Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Renault n'est pas favorable au tout électrique dès 2035

Renault n'est pas favorable au tout électrique dès 2035

Luca de Meo a dit à Caradisiac qu'il espère pouvoir vendre des hybrides au-delà de 2035. 

L'Europe compte interdire la vente des voitures neuves dotées d'un moteur thermique à partir de 2035. En clair, seul le moteur électrique sera autorisé ! Mais plusieurs grandes marques ont déjà prévu de passer au tout électrique sur le Vieux Continent avant 2035. Dès 2030, Fiat, Ford, Mini, Opel ou encore Volvo ne proposeront que de l'électrique.

Nous avons demandé à Luca de Meo s'il a en tête une date de la fin du thermique pour le groupe Renault. Le directeur général du Losange ne souhaite pas fixer de date précise pour passer au tout électrique. Il nous a même dit qu'il espère pouvoir vendre encore des hybrides après 2035.

Luca de Meo pense que cela permettra une transition plus soft, qui aura "moins d'impact sur toute la filière, avec aussi les considérations d'un point de vue social". Il veut aussi éviter "un effet d'anticipation négatif de la part des clients, qui voient l'interdiction arriver très tôt".

Luca de Meo a donc peur que cette réglementation européenne pénalise trop vite les ventes de voitures à moteur hybride… alors que le groupe vient tout juste de lancer des motorisations de ce type. Il prépare d'ailleurs une nouvelle famille de moteurs hybrides pour ses futurs grands SUV, à partir d'un trois cylindres 1.2 essence. Le prochain Kadjar aura ainsi de l'hybride simple jusqu'à 200 ch et de l'hybride rechargeable jusqu'à 280 ch.

Le patron du Losange espère donc que les négociations en cours vont permettre un assouplissement. Il nous a toutefois rappelé que Renault va tendre vers le tout électrique. Il a même fixé un objectif de 90 % de ventes en 100 % électrique pour le Losange en 2030 ! Donc "quelles que soient les discussions au niveau européen, on a fait le choix très clair de pousser Renault dans le monde des électriques et on va continuer de le faire".

En fait, avec l'hybride, on sent qu'il plaide davantage la cause de Dacia, dont une bascule vers le tout électrique sera plus complexe, notamment pour les SUV familiaux Duster et Bigster. La filiale low-cost prépare d'ailleurs ses premiers véhicules hybrides, grâce à l'utilisation de la plate-forme CMF-B, la même que le Captur, qui existe en hybride simple et hybride rechargeable.

Fidèle à ses habitudes, Dacia a attendu une demande de sa clientèle pour ce type de technologie… et une baisse de son prix. Mais les réglementations européennes en matière de CO2 risquent d'accélérer les calendriers.

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires (102)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

étonnant que Renault, pourtant gros vendeur de Zoé soit contre le tout VE.

Mais il est vrai que par rapport à d'autres constructeurs comme VW ou Kia / Hyundai, Renault semble en retard : pour l'instant il n'y a que la Zoé, la Twingo sous batterisée et la Kwid qui arrive très très timidement.

Donc une solution bien différente de ce qu'il est possible de trouver au catalogue des corréens ou de VW (et audi, et skoda ...)

Par

Mais il en vendra des hybrid...

Cette réglementation ne concerne QUE l'Europe.

2035 c'est 2 générations de vehicules a venir.

D'ici là nos technocrates auront bien pondu 2 ou 3 merdes de plus. pas la peine de s'arracher les cheveux maintenant, il n'y en aura plus pour plus tard.

Par

En réponse à manu.lille

étonnant que Renault, pourtant gros vendeur de Zoé soit contre le tout VE.

Mais il est vrai que par rapport à d'autres constructeurs comme VW ou Kia / Hyundai, Renault semble en retard : pour l'instant il n'y a que la Zoé, la Twingo sous batterisée et la Kwid qui arrive très très timidement.

Donc une solution bien différente de ce qu'il est possible de trouver au catalogue des corréens ou de VW (et audi, et skoda ...)

Tous les constructeurs ont des modèles électriques en cours de développement. Avec les VE, le retard ou l'avance est à relativiser grandement au même titre que les smartphones ou les ordinateurs.

Tu peux être premier un jour et dernier le lendemain et vice-versa.

Le tout électrique est une grande erreur écologique. Les dirigeants le découvriront lorsque le parc de VE va augmenter et avec lui, le nombre d'accidents et d'incendies de batterie qui va se révéler être une catastrophe écologique en raison de leurs émanations extrêmement dangereuses pour la santé.

Par

Pour ce qui est des petits véhicules "type citadine" le tout électrique est possible en 2030 / 2035 mais pour les catégories supérieures cela risque d'être très compliqué, je pense qu'il serais plus judicieux de regarder du coté des carburants alternatifs "bio carburants" en attendant de mieux maîtriser l'hydrogène pour le futur.

Par

En réponse à Laorans29

Tous les constructeurs ont des modèles électriques en cours de développement. Avec les VE, le retard ou l'avance est à relativiser grandement au même titre que les smartphones ou les ordinateurs.

Tu peux être premier un jour et dernier le lendemain et vice-versa.

Le tout électrique est une grande erreur écologique. Les dirigeants le découvriront lorsque le parc de VE va augmenter et avec lui, le nombre d'accidents et d'incendies de batterie qui va se révéler être une catastrophe écologique en raison de leurs émanations extrêmement dangereuses pour la santé.

Exactement comme on a découvert il y a 20 ans que le diesel était un poison pour nos villes et nos poumons, mais aussi qu'un moteur essence produit du CO² (pas que lui bien sûr mais on parle de voitures). Bon OK c'est une plaisanterie du même niveau que la tienne, mais comme je suis curieux j'aimerai bien savoir ce que rejette dans l'atmosphère une batterie étanche ? :voyons:

C'est pas sympa de vouloir faire peur aux gents sans explication.

:coucou:

Par

Comment être surpris ? Ils pensent à leurs investissements, à leurs actionnaires, ils maximisent les profits à court terme, qu'attendre de plus de leur part ? Sans réglementation les véhicules seraient toujours plus et dommageables pour la planète. Tous les arguments sont de mauvaise foi, le plus pitoyable étant celui du coût pour les plus pauvres car il est bien évidement qu'en 2035 rouler électrique coûtera très largement moins que rouler en hybride. Quant à Dacia leur argument est que ce sera difficile de faire un gros SUV familiale électrique pas cher ? Je pense que la solution est évidente... Mais bon, une fois de plus, ces gens ne sont pas dignes de confiance.

C'est juste honteux ce comportement, avec un arrêt des ventes en 2035 on aura encore beaucoup de véhicules thermiques en 2050 !! La date où il faut avoir une neutralité CO2. Il propose quoi pour y arriver chez Renault, qu'on arrête de se nourrir ? Qu'on ferme les écoles et les hôpitaux ? Qu'on interdise l'eau chaude aux domiciles ? Parce que si les états imposent ces véhicules électriques même lorsque ça impacte leur "champions" économique c'est bien parce que les transports sont un des secteurs ou la transition est complètement indolore, juste au pire un changement d'habitude.

Alors Renault ferait mieux de redéployer tous ses investissements vers l'électrique, sinon ils finiront comme Kodak, car avec tous les problèmes qu'on aura en 2050 il est ÉVIDENT

Par

[désolé, on a été coupés !]

il est ÉVIDENT que ni l'état ni l'Europe ne pourra se porter au secours des mauvais élèves.

Par

En réponse à pdumoulin

Pour ce qui est des petits véhicules "type citadine" le tout électrique est possible en 2030 / 2035 mais pour les catégories supérieures cela risque d'être très compliqué, je pense qu'il serais plus judicieux de regarder du coté des carburants alternatifs "bio carburants" en attendant de mieux maîtriser l'hydrogène pour le futur.

Ça n'a rien de compliqué, la Tesla modèle 3 SR+ a quasiment la même batterie que la Zoé (de mémoire 55 kWh contre 52 kWh), mais elle peut aller partout en Europe avec la facilité d'une thermique. Et encore, il y a de plus en plus de villes où les thermiques ne sont pas les bienvenues, et la liste va s'allonger. Pour le quotidien avoir entre 50 et 60 kWh de batteries est très largement suffisant pour un usage urbain (même si la voiture en ville c'est idiot), péri-urbain, et rural. Et pour les trajets plus longs il faut un réseau de charge rapide sur les axes rapides (comme les superchargers de Tesla) et de la recharge accélérée (11 à 22 kW) sur les sites où on s'arrête pour au moins une heure (restaurants, sites touristiques, etc.). Et pour les vacances il faut tout simplement que les hébergements intègrent de la charge lente même à juste 3 kW (une prise 16A domestique) sur leur parking, ce qui a un coût ridicule, et ce pour les hôtels, campings, chambres d'hôtes, etc. En conclusion tout est possible et abordable en 2021, alors en 2035 !!!!

Par

En réponse à pdumoulin

Pour ce qui est des petits véhicules "type citadine" le tout électrique est possible en 2030 / 2035 mais pour les catégories supérieures cela risque d'être très compliqué, je pense qu'il serais plus judicieux de regarder du coté des carburants alternatifs "bio carburants" en attendant de mieux maîtriser l'hydrogène pour le futur.

L'hydrogène n'a aucun intérêt pour la route, et pour le rail il est préférable l'électrifier les voies.

Avec l'hydrogène il faut passer à la pompe tous les 500 km alors qu'en électrique 100% à batteries on passe à une borne de charge rapide quelques fois dans l'année lorsqu'on a besoin de faire plus de km dans la journée que l'autonomie. Évidemment l'électrique implique qu'on puisse se charger au domicile, et c'est là que le future réside, des prises de charge lente partout où on se gare. Mais c'est d'autant plus facile à atteindre que la voiture doit disparaître des villes d'ici 2035, hors en péri-urbain et à "la campagne" garer son véhicule à proximité d'une prise est rarement un problème.

Du coup avec l'hydrogène il faudrait construire un nombre fantastique de pompes, probablement 100 fois plus que de bornes de charge rapide avec une mobilité 100% batteries. Qui va payer ?? Sachant qu'en plus contrairement à la mobilité à batterie un plein restera très cher, probablement plus cher qu'un plein actuel de diesel. Donc aucune économie d'usage, sauf peut-être l'entretien mais ça reste à vérifier.

Alors l'hydrogène vert, OUI, mais pour remplacer les usages actuels de l'hydrogène, car l'industrie consomme beaucoup d'hydrogène alors que 95% de cet hydrogène est faite avec des hydrocarbures. Toute la filière serait bien plus crédible pour parler d’hydrogène décarbonée pour la mobilité si ces 95% étaient déjà verts.

Enfin, l'hydrogène pour la mobilité c'est un bien mauvais rendement par rapport aux batteries, or la crise climatique va s'accompagner d'une crise énergétique, donc on a pas d'énergie à gaspiller.

Par

En réponse à manu.lille

étonnant que Renault, pourtant gros vendeur de Zoé soit contre le tout VE.

Mais il est vrai que par rapport à d'autres constructeurs comme VW ou Kia / Hyundai, Renault semble en retard : pour l'instant il n'y a que la Zoé, la Twingo sous batterisée et la Kwid qui arrive très très timidement.

Donc une solution bien différente de ce qu'il est possible de trouver au catalogue des corréens ou de VW (et audi, et skoda ...)

On retombe sur le problème de conception des petites voitures : c'est plus complexe à concevoir parce qu'il y a moins de place pour rentrer les différents composants et ça doit être nettement moins cher qu'une berline sinon, ça ne se vend pas.

Il n'y a pas une grosse différence entre le poids hors batterie d'une Zoé et celui d'une berline électrique (environ 1.200Kg). Gagner du poids sur une petite voiture aura tendance à augmenter le coût de fabrication. Donc, à part la technologie du moteur et quelques gadgets qui justifient la différence de prix, le seul moyen de faire une compacte ou une citadine moins chères, c'est en jouant sur le plus gros poste de coûts, à savoir la batterie. Du coup, l'autonomie se trouve largement amputée. Il faudrait un bond dans la technologie des batteries pour éclaircir l'horizon de l'ordre de deux fois plus de capacité aux mêmes poids, volume et coût. Personne n'achètera une citadine polyvalente de 1800Kg au tarif de 40K€.

A part si on veut interdire à ceux qui n'ont pas 40K€ à mettre dans une voiture de partir en vacances sans que ça soit un calvaire -avec les conséquences sociales qui en découleraient-, il va bien falloir accepter qu'il y ait une période de transition.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire