Essai - Lexus UX300e : que vaut le premier modèle 100% électrique de Lexus?

Pionner et leader dans le domaine de l’hybride, le groupe Toyota lance au travers de sa filiale luxe, Lexus, son premier modèle électrique sur la base de son SUV compact, l’UX. Premier essai.

EN BREF

Version électrique inédite

SUV compact

1er véhicule électrique de Toyota/Lexus

À partir de 49 990 €

Quand on évoque les noms de Toyota, on pense immédiatement à la Prius, modèle qui a vulgarisé la technologie de l’hybridation et a permis au groupe japonais - auquel appartient également Lexus – de connaître le succès et de se bâtir une solide réputation. Si Toyota est nettement plus connu que Lexus aux yeux de la clientèle, la filiale luxe a tout de même écoulé 1 800 000 hybrides dans le monde dont notamment 450 000 exemplaires rien que pour l’Europe. Et c’est justement par l’intermédiaire de Lexus que le groupe Toyota va commercialiser le premier modèle électrique de son histoire, qui prend pour base, l’UX, le SUV compact de la marque. 

Lancé en janvier 2019, le Lexus UX s’est imposé rapidement comme la meilleure vente du constructeur japonais en France. Après être disponible uniquement en hybride, le SUV compact hérite donc maintenant d’une nouvelle motorisation 100% électrique. 

La face avant est caractéristique des modèles Lexus.
Les logos, la calandre mobile ou les jantes sont quelques-unes des spécificités de cette version électrique.

Extérieurement, cette version est très proche des autres, et il n’y a que quelques détails qui permettent de faire la différence, que ce soit les jantes spécifiques, la calandre mobile ou les logos sur le hayon et les bas de caisses. Pour le reste, l’UX conserve des lignes toujours aussi originales avec notamment sa face avant frappée d’une large calandre qui fait toute la hauteur entourée par des projecteurs effilés et son profil marqué par des passages de roues très carrés de couleur noire. Mais c’est surtout la partie arrière qui se démarque avec notamment des feux arrière qui débordent sur la largeur du hayon et disposent d’une forme atypique.

Le dessin de la planche de bord est classique. La qualité est bonne.

Cette particularité stylistique se retrouve aussi dans l’habitacle avec une planche de bord, affichant comme particularité d’avoir une casquette d’instrumentation qui accueille les boutons de désactivation de l’ESP et de choix des modes de conduite.


À l'image de ces boutons sur la casquette, le pad ou la commande de radio, l'ergonomie de cet UX est un peu compliquée.

Le dessin est classique avec en son centre un écran multimédia non tactile puisque dirigeable par un pad situé sur la console centrale. Celui-ci côtoie la commande de la radio. Vraiment pas naturel en termes d’ergonomie que ce soit pour le pad ou la radio. Rien à redire, en revanche, concernant la qualité des matériaux conforme à ce que l’on attend d’une marque premium.

L'habitabilité a été très légèrement améliorée.
Le coffre progresse de 47 litres mais la contenance est juste vu le gabarit.

La bonne surprise provient des aspects pratiques qui ont été améliorés, ce qui est très rare pour être signalé. Ainsi, le volume de coffre gagne 47 litres par rapport à la version hybride en raison de la suppression du réservoir de carburant. Il atteint désormais 367 litres. Cette contenance reste décevante pour un véhicule mesurant 4,50 m. Les batteries implantées sous l’habitacle ne gênent en rien l’habitabilité arrière. Alors certes, la garde au toit est réduite de 2 cm mais rien de rédhibitoire pour autant d’autant plus que l’espace aux genoux progresse d’environ 1 cm.

L’arrivée du groupe Toyota sur le marché de l’électrique n’est pas vraiment surprenant, mais peut paraître même tardive. Lexus justifie cela en expliquant qu’il fallait attendre le bon moment et c’est maintenant. La technologie électrique est parfaitement maîtrisée par le constructeur japonais en raison de son expérience dans l’hybride qui utilise les mêmes composants à savoir un moteur électrique, une batterie et une unité de contrôle de l’alimentation.

Ce UX300e est animé par un moteur de 204 ch alimenté par une batterie de 54,3 kWh. Bien évidemment comme sur tous les électriques, la poussée et les accélérations sont franches mais elles ne sont pas violentes non plus. Un choix assumé par Lexus qui vise avant tout à privilégier le confort comme en atteste le travail effectué au niveau de l’insonorisation et de la filtration qui sont excellentes. Le surpoids de 200 kg (1 785 kg) ne se fait pas trop sentir. L’UX avec la diminution du centre de gravité se veut aussi plaisant à conduire qu’à être passager. Les mouvements de caisse sont bien contrôlés sans que cela n'altère le confort.

Les modes de régénération sont illustrés par les flèches allant vers le bas.

Lexus annonce une autonomie de 305 km selon la norme WLTP. Un chiffre plutôt réaliste puisque nous avons enregistré une consommation de 20,6 kWh sur notre essai sur un parcours très varié mariant villes, départementales et voies rapides, soit une autonomie d’environ 260 km en usage réel. Pas mal mais un peu juste pour un véhicule à usage familial. Pour essayer de gagner des kilomètres, Lexus propose différents modes de régénération : deux en Drive et deux supplémentaires en mode B soient un total de quatre qu’il est possible de choisir grâce aux palettes derrière le volant. Quel que soit celui choisi, le freinage régénératif n’est jamais trop intrusif.

Pour la recharge complète, comptez 29h sur une prise domestique et un peu plus de 8h sur une wallbox. Pour aller plus vite, vous pouvez vous connecter à une borne de recharge rapide puisque cette UX est capable de supporter une charge de 50 kW.

Portfolio (28 photos)

Commentaires (129)