Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

La voiture électrique va-t-elle tuer les lubrifiants automobiles ?

Dans Pratique / Entretien

Audric Doche

La voiture électrique va-t-elle tuer les lubrifiants automobiles ?

Peu de pièces en mouvement, moins de complexité, et surtout plus besoin de vidanges et d'opérations de maintenance : la voiture électrique simplifie tout. Mais elle pourrait aussi malmener le marché des fluides. Les fabricants s'adaptent tout de même à la situation.

Shell, Total, Castrol, Yacco, Elf... les spécialistes des liquides destinés aux automobiles doivent-ils s'inquiéter de l'essor de la voiture électrique ? Moins de pièces en mouvement, peu de fluides, des moteurs très simples et théoriquement sans entretien, tout comme les batteries, la mobilité électrique amène son lot d'avantages.

Pourtant, il y a encore bien des liquides qui circulent sur un véhicule électrique. Liquide de refroidissement pour les batteries, liquide de frein, et même, sur certains modèles, refroidissement par huile de certains composants, le marché n'est pas mort. Hyundai, par exemple, a décidé d'utiliser de l'huile synthétique pour refroidir les moteurs de sa nouvelle plateforme E-GMP à la place du liquide de refroidissement en commun avec les batteries. Le marché n'est donc pas mort, mais il va toutefois devoir s'adapter.

Castrol, par exemple, a pris les devants en sortant une gamme de liquides spécifiquement adaptés aux véhicules électriques. L'industriel britannique a surfé sur la vague électrique en utilisant des noms bien dans l'air du temps : "e-grease", "e-transmission fluid" et "e-coolant". Il y a d'ailleurs fort à parier que les compositions ne soient guère différentes des graisses, liquides de transmission et de refroidissement utilisés pour les moteurs thermiques.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire