Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Fusion avec Renault : Fiat retire son offre !

Dans Economie / Politique / Industrie

Fusion avec Renault : Fiat retire son offre !

Coup de théâtre dans le projet de méga fusion entre les groupes FCA Fiat Chrysler et Renault. Le Conseil d'administration du Losange n'ayant pas pris de décision à la demande de l'État français, FCA a fait savoir par communiqué qu'il retirait son offre.

Réunis pour la deuxième fois en deux jours, les administrateurs de Renault n'ont toujours pas donné leur feu vert au projet de fusion proposé par FCA Fiat Chrysler. Cette nuit, le groupe français a publié un court communiqué de presse : "Le Conseil d’administration n’a pas été en mesure de prendre une décision en raison du souhait exprimé par les représentants de l’État français de reporter le vote à un Conseil ultérieur".

La réaction de Fiat a été rapide et directe : via un communiqué, l'italo-américain a fait savoir qu'il a décidé de retirer son offre ! S'il se dit toujours convaincu de l'intérêt de la fusion, pour lui : "Il est cependant devenu clair que les conditions politiques en France ne sont pas à l’heure actuelle réunies".

Dans cette affaire, Paris a rapidement voulu peser, souhaitant avoir des garanties pour préserver les intérêts de la partie française, notamment en matière d'emplois. L'État voulait aussi garder une influence dans la nouvelle structure. Il est actuellement le premier actionnaire du groupe Renault, un statut qu'il aurait perdu dans la fusion. Il aurait eu 7,5 % des parts, alors que le groupe italien Exor, contrôlé par la famille Agnelli, en aurait eu 14,5 %. En France, on craignait une prise de contrôle déguisée de Renault par Fiat.

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, rappelait hier qu'il ne devait pas y avoir de précipitation. L'État voulait notamment prendre le temps de convaincre Nissan, le partenaire de Renault dans l'Alliance. Mais FCA était visiblement pressé. Ce qui surprend du côté du ministère de l'Économie. Le cabinet du ministre a déclaré auprès de France Info : "Depuis le début, FCA a mis une pression énorme sur le timing et a essayé de nous pousser à prendre ou à laisser. Nous avons clairement indiqué que nous ne serions pas soumis à une telle pression."  Affaire classée ? La réaction de FCA est peut-être le coup de pression supplémentaire pour pousser Renault et l'État français à se décider plus vite, en faisant des concessions.

Si c'est fini, en France, il y aura les satisfaits qui estimaient que la fusion était trop risquée pour Renault, FCA apportant de gros inconvénients (mauvais bilan CO2 et retard technologique), et les déçus qui pensent que le Losange avait besoin de ce partenaire pour assurer son avenir alors que les relations avec Nissan ne sont pas au beau fixe.

> Mise à jour 13h - Renault exprime "sa déception".

Dans un communiqué, le groupe français "exprime sa déception de ne pouvoir approfondir la proposition de FCA". Il rappelle que "cette proposition est opportune, ayant beaucoup de mérite industriel et d'attractivité financière, créant un leader mondial de l'automobile, basé en Europe" et indique que "cette offre souligne l'attractivité de Renault et de l'Alliance".

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (217)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Un ouf de soulagement temporaire, donner de la confiture à un cochon aurait été l'expression la mieux appropriée....

Par

soulagement pour qui ?

Par

Lol FCA retire sont offre.

La bonne blague.

J'aime pas vraiment Renault, mais franchement, quel intérêt de fusionner avec FCA... Le pire du pire.

Comme si FCA était en position de force.

Heureusement si ça ne se fait pas...

Par

En réponse à Julia56

Un ouf de soulagement temporaire, donner de la confiture à un cochon aurait été l'expression la mieux appropriée....

Ah bon?

Parce que tu crois que NISSAN va rester les bras croisés à présent?

Et LEMAIRE il va faire quoi avec les syndicats? et le projet fumeux des batteries ?

Du coup Renault il va discuter avec qui? Avec lui-même et l'état?

Par

FIAT ont compris que Renault c'est de la merde .

Par

En réponse à sony5478

Lol FCA retire sont offre.

La bonne blague.

J'aime pas vraiment Renault, mais franchement, quel intérêt de fusionner avec FCA... Le pire du pire.

Comme si FCA était en position de force.

Heureusement si ça ne se fait pas...

Je pense qu'en France une nouvelle fois on a l'art de se tirer des balles dans les pieds.

Qui veut discuter avec un état obtus ?

Par Profil supprimé

Bonne nouvelle pour Renault ... qui n'avait pas besoin de fusionner avec un groupe dont l'état de santé est aussi fluctuant. Entre la branche UE, US et pro, il y avait du correct et du très mauvais ...

Fiat se la joue "marchand de tapis" en exigeant une réponse (quasi) immédiate pour une fusion à plusieurs milliards comme le ferait un vendeur dans un magasin éphémère pour refourguer ses produits à prix indécents ...

A tous les coups, Fiat va aller voir du côté de PSA pour tenter de faire monter les enchères.

Par Profil supprimé

Cette annonce précipitée montre les véritables intentions de FCA depuis le début à savoir se rapprocher de Nissan tout en marginalisant Renault.

Renault n'était qu'un intermédiaire dans tout ça on est passé à 2 doigts d'une méga enculade.

Ce groupe qu'est FCA est une véritable arnaque dont personne ne veut s'associer bon qu'à essayer d'arnaquer d'autres constructeurs comme le groupe Chrysler qui s'est fait avoir pour sauver la branche italienne qui est aux abois.

En espérant qu'aucun constructeur se fasse avoir, la fin des marques italiennes est proche laissons les crevez, aucune raison que les constructeurs français les relancent à part pour perdre des parts de marchés.

Seule la division américaine survivra.

Par

Gros MDR quand sur BFM TV disait "fusion FCA-RENAULT: les dirigeants italiens ont rencontré les émissaires de l'État Français et seraient parvenus à un accord"...... FAKE NEWSTV....

Par

Fiat qui retire son offre alors qu'il y a encore des discussions ? En dehors de l'aspect bluff et pression, ceci démontre aussi le peu de sérieux qu'a Fiat avec son offre... Renault n'a rien à gagner avec ce 50/50.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire