Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Utilitaires : toujours plus d’innovations au service des pros

Les constructeurs mettent au point des utilitaires légers désormais très pointus. Tant sur le plan de la charge utile, du confort à bord que sur le plan des aides à la conduite. Tour d’horizon des dernières innovations disponibles sur quelques fourgons parmi les plus en vue du secteur.

Faciliter la dépose de charge via un large accès latéral, c’est l’une des améliorations apportées sur plusieurs utilitaires, dont le Renault Kangoo.
Faciliter la dépose de charge via un large accès latéral, c’est l’une des améliorations apportées sur plusieurs utilitaires, dont le Renault Kangoo.

En pleine pandémie, les utilitaires légers démontrent qu’ils tiennent relativement mieux la route que le segment des voitures particulières. Ils l’ont encore prouvé en janvier, en réalisant 9 % d’immatriculations en plus par rapport à janvier 2020 (contre seulement 0,6 % de mieux pour les VP), permettant au passage au marché du véhicule de flotte d’enregistrer une hausse globale de 4,3 % en ce début d’année. L’une des clés de cette réussite réside dans la capacité des constructeurs à innover toujours davantage et de façon concrète au service des professionnels.

Aides à la conduite : presque plus rien à envier aux berlines

À l’instar des équipements déployés sur le Nissan NV400, les aides à la conduite livrées sur les fourgons sont souvent ingénieuses.
À l’instar des équipements déployés sur le Nissan NV400, les aides à la conduite livrées sur les fourgons sont souvent ingénieuses.

Les aides à la conduite disponibles sur les utilitaires actuels sont souvent ingénieuses. À l’image des assistants qui sont apparus récemment sur le nouveau Renault Kangoo Van. Le numéro 2 du marché des utilitaires légers en janvier embarque sur sa troisième génération un rétroviseur intérieur digital qui permet d’avoir une vue sur l’arrière du véhicule. Pendant ce temps, chez son concurrent Peugeot e-Boxer, ce sont les infos de conduite liées à l’électrique qui s’affichent sur le rétroviseur central. Sans oublier le robuste NV400, best-seller de Nissan, sur lequel ce même rétroviseur intègre une caméra de recul, autre outil désormais incontournable.

Parallèlement à cet astucieux détournement d’objets, la majorité des utilitaires légers intègrent désormais de série des fonctionnalités longtemps cantonnées aux berlines ou en tout cas aux VU de finitions supérieures. C’est le cas de la reconnaissance automatique des panneaux de signalisation, de la surveillance des angles morts, de l’alerte de franchissement de ligne, de l’alerte de collision frontale et du freinage d’urgence autonome. C’est le cas aussi de l’affichage tête haute ou du détecteur de fatigue, présent entre autres sur l’Opel Vivaro-e, ou encore de l’assistance destinée à diminuer l’impact des vents latéraux sur la trajectoire, que l’on peut expérimenter sur le NV400.

Confort de bord : des cabines connectées et pratiques à vivre

Les cabines des utilitaires sont de plus en plus connectées. Exemple du Mercedes Sprinter, dont l'habitacle équivaut à celui d'une berline.
Les cabines des utilitaires sont de plus en plus connectées. Exemple du Mercedes Sprinter, dont l'habitacle équivaut à celui d'une berline.

Question confort, là encore les utilitaires légers démontrent qu’ils vivent avec leur temps. Illustration avec l’Opel Movano dans la cabine duquel, comme chez la plupart des marques, l’info-divertissement de bord opère en lien direct avec le smartphone du conducteur, voire avec ceux des salariés ou collègues présents à bord.

Mercedes, pour sa part, a disposé sur son Sprinter un écran tactile central (comme toutes les marques ou presque) mais surtout elle a choisi d’offrir à ses utilisateurs la même interface de navigation et de multimédia que sur ses voitures haut de gamme. En l’occurrence, il s’agit du MBUX (Mercedes-Benz User Expérience), un logiciel au contenu personnalisable qui est activable à la voix, d’un simple « Hey, Mercedes ».

Le confort et la recherche d’un espace de vie pratique et optimisé dans la cabine, c’est l’un des autres points forts des utilitaires actuels. Dans l’Opel Movano par exemple, le poste de pilotage possède une vingtaine de rangements. L’habitacle, en outre, se mue en un bureau mobile grâce à des tablettes rétractables servant tantôt à rédiger un rapport ou un bon de commande, tantôt à faire une pause déjeuner sans quitter son fourgon.

Enfin, parmi les évolutions significatives en termes d’adaptabilité liée aux conditions de travail, arrêtons-nous sur le Pro Power Onboard, une option signée Ford apparue sur le pick-up F150. Concrètement, un générateur de courant présent à l’arrière du véhicule délivre jusqu’à 2,3 kW de puissance et donne l’opportunité aux artisans de brancher leurs outils et équipements électriques au pied du camion sur une zone de chantier, ou directement lors de leurs trajets.

Charge utile : des solutions adaptées aux matériels encombrants

La question de la charge utile fait également partie des défis sur lesquels les fabricants de VUL planchent davantage que par le passé. Tant et si bien que la plupart d’entre eux proposent au catalogue des variantes de carrosseries presque cousues main, toujours plus aptes à répondre aux besoins de terrain. Cela se traduit notamment par des longueurs, des hauteurs et des volumes optimisés au centimètre près, en phase avec les attentes de rentabilité chères aux professionnels.

Le Volkswagen Transporter fait partie de ces VUL dont l’approche se veut pragmatique. Son dernier millésime a pour avantage d’accéder à tous les parkings et surtout de pouvoir charger des marchandises encombrantes, jusqu’à 1,90 mètre en hauteur. Sa large porte latérale, de plus, lui permet de déposer des palettes sans avoir à utiliser les portes battantes arrière. Même esprit pour le Renault Kangoo Van, parmi d’autres. Son accès latéral s’est métamorphosé. Il mesure 1,40 mètre, c’est deux fois plus que sur les précédentes générations. À cela s’ajoute une galerie intérieure escamotable. Grâce à cette astuce, la fourgonnette au losange parvient à glisser des objets longs et volumineux dans le sens de la hauteur jusqu’au-dessus du passager.

Côté charge utile proprement dite, le marché des utilitaires suggère là encore le choix des gabarits. Le Peugeot e-Boxer transporte par exemple jusqu’à 1890 kilos, le Fiat Ducato embarque, lui, près de 2,2 tonnes de marchandises et l’Iveco Daily, qui se positionne à la fois en utilitaire léger et mi-lourd, stocke pour sa part de 7 à 20 mètres cubes et jusqu’à 4 tonnes dans sa variante la plus massive.

Quant à la capacité de tractage, elle semble elle aussi prendre du muscle. À l’image du Volkswagen Transporter, qui revendique pouvoir tracter jusqu’à 2,4 tonnes, ou du pick-up Mitsubishi L200, en mesure de remorquer jusqu’à 3 tonnes.

La capacité des marques à répondre aux attentes des professionnels de façon pragmatique est l’une des clés qui procèdent à la constance du niveau d’immatriculations chez les utilitaires légers.
La capacité des marques à répondre aux attentes des professionnels de façon pragmatique est l’une des clés qui procèdent à la constance du niveau d’immatriculations chez les utilitaires légers.

Motorisations : le 100 % électrique comme réponse aux missions urbaines

L’innovation se traduit aussi par une déferlante de motorisations, des gammes de puissances variées et modérées (115 à 130 chevaux le plus souvent, parfois bien plus) et surtout en phase avec les enjeux écologiques et les réglementations en vigueur. Le monde des utilitaires, à la faveur d’une offre constructeur élargie, se tourne de plus en plus vers le mode 100 % électrique.

L’Iveco Daily a été un pionnier dans ce domaine. Il est à présent concurrencé par toutes les autres grandes marques ou presque. La dernière mouture du Peugeot e-Boxer est l’un des produits arrivés récemment. Elle fonctionne avec un moteur électrique de 120 chevaux dont la batterie autorise 340 km de trajet sans passer par la case recharge. Recharge que la marque au lion a voulue par ailleurs faciliter au maximum en incluant sur son modèle un double chargeur, l’un monophasé, l’autre triphasé.

Une philosophie qui rejoint celle de Ford. L’Américain, après avoir rencontré le succès avec ses variantes mild-hybrid et hybride rechargeable, entend en effet simplifier les procédures de recharge par le biais de chargeurs embarqués. Il annonce dans le même temps la commercialisation en 2022 du Ford e-Transit. Ce transporteur zéro émission s’adresse notamment aux sociétés spécialisées dans le commerce en ligne et la « livraison du dernier kilomètre ». Un enjeu devenu crucial, que partagent de concert Mercedes, Citroën, Peugeot, Opel, Fiat, Volkswagen, Nissan, Toyota ou encore Renault (qui mise quant à lui sur l’efficacité conjuguée de l’électrique et de l’hydrogène), dans un contexte où les grandes agglomérations restreignent drastiquement l’accès aux véhicules émettant trop de CO2.

Après avoir introduit l'hybride rechargeable sur son fourgon emblématique, Ford commercialisera dès 2022 un Transit 100 % électrique.
Après avoir introduit l'hybride rechargeable sur son fourgon emblématique, Ford commercialisera dès 2022 un Transit 100 % électrique.

Au final, toute une chaîne d’innovations tire le secteur vers le haut

Les aides à la conduite, les services connectés, les motorisations électriques et la polyvalence en termes de charge utile contribuent fortement à pérenniser la dynamique du segment.

Pour autant, il ne faut pas occulter le rôle que jouent la modernité du design et la maniabilité accrue (de faibles rayons de braquage notamment) dans l’engouement constant et croissant pour les vans et fourgonnettes. Ainsi, c’est bel et bien un ensemble d’ingrédients mis bout à bout qui permet aujourd’hui aux utilitaires de s’imposer non seulement comme des véhicules à usage pratique, mais avant tout comme des partenaires de route attractifs aux yeux de la cible professionnelle.

La France, en dépit de la crise sanitaire, est restée en 2020 le premier marché européen pour les fabricants d’utilitaires légers.

En savoir plus sur : Renault Kangoo 3

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires (13)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Même avec des aide à la conduite le chauffeur de colie à la grande barbe va le défoncés de tout les côté

Par

Facilité la décharge latérale est un leurre pour crédules....

Le chauffeur doit être protégé des charges qu'il transporte et donc la largeur ne peut être que celle du siège pasager qui doit donc être condamné!!!

Ou est l'avantage d'avoir une camionnette pour une place et avec une charge latérale qui ne correspond à aucune palette????

Pour avoir dirigé des opérateurs avec véhicules industriels, ceux-ci préfrent toujours une cellule avant avec 3 places et un chargement arrière pour les palettes et voir latéral pour l'outillage et les pièces plus compactes.

De plus la charge de la galerie doit-être obligatoirement plus faible qu'un véhicule avec pied milieu...

Mais, bon, faire tout et n'importe quoi pour essayer de vendre peut toujours fonctionner quelques années, mais sur le temps, l'on revient TOUJOURS aux bases saines et validées par l'expérience.

La version ludospace en bénéficiera peut-être mais quid du prix car supprimer un pied milieu à FORCEMENT un coût de réalisation en qualité de tôle et renforts multiples....

Pas sur que le nouveau PDG de Renault apprécie un véhicule utilitaire qui dégage moins de marge qu la concurrence et faire du volume ne suffit plus.

Par

En réponse à ghlapin

Facilité la décharge latérale est un leurre pour crédules....

Le chauffeur doit être protégé des charges qu'il transporte et donc la largeur ne peut être que celle du siège pasager qui doit donc être condamné!!!

Ou est l'avantage d'avoir une camionnette pour une place et avec une charge latérale qui ne correspond à aucune palette????

Pour avoir dirigé des opérateurs avec véhicules industriels, ceux-ci préfrent toujours une cellule avant avec 3 places et un chargement arrière pour les palettes et voir latéral pour l'outillage et les pièces plus compactes.

De plus la charge de la galerie doit-être obligatoirement plus faible qu'un véhicule avec pied milieu...

Mais, bon, faire tout et n'importe quoi pour essayer de vendre peut toujours fonctionner quelques années, mais sur le temps, l'on revient TOUJOURS aux bases saines et validées par l'expérience.

La version ludospace en bénéficiera peut-être mais quid du prix car supprimer un pied milieu à FORCEMENT un coût de réalisation en qualité de tôle et renforts multiples....

Pas sur que le nouveau PDG de Renault apprécie un véhicule utilitaire qui dégage moins de marge qu la concurrence et faire du volume ne suffit plus.

Je ne pense pas que ce style d'utilitaire soit pour le transport de palettes mais plutôt pour la livraison de porte en porte de colis de taille et de poids divers.

Je trouve que toutes ces aides à la conduite et le confort sont vraiment important pour ces livreurs qui passent 8 heure par jour au volant.

C'est une amélioration des conditions de travail et un bon investissement pour l'employeur qui permet de limiter les arrêts maladie et les multiplications de PVs pour dépassement de vitesse dont certains sont pure inattention du conducteur

Par

En réponse à ape.happy

Je ne pense pas que ce style d'utilitaire soit pour le transport de palettes mais plutôt pour la livraison de porte en porte de colis de taille et de poids divers.

Je trouve que toutes ces aides à la conduite et le confort sont vraiment important pour ces livreurs qui passent 8 heure par jour au volant.

C'est une amélioration des conditions de travail et un bon investissement pour l'employeur qui permet de limiter les arrêts maladie et les multiplications de PVs pour dépassement de vitesse dont certains sont pure inattention du conducteur

Je suis d'accord que les aides a la conduite sont un gros plus dans ce genre de véhicule et participe "au bien être au travail du conducteur".

Mais pour les PV par pur inattention, quand le mec roule a 100/110 sur nationale car il a des délais a tenir, il est bien au courant qu'il roule trop vite.

Par

Les pro se garent en double file voir n'importe comment. J'en ai fait l'expérience devant chez moi. Gare devant la sortie de garage alors qu il y a une Immense place a 3 mètres 50. Je lui ai fait remarque il a dit je m'en fou je suis commerçant. Un nul egoiste. Que fait la police.

Par

En réponse à Oyama

Je suis d'accord que les aides a la conduite sont un gros plus dans ce genre de véhicule et participe "au bien être au travail du conducteur".

Mais pour les PV par pur inattention, quand le mec roule a 100/110 sur nationale car il a des délais a tenir, il est bien au courant qu'il roule trop vite.

Oh je suis bien conscient du style de conduite "très énervé" des livreur en général ;) Mais il arrive quand même que le conducteur veulent respecter les limitations alors autant l'aider

Par

En réponse à ape.happy

Oh je suis bien conscient du style de conduite "très énervé" des livreur en général ;) Mais il arrive quand même que le conducteur veulent respecter les limitations alors autant l'aider

Sinon augmenter les limites légales qui sont d'évidence trop faibles. Personne ou presque ne les respecte sauf ceux qui n'ont rien à faire sinon se balader.

Par

(..)La France, en dépit de la crise sanitaire, est restée en 2020 le premier marché européen pour les fabricants d’utilitaires légers.(..)

Comme quoi, dans le domaine automobile, il y a un secteur où les français s'en sortent très bien.

Et par chance pour eux, l'avenir des utilitaires est au beau fixe avec le boom des achats sur internet et celui du télétravail.:bien:

Sans parler de l'accès rendu de plus en plus difficile dans les centre-villes.

Par

En réponse à matrix71

Même avec des aide à la conduite le chauffeur de colie à la grande barbe va le défoncés de tout les côté

ou pas, car ils sont de plus en plus tracés via la connectivité et les versions électriques nécessiteront une conduite apaisée pour optimiser l'autonomie.

ensuite, on parlera probablement de conduite autonome, avec peut-être le gus à l'intérieur qui ne conduira plus, mais s'occupera du dépôt des marchandises et du bon fonctionnement du véhicule.

Par

En réponse à fedoismyname

ou pas, car ils sont de plus en plus tracés via la connectivité et les versions électriques nécessiteront une conduite apaisée pour optimiser l'autonomie.

ensuite, on parlera probablement de conduite autonome, avec peut-être le gus à l'intérieur qui ne conduira plus, mais s'occupera du dépôt des marchandises et du bon fonctionnement du véhicule.

Il pourra rouler ses bédo en toute tranquillité :buzz:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire