Publi info
 

L'Opep se réunit, les prix à la pompe pourraient en subir les conséquences en 2019

Dans Economie / Politique / Industrie

L'Opep se réunit, les prix à la pompe pourraient en subir les conséquences en 2019

Tensions entre Arabie Saoudite et Qatar sur fond de terrorisme, opposition entre USA et Opep sur le dossier de la production de pétrole et départ du Qatar de l'Opep, autant dire que la situation est plutôt compliquée en ce moment au sein de l'organisation. Les négociations de cette semaine en Autriche pourraient tout de même amener à une hausse du baril… et des carburants en 2019.

Cette semaine se tient le fameux sommet de l'Opep en Autriche sur un thème important : les pays producteurs de pétrole doivent-ils revoir à la baisse la production pour endiguer la chute du cours du baril de Brent ? L'issue de ces négociations ne sera en tout cas pas évidente.

Le contexte

L'Opep représente plus de la moitié de la production mondiale de pétrole. Autant dire que leurs décisions impactent des milliards de personnes sur Terre.

Les Etats-Unis, de leur côté, ne font pas partie de l'Opep, mais font tout de même pression, notamment sur leur allié saoudien, pour maintenir un baril à prix bas qui favorise l'économie américaine, cette dernière reposant sur des carburants très accessibles à la pompe. Les sanctions de Donald Trump vis à vis de l'Iran (producteur de pétrole) n'ont, en tout cas, pas eu d'effet particulier sur la production mondiale (l'Iran est pourtant le troisième producteur de l'Opep) puisque les Etats-Unis avaient prévu le coup : ils avaient accordé des exemptions à certains pays pour compenser la perte du pétrole iranien.

La position des USA pourrait cependant vite changer dans les années à venir : le pétrole de schiste produit par les Américains est nettement plus compliqué à extraire et coûteux que le pétrole du Moyen-Orient. Pour que les producteurs américains restent compétitifs, il faudra, tôt ou tard, que les Etats-Unis fassent pression dans l'autre sens sur l'Opep afin que l'organisation réduise sa production et fasse augmenter le prix du baril. C'est inévitable selon les analystes, et plus les années passent, plus les Etats-Unis devront se résoudre à ce scénario, sans quoi les entreprises américaines pourraient en subir les conséquences. Surtout quand on connaît l'attachement de Donald Trump et de son gouvernement à l'emploi américain…

Les négociations

Cette diminution de la production pourrait d'ailleurs arriver plus rapidement qu'on ne le pense. Les pays de l'Opep se réunissent jeudi et vendredi en Autriche dans le cadre d'un sommet visant à statuer sur la quantité de pétrole exportée.

L'Opep veut tout particulièrement éviter le scénario d'un baril de Brent bien trop bas (qui pourrait engendrer des difficultés économiques dans certains pays exportateurs, et des risques de déflation dans les pays développés). La logique voudrait donc que les pays de l'Opep s'entendent d'ici la fin de semaine pour réduire la production et faire monter le prix du baril, sous l'impulsion de l'Arabie Saoudite, qui vit en grande partie de l'exportation du pétrole.

La conséquence directe sera la hausse des prix des carburants à la pompe en France, et cela n'aura absolument rien à voir avec une quelconque décision politique, puisque rappelons que 99 % du pétrole français… est importé.

Les négociations seront toutefois compliquées : entre la pression américaine sur son allié saoudien pour garder, pour l'instant, un baril à prix bas, et le départ du Qatar (qui préfère désormais se concentrer sur le gaz), les deux journées de jeudi et vendredi risquent d'être longues du côté de Vienne, en Autriche.

Commentaires (40)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

On devrait envoyer le Zemik là bas, néo-gilet jaune ( dans l'âme uniquement) avec son petit sac de croissants pour essayer de les amadouer...:rs:

Par

Vivement la fin de la dépendance pétrolière envers les bédouins du désert.

Par

En réponse à roc et gravillon

On devrait envoyer le Zemik là bas, néo-gilet jaune ( dans l'âme uniquement) avec son petit sac de croissants pour essayer de les amadouer...:rs:

"Croissant aux beurre Français! Les meilleurs! French Kiss!"

Par

En réponse à oxmose

Vivement la fin de la dépendance pétrolière envers les bédouins du désert.

....c'est vrai que celui qui vient de chez Vladimir, Donald ou Nicolas sent bien meilleur ....

Par

okay

je me prépare a acheter des action sur le pétrole pour demain

Par

En réponse à roc et gravillon

....c'est vrai que celui qui vient de chez Vladimir, Donald ou Nicolas sent bien meilleur ....

Ils pèsent moins lourds et tu me fais dire ce que je n'ai pas dit.

Par

En réponse à oxmose

Ils pèsent moins lourds et tu me fais dire ce que je n'ai pas dit.

T'es sür ?

Allez, regarde moi ça...

https://www.indexmundi.com/map/?v=88&l=fr

Par

Prenez en note les cassos/fainéants/assistés/gauchistes : en 2019, vous pourrez de nouveau tout brûler, détruire et bloquer !

Votre économie vous remercie d'avance ! :bien:

Par

En réponse à roc et gravillon

T'es sür ?

Allez, regarde moi ça...

https://www.indexmundi.com/map/?v=88&l=fr

Je parlais d'influence !

Mais regarde l'AS, ce petit pays qui fait autant que les USA et la Russie !:eek:

Par

En réponse à Volvo power

Prenez en note les cassos/fainéants/assistés/gauchistes : en 2019, vous pourrez de nouveau tout brûler, détruire et bloquer !

Votre économie vous remercie d'avance ! :bien:

Toi ! Tu ne vas pas te faire des copains. :biggrin:

Ce que tu fais est de l'incitation à saccager le pays. :peur:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire