Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Le marché automobile européen toujours en crise

Dans Economie / Politique / Marché

Olivier Cottrel

Entre les pénuries persistantes et l’augmentation des prix des véhicules, le marché automobile européen est dans le dur depuis plusieurs mois. Une tendance que confirment les chiffres de vente des véhicules neufs au premier semestre 2022, qui sont en baisse de 14 % en moyenne en Europe.

Moins de ventes mais plus de profits pour les constructeurs auto en 2022.
Moins de ventes mais plus de profits pour les constructeurs auto en 2022.

Dévoilés par l’ACEA (Association des constructeurs auto européens), les chiffres de ventes d’automobiles neuves au premier semestre 2022 ont de quoi donner quelques sueurs froides aux professionnels du secteur.

Toujours perturbée par des pénuries persistantes de composants électroniques, l’industrie auto européenne affiche des volumes en baisse de 14 % par rapport au premier semestre 2021 avec 4,6 millions de véhicules vendus.

La chute est même encore plus brutale pour l’Italie, qui voit ses ventes en baisse de 22,7 % et la France, avec 16,3 % de véhicules vendus en moins sur les six premiers mois de l’année 2022. En baisse également, l’Allemagne (- 11 %) et l’Espagne (- 10,7 %) résistent pour leur part tant bien que mal.

Le marché automobile européen toujours en crise

Leader en Europe, Volkswagen enregistre une baisse de 18,5 % au premier semestre 2022, Stellantis 22,5 %, Renault 20,8 %, BMW-Mini 13,7 %, Mercedes 8,1 %, Ford 14 %, Volvo 27,1 % et Land-Rover-Jaguar 30,1 %. À l’inverse, le groupe Coréen Hyundai-Kia progresse de 9,9 %, Dacia de 16 % et Honda de 18,2 %.

Un bilan dont n’est certainement pas étrangère non plus l’augmentation constante du prix des modèles, impossible à suivre pour certains ménages.

Car, paradoxalement, si les ventes sont en baisse, les profits des constructeurs, eux sont en hausse. Face à la pénurie, en plus de l’augmentation des tarifs, les constructeurs ont été nombreux à privilégier leurs modèles les plus rentables, et donc les plus chers au détriment des véhicules plus accessibles.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire