Au sein du Groupe Volkswagen, Skoda est plus rentable qu'Audi

S'il est encore impacté par les effets du Dieselgate, le groupe Volkswagen a la santé. Et dans la galaxie VW, une étoile brille plus que les autres, celle de Skoda !

Du côté de la galaxie Volkswagen, c'est la semaine des bilans financiers pour l'exercice 2017. En toute logique, la première conférence de presse était celle du groupe, avant des points plus détaillés marque par marque (aujourd'hui pour VW, demain pour Audi, vendredi pour Porsche…).

On le savait, côté ventes, Volkswagen se dispute la place de numéro 1 mondial avec l'Alliance Renault-Nissan, selon la prise en compte ou non des livraisons de poids lourds. Avec les camions, le groupe a écoulé 10,7 millions de véhicules dans le monde en 2017, un résultat en progression de 4,3 %. Le chiffre d'affaires a atteint 230,7 milliards d'euros, en hausse de 6,3 %.

Le résultat opérationnel avant charges exceptionnelles est de 17 milliards d'euros. La nuance "avant" est importante, car l'exercice 2017 a été impacté par les suites du Dieselgate. En déduisant les éléments exceptionnels, le résultat opérationnel est de 13,8 milliards d'euros… un résultat qui reste record. C'est aussi la preuve que le groupe a très rapidement retrouvé la santé après le scandale, qui pourrait n'être qu'un souvenir après l'exercice 2018.

En moyenne, la marge opérationnelle est de 6 %. Mais elle cache de nombreuses disparités. Elle n'est ainsi que de 1,9 % pour Seat, qui reste sous la barre des 500 000 ventes annuelles, un volume faible pour un constructeur généraliste. À l’opposé, sans surprise, Porsche reste une machine à cash, avec une marge de 18 % ! Volkswagen est à 4,1 %.

La surprise vient de Skoda, dont les résultats sont spectaculaires. Déjà, le tchèque a vu ses ventes progresser de 6,6 %, atteignant un nouveau record de 1,2 million d'exemplaires. Son chiffre d'affaires est de 16,6 milliards d'euros, en hausse de 20 % ! Les bénéfices se sont envolés de 34,6 % à 1,6 milliard d'euros. Résultat, la marge de Skoda est de 9,7 % ! C'est bien moins que Porsche, mais plus que tout le reste du groupe, dont Audi qui est à 8,4 % ! Ces bons résultats 2017 s'expliquent par l'arrivée du Kodiaq dans la gamme. Le SUV familial permet à Skoda de toucher un nouveau public et surtout d'augmenter son panier moyen, un modèle de milieu de gamme étant à plus de 30.000 € en France.

Surtout, Skoda a réussi son évolution, montant petit à petit en gamme, tout en restant à bonne distance de Volkswagen sur le plan des tarifs. Skoda reste moins cher que VW, le prestige du blason faisant l'écart de prix, mais cette fois, les nouveaux produits n'ont plus grand-chose à envier à la maison mère. L'arrivée de l'instrumentation digitale dans les Kodiaq et Superb en est une illustration symbolique.

Skoda profite bien évidemment de la force de frappe du groupe VW pour obtenir une telle rentabilité, puisque le tchèque partage ses plates-formes, moteurs et technologies avec les autres marques. Et son gros avantage se trouve dans la fabrication : ces organes et technologies allemandes, Skoda les assemble chez lui, en République Tchèque, où les coûts de production sont moins onéreux qu'en Allemagne. 

Une situation qui a d'ailleurs créé des tensions au sein du groupe, certains chez Volkswagen estimant que Skoda devenait un concurrent interne trop gênant, attirant des clients qui ne lui sont pas destinés au départ. La question de faire payer davantage Skoda pour l'accès aux organes du groupe a été posée.

Commentaires (89)