Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info
Paris: 76% des automobilistes plébiscitent (encore!) le périphériqueUne étude montre 76% des automobilistes continuent de juger le périphérique "plus direct et plus simple", et ce malgré les difficultés de circulation quotidiennes. De quoi fortement juguler les ambitions de la mairie de Paris, qui envisage de transformer cet axe en simple boulevard urbain.

Lire l'article»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Entre le périphérique bouché ou les transports de déportation bondé puant et 10 fois plus pollués que le periph, le choix est vite fait.

Par

En réponse à Axel015

Entre le périphérique bouché ou les transports de déportation bondé puant et 10 fois plus pollués que le periph, le choix est vite fait.

Oui, opter pour un logement à proximité plus immédiate du taf (quitte à ce que ce soit un peu plus petit, ou à devoir changer) et prendre le vélo! :bien:

Je suis sidéré par tous ces chassés-croisés... :oops:

Par

En réponse à Philippe2446

Oui, opter pour un logement à proximité plus immédiate du taf (quitte à ce que ce soit un peu plus petit, ou à devoir changer) et prendre le vélo! :bien:

Je suis sidéré par tous ces chassés-croisés... :oops:

Un ptit 2 pièces des années 70 a 1M€ ? C'est sûr c'est un excellent choix

Par

En réponse à Philippe2446

Oui, opter pour un logement à proximité plus immédiate du taf (quitte à ce que ce soit un peu plus petit, ou à devoir changer) et prendre le vélo! :bien:

Je suis sidéré par tous ces chassés-croisés... :oops:

C'est sûr que tout le monde peut acheter son logement sur Paris:bah:

Par

Ouah, Caradisiac fait péter les images d'archives : une Clio 2, une R25, une 205 une 306, une xsara picasso, une Ford KA et pas l'ombre d'un SUV à l'horizon:smile:

Par

En réponse à Otonei

Un ptit 2 pièces des années 70 a 1M€ ? C'est sûr c'est un excellent choix

:bien: L affaire du siècle ils disent 60m2 a 1 millions d euro avec le métro en dessous qui fait trembler l appart, les parquets qui grince , et entendre ces voisins a longueur de journée ! ne perdez plus de temps :ddr::ddr:

A 1 millions a los angeles ou miami tu a une villa de 250m2 la plage etc.. mais sans les rats de Paris hahaha

Par

En réponse à gokhan1369

:bien: L affaire du siècle ils disent 60m2 a 1 millions d euro avec le métro en dessous qui fait trembler l appart, les parquets qui grince , et entendre ces voisins a longueur de journée ! ne perdez plus de temps :ddr::ddr:

A 1 millions a los angeles ou miami tu a une villa de 250m2 la plage etc.. mais sans les rats de Paris hahaha

Si tu fais allusion aux rongeurs, il y en a partout même à L.A

Avec 10 j'y de plus , ils seraient Maitre du monde :buzz:

Ensuite le M pour un appartement dans Paris, vous exagéré grave !!! À partir de 300000 tu as un logement

Par

En réponse à Philippe2446

Oui, opter pour un logement à proximité plus immédiate du taf (quitte à ce que ce soit un peu plus petit, ou à devoir changer) et prendre le vélo! :bien:

Je suis sidéré par tous ces chassés-croisés... :oops:

J'ai vu le comportement inverse.

Avant 2019, il était possible de parler de plein emploi pour les départements d'Île de France. J'ai vu un nombre non négligeable de gens changer de travail pour faire moins de trajet.

Par

En même temps cette question de supprimer le periph n'a aucun sens

Par quoi remplacer un axe à 1,2 millions de voitures/jour ?

Le vrai truc ce serait un réseau de tunnels et/ou des viaduc passant au dessus et en dessous de Paris, ce qui a un cout juste démentiel et prendra 50 ans

En plus de pourrir le sous-sol ou le ciel

Sinon passer l'A86 à 6 voies partout, limité à 110 pour compenser et sans que ce soit payant dans la zone riche (ouest de la région), mais ça nécessite quand même un bulot de fou dans pas mal de zones

La vérité c'est que ce periph est la moins mauvaise solution actuelle

Et avec les quelques métro en plus du "grand paris" qui arriveront un jour, la circulation du périph devrait baisser un peu (2-4%) ce qui fera du bien

La vrai solution dont les mondialiste ne veulent pas parler c'est d'arrêter de concentrer autant de monde dans cette région, mais ça ils veulent rien savoir car ils veulent leurs esclaves pour avoir des salaires bas du fait de la concurrence et de garder l'immobilier très haut pour garder leurs fortunes

Par

Il n'y a pas vraiment d'alternative ! Quant à déménager à chaque changement de lieux de travail, c'est illusoire pour la plupart des gens (enfants, conjoint, coût , etc).

Par

En réponse à Philippe2446

Oui, opter pour un logement à proximité plus immédiate du taf (quitte à ce que ce soit un peu plus petit, ou à devoir changer) et prendre le vélo! :bien:

Je suis sidéré par tous ces chassés-croisés... :oops:

Vivre dans une cage à lapin, dans une zone ultra dense, etc...

Non merci. Finalement comme 80% des gens qui choisissent ce mode de vie du reste :

https://www.partirdeparis.fr/pourquoi-80-pourcent-parisiens-veulent-quitter-paris/

A côté 1 heure de périph/route matin et soir (voir même pas tous les jours avec le télétravail) pour vivre dans une maison avec un jardin/garage, au calme pour le même tarif que ta cellule en ville : il n'y a pas photo. A part quelques bobo qui s'émerveille devant un immeuble haussmannien qui pue l'odeur des poubelles et qui vont voir une opérette le samedi soir, ce mode de vie n'est pas plaisant, objectivement (et d'autant plus quand tu as déjà gouté à un mode de vie en dehors des centres urbains).

Par

À la place un petit chemin pavé, avec des jardins d'aromates tout le long, des daims en semi liberté et des lanternes a bougies bio pour le soir. :bien:

Par

En réponse à Axel015

Vivre dans une cage à lapin, dans une zone ultra dense, etc...

Non merci. Finalement comme 80% des gens qui choisissent ce mode de vie du reste :

https://www.partirdeparis.fr/pourquoi-80-pourcent-parisiens-veulent-quitter-paris/

A côté 1 heure de périph/route matin et soir (voir même pas tous les jours avec le télétravail) pour vivre dans une maison avec un jardin/garage, au calme pour le même tarif que ta cellule en ville : il n'y a pas photo. A part quelques bobo qui s'émerveille devant un immeuble haussmannien qui pue l'odeur des poubelles et qui vont voir une opérette le samedi soir, ce mode de vie n'est pas plaisant, objectivement (et d'autant plus quand tu as déjà gouté à un mode de vie en dehors des centres urbains).

J'ai le raisonnement inverse : l'intérêt d'être en Ile-de-France c'est de vivre à Paris intramuros, de profiter de toute l'offre de sorties et d'animations et de travailler à quelques stations de métro / coups de pédale. C'est bien quand on n'a pas d'enfant à charge (pour les jeunes et les vieux donc).

Vivre en banlieue et se taper des heures de bouchons ou de galère de transports pour habiter un pavillon dans une ville-dortoir, c'est ça que je ne comprendrai jamais. Quand on voit ce que de nombreuses villes de province peuvent proposer en qualité de vie...

Par

En réponse à zzeelec

J'ai le raisonnement inverse : l'intérêt d'être en Ile-de-France c'est de vivre à Paris intramuros, de profiter de toute l'offre de sorties et d'animations et de travailler à quelques stations de métro / coups de pédale. C'est bien quand on n'a pas d'enfant à charge (pour les jeunes et les vieux donc).

Vivre en banlieue et se taper des heures de bouchons ou de galère de transports pour habiter un pavillon dans une ville-dortoir, c'est ça que je ne comprendrai jamais. Quand on voit ce que de nombreuses villes de province peuvent proposer en qualité de vie...

Sur la fin du message, tu es dans le gras de ce que je professe.

Pour au moins 80% des habitants d'Île de France, aller travailler en province n'est que bénéfices. Sur les seuls temps de trajet et prix du logement la messe est dite coté qualité de vie quotidienne. En plus, le reste a dépenser est plus élevé avec le même salaire.

L'argument de la culture m'a toujours étonné, il y a quantité d'activités culturelles dans toutes les villes de France et depuis au moins 1990, beaucoup d'artistes sont tout a fait satisfaits de leur audience locale.

Par

En réponse à MotherKaiser

En même temps cette question de supprimer le periph n'a aucun sens

Par quoi remplacer un axe à 1,2 millions de voitures/jour ?

Le vrai truc ce serait un réseau de tunnels et/ou des viaduc passant au dessus et en dessous de Paris, ce qui a un cout juste démentiel et prendra 50 ans

En plus de pourrir le sous-sol ou le ciel

Sinon passer l'A86 à 6 voies partout, limité à 110 pour compenser et sans que ce soit payant dans la zone riche (ouest de la région), mais ça nécessite quand même un bulot de fou dans pas mal de zones

La vérité c'est que ce periph est la moins mauvaise solution actuelle

Et avec les quelques métro en plus du "grand paris" qui arriveront un jour, la circulation du périph devrait baisser un peu (2-4%) ce qui fera du bien

La vrai solution dont les mondialiste ne veulent pas parler c'est d'arrêter de concentrer autant de monde dans cette région, mais ça ils veulent rien savoir car ils veulent leurs esclaves pour avoir des salaires bas du fait de la concurrence et de garder l'immobilier très haut pour garder leurs fortunes

"La vrai solution dont les mondialiste ne veulent pas parler c'est d'arrêter de concentrer autant de monde dans cette région, mais ça ils veulent rien savoir car ils veulent leurs esclaves pour avoir des salaires bas du fait de la concurrence et de garder l'immobilier très haut pour garder leurs fortunes"

=> on est d'accord. Pourtant, le territoire français est peu densément peuplé : beaucoup de villes moyennes pourraient supporter sans en pâtir l'arrivée de quelques milliers de nouveaux habitants chaque année.

Une politique volontariste de déconcentration serait bénéfique pour une immense majorité de franciliens et de provinciaux...

Par

En réponse à zzeelec

J'ai le raisonnement inverse : l'intérêt d'être en Ile-de-France c'est de vivre à Paris intramuros, de profiter de toute l'offre de sorties et d'animations et de travailler à quelques stations de métro / coups de pédale. C'est bien quand on n'a pas d'enfant à charge (pour les jeunes et les vieux donc).

Vivre en banlieue et se taper des heures de bouchons ou de galère de transports pour habiter un pavillon dans une ville-dortoir, c'est ça que je ne comprendrai jamais. Quand on voit ce que de nombreuses villes de province peuvent proposer en qualité de vie...

Oui Paris c'est bien pour ce qui vont au théâtre/bistro/expo tous les soirs de la semaine. Sinon c'est l'horreur. En gros qui ne vivent pas chez eux.

Je suis a 30 minutes de Paris, à 4k le m² pour vivre dans un pavillon/jardin/garage dans une petite ville sans immeuble, sans wesh/wesh, ultra calme (ma rue est un chemin c'est dire !). 30 minutes si j'ai besoin de sortir sur Paris, c'est pas le drame clairement.

Et surtout pour 350k euros tu as une maison.

Par

En réponse à GY201

Sur la fin du message, tu es dans le gras de ce que je professe.

Pour au moins 80% des habitants d'Île de France, aller travailler en province n'est que bénéfices. Sur les seuls temps de trajet et prix du logement la messe est dite coté qualité de vie quotidienne. En plus, le reste a dépenser est plus élevé avec le même salaire.

L'argument de la culture m'a toujours étonné, il y a quantité d'activités culturelles dans toutes les villes de France et depuis au moins 1990, beaucoup d'artistes sont tout a fait satisfaits de leur audience locale.

Pour la variété et la qualité de l'offre culturelle et les lieux d'animation, Paris est indétrônable en France. Il faut juste avoir le mode de vie (célibataire ou en couple sans enfants) et le portefeuille qui vont avec.

Pour mon cas perso : je n'ai jamais pu me faire à la grisaille, à l'absence de nature et à la surpopulation. Donc exit.

Par

En réponse à Axel015

Oui Paris c'est bien pour ce qui vont au théâtre/bistro/expo tous les soirs de la semaine. Sinon c'est l'horreur. En gros qui ne vivent pas chez eux.

Je suis a 30 minutes de Paris, à 4k le m² pour vivre dans un pavillon/jardin/garage dans une petite ville sans immeuble, sans wesh/wesh, ultra calme (ma rue est un chemin c'est dire !). 30 minutes si j'ai besoin de sortir sur Paris, c'est pas le drame clairement.

Et surtout pour 350k euros tu as une maison.

Oui mais ce que j'ai pu constater, c'est que les gens qui habitent en banlieue ne vont presque jamais à Paris. Ils disent comme toi "si je veux, je peux y aller..." mais dans les faits, ce n'est jamais le cas.

J'ai bien noté la différence de mode de vie entre les parisiens intra et les banlieusards (différence d'âge et de situation familiale la plupart du temps aussi). Bref, Paris : ville d'étudiants, d'actifs sans enfants et de retraités.

https://www.lemonde.fr/education/visuel/2018/08/28/demographie-scolaire-a-paris-ces-ecoles-primaires-qui-ferment_5347198_1473685.html

Par

De toute façon, je ne vais pas me faire que des copains sur ce site, mais je m'en fous, il n'y a que les "nouveaux parisiens" c'est-à-dire les ex-provinciaux, récemment montés sur Paris, qui gueulent qu'il y a trop de voitures dans Paris, que ça pue, que c'est pollué, qu'il n'y a pas assez d'arbres etc. etc.

Les vrais parisiens, dont je fais parti, s’accommodent très bien de ces désagréments et n'emmerdent pas le peuple avec leurs lubies et leurs caprices de bobos.

S'ils veulent vivre à la campagne, qu'ils retournent chez eux et arrêtent d'emmerder ceux qui s’accommodent très bien de tout cela.

Si je veux du vert, je prends ma bagnole ou le train et en à peine une heure, je peux profiter des grands espaces de la campagne.

Par

En réponse à ShidoshiTanaka

De toute façon, je ne vais pas me faire que des copains sur ce site, mais je m'en fous, il n'y a que les "nouveaux parisiens" c'est-à-dire les ex-provinciaux, récemment montés sur Paris, qui gueulent qu'il y a trop de voitures dans Paris, que ça pue, que c'est pollué, qu'il n'y a pas assez d'arbres etc. etc.

Les vrais parisiens, dont je fais parti, s’accommodent très bien de ces désagréments et n'emmerdent pas le peuple avec leurs lubies et leurs caprices de bobos.

S'ils veulent vivre à la campagne, qu'ils retournent chez eux et arrêtent d'emmerder ceux qui s’accommodent très bien de tout cela.

Si je veux du vert, je prends ma bagnole ou le train et en à peine une heure, je peux profiter des grands espaces de la campagne.

Quel âge as-tu ? As-tu des enfants ?

Il y a de moins en moins de Parisiens natifs (cf mon lien précédent).

A l'heure actuelle, je me contrefous de Paris comme d'une guigne, ce n'est plus mon problème... tant que lesdits Parisiens ne viennent pas m'emmerder avec leurs lois débiles et leur dogme mondialiste pseudo-moderne décadent - ce qu'ils font pourtant ! Alors, qui emmerde qui ?

"Si je veux du vert, je prends ma bagnole ou le train et en à peine une heure, je peux profiter des grands espaces de la campagne."

=> après ton heure de bouchons, tu ne seras pas bien loin. Après ton heure de train (tu habites juste à côté d'une gare ?), tu seras arrivé... dans une autre gare !

J'ai vécu 10 ans à Paris, alors ne me raconte pas tes salades, je sais ce que c'est.

Par

En réponse à GY201

Sur la fin du message, tu es dans le gras de ce que je professe.

Pour au moins 80% des habitants d'Île de France, aller travailler en province n'est que bénéfices. Sur les seuls temps de trajet et prix du logement la messe est dite coté qualité de vie quotidienne. En plus, le reste a dépenser est plus élevé avec le même salaire.

L'argument de la culture m'a toujours étonné, il y a quantité d'activités culturelles dans toutes les villes de France et depuis au moins 1990, beaucoup d'artistes sont tout a fait satisfaits de leur audience locale.

J'ai dû habiter à Paris en début de carrière, je suis content d'en être parti mais il faut bien avouer que coté culture, c'est vraiment un autre monde.

Si tu peux avoir un mode de vie « compatible » (en gros pas de gosse et un reste a vivre qui est suffisant), c’est vraiment sympa.

Mais je n’y retournerait pour rien au monde aujourd’hui car ca n’aurait aucun intérêt pour moi.

Par

Encore une hidalgerie malsaine, irréfléchie et irréaliste. Elle pourrit la vie des parisiens et des franciliens qui ont besoin de leur véhicule. Plus je suis favorable au maintien du diesel au delà de 2024.

Par

En réponse à zzeelec

J'ai le raisonnement inverse : l'intérêt d'être en Ile-de-France c'est de vivre à Paris intramuros, de profiter de toute l'offre de sorties et d'animations et de travailler à quelques stations de métro / coups de pédale. C'est bien quand on n'a pas d'enfant à charge (pour les jeunes et les vieux donc).

Vivre en banlieue et se taper des heures de bouchons ou de galère de transports pour habiter un pavillon dans une ville-dortoir, c'est ça que je ne comprendrai jamais. Quand on voit ce que de nombreuses villes de province peuvent proposer en qualité de vie...

Voilà un argumentaire qui a toutes les apparences de la rationalité et que je partage personnellement.

Et pourtant, s'il est jouable à titre individuel, il est intenable à titre collectif. Voici pourquoi:

Paris est l'une des 10 villes les plus densément peuplées au monde. Pas l'une des plus peuplées mais l'une des plus densément peuplées, la nuance est d'importance.

Il y a donc une énorme pression sur les prix de l'immobilier. Par ailleurs, Paris est une ville extrêmement voire excessivement protégée au niveau urbanisme ce qui limite fortement sa capacité à proposer des logements à un prix décent aux potentiels acquéreurs. Autre élément important, le nombre de logements à la limite de la salubrité est encore très important dans certains arrondissements.

Que se passerait-il si tous les acquéreurs ou locataires correspondant au profil que vous décrivez se précipitaient de leur banlieue plus ou moins lointaine pour venir habiter à Paris ? Le prix de l'immobilier exploserait dans des proportions jamais vues et Paris deviendrait encore plus une ville réservée aux très hauts revenus, sauf à se loger dans le locatif social dans des quartiers peu attractifs. De plus, les deux catégories que vous citez, à savoir les jeunes sans enfants et les vieux, ne sont pas les mieux placées en matière de revenus ou de solvabilité.

Une solution pourrait consister à densifier encore plus le logement et à réviser nos conceptions en construisant un très grand nombre d'immeubles grande hauteur pour y loger les Parisiens, un peu comme dans certains secteurs du 13ème arrondissement. Ça se fait en extrême-orient et on trouve même des appartements luxueux dans des tours dont l'aspect extérieur nous rappelle furieusement certaines ZUP de banlieue. Qui accepterait ce type d'urbanisme à Paris alors que cette ville tend à devenir un musée et que la moindre intervention en matière immobilière est soumise à des contraintes réglementaires et architecturales énormes ?

Donc, l'intérêt de vivre à Paris intra-muros est limité à une frange réduite de la population francilienne dotée de hauts revenus, ou bien vivant dans des logements vétustes ou encore faisant partie de la population reléguée dans les logements sociaux des arrondissements de l'Est.

Pour les autres, le chois est vite fait; s'ils veulent accéder à un certain confort de vie c'est le choix de la banlieue et dorénavant de la grande couronne tellement les prix en petite couronne ont augmenté. Même la Seine-saint-Denis dont on ne peut pas dire qu'il s'agit d'un département privilégié (le plus faible indice de développement humain de France métropolitaine) voit les prix de l 'immobilier flamber.

Alors, en effet, on peut se demander pourquoi les gens ne partent pas dans les régions où i y a profusion de villes moyennes et grandes où la qualité de vie est cent fois plus agréable qu'en Ile-de-France.

Quelques facteurs principaux: L'Ile-de-France est la région la plus riche de France et la 10ème plus riche d'Europe (données Eurostat 2019), aucun autre région française n'est classée dans les 25 premières. Il y a donc concentration des richesses en Ile de France et surtout concentration des emplois. Comme le France a abandonné depuis plus de 30 ans la planification, ce mouvement de concentration s'est accentué, souvent au détriment des autres régions, à l'exception non imitative de Rhône-Alpes et PACA et quelques métropoles régionales (Toulouse, Bordeaux, Montpelier, etc) . Même au sein de la Région Ile de France, aucune mesure incitative à une meilleure gestion des flux de transports n'a été envisagée; on a coutume de dire que les emplois sont à l'ouest de Paris et les logement à l'Est.

Les gens se logent donc à proximité des zones où se trouvent les emplois auxquels ils peuvent prétendre. Changer de région pour bénéficier d'une meilleure qualité de vie c'est bien, mais ça n'est pas toujours possible et souvent c'est très difficile lorsqu'il faut trouver un travail pour le conjoint. Le chômage de masse (certes indemnisé ou compensé par les aides sociales) qui a été le choix fait par les politiques depuis 40 ans rend la mobilité géographique plus difficile.

Pour nombre de villes moyennes, la situation s'est plutôt dégradée, avec la disparition d'infrastructures de transport collectif, d'enseignement, etc. , autre facteur limitant.

Dernier facteur mains non des moindres: la fiscalité pour les acquéreurs de logements. Les droits de mutation sont très élevés en France. Après une légère baisse, ils ont étés ré-augmentés sous Hollande. Ils constituent un frein de plus à la mobilité. Imaginons quelqu'un qui déménagerait 5 fois au cours de sa vie active en achetant et vendant successivement 5 fois son logement aurait dépensé en droits de mutation + frais de notaire environ la moitié de la valeur moyenne des ses divers biens. Il aura certes "récupéré" une partie de ce montant en gonflant le prix de vente de ses biens pour faire supporter une partie de la charge à ses acheteurs (s'il vend au prix qu'il a fixé) mais on voit bien que le système est inflationniste et d'ailleurs l'Etat et les collectivités locales sont les principaux bénéficiaires de cette hausse continue de l'immobilier.

Alors, si les nombreux habitants des banlieues se farcissent des trajets quotidiens à rallonge ce n'est pas par gaité de coeur ou par manque de jugement. Certains sautent le pas et parviennent à quitter ces banlieues sans âme et c'est tant mieux. Si une véritable planification avait été réalisée en permettant déjà de rééquilibrer emplois et logements entre l'Ouest et l'Est de Paris, si on avait réellement créé les conditions d'une vraie mobilité géographique et de l'implantation d'entreprises hors métropole , on n'en serait pas là.

Par

@PhilVerce

On est d'accord, y compris sur la densification de Paris que je ne soutiens pas non plus. Il serait grand temps de rééquilibrer le territoire français d'un point de vue démographique et économique : ça ne fera que renforcer l'attractivité de la France et la qualité de vie pour ses habitants.

Par

En réponse à PhilVerce

Voilà un argumentaire qui a toutes les apparences de la rationalité et que je partage personnellement.

Et pourtant, s'il est jouable à titre individuel, il est intenable à titre collectif. Voici pourquoi:

Paris est l'une des 10 villes les plus densément peuplées au monde. Pas l'une des plus peuplées mais l'une des plus densément peuplées, la nuance est d'importance.

Il y a donc une énorme pression sur les prix de l'immobilier. Par ailleurs, Paris est une ville extrêmement voire excessivement protégée au niveau urbanisme ce qui limite fortement sa capacité à proposer des logements à un prix décent aux potentiels acquéreurs. Autre élément important, le nombre de logements à la limite de la salubrité est encore très important dans certains arrondissements.

Que se passerait-il si tous les acquéreurs ou locataires correspondant au profil que vous décrivez se précipitaient de leur banlieue plus ou moins lointaine pour venir habiter à Paris ? Le prix de l'immobilier exploserait dans des proportions jamais vues et Paris deviendrait encore plus une ville réservée aux très hauts revenus, sauf à se loger dans le locatif social dans des quartiers peu attractifs. De plus, les deux catégories que vous citez, à savoir les jeunes sans enfants et les vieux, ne sont pas les mieux placées en matière de revenus ou de solvabilité.

Une solution pourrait consister à densifier encore plus le logement et à réviser nos conceptions en construisant un très grand nombre d'immeubles grande hauteur pour y loger les Parisiens, un peu comme dans certains secteurs du 13ème arrondissement. Ça se fait en extrême-orient et on trouve même des appartements luxueux dans des tours dont l'aspect extérieur nous rappelle furieusement certaines ZUP de banlieue. Qui accepterait ce type d'urbanisme à Paris alors que cette ville tend à devenir un musée et que la moindre intervention en matière immobilière est soumise à des contraintes réglementaires et architecturales énormes ?

Donc, l'intérêt de vivre à Paris intra-muros est limité à une frange réduite de la population francilienne dotée de hauts revenus, ou bien vivant dans des logements vétustes ou encore faisant partie de la population reléguée dans les logements sociaux des arrondissements de l'Est.

Pour les autres, le chois est vite fait; s'ils veulent accéder à un certain confort de vie c'est le choix de la banlieue et dorénavant de la grande couronne tellement les prix en petite couronne ont augmenté. Même la Seine-saint-Denis dont on ne peut pas dire qu'il s'agit d'un département privilégié (le plus faible indice de développement humain de France métropolitaine) voit les prix de l 'immobilier flamber.

Alors, en effet, on peut se demander pourquoi les gens ne partent pas dans les régions où i y a profusion de villes moyennes et grandes où la qualité de vie est cent fois plus agréable qu'en Ile-de-France.

Quelques facteurs principaux: L'Ile-de-France est la région la plus riche de France et la 10ème plus riche d'Europe (données Eurostat 2019), aucun autre région française n'est classée dans les 25 premières. Il y a donc concentration des richesses en Ile de France et surtout concentration des emplois. Comme le France a abandonné depuis plus de 30 ans la planification, ce mouvement de concentration s'est accentué, souvent au détriment des autres régions, à l'exception non imitative de Rhône-Alpes et PACA et quelques métropoles régionales (Toulouse, Bordeaux, Montpelier, etc) . Même au sein de la Région Ile de France, aucune mesure incitative à une meilleure gestion des flux de transports n'a été envisagée; on a coutume de dire que les emplois sont à l'ouest de Paris et les logement à l'Est.

Les gens se logent donc à proximité des zones où se trouvent les emplois auxquels ils peuvent prétendre. Changer de région pour bénéficier d'une meilleure qualité de vie c'est bien, mais ça n'est pas toujours possible et souvent c'est très difficile lorsqu'il faut trouver un travail pour le conjoint. Le chômage de masse (certes indemnisé ou compensé par les aides sociales) qui a été le choix fait par les politiques depuis 40 ans rend la mobilité géographique plus difficile.

Pour nombre de villes moyennes, la situation s'est plutôt dégradée, avec la disparition d'infrastructures de transport collectif, d'enseignement, etc. , autre facteur limitant.

Dernier facteur mains non des moindres: la fiscalité pour les acquéreurs de logements. Les droits de mutation sont très élevés en France. Après une légère baisse, ils ont étés ré-augmentés sous Hollande. Ils constituent un frein de plus à la mobilité. Imaginons quelqu'un qui déménagerait 5 fois au cours de sa vie active en achetant et vendant successivement 5 fois son logement aurait dépensé en droits de mutation + frais de notaire environ la moitié de la valeur moyenne des ses divers biens. Il aura certes "récupéré" une partie de ce montant en gonflant le prix de vente de ses biens pour faire supporter une partie de la charge à ses acheteurs (s'il vend au prix qu'il a fixé) mais on voit bien que le système est inflationniste et d'ailleurs l'Etat et les collectivités locales sont les principaux bénéficiaires de cette hausse continue de l'immobilier.

Alors, si les nombreux habitants des banlieues se farcissent des trajets quotidiens à rallonge ce n'est pas par gaité de coeur ou par manque de jugement. Certains sautent le pas et parviennent à quitter ces banlieues sans âme et c'est tant mieux. Si une véritable planification avait été réalisée en permettant déjà de rééquilibrer emplois et logements entre l'Ouest et l'Est de Paris, si on avait réellement créé les conditions d'une vraie mobilité géographique et de l'implantation d'entreprises hors métropole , on n'en serait pas là.

Je suis d'accord avec ton analyse.

Mais c'est pas avec Macron que ça changera en tout cas.

Par

En réponse à Meukow

C'est sûr que tout le monde peut acheter son logement sur Paris:bah:

Je ne prétends pas cela. Perso je bosse dans le 16eme, mais vis à 4km de là, en dehors de Paris. C'est moins cher, et pas qu'un peu, que Paris. Pourquoi tous les gens qui sont dans les services à la personne (80% du personnel de notre crèche du 92 par ex) habite sur Paris nord/Nord-Est? Parce c'est compliqué de changer, avec les histoires d'école, de boulot du conjoint, etc. Mais aussi parce qu'on n'envisage pas assez de loger près de son travail, et que Paris est vécu comme un pôle trop important pour envisager de s'en éloigner, ne serait-ce qu'un peu.

A 10 bornes de leur boulot, vers l'Ouest, le personnel de ma crèche serait logé moins cher, et le boulot serait plus proche pour eux. :oui:

Notre aide ménagère, elle, vient de Montreuil... :hum:

Par

En réponse à Axel015

Vivre dans une cage à lapin, dans une zone ultra dense, etc...

Non merci. Finalement comme 80% des gens qui choisissent ce mode de vie du reste :

https://www.partirdeparis.fr/pourquoi-80-pourcent-parisiens-veulent-quitter-paris/

A côté 1 heure de périph/route matin et soir (voir même pas tous les jours avec le télétravail) pour vivre dans une maison avec un jardin/garage, au calme pour le même tarif que ta cellule en ville : il n'y a pas photo. A part quelques bobo qui s'émerveille devant un immeuble haussmannien qui pue l'odeur des poubelles et qui vont voir une opérette le samedi soir, ce mode de vie n'est pas plaisant, objectivement (et d'autant plus quand tu as déjà gouté à un mode de vie en dehors des centres urbains).

