Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Le président de Renault critique le malus au poids

Dans Economie / Politique / Personnalités

Le président de Renault critique le malus au poids

Pour Jean-Dominique Senard, le malus au poids, qui doit entrer en vigueur en 2022, est une taxe "complètement inutile".

Le gouvernement a beau répéter que les impôts n'augmenteront pas pour financer le plan de relance, il va créer une nouvelle taxe automobile, un deuxième malus. Après le CO2, c'est le poids qui servira de méthode de calcul. Selon les premiers éléments connus, seront visés les véhicules de plus de 1,8 tonne, avec des exceptions pour les hybrides rechargeables et les électriques.

Ce deuxième malus ne plaît pas au président de Renault, Jean-Dominique Senard. Dans une interview au Monde, il "considère que la taxe sur le poids est complètement inutile". Pour lui, c'est aussi un impôt culpabilisant : "La demande se porte sur des véhicules plus gros. Or, le client est roi. Je ne vois pas pourquoi on devrait le culpabiliser ainsi".

Pour Jean-Dominique Senard, cette nouvelle taxe est également une difficulté supplémentaire pour le maintien des emplois en France : "On veut préserver les emplois dans la filière automobile ? Commençons par alléger la fiscalité sur la mobilité". Le gouvernement en reste heureusement conscient, car il a quand même bien assoupli la proposition de départ. Des députés défendaient un malus au poids à partir de 1,4 tonne. Le gouvernement a relevé la barre à 1,8 tonne pour épargner la quasi-totalité des véhicules assemblés en France. Mais la filière s'inquiète déjà d'une taxe qui sera de plus en plus sévère au fil des années.

Jean-Dominique Senard demande du temps pour que les marques s'adaptent aux évolutions de réglementation : "C'est sympathique de parler de moteur électrique, mais des milliers d'emplois étaient concentrés sur les moteurs thermiques. Nous (les constructeurs) nous retrouvons brutalement dans une situation où il faut régler ces questions sociales sans avoir pu les anticiper".

Le président du Losange fait savoir que Renault a l'intention de concentrer sur la France la production des véhicules électriques. Mais il demande à l'État un soutien pour baisser les coûts de production.

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Forum Renault

Commentaires (109)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

La folie de cette taxe c'est qu'elle va se sur-ajouté aux autres....Pas remplacé quoi que ce soit.

Et comme par hasard il n'est pas question du "poids" des véhicule mais de punir certaines motorisation.

La preuve, finalement les véhicules les plus lourd seront exemptés...

On peut même se demander, très sincèrement, si c'est très constitutionnelle tout ça...

Par

Et ben dans ce cas je critique la triche de Renault lors des tests antipollution où les valeurs de NOx étaient explosées notamment sur l'Espace ou le Captur (vendu à des millions d'exemplaires dans le second cas) et on connaît les chiffres de la mortalité due à la pollution de l'air.

Pauvre type...

Par

En réponse à Ajneda

Et ben dans ce cas je critique la triche de Renault lors des tests antipollution où les valeurs de NOx étaient explosées notamment sur l'Espace ou le Captur (vendu à des millions d'exemplaires dans le second cas) et on connaît les chiffres de la mortalité due à la pollution de l'air.

Pauvre type...

Et ben dans ce cas je critique les commentaires stupides où une seule marque est ciblée alors que tous les constructeurs jouent avec la norme.

Pauvre type...

Par

En réponse à Ajneda

Et ben dans ce cas je critique la triche de Renault lors des tests antipollution où les valeurs de NOx étaient explosées notamment sur l'Espace ou le Captur (vendu à des millions d'exemplaires dans le second cas) et on connaît les chiffres de la mortalité due à la pollution de l'air.

Pauvre type...

Tu parles du gazout, je présume.

Par

Il a tord et raison.

Raison le client veut ça, tord c'est nul les SUV :buzz:

Par

En réponse à anneaux nîmes.

La folie de cette taxe c'est qu'elle va se sur-ajouté aux autres....Pas remplacé quoi que ce soit.

Et comme par hasard il n'est pas question du "poids" des véhicule mais de punir certaines motorisation.

La preuve, finalement les véhicules les plus lourd seront exemptés...

On peut même se demander, très sincèrement, si c'est très constitutionnelle tout ça...

Cela démontre bien que le poids n'est pas suffisamment pénalisé par les normes. Il en est de même du sCx.

Les bons fonctionnaires se sont encore laissés aveuglés, par les tableaux excel, des statistiques, etc, alors que le bon sens aurai permis de plus tenir compte du poids en imposant des accélérations plus fortes avec des pieds à fond.

Cela permet aux constructeurs produisant des voitures puissantes d'obtenir des niveau de pollution raisonnable alors que les acheteurs n'achètent pas une Ferrari 812 pour rouler à une allure de Fiat 500.

Par

En réponse à DylanF

Il a tord et raison.

Raison le client veut ça, tord c'est nul les SUV :buzz:

Et le noeud du problème se situe bien dans l'absence d'anticipation de la part de beaucoup de constructeurs.

Il le dit lui même ...

"Nous (les constructeurs) nous retrouvons brutalement dans une situation où il faut régler ces questions sociales sans avoir pu les anticiper".

Et pas uniquement les questions sociales : diesel, hydride, électrique, ...

Certains constructeurs donnent l'impression qu'ils sont à la remorque des grandes évolutions et se reposent sur l'Etat pour leur imposer de nouvelles orientations stratégiques.

Par

Comment fonctionne le système des taxes en France ?

En fait c'est assez simple. Ce sont non pas les politiques qui décident des taxes à mettre en vigueur mais vous !

Comment ? C'est assez simple en réalité.

Premièrement l'état met en place des taxes pour financer le budget et la dette et non pas pour des raisons écologiques (en tout cas pas en premier lieu). Macron avait promis de ne pas augmenter les impôts, c'est le seul levier possible pour faire augmenter les rentrer d'argent (enfin on en rediscutera).

L'état sait que toute taxe est possiblement le début d'un mouvement social, et déjà que c'est pas drôle un mouvement social, dans le contexte actuel ça serait ingérable.

Alors comment choisir une nouvelle taxe sans risquer de conflit ? Et bien il suffit de se ranger du côté des revendications qui font un consensus suffisant pour ne pas déclencher de politico-drame.

Par exemple : le peuple a suffisamment était alimenté en étude/presse "anti-SUV" pour être mure pour une taxe sur le poids sans risquer un miaulement des gilets jaunes and Co.

Le peuple lui fait toujours consensus autours d'idées qui touchent une minorité (même si la dite mesure n'est pas réellement efficace en terme de gain écologique). En gros, la philosophie "c'est tant que je ne suis pas touché ça me va". A titre d'exemple, je ne suis pas meilleur que les autres, je me moque de la taxe à 1800 kg car j'aime les voitures légères et sportives. Pourtant objectivement cette taxe n'est pas forcément juste mais techniquement je ne m'y oppose pas.

Idem pour la taxe CO² la philosophie est la même : l'idée de réduire le CO² fait consensus, la véritable taxation s'applique aux véhicules chères et neufs réservés à une catégorie de français minoritaire (classe moyenne supérieur et classe supérieur). Par conséquent, taxé le CO² avec un malus de 30k € ça passe sans vaseline.

Toute cette folie taxatrice, c'est avant tout culturel chez le Français. Le Français quand on l'accuse de polluer n'a pas pour premier reflexe de rationnalisé ça pollution ou d'en faire fi, son premier reflexe en réalité va être une posture de contre attaque. Exemple :

"Tu sais que tu pollues avec ton SUV !" Réponse typique de l'intéressé "Et toi, qui prend l'avion 3 fois par an ! sans compter les portes conteneurs qui sillonnent la mer sans contrainte"

L'état profite de cette culpabilisation ambiante pour pondre des taxes. Evidemment, le gouvernement ne vous dira pas, je défends cette lois pour réaliser une baisse de CO² de xx% avec obligation de résultat, car comme je vous l'ai dit le motif premier c'est la rentrée d'argent sans révolte sociale, mais en aucun cas l'écologie.

L'état ferait mieux, à mon sens, s'il a besoin d'argent, de mettre en place des barrières douanières contre les pays avec qui nous avons des déficits commerciaux abyssaux. (Interdit par l'UE), de limité l'immigration (qui nous coûte au bas mot 70 milliards d'€ par an, encore une fois c'est interdit par l'UE), de conserver ces rentes (comme la française des jeux, les autoroutes, etc...), de favoriser les relocalisations (quand on produit sur le sol français on donne énormément d'argent à l'état) en mettant des mesures protectionnistes ciblés et non pénalisante pour le pouvoir d'achat des biens de premières nécessités, de créer des nouveaux apports d'argent (légalisation cannabis par exemple : je suis sur qu'il y a quelques milliards à gratter par la avec 5 millions de consommateur), etc...

Bref, il est possible de ne pas tomber dans la taxophilie, mais pour ça il faut une volonté de désobéissance européenne, du courage politique et surtout un changement culturel sur la culpabilisation masochiste franco-française .

Par

Le client est roi, mais le client veut de la merde surtout, il faudrait quand même pas l'oublier.

Par

Alors comme c'est là, Renault (la marque ou l'alliance Nissan et Mitsubishi) doit avoir dans ces projets un véhicule thermique d'un poids supérieur à 1,8 tonne.

Vu la recommandation publiée par France stratégie il y a plus d'un an, l'arrivée d'une taxe n'a rien de surprenant. Dans la note, et de mémoire, il était question d'un bonus en dessous et d'un malus au dessus de 1,3 ou 1,4 tonne.

Je vois pas de quoi il se plaind!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire