Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Route de nuit - Arman: l'objet du siècle

Dans Loisirs / Expositions

Pendant l’été, la Route de Nuit reste la route de la culture. Caradisiac vous invite à redécouvrir les personnalités du monde des arts, de l’architecture, du cinéma, de la musique, de la littérature, qui ont intégré l’automobile dans leur art.

Route de nuit - Arman: l'objet du siècle
Route de nuit - Arman: l'objet du siècle

Peu d’artistes ont été aussi obsédés par l’automobile que ne le fut Arman qui aimait voir en elle « l’objet du siècle ». Armand Fernandez dit Arman (1928 – 2005) montra ses premières « Accumulations » dès 1959. L’année suivante, en compagnie d’Yves Klein, Jean Tinguely et quelques autres, il  entra dans le groupe des Nouveaux Réalistes, fondé par le critique et théoricien Jean Restany.

Arman rêve de nourrir son art aux sources de l’industrie. Pendant des mois, il négocie avec la Ford Motor Company pour y exalter la rencontre de l’art et de l’industrie, mais Ford finit par se rétracter.

 

Route de nuit - Arman: l'objet du siècle

Arman se tourne alors vers la Régie Renault qui s’ouvre alors à l’art. En 1967, Pierre Dreyfus nomme Claude Renard à la tête du projet Art & Industrie. Pendant trois ans, de 1967 à 1970, Arman réalise plus d’une centaine de sculptures en accumulant des pièces de carrosserie, des ailes de R4 ou des capots de R16. Ces œuvres marquent la prise de conscience du cycle « production-consommation-destruction » autour duquel s’organise le travail d’Arman sur l’objet.

 En 1982, Arman achève une tour infernale au milieu du parc de la Fondation Cartier, à Jouy-en-Josas, composée d’une accumulation de plus de soixante voitures ordinaires, peintes de couleurs criardes et piégées dans le béton d’un Long Term Parking.
En 1982, Arman achève une tour infernale au milieu du parc de la Fondation Cartier, à Jouy-en-Josas, composée d’une accumulation de plus de soixante voitures ordinaires, peintes de couleurs criardes et piégées dans le béton d’un Long Term Parking.

En 1994, Jean-Luc Maury-Laribière, dirigeant d’une entreprise de tuilerie et briqueterie, engage une Venturi 600 LM aux 24 Heures du Mans. Arman est convié à la revêtir d’un patchwork de tuiles, en relation directe avec l’activité du commanditaire de la machine. L'auto terminera non classée du fait d'une distance de course insuffisante, mais marquera les esprits par sa décoration hors-normes.

Route de nuit - Arman: l'objet du siècle

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire