Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Pénurie de carburant : seulement une centaine de stations à sec

Dans Economie / Politique / Social

Florent Ferrière , mis à jour

Pénurie de carburant : seulement une centaine de stations à sec

Les syndicats FO et CGT du transport routier lancent une grève reconductible contre la réforme du code du travail. L'effet de panique a entraîné les premières pénuries, mais l'approvisionnement continue de se faire normalement.

26/09 - 19 h - La situation continue de s'améliorer. En fin de journée, il n'y avait plus que 102 stations en rupture totale et 206 en rupture partielle. La mobilisation a faibli en ce deuxième jour. Assurément, la volonté de créer une pénurie fait flop.

En revanche, après avoir été reçue par la Ministre des Transports, la CFDT-Route, premier syndicat du transport routier, a annoncé qu'elle lancera une grève le 10 octobre si ses craintes ne sont pas levées sur la réforme du code du travail.

26/09 - 13 h - Le nombre de stations à sec continue de reculer. Au dernier pointage, il n'y en a plus que 113 en rupture totale et 206 en rupture partielle.

26/09 - 9 h - Au matin du deuxième jour de la grève des routiers, 150 stations sont en rupture totale, 235 en rupture partielle. Pour rappel, il y a en France 11 000 stations, on est donc loin d'une panique. À noter que le nombre de pompes à sec a baissé grâce aux livraisons matinales. Les automobilistes les plus stressés ayant fait leur plein hier, la situation ne devrait pas empirer, d'autant que la mobilisation des routiers reste plus faible que prévu. Des actions sont toujours menées, mais les forces de l'ordre interviennent rapidement pour lever les blocages, le gouvernement ayant rappelé qu'il y avait un droit de grève mais pas un droit de blocage.

 

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

La carte des stations touchées par la pénurie

Pénurie de carburant : seulement une centaine de stations à sec

Pénurie de carburant : seulement une centaine de stations à sec

 

--- 

25/09 - 18 h - Le site "Mon essence" dénombre 226 stations en rupture partielle, et 146 en rupture totale, pour la plupart situées en Ile-de-France et dans la partie Nord-Ouest du pays. Il y a aussi quelques pompes à sec en région PACA. On le répète : les pénuries sont surtout causées par des clients qui font le plein alors qu'ils n'en ont pas besoin. Des stations à vide seront réapprovisionnées demain matin.

Le mouvement de grève a été reconduit par les syndicats. Plusieurs dizaines d'action ont été menées ce lundi, avec de nombreuses interventions des forces de l'ordre. Les grévistes ne seront reçus par le gouvernement que jeudi. Élisabeth Borne, Ministre des Transports, a indiqué :  « Le gouvernement respecte le droit de grève », mais « il n'y a pas de droit au blocage » .

---

25/09 - 14 h : 80 stations sont en rupture totale, 159 en rupture partielle. Le Ministère de l'Intérieur a tenu à rassurer les conducteurs. Dans un communiqué il précise : "La situation constatée aujourd’hui à midi est normale. La quasi totalité des dépôts de carburants est libre d’accès. En conséquence, l’approvisionnement des stations-service est assuré normalement".

---

25/09 - 11 h : La carte interactive du site "Mon Essence" indique qu'il y a 50 stations en rupture totale et 80 en rupture partielle. Les pompes à sec se trouvent surtout en Ile-de-France, mais aussi en Normandie, autour de Rennes et de Nantes. Ce sont les endroits où l'on trouve le plus de blocages. A n'en pas douter, les stations ont été vidées par un effet de panique, qui a entraîné un niveau de vente de carburant anormal.

---

24/09 - Les opérations de contestation débutent le lundi 25 à 5 heures. Les manifestants ont prévu de bloquer plusieurs dépôts : Rennes en Bretagne, Caen en Basse-Normandie, La Rochelle en Nouvelle Aquitaine… Pas de quoi créer une pénurie dès le premier jour, les stations ayant 2/3 jours de réserve. Mais dans un premier temps, ce seront les actions sur la route qui vont pénaliser les automobilistes. L'accès aux grandes villes risque d'être perturbé. Plusieurs opérations escargot sont par exemple annoncées dans les Hauts-de-France. 

Avant le début de la grève, notez l'adresse du site "Mon essence", qui proposera une carte des stations à sec grâce aux informations données par ses utilisateurs. Si vous avez une autonomie de plusieurs jours, pas besoin de céder à la panique. Mais si votre réservoir est vide, allez faire le plein aujourd'hui. Le blocage fera les gros titres des médias demain matin et cela va assurément créer des queues aux pompes.

---

21/09 - Dernière ligne droite pour la réforme du code du travail. Les ordonnances seront présentées en Conseil des Ministres le 22 septembre et plusieurs mesures entreront en vigueur dans la foulée. Les opposants sont donc sur le pont pour tenter de faire reculer le gouvernement : grèves et manifestations vont se multiplier dans les prochains jours.

À l'appel de FO et CGT, les routiers sont invités à se mettre à l'arrêt à partir du lundi 25 septembre. Les syndicats ont été reçus hier (mercredi) au ministère des Transports, mais selon eux, la réunion a été un "échec" et n'a apporté "aucune réponse concrète". Ils ont à nouveau répété leur souhait d'une "mobilisation massive".

Voilà qui fait donc craindre une pénurie dans les stations. En mai 2016, les grèves contre la loi El Khomri avaient asséché des centaines de pompes dans l'Hexagone. Si le mouvement est très suivi la semaine prochaine, il pourrait vite en être de même. Au micro de RTL, Jérôme Vérité (CGT) a déclaré "À partir du moment où il y a 80 % de salariés de citerne qui sont en grève, le carburant ne circule plus".

Les cuves des stations leur permettent d'avoir plusieurs jours de réserve. Mais bien souvent dans ce genre de situation, les stocks fondent comme neige au soleil. Lors de ces mouvements de grève, la pénurie est créée par le comportement des automobilistes, qui se ruent dans les stations pour remplir un réservoir qui peut pourtant tenir encore plusieurs jours. Le niveau de vente anormal devient ainsi la première cause de la pénurie.

Avec un tel constat, on devrait vous conseiller de ne pas céder à la panique. Mais en étant pragmatique, on vous conseille tout de même de faire le plein ce week-end. Si vous avez besoin de votre véhicule pour vous rendre au travail, passez en station avant dimanche, sinon vous risquez de faire la queue lundi matin. 

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Essais et comparatifs

Commentaires ()

Déposer un commentaire