1h, pour être à peu près à la campagne en bossant à Paris, en heure de pointe? Tu roules en quoi, en Ducati à 70 dans les bouchons? Je me souviens d'avoir atteint le Pont de St Cloud en 90min de route, je partais de juste derrière Mantes la Jolie... Pas un jour exceptionnel d'après google/sytadin!

Et pour peu que tu ne fasse pas du 9-17h, que tu bosses, ben tu n'as plus de vie privée, à passer 15h/semaine dans ta caisse. Y'a pas à dire, c'est top! :ange:

Par

Par contre, le télétravail change la donne. Mais perso je sais que dès la fin de la covid, mon employeur dira "Nein", "Njet", "No"...

Par

En réponse à rolleiflex

Encore une hidalgerie malsaine, irréfléchie et irréaliste. Elle pourrit la vie des parisiens et des franciliens qui ont besoin de leur véhicule. Plus je suis favorable au maintien du diesel au delà de 2024.

2/3 des parisiens (intra-muros) que je croise ne disent pas tant de mal d'Hidalgo. Il faut arrêter de croire qu'elle bosse pour l'île de France. Elle bosse pour Paris. L'institution est mal faite (les décisions de circulation devraient être prises au niveau de la région), mais on ne peut pas lui reprocher de faire ce que, globalement, ses administrés lui demandent. :bah:

Par

En réponse à Axel015

Je suis d'accord avec ton analyse.

Mais c'est pas avec Macron que ça changera en tout cas.

Ni avec Macron, ni avec les autre, hélas !. :biggrin: Et ça dure depuis des décennies.

Par

En réponse à Philippe2446

Je ne prétends pas cela. Perso je bosse dans le 16eme, mais vis à 4km de là, en dehors de Paris. C'est moins cher, et pas qu'un peu, que Paris. Pourquoi tous les gens qui sont dans les services à la personne (80% du personnel de notre crèche du 92 par ex) habite sur Paris nord/Nord-Est? Parce c'est compliqué de changer, avec les histoires d'école, de boulot du conjoint, etc. Mais aussi parce qu'on n'envisage pas assez de loger près de son travail, et que Paris est vécu comme un pôle trop important pour envisager de s'en éloigner, ne serait-ce qu'un peu.

A 10 bornes de leur boulot, vers l'Ouest, le personnel de ma crèche serait logé moins cher, et le boulot serait plus proche pour eux. :oui:

Notre aide ménagère, elle, vient de Montreuil... :hum:

vous êtes complètement à coté de la plaque mon pauvre Louis Philippe du 92 qui pensent que tout le monde peut se loger dans l'Ouest Parisien.

Si comme vous dites "tous ces gens vivent dans le Nord / Nord-Est" c'est bien principalement pour une raison de coût de la vie !!!! Et certainement pas un manque de volonté.

Quant à la proximité avec Paris c'est juste pour avoir du boulot, pas pour allez à l'Opéra !

Ces gens là viennent de Pantin, de Montreuil, de St Denis, oui on en connait tous.

Par

En réponse à Otonei

vous êtes complètement à coté de la plaque mon pauvre Louis Philippe du 92 qui pensent que tout le monde peut se loger dans l'Ouest Parisien.

Si comme vous dites "tous ces gens vivent dans le Nord / Nord-Est" c'est bien principalement pour une raison de coût de la vie !!!! Et certainement pas un manque de volonté.

Quant à la proximité avec Paris c'est juste pour avoir du boulot, pas pour allez à l'Opéra !

Ces gens là viennent de Pantin, de Montreuil, de St Denis, oui on en connait tous.

Parce que tu crois que l'immobilier est plus avantageux à Velizy qu'à Montreuil? Tu n'as pas compris mon propos. Mon point, c'est qu'il faut accepter de s'éloigner du centre de Paris en cherchant à être au plus proche du boulot. Ca n'a aucun sens, que les gens qui vivent à 20 bornes au Sud-Est/Est viennent bosser à la Défense et dans les "beaux quartiers" pendant que d'autres arrivent de St Denis pour faire les boulots mal payés à Versailles ou à St Cloud. C'est ça que je dis. Maintenant, si toi, tu trouves ces chassés-croisés logiques...

Par

m*rde, dsl, je voulais écrire Sud-Ouest/Ouest... pas sud-Est/Est.... :blague:

Par

En réponse à Otonei

vous êtes complètement à coté de la plaque mon pauvre Louis Philippe du 92 qui pensent que tout le monde peut se loger dans l'Ouest Parisien.

Si comme vous dites "tous ces gens vivent dans le Nord / Nord-Est" c'est bien principalement pour une raison de coût de la vie !!!! Et certainement pas un manque de volonté.

Quant à la proximité avec Paris c'est juste pour avoir du boulot, pas pour allez à l'Opéra !

Ces gens là viennent de Pantin, de Montreuil, de St Denis, oui on en connait tous.

Pourtant c'est bien l'Opéra.

Par

En réponse à GY201

Pourtant c'est bien l'Opéra.

C'était bien. :oops:

:hum:

Par

En réponse à Philippe2446

Oui, opter pour un logement à proximité plus immédiate du taf (quitte à ce que ce soit un peu plus petit, ou à devoir changer) et prendre le vélo! :bien:

Je suis sidéré par tous ces chassés-croisés... :oops:

Le télétravail, c'est mieux que la cage à lapins à côté du périph. :cyp:

Ceci dit, il est prévu de transformer nombre de bureaux à La Défense en logements sociaux. Pour ceux que ça intéresse... :cyp:

Par

En réponse à Lepiredevantnous

Si tu fais allusion aux rongeurs, il y en a partout même à L.A

Avec 10 j'y de plus , ils seraient Maitre du monde :buzz:

Ensuite le M pour un appartement dans Paris, vous exagéré grave !!! À partir de 300000 tu as un logement

oui, un studio de 20m2.

Après, oui, c'est un peu moins cher dans le 20ème ou le 19ème... :cyp:

Bon, après, faut aimer les rats, les seringues et les migrants... :cyp:

Par

En réponse à zzeelec

Pour la variété et la qualité de l'offre culturelle et les lieux d'animation, Paris est indétrônable en France. Il faut juste avoir le mode de vie (célibataire ou en couple sans enfants) et le portefeuille qui vont avec.

Pour mon cas perso : je n'ai jamais pu me faire à la grisaille, à l'absence de nature et à la surpopulation. Donc exit.

Faut pas abuser, il y a malgré tout des parcs à Paris. :bah:

Après, oui, faut aimer la présence des rats = mieux vaut ne pas s'approcher des poubelles et des nombreux "trous" dans le sol. :cyp:

Par

Jean marc Jancovici dit qu'avec l'argent prévu pour le grand paris, on pourrai acheter une voiture électrique pour chaque francilien devant se rendre au travail.

Du coup, en quoi est ce que les bouchons gène la Hidalgo qui veut changer la façon de penser des gens ?

Il y a 20-25 ans, elle s'était prononcée contre la réouverture des maisons close : elle allait déjà à contre courant des besoins primaires des hommes.

Il vaut mieux avoir des maisons closes contrôlées, avec des putes bien payées et rémunérées, que des hommes déséquilibré sexuel qui trainent dans les rues. et qui peuvent agresser, violer, etc ...

Par

En réponse à Philippe2446

Parce que tu crois que l'immobilier est plus avantageux à Velizy qu'à Montreuil? Tu n'as pas compris mon propos. Mon point, c'est qu'il faut accepter de s'éloigner du centre de Paris en cherchant à être au plus proche du boulot. Ca n'a aucun sens, que les gens qui vivent à 20 bornes au Sud-Est/Est viennent bosser à la Défense et dans les "beaux quartiers" pendant que d'autres arrivent de St Denis pour faire les boulots mal payés à Versailles ou à St Cloud. C'est ça que je dis. Maintenant, si toi, tu trouves ces chassés-croisés logiques...

Ca d'accord oui. Et oui il vaut mieux s'"éloigner" coté 78/95 que 93 je pense....... Après en partant de St Denis on peut rejoindre tout Paris en peu de temps, un peu plus compliqué depuis Cergy Pontoise par exemple. S'ils bossent un temps à Vélizy en partant de Montreuil c'est effectivement dommage, mais peut être qu'ils se disent que ca ne durera pas, ce sont souvent des boulots "précaires".

Par

En réponse à narmer

Jean marc Jancovici dit qu'avec l'argent prévu pour le grand paris, on pourrai acheter une voiture électrique pour chaque francilien devant se rendre au travail.

Du coup, en quoi est ce que les bouchons gène la Hidalgo qui veut changer la façon de penser des gens ?

Il y a 20-25 ans, elle s'était prononcée contre la réouverture des maisons close : elle allait déjà à contre courant des besoins primaires des hommes.

Il vaut mieux avoir des maisons closes contrôlées, avec des putes bien payées et rémunérées, que des hommes déséquilibré sexuel qui trainent dans les rues. et qui peuvent agresser, violer, etc ...

Sans compter l'hygiène :cyp:

Sinon on ne peut pas comparer le coût d'un projet pharaonique (le Grand Paris) à celui de l'acquisition d'un bien (achat d'un véhicule)...

Et le Grand Paris servira à des dizaines de millions de personnes (y compris des touristes), favoriser les échanges, le commerce,... Avoir 15M de piles sur roue n'arrangerait rien à part la lubie CO2 de quelques escrolos.

Par

Il est marrant le journaliste ! "A l’heure où Anne Hidalgo évalue ses chances en vue de la prochaine élection présidentielle, la perspective de se mettre à dos une partie importante de la population s’apparenterait à un calcul pour le moins hasardeux"

Si elle fermait le périphérique, ça gênerait la population ? Peut être, mais pas celle qui vote à Paris.

Par

En réponse à zzeelec

J'ai le raisonnement inverse : l'intérêt d'être en Ile-de-France c'est de vivre à Paris intramuros, de profiter de toute l'offre de sorties et d'animations et de travailler à quelques stations de métro / coups de pédale. C'est bien quand on n'a pas d'enfant à charge (pour les jeunes et les vieux donc).

Vivre en banlieue et se taper des heures de bouchons ou de galère de transports pour habiter un pavillon dans une ville-dortoir, c'est ça que je ne comprendrai jamais. Quand on voit ce que de nombreuses villes de province peuvent proposer en qualité de vie...

C'est pas compliqué suffit de trouver un boulot à 50 000 euros le mois.

Mélanchon va mettre le smic à 10 000 et le tour est joué.

Par

En réponse à PhilVerce

Voilà un argumentaire qui a toutes les apparences de la rationalité et que je partage personnellement.

Et pourtant, s'il est jouable à titre individuel, il est intenable à titre collectif. Voici pourquoi:

Paris est l'une des 10 villes les plus densément peuplées au monde. Pas l'une des plus peuplées mais l'une des plus densément peuplées, la nuance est d'importance.

Il y a donc une énorme pression sur les prix de l'immobilier. Par ailleurs, Paris est une ville extrêmement voire excessivement protégée au niveau urbanisme ce qui limite fortement sa capacité à proposer des logements à un prix décent aux potentiels acquéreurs. Autre élément important, le nombre de logements à la limite de la salubrité est encore très important dans certains arrondissements.

Que se passerait-il si tous les acquéreurs ou locataires correspondant au profil que vous décrivez se précipitaient de leur banlieue plus ou moins lointaine pour venir habiter à Paris ? Le prix de l'immobilier exploserait dans des proportions jamais vues et Paris deviendrait encore plus une ville réservée aux très hauts revenus, sauf à se loger dans le locatif social dans des quartiers peu attractifs. De plus, les deux catégories que vous citez, à savoir les jeunes sans enfants et les vieux, ne sont pas les mieux placées en matière de revenus ou de solvabilité.

Une solution pourrait consister à densifier encore plus le logement et à réviser nos conceptions en construisant un très grand nombre d'immeubles grande hauteur pour y loger les Parisiens, un peu comme dans certains secteurs du 13ème arrondissement. Ça se fait en extrême-orient et on trouve même des appartements luxueux dans des tours dont l'aspect extérieur nous rappelle furieusement certaines ZUP de banlieue. Qui accepterait ce type d'urbanisme à Paris alors que cette ville tend à devenir un musée et que la moindre intervention en matière immobilière est soumise à des contraintes réglementaires et architecturales énormes ?

Donc, l'intérêt de vivre à Paris intra-muros est limité à une frange réduite de la population francilienne dotée de hauts revenus, ou bien vivant dans des logements vétustes ou encore faisant partie de la population reléguée dans les logements sociaux des arrondissements de l'Est.

Pour les autres, le chois est vite fait; s'ils veulent accéder à un certain confort de vie c'est le choix de la banlieue et dorénavant de la grande couronne tellement les prix en petite couronne ont augmenté. Même la Seine-saint-Denis dont on ne peut pas dire qu'il s'agit d'un département privilégié (le plus faible indice de développement humain de France métropolitaine) voit les prix de l 'immobilier flamber.

Alors, en effet, on peut se demander pourquoi les gens ne partent pas dans les régions où i y a profusion de villes moyennes et grandes où la qualité de vie est cent fois plus agréable qu'en Ile-de-France.

Quelques facteurs principaux: L'Ile-de-France est la région la plus riche de France et la 10ème plus riche d'Europe (données Eurostat 2019), aucun autre région française n'est classée dans les 25 premières. Il y a donc concentration des richesses en Ile de France et surtout concentration des emplois. Comme le France a abandonné depuis plus de 30 ans la planification, ce mouvement de concentration s'est accentué, souvent au détriment des autres régions, à l'exception non imitative de Rhône-Alpes et PACA et quelques métropoles régionales (Toulouse, Bordeaux, Montpelier, etc) . Même au sein de la Région Ile de France, aucune mesure incitative à une meilleure gestion des flux de transports n'a été envisagée; on a coutume de dire que les emplois sont à l'ouest de Paris et les logement à l'Est.

Les gens se logent donc à proximité des zones où se trouvent les emplois auxquels ils peuvent prétendre. Changer de région pour bénéficier d'une meilleure qualité de vie c'est bien, mais ça n'est pas toujours possible et souvent c'est très difficile lorsqu'il faut trouver un travail pour le conjoint. Le chômage de masse (certes indemnisé ou compensé par les aides sociales) qui a été le choix fait par les politiques depuis 40 ans rend la mobilité géographique plus difficile.

Pour nombre de villes moyennes, la situation s'est plutôt dégradée, avec la disparition d'infrastructures de transport collectif, d'enseignement, etc. , autre facteur limitant.

Dernier facteur mains non des moindres: la fiscalité pour les acquéreurs de logements. Les droits de mutation sont très élevés en France. Après une légère baisse, ils ont étés ré-augmentés sous Hollande. Ils constituent un frein de plus à la mobilité. Imaginons quelqu'un qui déménagerait 5 fois au cours de sa vie active en achetant et vendant successivement 5 fois son logement aurait dépensé en droits de mutation + frais de notaire environ la moitié de la valeur moyenne des ses divers biens. Il aura certes "récupéré" une partie de ce montant en gonflant le prix de vente de ses biens pour faire supporter une partie de la charge à ses acheteurs (s'il vend au prix qu'il a fixé) mais on voit bien que le système est inflationniste et d'ailleurs l'Etat et les collectivités locales sont les principaux bénéficiaires de cette hausse continue de l'immobilier.

Alors, si les nombreux habitants des banlieues se farcissent des trajets quotidiens à rallonge ce n'est pas par gaité de coeur ou par manque de jugement. Certains sautent le pas et parviennent à quitter ces banlieues sans âme et c'est tant mieux. Si une véritable planification avait été réalisée en permettant déjà de rééquilibrer emplois et logements entre l'Ouest et l'Est de Paris, si on avait réellement créé les conditions d'une vraie mobilité géographique et de l'implantation d'entreprises hors métropole , on n'en serait pas là.

Bravo, parfaite synthèse du problème. Tu oublie de préciser que les grands directeurs et leurs épouses ne veulent pas aller se mettre dans un "trou" comme Limoges. Ce sont eux qui imposent les hautes administrations, sièges de grandes entreprises au cœur de la capitale. La cinglé à la tête de la mairie dit ne veut vouloir pas de pollution mais fait tout pour en faire. Organiser les JO n'est pas synonyme de réduction de pollution.

En fait c'est le contradictoire perpétuel, entre les propos et les actes. Il est bien évident que comme tu l'a écrit, il y a des tas de freins, il faut voir qu'il y a 50 ans une bonne partie des femmes ne travaillait pas, parce qu'élever des enfants sans trop de confort était chronophage et que financièrement c'était possible de vivre sur un seul salaire. De plus la mode des divorces multiplie par deux les besoins en logements, avec des logements capables de recevoir les enfants le WE. Tout cela ne fait qu'ajouter des contraintes, et comme tu le faisait remarqué les gens évitent le déménagement car sur un logement à 500 000 euros, cela fait 50 000 de droit de mutation. Donc si l'on ajoute les frais de déménagement les problème de garde d'enfant, d'école, les gens préfèrent les contraintes du transport aux autres solutions. Quand à ceux qui ont réussi à obtenir une location en HLM dans Paris, ou belle banlieue oil ne bougent plus.

Voila effectivement tout est organisé pour que ce soit le bordel. Hidalgo trouve que ce n'est pas assez.

Quand à la mobilité avec des VE, cela diminuera la pollution locale, mais pas les bouchons.

Par

En réponse à Philippe2446

1h, pour être à peu près à la campagne en bossant à Paris, en heure de pointe? Tu roules en quoi, en Ducati à 70 dans les bouchons? Je me souviens d'avoir atteint le Pont de St Cloud en 90min de route, je partais de juste derrière Mantes la Jolie... Pas un jour exceptionnel d'après google/sytadin!

Et pour peu que tu ne fasse pas du 9-17h, que tu bosses, ben tu n'as plus de vie privée, à passer 15h/semaine dans ta caisse. Y'a pas à dire, c'est top! :ange:

J'habite a moins de 10 km de Paris. (À l'est)

Ou j'habite il n'y a que des maisons (pas d'immeuble), c'est boisé, le prix au m2 est d'environ 4k euros, et c'est pas un califat comme trappes ou saint ouen. Je suis a 30 minutes de Paris aux heure de pointe. Sinon plutot 15 minutes.

Donc oui vivre en centre urbain c'est un non sens pour moi. Aucun intérêt. Accessoirement j'ai le RER A a 10 minutes de chez moi, mais la déportation ne m'intéresse pas comme évoqué précédemment.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité