Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

C’est officiel : la Peugeot 208 n’est plus le Poulidor de l’automobile

C’est un évènement. Pour la première fois depuis dix ans, la Peugeot 208 a détrôné la Renault Clio du sommet du podium et en a fini avec la sempiternelle place de deuxième du regretté cycliste. En janvier, elle était la voiture la plus vendue de l’année. Décryptage d’une victoire toute provisoire.

Peugeot 208 : des ventes supérieures de 70 % à celles de la Renault Clio
Peugeot 208 : des ventes supérieures de 70 % à celles de la Renault Clio

En lisant l’article de Florent Ferrière, on se frotte les yeux. Et puis on le relit. Et on n’en revient toujours pas. « La Peugeot 208 loin devant la Renault Clio ». Comment ? La petite du lion l’aurait emporté devant la citadine du losange et serait devenue la voiture la plus vendue en France ? Le sort qui frappe Peugeot depuis 10 ans, depuis la défunte 207, serait enfin levé ?

C’est que, mine de rien, la Clio est tout en haut du podium depuis 2010. Une décennie que sa vieille rivale essaie de la dépasser, en échouant systématiquement. C’est donc chose faite, et en beauté. Car la petite Peugeot ne s’est pas vendue à trois exemplaires de plus, mais, au mois de janvier, il s’en est écoulé 9 463 contre 5 524 Clio. Une différence de plus de 70 % quand même.

Renault Clio : la reine des autos depuis 2010
Renault Clio : la reine des autos depuis 2010

Du coup, on s’interroge, on se demande pourquoi la reine Clio est tombée de son trône. Car sur le papier, elle avait tout pour elle. Renouvelée au printemps dernier, elle a appliqué à la lettre une bonne vieille recette aussi magique que gagnante. D’ailleurs on vous en livre les ingrédients en exclusivité. « Une équipe qui gagne, jamais tu ne changeras. Et comme la Volkswagen Golf tu feras. Le design de la Clio 4 plaît ? Conserves-en les moindres traits. Sa présentation intérieure et sa finition sont honnies, crée un intérieur à qui tout sourit ? »

La fusée Clio a été lancée au mois de juin dernier, et c’est justement en ce moment qu’elle devrait être sur orbite et cartonner en concession. Mais non. On est loin de l’accident industriel évidemment, sauf qu’elle ne fait pas les scores de ses glorieux ancêtres au même moment de leur carrière. À l’inverse, la Peugeot 208 est arrivée plus tard. Lancée au mois d’octobre, sa commercialisation est encore en rodage. Et pourtant, elle est loin devant sa rivale, en appliquant une recette totalement inverse par rapport à la Clio.

Quand l’une ne change rien, l’autre chamboule tout

La Peugeot 208 de première génération n’a jamais réussi à égaler le succès de la Clio 4. La faute à sa ligne absolument transparente. Personne ne s’est jamais dévissé le cou sur son passage. Ni belle ni moche, elle se contentait d’un entre-deux, d’un compromis qui ne risquait de froisser aucun acheteur, mais qui ne risquait pas d'en attirer non plus. On l’achetait parce que l’on savait le garagiste Peugeot du coin fiable et honnête. Et qu’on avait besoin d’une petite auto pas trop chère. Pendant ce temps, la Renault, quant à elle, misait sur sa belle gueule, taillée par Laurens Van den Acker. Alors la 208 a tout changé, pendant que la Clio a tout gardé. La nouvelle citadine Peugeot a du caractère. Elle est bien assise par terre, sur des voies bien larges, avec des biscotos là où il faut.

L'intérieur de la Peugeot 208 : i-cockpit et finition de belle allure.
L'intérieur de la Peugeot 208 : i-cockpit et finition de belle allure.

Bien sûr, elle a aussi des qualités dynamiques et un châssis aux petits oignons. La Clio aussi. Sauf que personne ne s’en soucie. Est-ce qu'on imagine la clientèle de ce type d’auto s’amuser à jouer les freine tard pour faire décrocher l’arrière d’une citadine lors d’un essai en concession ? Le design de la Peugeot plaît, comme son intérieur, et la messe est dite. Pourtant, la Clio peut en dire autant. Elle est aussi jolie que l’ancienne et comme la Golf n’a jamais changé, et qu’il s’en vend toujours autant, Renault a voulu se la jouer à l’Allemande. En oubliant peut-être un détail. Lorsqu’un client débourse 30 000 euros (prix moyen d’une Golf), il n’affiche pas les mêmes ambitions que lorsqu’il en dépense entre 15 000 et 20 000 (prix moyen d’une Clio). Plus un produit a de valeur (pécuniaire), moins il est fantaisiste. Il paraît incongru d’afficher des versions bicolores avec des toits en drapeau à damier sur une berline premium allemande, alors que sur un pot de yaourt italien, pas de souci. Le haut de gamme ne change pas (c’est d’ailleurs le seul domaine où l’on vend toujours des berlines), alors que la voiture de monsieur tout le monde, comme les fringues pas chères, peuvent se transformer, et doivent le faire d’une collection à l’autre. On ne change pas une équipe qui gagne, certes. Mais l'on peut se permettre de changer une équipe qui gagne en bas de gamme.

Le prix de la voiture de l’année en juge arbitre

Tout changer ou ne rien changer, telle est la question, sans que puisse intervenir une recette miracle. D’ailleurs, si la Peugeot 208 est devant la Renault Clio au mois de janvier, la situation peut encore s’inverser au cours des prochains mois. D’autant que début mars, au salon de Genève, sera décerné le trophée de la voiture de l’année. Les deux petites françaises sont parmi les finalistes, mais Peugeot l’a déjà emporté par deux fois au cours des dernières années. Renault, quant à lui, n’a pas gagné depuis 2006. Et à l’époque, le prix revenait à la Clio, 3 du nom. Un nom porte-bonheur.

Mots clés :

En savoir plus sur : Peugeot 208

SPONSORISE

Actualité Peugeot

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire