Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

Carlos Tavares juge sévèrement la situation actuelle d'Opel

Dans Economie / Politique / Industrie

Carlos Tavares juge sévèrement la situation actuelle d'Opel

Le patron de PSA souhaite réduire les coûts chez Opel. Il se montre inquiet, l'allemand pouvant ne pas respecter les futurs plafonds d'émissions européens.

L'homme à la tête de PSA n'est pas du genre à manier la langue de bois. En septembre, il a publiquement confié ses craintes sur la marche forcée vers l'électrique. Cette fois, il ne se montre pas très tendre avec Opel, qui a officiellement intégré le groupe français le 1er août 2017.

Dans un entretien accordé au média allemand "Die Welt" et relayé par Reuters, Carlos Tavares déclare : "Mon impression est que beaucoup de problèmes sont dus au fait que les choses sont disproportionnées chez Opel, qu‘on y consomme trop d’énergie, que les procédures ne sont pas assez efficaces". Il dit aussi : "Une stratégie a été mise en œuvre qui n‘a tout simplement pas fonctionné et nous sommes confrontés au risque qu‘Opel ne soit pas en mesure de respecter les plafonds d’émissions qui entreront en vigueur en 2020. Cela est extrêmement grave et extrêmement dangereux pour l‘entreprise".

Dès 2021, la moyenne des rejets des voitures vendues dans l'Union Européenne ne devra pas dépasser 95 g/km. Et les dépassements pourront entraîner des amendes. Fin septembre, une étude avait révélé que PSA pourrait être impacté à cause d'Opel.

Le patron de PSA n'a pas caché qu'Opel risque de devoir se serrer la ceinture, pointant du doigt le fait que les coûts de production de la marque à l'éclair étaient 50 % plus élevés que dans les usines françaises du groupe. La priorité est de rendre la marque rentable, avec des coûts de production compétitifs. PSA a déjà pris une mesure dans ce sens il y a quelques jours : la suppression de 400 postes dans une usine Vauxhall (équivalent anglais d'Opel).

PSA compte faire fonctionner à plein les synergies, en privilégiant ses plates-formes et moteurs. Carlos Tavares a été clair : les projets allemands ne seront financés que lorsque PSA sera convaincu de leur rentabilité. On devrait en savoir plus dans quelques semaines, Opel devant présenter un plan de relance.

Mots clés :

Commentaires (128)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Sauf que Opel n'aura que les moteurs de mobylettes de PSA,ce qui revient à dire que PSA ne réussira pas à rester égal ou sous la barre des 95g/km avec ses propres moteurs.

Par

En réponse à roc et gravillon

Commentaire supprimé.

passionnante ta vie :bien:

et au fait, ça y est tu as commencé à te chauffer avec tes ampoules? :fleur:

Par

... en matière de respect des normes d'émission, notre génie lusitanien n'avait pas remarqué que l'électrique Ampera ne faisait pas partie de la corbeille de mariée, zéro hybrides aussi ? Et pour les coûts de production, pas d'audits sérieux chez PSA avant d'acheter un acteur majeur du marche européen ? Si personne ne voulait d'Opel-Vauxhall, c'était peut être pour d'excellentes raisons ...

Par

Mouais communication habituelle pour préparer l'annonce d'un plan social. Pas assez efficaces, cout de productions trop hauts, extrèmement grave, gnagnagnagna. On se demande bien alors pourquoi ils l'ont acheté.

Par

En réponse à Vioc et pochtron 1927

passionnante ta vie :bien:

et au fait, ça y est tu as commencé à te chauffer avec tes ampoules? :fleur:

Non non... le climat est très doux tu sais le suiveur....

Par

En réponse à raymonda

Mouais communication habituelle pour préparer l'annonce d'un plan social. Pas assez efficaces, cout de productions trop hauts, extrèmement grave, gnagnagnagna. On se demande bien alors pourquoi ils l'ont acheté.

... juste pour le plaisir de mettre la main sur ce merveilleux nouveau logo 2 D Raymonda. Presque aussi réussi que celui de Citroën relooké. :areuh:

Par

Et toujours pour la possible non atteinte de ce seuil de 95 g Co2/ km ... rappelle nous combien se SUV ont intégré la gamme Opel ces derniers mois Carlos ? Et la berline HDG interminable et lourde, tu la découverte en poussant une porte d'un atelier caché après le rachat ? Et tu t'étonnerais donc que ces merveilleux produits consomment un peu plus que de raison, avec les émissions qui en découlent ?

Par

Il ne doit exister que Tavares sur la planète pour ne pas savoir qu'Opel était un canard boiteux, je rejoins l'analyse de roc et gravillon sur son analyse imagée par les sardines du poissonnier.

Par

retour des analyses économiques fines!!! Carlos Tavares prépare simplement le terrain pour une cure d'austérité drastique au sein d'Opel. encore une fois on peut ne pas aimer les voitures PSA, mais il est des certitudes: le groupe est à nouveau rentable, l'action est passée de 6€ à 20€ et les nouveaux modèles plaisent (308, 3008, 5008, c3). Donc essayez(selon vos capacités réduites manifestement) de confronter vos analyses stratégiques à la réalité

Par

Renault a réussi à redresser Nissan, ce serait un comble que PSA n'arrive pas à en faire autant avec Opel. Bien entendu ce n'est plus la même époque mais proportionnellement Nissan, était bien plus puissant qu'Opel. Faisons confiance à PSA néanmoins les plans sociaux qhez Opel sont loin d'être terminés.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire