Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Jean-Dominique Senard confirme "une étape supplémentaire dans l'alliance Renault-Nissan/Daimler"

Dans Economie / Politique / Industrie

Le président de Renault était sur le plateau de nos confrères de BFM TV hier jeudi 4 juin 2020. Et il a confirmé les rumeurs. Oui, il souhaite renforcer le partenariat entre Renault-Nissan et Daimler. Mais on ne sait pas encore quelle forme cela va prendre.

Jean-Dominique Senard confirme "une étape supplémentaire dans l'alliance Renault-Nissan/Daimler"

Le tout frais nouveau président du conseil d'administration de Renault, Jean-Dominique Senard, était l'invité hier matin jeudi 4 juin 2020, de notre confrère Hedwige Chevrillon, pendant la matinale de BFM Business.

Il a durant cette entrevue confirmé les rumeurs déjà entendues, et dont nous nous étions fait le relais, concernant un renforcement du partenariat entre le groupe Renault-Nissan, et Daimler, la maison mère de Mercedes. Et si la priorité de Renault en ce moment, c'est un grand plan de relance et d'économie, mais aussi une bonification des relations avec Nissan, Daimler n'est pas mis de côté.

Ainsi le big boss s'exprime en ces termes : "Nous avons décidé avec Clotilde Delbos (directeur général de Renault par intérim, N.D.L.R.) de redonner du souffle à cette alliance et nous avons eu un écho très favorable de Ola Källenius (président du conseil d'administration de Daimler AG, N.D.L.R.) qui lui aussi le souhaite aussi".

 

Cela ne passera pas par un mouvement capitalistique. "Ce n'est pas nécessaire" a indiqué Jean-Dominique Senard, dont l'entreprise possède 1,55 % du capital de Daimler via Renault et 1,55 % via Nissan. À l’inverse, Daimler possède 3,1 % de chaque constructeur par le biais d'une participation croisée. Il n'y aura pas de montée au capital ni pour l'un ni pour l'autre.

Industriellement, le patron du constructeur français souligne que "Nous travaillons déjà beaucoup ensemble, nous fabriquons des utilitaires pour Daimler, et nous le faisons en des termes de qualité que Daimler n'a jamais remis en cause".

En effet, dans l'usine de Maubeuge (dans le Nord), Renault fabrique le Mercedes Citan, un petit utilitaire sur base de Kangoo. Mais ce n'est pas tout, le partenariat entre les deux groupes a donné naissance à la doublette Twingo/Smart Forfour, basée sur la même plateforme, tandis que Renault fournit à Mercedes des petits moteurs diesels (le 1.5 et le 1.6 dCi) pour ses entrées de gamme. Le récent 1.3 essence a pour sa part été co-développé par les deux.

Et M. Senard de conclure : "Nous allons continuer et nous allons trouver des chemins pour, je l'espère, dans quelques semaines, pouvoir annoncer avec Daimler une étape supplémentaire dans l'alliance".

 

Un nouvel utilitaire Mercedes sur base Renault ?

Les choses sont donc claires. Le partenariat entre les deux constructeurs n'est pas en perte de vitesse, comme certains avaient pu le prédire. Il ne demande qu'à être relancé. Daimler, ou plutôt Mercedes, a de toute façon besoin de l'expertise de Renault pour les petits moteurs diesels, qui même en perte de vitesse, sont encore importants sur le segment premium. Renault a aussi besoin de l'allemand pour augmenter ses volumes sur le segment des utilitaires.

D'ailleurs, c'est probablement de ce côté-là que le partenariat pourrait se renforcer. En effet, Renault produisait jusque-là l'Opel Vivaro, clone du Renault Trafic. Mais Opel étant passé sous la coupe de PSA, la prochaine génération sera basée sur un modèle du concurrent du losange. Et cela laisse la place à un Trafic rebadgé Mercedes. Pure supposition à ce stade, mais crédible et confirmé par une source proche du dossier à l'agence Reuters. Il pourrait aussi y avoir un partenariat tournant autour de l'électrique, une thématique importante et en phase avec les grandes orientations gouvernementales.

 

En tout cas, c'est le grand chambardement de tous bords pour le constructeur au losange. Après les annonces de réduction de voilure, de coupe dans les effectifs, de l'obtention du prêt de 5 milliards garanti par l'État, voilà que ce sont les alliances stratégiques qui sont remises sur le tapis. 

Plus d'infos donc dans quelques jours ou semaines. A suivre sur Caradisiac évidemment.

 

 

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Forum Renault

aide

Par ADDA2020 Le 01 Juillet 2020 à 18h19

Commentaires (48)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Et le 1.3 essence

Par

Pas un mot du 1.3 essence ?

Ça c'est du journalisme d'investigation !

Et après on dira que les journalistes n'aiment pas Renault...

La preuve.

Ça s'appelle de la désinformation.

Et je crois que le 1.6 Dci n'est plus en production...

Quel article...

Par

En réponse à Powertrain

Et le 1.3 essence

En effet, j'ai effectué un petit ajout dans l'article du coup ;-)

MC

Par

En réponse à Bobin71

Pas un mot du 1.3 essence ?

Ça c'est du journalisme d'investigation !

Et après on dira que les journalistes n'aiment pas Renault...

La preuve.

Ça s'appelle de la désinformation.

Et je crois que le 1.6 Dci n'est plus en production...

Quel article...

Oui, le 1.6 R9M a été remplacé par le 1.7 R9N, qui repose sur la même base moteur ("moteur R")... et qui pourrait être abandonné en Euro 7 (ainsi que le bon vieux 1.5 K9K, qui prendrait une retraite bien méritée...) au profit du 2.0 M9R détaré. Idem chez PSA, où le 1.5 DV5 pourrait être abandonné en Euro 7 et remplacé par le 2.0 DW10 détaré.

Par

Au lieu de garantir à 90% un prêt de 5 mds€ avec l'argent des contribuables , une vente de Renault au Groupe Daimler Benz était tout à fait envisageable .

Par

En réponse à cockernoir

Au lieu de garantir à 90% un prêt de 5 mds€ avec l'argent des contribuables , une vente de Renault au Groupe Daimler Benz était tout à fait envisageable .

Ben oui.

Et de derrière votre ordi vous vous êtes certainement pas demandé si Daimler était preneur....

Parce que le constructeur qui voudra manger Renault doit aussi manger ses 44% de Nissan...

Même avec des cours de bourses loin de leur plus haut la note est salée.

Et en cette période les milliards ne courent pas les rues.

Par

voir le vito remplacé par le trafic... je n’y crois pas une seconde... ce serait un sale coup en tout cas pour Mercedes !

Par

En réponse à anneaux nîmes.

Ben oui.

Et de derrière votre ordi vous vous êtes certainement pas demandé si Daimler était preneur....

Parce que le constructeur qui voudra manger Renault doit aussi manger ses 44% de Nissan...

Même avec des cours de bourses loin de leur plus haut la note est salée.

Et en cette période les milliards ne courent pas les rues.

La rupture de l'alliance avec nos lointains " amis " asiatiques est également souhaitable . Quant aux milliards , ils pullulent dans les paradis fiscaux .

Par

En réponse à cockernoir

Au lieu de garantir à 90% un prêt de 5 mds€ avec l'argent des contribuables , une vente de Renault au Groupe Daimler Benz était tout à fait envisageable .

C'est Nissan qui intéresse Daimler,pas Renault.

Par

Renault a une gamme complète, est le premier actionnaire de Nissan, possède Dacia qui marche du tonnerre, dirige Samsung et Lada, est internationalisé, et peut développer un marque haut de gamme avec alpine. On a vu pire .

L'accord avec Mercedes n'est pas nouveau et c'est je pense positif pour les 2 groupes.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire