Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Renault Clio Baccara (1991-1996) : un concentré de luxe abordable, dès 2 000 €

Dans Rétro / News rétro

Stéphane Schlesinger

Version chic de la Clio I, la Baccara se signale par le luxe hors normes de son habitacle et ses motorisations généreuses. Cette petite suréquipée se déniche pour une bouchée de pain, mais cela risque de ne pas durer.

Cuir, clim, sono, gros moteur, la Renault Clio Baccara a bien tout d’une grande comme disait la pub. Ici, un modèle 1994.
Cuir, clim, sono, gros moteur, la Renault Clio Baccara a bien tout d’une grande comme disait la pub. Ici, un modèle 1994.

Il est des réinventions à la réussite étonnante, et la Renault Clio en fait partie. Succédant à la R5, qui a su, avec la Supercinq, créer un début de dynastie à succès, la Clio est parvenue à la remplacer et initier une lignée dont le Losange fait toujours ses choux gras. Plusieurs raisons à cela. D’abord, la citadine au losange, par ses dimensions, son confort, ses qualités routières et son équipement a largement renouvelé les codes de sa catégorie dès sa sortie en 1990. Ensuite, elle est arrivée à un moment où les stars du segment B (Fiat Uno, Peugeot 205, Opel Corsa) vieillissaient. Techniquement, la Clio utilise pourtant une plate-forme de Supercinq, elle-même dérivant de celle des R9-R11, ainsi qu’une bonne partie des mécaniques de celles-ci, auxquelles elle ajoute le moteur Energy inauguré par la R19 en 1988. Elle confirme les progrès réalisés en matière de qualité par le losange, d’abord vus sur la 19.

À son apparition en 1990, la Clio n’affronte qu’une concurrence vieillissante : 205, Uno, Polo et Corsa sont âgées d’au moins 7 ans. Bon timing ! Ici, une RT, le haut de gamme avant la Baccara.
À son apparition en 1990, la Clio n’affronte qu’une concurrence vieillissante : 205, Uno, Polo et Corsa sont âgées d’au moins 7 ans. Bon timing ! Ici, une RT, le haut de gamme avant la Baccara.

De plus, dessinée avec fluidité dans un style très moderne, la petite Renault rencontre très vite un succès mérité, devenant en outre Voiture de l’Année 1991. Elle le renforce par une dynamique de gamme très forte. En effet, cette année-là, elle bénéficie d’une variante qui va faire saliver la clientèle : la Baccara.

À l’instar des Supercinq et R25 du même nom, celle-ci profite d’un cockpit très luxueux. Opulents sièges en cuir Connolly, parements en bois, équipement ultra-complet : vitres et rétros électriques, direction assistée, jantes alliage spécifiques, hi-fi à satellite de commande, antibrouillards, clim et housse à vêtements sous la plage arrière.

Lancée en 1991, la Clio Baccara se signale par ses jantes spécifiques, ses rétroviseurs et ses boucliers couleur caisse.
Lancée en 1991, la Clio Baccara se signale par ses jantes spécifiques, ses rétroviseurs et ses boucliers couleur caisse.

Jamais une citadine de série n’en avait offert autant ! Cela se traduit par un prix tout aussi inédit sur une auto si petite et non sportive : 108 000 F, soit 24 800 € actuels. Sous le capot, la Clio Baccara a droit à deux moteurs : le F 1,7 l de 92 ch si elle s’équipe de la boîte manuelle, et l’Energy 1,4 l de 80 ch si elle a droit à la boîte automatique, les deux variantes s’offrant au même tarif. Avec le premier bloc, la Baccara jouit de performances presque sportives (pour l’époque), pointant à 185 km/h.

Tableau à casquette large pour la Clio Baccara, ici en 1991. Notez l’instrumentation complète.
Tableau à casquette large pour la Clio Baccara, ici en 1991. Notez l’instrumentation complète.

Elle connaît un joli succès, les amateurs de luxe n’ayant pas forcément besoin d’une carrosserie encombrante, puis va évoluer comme les autres Clio. En 1993, elle bénéficie d’un léger restylage (grille de calandre, rétros agrandis) et se pare de blocs dépollués. En sus, la structure est renforcée et un airbag apparaît dans la liste des options (3 000 F).

Ce qui fait l’attrait de la Clio Baccara : l’intérieur luxueux, doté de sièges en cuir et de divers éléments en bois, comme les médaillons de portière et le pommeau de vitesses.
Ce qui fait l’attrait de la Clio Baccara : l’intérieur luxueux, doté de sièges en cuir et de divers éléments en bois, comme les médaillons de portière et le pommeau de vitesses.

À cette occasion, le 1,7 l est remplacé par le 1,8 l à injection de 95 ch déjà vu dans la R19. L’automatique y a aussi droit, mais avec une puissance ramenée à 90 ch. Les techniciens ayant un peu travaillé, la Baccara peut également recevoir l’ABS, chose impossible auparavant car son montage était jugé incompatible avec celui de la clim…

Nouveau relooking en 1996, qui se signale par des projecteurs étrangement hypertrophiés, alors que dans l’habitacle, le double airbag est de série. En 1997, Renault n’ayant plus le droit d’utiliser l’appellation Baccara, la Clio de ce nom devient Initiale, puis elle disparaît en 1998, avec le reste de la gamme : la Clio II est apparue.

Une Clio Baccara restylée de 1994, notable à ses rétros arrondis, sa calandre ton caisse et ses feux arrière proéminents.
Une Clio Baccara restylée de 1994, notable à ses rétros arrondis, sa calandre ton caisse et ses feux arrière proéminents.

Combien ça coûte ?

Étonnamment, alors qu’il s’agit d’un youngtimer connu, performant et assez particulier, la Clio Baccara n’a pas vu sa cote s’envoler. Pour 2 000 €, on accède à une 1,4 l automatique en bon état, alors qu’une belle 1,7 l manuelle, restant sous les 120 000 km, exigera 3 500 €. À 4 500 €, on peut exiger une 1,8 l de moins de 100 000 km, les plus beaux exemplaires dépassant parfois les 7 000 €, à condition d’avoir un kilométrage très faible.

En 1996, Renault affuble la Clio de grands projecteurs qui rompent l’homogénéité de la face avant.
En 1996, Renault affuble la Clio de grands projecteurs qui rompent l’homogénéité de la face avant.

Quelle version choisir ?

On devrait plutôt parler de celle à ne pas choisir, et encore. Se contentant d’un 1,4 l garant de performances plutôt modestes, la première Baccara automatique manque d’agrément par rapport à ses sœurs, même si la boîte est très douce. Mais celle-ci n’est pas très fiable… Avantage des premiers modèles, ils sont éligibles à la carte grise collection, et peuvent ainsi échapper à certaines restrictions de circulation.

Cette Clio Baccara 1.4 BVA de 1992 totalisant 31 338 km d’origine a été vendue 9 030 € par Artcurial le 13 septembre 2020. Elle faisait partie de la collection Trigano.
Cette Clio Baccara 1.4 BVA de 1992 totalisant 31 338 km d’origine a été vendue 9 030 € par Artcurial le 13 septembre 2020. Elle faisait partie de la collection Trigano.

Les versions collector

Toutes, à condition de se trouver en parfait état d’origine et à faible kilométrage.

Les blocs F 1,7 l et 1,8 l de la Clio Baccara affichent une endurance de très bon niveau.
Les blocs F 1,7 l et 1,8 l de la Clio Baccara affichent une endurance de très bon niveau.

Que surveiller ?

Côté moteur, rien à redouter de la Clio. Tous, du 1,4 l au 1,8 l, se révèlent très solides, évidemment, si on en a changé la courroie de distribution en temps et en heure. Les alternateurs et démarreurs sont bien moins costauds, mais ils coûtent très peu cher. Sur les versions manuelles, la boîte se révèle endurante.

En revanche, l’automatique est source de bien des problèmes. Pire, ses composants ne sont souvent plus disponibles, et bien peu de garagistes savent travailler dessus. Si une telle transmission vous intéresse, assurez-vous qu’elle fonctionne tout en douceur et que son huile soit bien rose.

Côté carrosserie, la Clio marque une certaine sensibilité à la corrosion, qui attaque parfois sévèrement les ailes arrière, les passages de roue et les planchers. À surveiller. Dans l’habitacle, les plastiques et les cuirs vieillissent bien (à condition d’entretenir ces derniers), mais la ventilation est souvent en panne. Attention aussi à l’antidémarrage, monté à partir de 1996.

Néanmoins, dans l’ensemble, une Clio Baccara manuelle bien suivie affichera une longévité enviable.

Au volant

Avec ses 95 ch et son châssis bien conçu, la Clio Baccara phase 2 fait plus que bonne figure sur route à l’heure actuelle.
Avec ses 95 ch et son châssis bien conçu, la Clio Baccara phase 2 fait plus que bonne figure sur route à l’heure actuelle.

J’ai pu prendre les commandes d’une 1,8 l manuelle de 1995. On est accueilli par un siège ample et moelleux, très agréable pour tout dire, et un habitacle présentant bien : la Clio II s’avère bien moins flatteuse ! Comme sur la Supercinq dont elle dérive, la Clio I se signale par un volant un poil excentré sur la droite, mais grâce au fauteuil réglable en hauteur, on trouve une bonne position de conduite, l’espace disponible demeurant appréciable. Devant soi, on a droit à une belle instrumentation comprenant même une jauge à huile : ça vaut toutes les tablettes.

Sur les Baccara phase 2 (à partir de 1993), une baguette de bois remplace le médaillon sur les panneaux de porte, alors que la trappe de l’autoradio est désormais en bois.
Sur les Baccara phase 2 (à partir de 1993), une baguette de bois remplace le médaillon sur les panneaux de porte, alors que la trappe de l’autoradio est désormais en bois.

En ville, c’est la douceur qui domine la conduite, entre le moteur très souple et rond, la boîte au maniement fluide et la suspension effaçant efficacement les aspérités. Même l’insonorisation est soignée. Sur route, on aimerait plus de peps du 1,8 l à haut régime, mais il assure de belles performances, l’auto étant légère. Cette Baccara en surprend plus d’un par sa vitalité ! Mieux, son comportement routier demeure très actuel grâce au grip et au bel équilibre, sans que le confort n’en pâtisse. En somme, voici une petite youngtimer fort agréable à conduire ! Seul le freinage, faiblard, a réellement vieilli. Enfin, à 8 l/100 km, la consommation moyenne demeure acceptable.

 

L’alternative newtimer

Renault Clio 2.0 16v Initiale (2006-2009)

La Renault Clio III, apparue en 2005, profite d’une finition excellente et, en version Initiale comme ici, d’un équipement conséquent.
La Renault Clio III, apparue en 2005, profite d’une finition excellente et, en version Initiale comme ici, d’un équipement conséquent.

En matière de Clio très bien finie et surmotorisée, la 2.0 16v se pose là. À son lancement fin 2005, la troisième génération de la citadine au losange a surpris par la qualité de son habitacle, fort bien présenté et construit surtout dans les versions de haut de gamme. Justement, au sommet de celle-ci trône la variante Initiale, à l’équipement pléthorique : cuir, clim auto, régulateur de vitesse, sono, carte mains libres…

En option, on trouve les xénons, le GPS, la boîte auto ou encore le caisson de basses. Rien ne manque ! Sous le capot, le 2,0 l 16 soupapes d’origine Nissan développe 140 ch, ce qui autorise d’excellentes performances, encore maintenant, tandis que le comportement routier fait référence. À partir de 4 500 €.

Renault Clio Baccara (1994), la fiche technique

La housse à vêtements des Clio Baccara, un détail rarissime sur une si petite voiture. Et même une plus grande !
La housse à vêtements des Clio Baccara, un détail rarissime sur une si petite voiture. Et même une plus grande !
  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 1 794 cm3
  • Alimentation : injection
  • Suspension : jambes McPherson, triangles, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AV), bras tirés, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 5 manuelle, traction
  • Puissance : 95 ch à 5 750 tr/mn
  • Couple : 145 Nm à 2 750 tr/mn
  • Poids : 915 kg
  • Vitesse maxi : 185 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 9,9 s (donnée constructeur)

> Pour trouver des annonces de Clio Bacarra, rendez-vous sur le site de La Centrale.

Mots clés :

En savoir plus sur : Renault Clio

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire