Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Renault : Carlos Ghosn reste PDG et accepte une baisse de salaire de 30 %

Dans Economie / Politique / Personnalités

Renault : Carlos Ghosn reste PDG et accepte une baisse de salaire de 30 %

Carlos Ghosn est reparti pour quatre années à la tête du Losange, afin d'assurer la transition avec son nouveau directeur général adjoint Thierry Bolloré. Il a accepté une réduction de son salaire, un geste pour apaiser ses relations avec l'État français.

Il y a quelques mois, Renault avait lancé le processus pour trouver un successeur à Carlos Ghosn. Au final, celui qui est PDG du Losange depuis 2005 va repartir pour un nouveau mandat de quatre ans. Ce renouvellement proposé par le Conseil d'Administration sera soumis au vote des actionnaires lors de la prochaine Assemblée Générale, le 15 juin.

Carlos Ghosn aura trois objectifs prioritaires pour son nouveau mandat : mettre en œuvre le plan stratégique Drive the Future, dont le terme opérationnel est fixé à 2022, rendre l'Alliance pérenne et "renforcer le plan de succession à la tête du Groupe Renault". La vraie nouveauté concerne ce dernier point, avec la nomination de Thierry Bolloré au poste de "Directeur Général Adjoint Groupe", en clair un numéro 2 qui a vocation à prendre la relève en 2022.

Dans un communiqué, le Conseil d'Administration du Losange a souligné "les résultats exceptionnels" du précédent plan stratégique, Renault étant très rentable. L'option de la transition en douceur s'est donc au final imposée, un scénario soutenu par l'État, qui détient 15,01 % du capital de Renault et 21,93 % des droits de vote.

Le ministre de l'Économie Bruno le Maire a par ailleurs indiqué que Carlos Ghosn avait accepté une baisse de son salaire de 30 %. Un geste qui va apaiser les relations entre le PDG de Renault et l'État Français, qui avait l'année dernière voté contre une résolution sur le salaire de Ghosn, jugé excessif. Tout cumulé (fixe, part variable, stock-options, bonus), il dépassait 7 millions d'euros.

En 2016, les actionnaires avaient rejeté à 54 % la résolution portant sur le salaire de l'année 2015, mais le Conseil d'Administration l'avait validé (les actionnaires ayant un rôle consultatif sur ce point). Cela avait déclenché une vive polémique, poussant Renault à faire un premier geste en baissant la part variable, de 150 à 120 % du salaire fixe.

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Forum Renault

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire