74 cm. Un "gros" donc, du moins en France. Car aux Etats-Unis, son principal marché, il est considéré comme un... compact. Il a pour concurrent, entre autres, le Volkswagen Touareg, le Kia Sorento, le Hyundai Santa Fe, le Toyota Land Cruiser côté généralistes, mais aussi le Mercedes GLE ou le BMW X5 côté premium. Des modèles dont il peut se rapprocher aujourd'hui, nous allons le voir.

Le Edge n'a débarqué en France qu'en 2016, son restylage peut donc paraître rapide. Mais c'est sans compter qu'il est sorti en 2014 Outre-Atlantique. Par conséquent, lui redonner un coup de jeune aujourd'hui n'a rien de surprenant.

 

 

Et c'est en Suède, au pays d'Ikea et du cheval de Dalécarlie que Ford a décidé de la présenter à la presse. Certes la destination est exotique et sympathique. Mais l'essai prévu s'est rapidement transformé en prise en main sur la neige. Car oui, sans surprise, la Suède en décembre est recouverte d'un beau manteau de neige, routes incluses. Et il est vite apparu que nous ne pourrions revenir à la rédaction avec un jugement complet sur l'auto. C'est donc un essai plutôt "décalé" que nous avons effectué.

 

A l'avant, tout est revu : calandre, optiques, bouclier, antibrouillards. Et ça change la physionomie !
A l'avant, tout est revu : calandre, optiques, bouclier, antibrouillards. Et ça change la physionomie !
Le Edge est un gros SUV, il mesure 2 cm de plus qu'avant, avec 4,83 m en longueur.
Le Edge est un gros SUV, il mesure 2 cm de plus qu'avant, avec 4,83 m en longueur.
A l'arrière, les feux sont revus, le bandeau de jonction disparaît, les sorties d'échappement sont revues.
A l'arrière, les feux sont revus, le bandeau de jonction disparaît, les sorties d'échappement sont revues.

 

Pour autant, cela ne nous a pas empêchés de lister les différences entre ce Edge restylé et son prédécesseur.

Déjà, le look. Revu en profondeur. Aucun risque de confondre les deux "phases" si on les met côte à côte. Face avant, face arrière, tout change. La calandre, entièrement nouvelle, reprend les formes de celle des Kuga et Ecosport, version XXL. La finition Vignale de notre monture du jour, habillée d'un joli rouge rubis, ajoute à cette calandre des "V flottants" chromés, un détail sympa. Les phares sont revus également, la signature lumineuse à LED inédite, et ils ne touchent plus la calandre. Tout le bas du bouclier est également redessiné. À l'arrière, exit le bandeau reliant les feux. À contre-courant de la mode, le Edge reprend des blocs bien séparés, au dessin adouci. Le hayon se creuse davantage pour mieux accueillir la plaque d'immatriculation, tandis que le bouclier présente désormais une double sortie d'échappement plus verticale, et des catadioptres repoussés loin sur les côtés.

Toute la physionomie du Edge en est donc transformée. En mieux, en moins bien, les avis sont partagés. Au moins, les coups de scalpel n'ont pas été timides.

 

Statu quo à l'intérieur

La planche de bord est reprise telle quelle. Elle est simple, ergonomique, et finalement très bien finie pour un modèle d'extraction américaine. La console centrale est modifiée, car la boîte automatique est nouvelle. Sa commande rotative dégage plus d'espace.
La planche de bord est reprise telle quelle. Elle est simple, ergonomique, et finalement très bien finie pour un modèle d'extraction américaine. La console centrale est modifiée, car la boîte automatique est nouvelle. Sa commande rotative dégage plus d'espace.

Cela ne vaut que pour l'extérieur. Car à l'intérieur, c'est le statu quo. Le Edge conserve telle quelle sa planche de bord. Pas forcément un mal. Elle est claire, bien pensée, ergonomique, avec des fonctions qui passent par l'écran 8 pouces tactile du système multimédia Sync 3 (la taille semble aujourd'hui un peu petite), d'autres étant en accès direct. Mais également bien finie, avec des matériaux de qualité. Seuls quelques assemblages peuvent toujours faire tiquer par endroits. Mais c'est globalement, nous l'avions déjà dit lors de la sortie en 2016, une agréable surprise.

Les seuls changements se situent au niveau de la console centrale. Le passage d'une boîte robotisée Powershit à double embrayage, dotée d'un levier de commande imposant, à une nouvelle boîte automatique 8 rapports à convertisseur, commandée par un petit levier rotatif sans liaison avec la boîte, dégage un espace conséquent. Du coup, on retrouve des rangements plus grands et plus nombreux, dont un qui permet d'accueillir la recharge par induction des téléphones compatibles.

L'espace à bord est toujours remarquable. Les passagers sont très à l'aise sur la confortable banquette arrière, avec de la place pour leurs genoux, leur tête et leurs épaules. Même le tunnel de transmission est très discret.

Le volume de coffre de 602 litres est conforme au gabarit, et dans la moyenne de la catégorie.Les bagages seront à l'aise.
Le volume de coffre de 602 litres est conforme au gabarit, et dans la moyenne de la catégorie.Les bagages seront à l'aise.
Aux places arrière, l'habitabilité est remarquable, de tous côtés (tête, jambes, épaules). Et dans les deux finitions ST Line et Vignale, la banquette est chauffante.
Aux places arrière, l'habitabilité est remarquable, de tous côtés (tête, jambes, épaules). Et dans les deux finitions ST Line et Vignale, la banquette est chauffante.

 

Le volume de la soute n'est pas en reste, toujours fixé à 602 litres banquette en place, et 1 847 litres lorsqu'elle est rabattue.

 

Plus qu'un seul moteur, et une transmission intelligente

Le nouveau 2.0 ne sera disponible en France qu'en version 238 ch et 500 Nm.
Le nouveau 2.0 ne sera disponible en France qu'en version 238 ch et 500 Nm.

Sous le capot maintenant. Là aussi, du changement. C'en est fini du 2.0 diesel actuel, disponible en 180 ou 210 ch. Il faut désormais respecter de nouvelles normes de pollution. Et c'est un tout nouveau 2.0 diesel qui s'y colle. Il existe en 150, 190 et 238 ch, mais le marché français n'aura droit qu'à la version la plus puissante. Ce sera donc 238 ch, 500 Nm de couple, 216 km/h en vitesse de pointe et un 0 à 100 km/h en 9,6 s, ce qui est beaucoup. La transmission 4x4 est désormais intelligente : lorsqu'il n'est pas nécessaire, elle désaccouple l'essieu arrière pour devenir 4x2. Cela fait, selon Ford, gagner 6,5 % de consommation. Et ce n'est pas un luxe. En effet, le Edge est une baleine. Avec 2,1 tonnes annoncées par Ford (peut-être 2,3 en réalité), il boxe en catégorie poids-lourds (comme tous ses comparses il faut l'avouer). Sa consommation mixte officielle est de 6,9 litres (mais bien sûr...) et ses rejets de CO2 grimpent à 180 grammes. C'était 152 pour l'ancien 2.0 en 210 4x4 Powershift (mais en cycle NEDC...).

Du coup, le malus 2018 fait mal, pour ceux qui se précipiteraient pour l'acheter cette année (9 050 €). Ce qu'on ne vous conseille pas. En 2019, le malus baisse, mais reste très élevé, à 7 340 €. Ouch ! C'est encore presque 13 % du prix de vente. Un Volkswagen Touareg équivalent, 3.0 V6 TDI 231 4WD Auto, est à 167 grammes et 4 253 € de malus "seulement". Et ses performances sont meilleures (218 km/h, 0 à 100 en 7,5 s).

Dernier chamboulement, la disparition des entrées de gamme. Désormais, un seul moteur donc, en deux finitions. La ST Line à 53 500 €, et la Vignale, notre modèle d'essai, suréquipée (voir page équipement), à 56 900 €.

 

Sur les routes enneigées, difficile de juger, mais le Edge est... lourd !

Passés les chiffres, qu'est-ce que cela donne sur la route ? Caramba ! On ne pourra pas vraiment savoir... Mais tout de même, de belles routes enneigées nous tendaient les bras, nous ne les avons pas boudées. Au contraire. Armés de pneus cloutés, volant chauffant en marche, sièges chauffants allumés, pare-brise dégivrant sur "On", on s'est tout de même bien amusés.

 

Prise en main vidéo - Ford Edge restylé (2018) : un Yankee au pays d'Ikea

La Suède en hiver, c'est dépaysant. La circulation est presque inexistante, sauf en traversée de ville. On peut faire des kilomètres sans croiser une auto. Peu de virages, et la possibilité de rouler à 90 km/h avec des routes blanches, quand on ne peut dépasser le 80 sur route sèche chez nous.

Ces mêmes routes serpentent entre les arbres, dans des forêts de sapin omniprésentes, et on saute de lac gelé en lac enneigé. Les paysages prennent une teinte rosée le matin et le soir, sois autour de 10h, et de 14 h ! Oui, les journées sont courtes... Mais les lumières superbes.

À bord, on profite d'un confort ouaté. Les pneus cloutés font un peu de bruit lorsque le bitume réapparaît parfois, mais l'insonorisation, bien aidée par un système de réduction active du bruit, est tout à fait remarquable. On a peine à croire, même à l'accélération, qu'on roule en diesel. On circule presque naturellement, ainsi (bien) chaussé, à des vitesses entre 90 et 100 km/h.

Prise en main vidéo - Ford Edge restylé (2018) : un Yankee au pays d'Ikea

Mais le premier freinage vous rappelle à l'ordre. On est sur de la neige, voire de la glace. Et le bébé pèse son poids. En combinant les deux, on comprend vite qu'il faut faire preuve d'anticipation pour aborder les changements de direction. Sinon, ce sont des frayeurs à la clé. Et à l'accélération aussi, il faut avoir le pied léger, car les 500 Nm de couple poussent tout de même bien, et mettent à mal la motricité sur ce terrain il faut l'avouer bien particulier.

Après avoir traversé, répétons-le, de superbes paysages, avoir fait un stop près des chutes les plus hautes de Suède à Tännforsen, il est temps de conclure l'essai. Il est 14h30, le soleil est déjà couché, et 30 minutes plus tard, il fera nuit noire. Notre journée de travail est finie...

On vous le promet, on le reprendra pour un essai plus objectif et détaillé, sur un terrain plus habituel. Mais globalement, si les prestations routières s'approchent de celles du précédent, ce Edge est toujours une bonne option dans la catégorie.

 

 

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Ford Edge

180 g/km - malus : 7340 €

Début de commercialisation du modèle :
Ford Edge

Février 2016

A titre d'exemple pour la version (2) 2.0 ECOBLUE 238 INTELLIGENT VIGNALE BVA8.

1,73 m1,98 m
4,83 m
  •  5 places
  •  602 l / 1847 l

  •  Auto. à 8 rapports
  •  Diesel

Portfolio (41 photos)

En savoir plus sur : Ford Edge

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (36)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Profil supprimé

Quand on pense que certains vont choisir la criquienne kololoeos poussive 1L6 dCi...

Par

Plutôt joli (surtout dans cette superbe couleur), très bien équipé et certainement bien motorisé … mais le manque d'image (et de personnalité) risquent de difficilement faire passer la pilule du prix malus compris face a des concurrents davantage légitimes (par leur blason) dans cette tranche de prix.

Déjà peu diffusé sur le vieux continent, il risque de devenir encore plus confidentiel malgré ses qualités.

Par

l'ancien avait plus de gueule. Là il s'affine pour passer inaperçu en ville..

On ne vous parlera pas de freinage et de tenue de route. ben oui la route enneigée pour tester l'utilité d'un SUV c'était trop de chance.

Par

Comme la plupart des modèles de luxe vendus par des marques généralistes, il ne risque pas de faire de gros chiffres de vente, mais ce sera une très bonne affaire en seconde main dans quelques années... si , bien sûr, on peut encore rouler au diesel sans casser sa tirelire d'ici là.

Par

En réponse à Profil supprimé

Quand on pense que certains vont choisir la criquienne kololoeos poussive 1L6 dCi...

quand je pense que tout le monde ne peut pas payer le malus

Par

Esthétiquement, c'est un choc ! Vraiment susceptible de donner le frisson aux amateurs d' automobiles ! Difficile de rester insensible et de quoi redouter le moment d'en apercevoir un exemplaire évoluer en vrai !

Par

À gerber, ça devient de pire en pire la production automobile

Par

Moi je le trouvais bof mais dans cette couleur et cette superbe sellerie franchement il le fait comme généraliste il n'a aucun concurrent et fait vraiment premium rapport qualité prix par rapports aux 3 marques Allemandes.:bien:

Par

Dans cette configuration, il est plutôt beau surtout avec ce joli rouge.

Bon sinon, il vaut son prix quoi. 56k€ avec une petite remise, on peut descendre à 53k€ voir même 50k€ pour une version toutes options.

C'est quasiment le prix d'un DS7 HDi 225.

Et aussi, je ne pense pas qu'il concurrence un Touareg, GLE ou X5. Ceux-là sont d'un niveau encore au dessus.

Autre point, il manque certains mots dans vos phrases, faudra juste vous relire please.

Par

J'le vois plus en concurrence d'un Q5, GLC, XC60 ou X3 ou même NX.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire