Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info
PSA, de défenseur du diesel sans FAP, à sceptique sur l'électriqueDans les années 80, PSA est le principal responsable de l'explosion de la voiture particulière à moteur Diesel en France. 40 ans plus tard, la voiture électrique pointe le bout de son capot, mais le patron en place est sceptique.

Lire l'article»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Jacques calvet a au moins créer des emplois. PSA est devenu un grand groupe sous son ère.

Par

En réponse à

Commentaire supprimé.

Meilleur commentaire du jour :buzz:

Par

Sacré Calvet ! S'il avait pu nous fouguer des lave-linge Diesel, il l'aurait fait. :biggrin:

Par

En réponse à

Commentaire supprimé.

Valable pour toutes les sectes et religions.

A décharge de l'Ue, qui n'a jamais cruxifié, empalé ni lapidé qui que ce soit. :-)

Par

En réponse à

Commentaire supprimé.

Mon pauvre , il y a deux facteurs :le changement du marché :

1, initié par de nouveaux concurrents comme Tesla ou les constructeurs Chinois , libres à nous de nous adapter ou disparaître ( sinon fermer les frontières économiques ds ce monde libéral ).

2, politique , et le parlement Européen est composé d'élus suite à un vote démocratique il n'y a pas de soumission , maintenant si t'es pas content , vote aux extrêmes ( pour influer les décisions européennes)ou fais tes valises .

Par

La diésélisation généralisée a été et est toujours un crime contre l'humanité. A ce jour les morts doivent se chiffrer en millions.

Par

En réponse à dinky

La diésélisation généralisée a été et est toujours un crime contre l'humanité. A ce jour les morts doivent se chiffrer en millions.

Chaque naissance est un futur mort à moyen/long terme

Par

On comprend mieux que par "scepticisme" PSA fasse un procès à Polestar qui vend des voitures électriques...

Par

fallait vraiment le vouloir pour acheter une 106 ou saxo diesel = certes indestructibles et consommant peu, mais avec 0 plaisir de conduite.

et pour avoir eu plusieurs 106 75cv essence, ma consommation allait de 4.8 (route) à 6-7 litre (140-150 à l'époque). et en terme d'agrément et performances, c'était bien mieux pour pas plus cher.

Par

A partir du moment où on rafine du pétrole on aura du diesel à consommer.

Partant de là, et sans se jetter sur la première remarque à la con disant qu'il n'y a qu'à le refourguer aux pétroliers ou aux poids lourds qui en ont déjà suffisamment,

le diesel reste un carburant au pouvoir calorifique meilleur que l'essence.

Certes les premiers diesel n'étaient pas les plus vertueux, mais ça a changé. Efficassitę, robustesse et compliance ont progressés depuis 1980...

Les deniers diesels avec FAP, EGR et généralisation du SCR (3 technos dont PSA fut le pionnier) sont aussi propres qu'un essence avec 20-30% de conso en moins.

Après si vous êtes assez simples pour n' qu'une Idalgo ou qu'un "bobojournaleu" qui ne font que répéter l'avis moyen pour surfer sur la tendance, une prise de recul est nécessaire.

Par

En réponse à mynameisfedo

fallait vraiment le vouloir pour acheter une 106 ou saxo diesel = certes indestructibles et consommant peu, mais avec 0 plaisir de conduite.

et pour avoir eu plusieurs 106 75cv essence, ma consommation allait de 4.8 (route) à 6-7 litre (140-150 à l'époque). et en terme d'agrément et performances, c'était bien mieux pour pas plus cher.

Aujourd'hui tu as la même conso.mais,

la différence c'est le jour où tu rencontres 1 mur ou une voiture en face.

Hier on te pleurait 1 semaine après au cimetière, aujourd'hui tu vas au resto avec tes potes le lendemain.....

J'ai adoré la 106 mais on est pas mal dans une 208 quand même, valable aussi entre une Clio1 et une Clio 5.2.8!

Par

En réponse à PoosPoos78

A partir du moment où on rafine du pétrole on aura du diesel à consommer.

Partant de là, et sans se jetter sur la première remarque à la con disant qu'il n'y a qu'à le refourguer aux pétroliers ou aux poids lourds qui en ont déjà suffisamment,

le diesel reste un carburant au pouvoir calorifique meilleur que l'essence.

Certes les premiers diesel n'étaient pas les plus vertueux, mais ça a changé. Efficassitę, robustesse et compliance ont progressés depuis 1980...

Les deniers diesels avec FAP, EGR et généralisation du SCR (3 technos dont PSA fut le pionnier) sont aussi propres qu'un essence avec 20-30% de conso en moins.

Après si vous êtes assez simples pour n' qu'une Idalgo ou qu'un "bobojournaleu" qui ne font que répéter l'avis moyen pour surfer sur la tendance, une prise de recul est nécessaire.

Les diesels tellement vertueux , qu'ils n'ont pas eu besoin de tricheries pour rendre la mariée plus belle ....

Certes le diesel à fait des progrès en matière de dépollution mais il n'en demeure pas moins qu'il s'est multiplié , ce qui fait que l'on en revient au point de départ et c'est parfois pire avec un coût non négligeable pour la santé et l'entretien de ces mêmes véhicules ( fap , vanne egr , ect ...)

Au final il a fait son temps et s'en est bien sorti finalement , suite à l'escroquerie de ces dernières années !

Par

Si Peugeot et Calvet on contribué à favoriser le diesel dans les années 80', ce sont surtout les progrès techniques ( injection directe électroniques et une énorme amélioration des performances ) et l'avantage fiscal ( datant des années 50/60 qui ont entraîné la déferlante de ce carburant jusqu'à aujourd'hui.

Quand à l'électrique, je suis du même avis que Mr Tavares . On investit trop dans une technologie qui n'est pas encore capable d'assurer le remplacement des besoins actuels de déplacement. Son coût est encore bient trop élevé.

Il faudrait avancer à pas plus mesurés ( les subventions actuelles coûtent cher ) car l'électricité est un moyen important d'assurer l'indépendance énergétique de l'Europe .

Par

Il est exagéré de rendre Jacques Calvet principal responsable de l'essor du diesel sur les véhicules particuliers. Il a certes sûrement exercé des pressions en haut lieu pour favoriser le diesel en France, mais c'est davantage l'industrie automobile européenne qui a favorisé l'essor du diesel :

Longtemps cantonné aux grosses voitures (504, 505, 604, CX, R30, Opel Ascona, Mercedes...), le diesel a conquis au départ des parts de marché grâce à quelques véhicules qui l'ont rendu plus agréable au quotidien : golf 1, 305 série 2, 205, BX, Renault 18 et 20...

Au début des années 85, beaucoup de constructeurs européens  ont sorti des moteurs diesel, sûrement étudiés durant les 5 années précédentes, pendant lesquelles Jacques Calvet ne faisait pas partie du monde automobile: 1.6 Renault  (R9, R11, Supercinq), 1.6 Ford  (Fiesta, Escort, Orion), 1.5  et 1.6 Opel  origine isuzu (Corsa, Kadett), 1.6 VAG (Golf, Jetta, Audi 80), 1.7 Fiat  (Uno, Ritmo, Regata, Seat Ronda, Malaga) 2.4 BMW (324, 524).

Ces constructeurs n'ont pas conçu ces moteurs uniquement pour le marché français,

La voiture particulière diesel a pris son essor davantage par la multiplication de l'offre que par l'enterrement d'un rapport qui  (sûrement avec raison) mentionnait ses dangers.  Du reste, les camions, tous diesel et très présents sur les routes et dans les villes auraient continué à circuler même si ce fameux rapport avait été davantage médiatisé.

Par la suite, les turbo diesel ont conquis les clients par leur couple important  (Golf GTD, R19, 306, ZX, Tipo...) puis les injections directes y ont ajouté la sobriété  (Austin Montego, Fiat Croma tdid, VAG TDI, puis la grande vague des rampes communes et injecteurs pompes  TDI, JTD, dCi, Hdi...).

Les constructeurs ont tenté de s'acheter une conduite en matière de pollution à coup de vannes EGR et de FAP... avec les résultats que l'on sait.

Il est cependant un peu hypocrite de stigmatiser le diesel et de promouvoir les petits moteurs turbo  essence à injection directe (euro 5 et euro 6) qui  rejettent beaucoup plus de particules que les moteurs essence à injection indirecte des générations précédentes. Parfois même des NOx bien au delà des normes  (1.2 dig-t nissan, selon une étude anglaise).

Bref, tout n'est pas si simple et on ne peut pas accuser Jacques Calvet de tous les maux dans la croissance des ventes de moteurs diesel pour voitures particulières.

Par

Dans l'affiche de l'époque il y a écrit " Financement spécial diesel à 7,9 % " !!! Aujourd'hui ce taux serait considéré comme une énorme arnaque !

Par

En réponse à PoosPoos78

Aujourd'hui tu as la même conso.mais,

la différence c'est le jour où tu rencontres 1 mur ou une voiture en face.

Hier on te pleurait 1 semaine après au cimetière, aujourd'hui tu vas au resto avec tes potes le lendemain.....

J'ai adoré la 106 mais on est pas mal dans une 208 quand même, valable aussi entre une Clio1 et une Clio 5.2.8!

aujourd'hui, t'attrapes le covid et tu finis tes jours en suffoquant à l'hôpital. :biggrin:

plus sérieusement, je comparais une 106 essence 75cv à une 106 diesel de je ne sais plus: 54cv?

fallait vraiment rouler beaucoup pour y trouver un intérêt. :bah:

Par

En réponse à ERIC3535

Dans l'affiche de l'époque il y a écrit " Financement spécial diesel à 7,9 % " !!! Aujourd'hui ce taux serait considéré comme une énorme arnaque !

ouais, mais à l'époque, fallait voir l'évolution de l'inflation. et les augmentations de salaire.

aujourd'hui, tout est quasi figé...

Par

En réponse à mynameisfedo

aujourd'hui, t'attrapes le covid et tu finis tes jours en suffoquant à l'hôpital. :biggrin:

plus sérieusement, je comparais une 106 essence 75cv à une 106 diesel de je ne sais plus: 54cv?

fallait vraiment rouler beaucoup pour y trouver un intérêt. :bah:

Pourquoi comparer l'incomparable ? La 106 75ch, c'était le 1,4l.

Plus cher, plus cher à assurer, et nettement plus gourmand que le diesel de base.

Si tu veux jouer aux comparaisons, bases-toi pour le sp sur l'ultra fiable, peu gourmand mais anémique 1.1!

Par

En réponse à xsaratoustra

Il est exagéré de rendre Jacques Calvet principal responsable de l'essor du diesel sur les véhicules particuliers. Il a certes sûrement exercé des pressions en haut lieu pour favoriser le diesel en France, mais c'est davantage l'industrie automobile européenne qui a favorisé l'essor du diesel :

Longtemps cantonné aux grosses voitures (504, 505, 604, CX, R30, Opel Ascona, Mercedes...), le diesel a conquis au départ des parts de marché grâce à quelques véhicules qui l'ont rendu plus agréable au quotidien : golf 1, 305 série 2, 205, BX, Renault 18 et 20...

Au début des années 85, beaucoup de constructeurs européens  ont sorti des moteurs diesel, sûrement étudiés durant les 5 années précédentes, pendant lesquelles Jacques Calvet ne faisait pas partie du monde automobile: 1.6 Renault  (R9, R11, Supercinq), 1.6 Ford  (Fiesta, Escort, Orion), 1.5  et 1.6 Opel  origine isuzu (Corsa, Kadett), 1.6 VAG (Golf, Jetta, Audi 80), 1.7 Fiat  (Uno, Ritmo, Regata, Seat Ronda, Malaga) 2.4 BMW (324, 524).

Ces constructeurs n'ont pas conçu ces moteurs uniquement pour le marché français,

La voiture particulière diesel a pris son essor davantage par la multiplication de l'offre que par l'enterrement d'un rapport qui  (sûrement avec raison) mentionnait ses dangers.  Du reste, les camions, tous diesel et très présents sur les routes et dans les villes auraient continué à circuler même si ce fameux rapport avait été davantage médiatisé.

Par la suite, les turbo diesel ont conquis les clients par leur couple important  (Golf GTD, R19, 306, ZX, Tipo...) puis les injections directes y ont ajouté la sobriété  (Austin Montego, Fiat Croma tdid, VAG TDI, puis la grande vague des rampes communes et injecteurs pompes  TDI, JTD, dCi, Hdi...).

Les constructeurs ont tenté de s'acheter une conduite en matière de pollution à coup de vannes EGR et de FAP... avec les résultats que l'on sait.

Il est cependant un peu hypocrite de stigmatiser le diesel et de promouvoir les petits moteurs turbo  essence à injection directe (euro 5 et euro 6) qui  rejettent beaucoup plus de particules que les moteurs essence à injection indirecte des générations précédentes. Parfois même des NOx bien au delà des normes  (1.2 dig-t nissan, selon une étude anglaise).

Bref, tout n'est pas si simple et on ne peut pas accuser Jacques Calvet de tous les maux dans la croissance des ventes de moteurs diesel pour voitures particulières.

Tu oublies l'effet du nucléaire français! C'est bel et bien le gouvernement français (et non l'UE ni même la CEE alors inexistante) qui a détaxe le diesel. La raison en est simple:

En poussant l'électricité nucléaire, on a créé un prix du kwh artificiellement bas avec pour conséquence évidente l'augmentation massive du chauffage individuel électrique, et des usages industriels de cette énergie peu chère au détriment du gaz/pétrole. Tout cela a provoqué une nette chute de la demande en fiouls lourd (en plus des chocs pétroliers).

Or quand on raffine du pétrole, on ne choisit pas. Ce qui sort (gazs, pétroles "légers" type octane, fiouls plus lourds type diesel, bitumes) est fonction du brut qu'on met. Donc risque de se retrouver sans débouchés pour les fiouls lourds. D'où la décision, raisonnable à l'époque, du gouvernement Pompidou (et oui!).

Aujourd'hui retour de balancier: on consomme tellement de diesel qu'on a beau avoir une capacité de raffinage satisfaisante, on est obligé d'importer une faible part de diesel. Bon, vu le re-retour radical du balancier du moment (chute exceptionnelle des ventes diesel), ça va sûrement rechanger, et vite!

Par

Accessoirement il serait temps aussi d'arrêter de stigmatiser à leurs tour les turbo essence downsizes. Tous munis d'un filtre à particules immunisé (ou presque, du moins par rapport aux fap diesel) à l'encrassement, ils font globalement un assez bon job côté particules et nox...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

SPONSORISE

Actualité Peugeot

Toute l'actualité

Forum Peugeot