Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

L'auto des voisins - Henri a choisi le Ssangyong Tivoli par hasard et sans regret

Dans Economie / Politique / Budget

Michel Holtz

Quand on a absolument besoin d'une voiture, parce que la sienne a rendu l'âme, on se précipite parfois vers le premier modèle accessible. C'est presque ce qui est arrivé à ce photographe de Clichy-la-Garenne. Sauf qu'Henri est ravi de son choix exotique, malgré la confidentialité du réseau Ssangyong en France.

L'auto des voisins - Henri a choisi le Ssangyong Tivoli par hasard et sans regret

Les autos ne sont pas éternelles. Henri l'a appris à ses dépens il y a trois ans, au moment ou comme souvent, le remplacement de sa Peugeot 307 n'était pas prévu ni budgété. Le voilà à pied, et obligé d'acheter une auto en toute urgence. "J'en avais absolument besoin, pour le boulot et les déplacements familiaux". Après quelques recherches sur le Web, il découvre chez Aramis Auto, un drôle d'engin inconnu : le Ssangyong Tivoli.

L'auto des voisins - Henri a choisi le Ssangyong Tivoli par hasard et sans regret

L'auto des voisins - Henri a choisi le Ssangyong Tivoli par hasard et sans regret

 

D'emblée sa ligne a plu au photographe, son prix aussi. "Il était à 9 800 euros, pour 14 000 km, au lieu de 17 000 neuf." Affaire conclue et quelques jours plus tard, Henri s'envole au volant de son Ssangyong. Depuis, il n'a pas regretté un instant son acquisition, même si son Tivoli est un modèle de base. "Il a tout ce qu'il me faut, la clim auto, un régulateur, des vitres électriques et une prise USB". Il s'est simplement contenté de fixer un support pour son smartphone, histoire d'utiliser un GPS.

De l'espace à revendre, mais un manque de puissance

Côté place à bord, son fils et sa compagne ont toute la place nécessaire pour se loger dans les 4,20 m de ce Tivoli. Et le coffre de 423 l convient parfaitement aux escapades du week-end en Anjou de la petite famille, ou aux déplacements professionnels d'Henri, au cours desquels il lui arrive d'emporter de lourds matériels d'éclairage pour lesquels les banquettes rabattables ne font pas de la figuration.

L'auto des voisins - Henri a choisi le Ssangyong Tivoli par hasard et sans regret

Reste que les 128ch de l'engin sont parfois un peu légers pour lui. "On dirait qu'elle est bridée". La faute à un couple minuscule de 160 Nm et au manque de turbo. Alors, pour tenir la cadence, Henri a pris l'habitude de rester en position "sport" sur la petite molette qui lui permet de choisir son mode de conduite. Évidemment, la consommation s'en ressent, "je tourne entre 8 et 9 l/100 km".

Malgré ce désagrément, le photographe de Clichy est satisfait de son auto, et pardonne à la marque son réseau riquiqui en France. "Je suis obligé d'aller à Boulogne pour mes révisions, mais heureusement, je n'ai jamais eu aucun souci mécanique". Il a déjà parcouru 56 000 km à bord de son engin et n'a absolument pas l'intention d'en changer, fidèle à sa manière de vivre l'automobile et d'emmener ses voitures jusqu'à leur dernier souffle. Songe-t-il déjà à son auto suivante ? Pas du tout. Il comptera une fois plus sur sa bonne étoile qui lui fait faire les bons choix, avec le bon modèle, qu'il soit d'une marque exotique ou pas.

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Ssangyong

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire