Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Toyota Celica TS 192 (2001-2006) : un coupé qui raffole de la zone rouge, dès 5 000 €

Dans Rétro / News rétro

Sous sa ligne originale, la Celica recèle un bloc exceptionnel, capable de tourner à plus de 8 000 tr/min. Et son châssis n’est pas mal non plus. Un coupé bientôt youngtimer à redécouvrir avant tout le monde.

Design acéré, moteur rageur, comportement routier efficace : la Toyota Celica TS recèle bien des atouts. Ici, un modèle initial de 2000.
Design acéré, moteur rageur, comportement routier efficace : la Toyota Celica TS recèle bien des atouts. Ici, un modèle initial de 2000.

Chez Toyota, les coupés, on connaît. La marque s’est offert une jolie renommée en fournissant une magnifique 2000 GT à James Bond, certes transformée en cabriolet pour l’occasion car Sean Connery avait du mal à se caser dans le coupé. À cette auto exceptionnelle et chère, Toyota a donné comme descendance la Celica, en 1970. Bien plus simple techniquement, infiniment moins onéreuse mais tout de même séduisante grâce à ses moteurs performants et son allure de petite Mustang, elle a connu un joli succès : de quoi inciter le constructeur à créer une lignée, dont le dernier avatar sera la T23, apparue en 1999.

En janvier 1999, le concept XYR annonce presque trait pour trait la Celica qui sortira quelques mois plus tard. Il a été dessiné au centre de design CALTY de Toyota en Californie.
En janvier 1999, le concept XYR annonce presque trait pour trait la Celica qui sortira quelques mois plus tard. Il a été dessiné au centre de design CALTY de Toyota en Californie.

Celle-ci arbore une ligne pure mais très nerveuse et dynamique, aux antipodes du bio-design en vogue peu auparavant. Son but est de séduire une clientèle américaine jeune, d’où, peut-être le choix d’importer en France une seule version de 143 ch, relativement abordable. Mais dans la gamme mondiale se trouve un bloc très alléchant, le 2ZZ-GE, développé avec Yamaha. Un code que les amateurs de Lotus connaissent bien puisqu’il équipera l’Elise Série 2.

Ce moteur arrive dans la gamme française fin 2000 dans la version TS : mieux vaut tard que jamais. Car cet 1,8 l développe la coquette puissance de 192 ch, soit un rapport près de 107 ch/l, exceptionnel pour un atmosphérique à l’époque. Pour y parvenir, il actionne ses 16 soupapes par une distribution variable VVTL-i, et se dote par ailleurs de bielles forgées.

À 179 076 F (35 200 € actuels selon l’Insee), la Celica TS coûte autant qu’une Mercedes-Benz C Sport 200K tout aussi véloce, mais son équipement est bien plus complet : clim, sono, et jantes alliage sont de série, alors que ces éléments alourdissent la facture de l’allemande de près de 20 000 F. En revanche, cuir et toit ouvrant sont en option sur la japonaise, et le GPS reste indisponible, alors qu’on peut l’obtenir sur la 143 ch.

Lors de son apparition fin 1999, la Celica de 7e génération se signale par un design fluide, anguleux et original.
Lors de son apparition fin 1999, la Celica de 7e génération se signale par un design fluide, anguleux et original.

La Celica TS se distingue aussi par son aileron arrière et ses performances, bien entendu. Elle pointe à 225 km/h, et passe de 0 à 100 km/h en 7,2 s selon le constructeur, des chronos enviables en 2001. Du point de vue des liaisons au sol, la Toyota se distingue par sa suspension arrière à double triangulation, plutôt évoluée.

En cours de carrière, elle se dotera même d’un ESP, mais ce sera là sa plus grande évolution, intervenant lors du léger restylage de 2002, avant sa mise à la retraite en avril 2006 : 62 252 unités ont été vendues en Europe, soit un score honorable pour une auto de cette catégorie. Avec elle disparaît la lignée des Celica. Une appellation qui sonne pourtant mieux que GR86…

Extérieurement, la version TS de la Celica se distingue à l’arrière notamment par son aileron. Ici en 2001.
Extérieurement, la version TS de la Celica se distingue à l’arrière notamment par son aileron. Ici en 2001.

Combien ça coûte ?

Peu connue, la Celica TS se révèle très abordable. Un exemplaire convenable de plus de 200 000 km se déniche dès 5 000 €. À 10 000 €, on peut se dénicher une auto d’environ 100 000 km en excellent état.

En 2002, la Toyota Celica bénéficie d’un léger restylage, touchant notamment aux boucliers.
En 2002, la Toyota Celica bénéficie d’un léger restylage, touchant notamment aux boucliers.

Quelle version choisir ?

Facile, il n’y en a qu’une. Les personnes de plus d’1,80 m éviteront les exemplaires dotés du toit ouvrant optionnel, tant il compromet l’espace pour la tête.

Le toit ouvrant se révèle gênant pour les grands gabarits car il limite la place en hauteur sur la Toyota Celica.
Le toit ouvrant se révèle gênant pour les grands gabarits car il limite la place en hauteur sur la Toyota Celica.

Les versions collector

Comme souvent, ce sont celles en parfait état d’origine et faiblement kilométrées (moins de 80 000 km). Autant dire qu’il n’y en a pour ainsi dire plus !

Le moteur 2ZZ-GE de la Celica TS se montre très robuste à condition de bien surveiller son niveau d’huile car il en consomme naturellement pas mal.
Le moteur 2ZZ-GE de la Celica TS se montre très robuste à condition de bien surveiller son niveau d’huile car il en consomme naturellement pas mal.

Que surveiller ?

Concernant la fiabilité, Toyota profite d’une réputation en béton. Ce qui ne signifie pas que ses modèles ne rencontrent jamais de soucis. Le moteur de la Celica TS manifeste par exemple un certain appétit en huile, de sorte qu’il faut régulièrement surveiller le niveau. La moindre carence en lubrifiant endommage assez rapidement l’embiellage, surtout qu’en début de carrière, la pompe à huile était parfois défectueuse. Normalement, tout ceci a été résolu en après-vente, la Celica étant garantie 3 ans. Par ailleurs, le débitmètre s’encrasse souvent, ce qui n’a rien de grave puisqu’on peut le nettoyer.

Dans l’habitacle, on relève quelques cas d’allumages intempestifs de voyants, aisés à éradiquer, alors que la carrosserie peut révéler une petite sensibilité à la corrosion : pas anormal pour une voiture totalisant 20 ans. Globalement, une Celica TS bien entretenue sera très endurante, d’autant sa distribution par chaîne ne connaissant pas de défaut particulier facilite la vie.

Si le moteur de la Toyota Celica TS ne se réveille que bien après 5 000 tr/min, le comportement routier est un ravissement de tous les instants.
Si le moteur de la Toyota Celica TS ne se réveille que bien après 5 000 tr/min, le comportement routier est un ravissement de tous les instants.

Au volant

Si la ligne de la Celica ne manque pas de personnalité, son cockpit se révèle, lui, assez banal. Moderne pour son époque, notamment avec un tableau de bord à affichage mixte analogique/numérique, il pêche par des matériaux sans cachet. Cela dit, l’assemblage ne souffre pas la critique. L’exemplaire que j’ai testé s’équipait du toit ouvrant, ce qui m’a passablement gêné : où mettre ma tête ?

Dès qu’on roule, on est agréablement surpris par la suspension plutôt tolérante. Comme de surcroît les commandes sont douces, on se croit dans une voiture pépère, d’autant que s’il est doux, le moteur manque de tonus. Sceptique, je pars à la chasse aux tours/minute, et jusqu’à 5 500, il ne se passe pas grand-chose. Cet exemplaire aurait-il un problème ?

Notez la zone rouge débutant à plus de 8 000 tr/min et les jauges digitales, sur cette Celica TS de 2003.
Notez la zone rouge débutant à plus de 8 000 tr/min et les jauges digitales, sur cette Celica TS de 2003.

Non, car bien vite le moteur se réveille, et soudain, manifeste un punch aussi insoupçonné qu’étonnant. Jusqu’à 8 200 tr/min, il administre une poussée des plus jouissives, dans une sonorité certes envahissante mais fort plaisante. Pour l’aider à se maintenir dans sa zone de plaisir, on dispose d’une excellente commande de boîte, rapide et précise, ainsi que d’un étagement des rapports correctement serré. Impératif vu le manque de couple !

En clair, il faut constamment être à l’attaque pour s’amuser, ce que le châssis accepte avec bonne volonté. Les trains sont précis, l’amortissement efficace, le volant communicatif, le grip abondant, bref, le comportement est excellent. Cela dit, on aurait aimé que, comme sur une Honda S2000, le moteur grimpe jusqu’à 9 000 tr/min, histoire de prolonger sa délectation. Quant à la consommation, elle demeure raisonnable en usage courant, se cantonnant sous les 9 l/100 km.

L’alternative youngtimer

Toyota Celica 5 (1989-1994)

Lancée en 1989, la Celica 5e du nom marquera les esprits d’abord par son design, ensuite par ses victoires en WRC.
Lancée en 1989, la Celica 5e du nom marquera les esprits d’abord par son design, ensuite par ses victoires en WRC.

Apparue fin 1989, la Celica de 5e génération, ou T18, est peut-être la plus spectaculaire. On aime ou on déteste, mais sa carrosserie bio-design jusqu’au bout des pneus marque les esprits. Sous le capot, elle s’équipe d’un moteur très moderne, un 2,0 l 16 soupapes développant 160 ch. Elle se fera aussi connaître par sa jolie carrière en WRC où elle ravira le championnat du monde à la mythique Lancia Delta Integrale en 1993 (Juha Kankkunen décroche la timbale à son volant), et raflera un autre titre en 1994, Didier Auriol l’obtenant côté pilotes.

Pour se mettre au niveau de l’italienne, elle a dû se doter d’un turbo et d’une transmission intégrale, des éléments qui se retrouvent en concession dans la version GT-Four au moteur développant 204 ch. Cette Celica marquante disparaît en 1994. À partir de 4 000 €.

Toyota Celica TS (2002), la fiche technique

Un tableau de bord bien dessiné mais taillé dans les matériaux sans cachet pour la Celica, ici en 2002.
Un tableau de bord bien dessiné mais taillé dans les matériaux sans cachet pour la Celica, ici en 2002.
  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 1 796 cm3
  • Alimentation : injection
  • Suspension : jambes McPherson, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AV) ; doubles triangles, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 6 manuelle, traction
  • Puissance : 192 ch à 7 800 tr/mn
  • Couple : 180 Nm à 6 800 tr/mn
  • Poids : 1 180 kg
  • Vitesse maxi : 225 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 7,2 secondes (donnée constructeur)

> Pour trouver des annonces de Toyota Celica, rendez-vous sur le site de La Centrale.

En savoir plus sur : Toyota Celica 7

SPONSORISE

Actualité Toyota

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire