Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Moteur 1.2 TCe défaillant : Renault sous la menace d'une action collective

Moteur 1.2 TCe défaillant : Renault sous la menace d'une action collective

Le JDD révèle qu'une action collective pourrait être lancée dans les prochains jours contre Renault, à cause des problèmes de fiabilité du moteur 1.2 TCe.

Dans son édition du 9 janvier, Le Journal du Dimanche révèle qu'une action collective conjointe pourrait être lancée contre Renault, mais aussi Dacia et Nissan. Celle-ci devrait être lancée dans les prochains jours par Me Christophe Lèguevaques, qui s'en explique auprès de nos confrères.

L'action rassemblerait de nombreuses plaintes d'automobilistes ayant été victimes des défauts de fiabilité du moteur 1.2 TCe, un bloc essence monté sur 400 000 véhicules environ d'octobre 2012 à juin 2016. Beaucoup de clients se sont plaints d'une surconsommation d'huile, pouvant aboutir à une casse du moteur.

Ce bloc a été implanté sous les capots de nombreux modèles, comme la Clio 4, le Scénic 3, le Duster 1, le Lodgy ou encore le Juke 1. Un collectif s'est déjà monté sur Facebook, avec une page dédiée qui rassemble plus de 3 500 clients. Pour Me Christophe Lèguevaques, l'affaire relève du "contentieux de masse".

L'UFC Que Choisir avait sonné l'alerte en 2019, avançant même que la marque avait identifié le problème en 2015 dans une note interne. Mais le Losange est accusé de minimiser le souci, accordant des prises en charge au compte-goutte, opposant notamment le défaut d'entretien ou que la surconsommation d'huile pouvait avoir de nombreuses origines.

Dans le JDD, Raphaël Bartlomé, du service juridique de l'UFC, rappelle que le ministère de la Transition Écologique s'était saisi du dossier mais avait "conclu que les seuils de mise en danger de la sécurité routière n'étaient pas atteints pour imposer un rappel".

L'avocat mise donc maintenant sur l'action collective, qui rassemble de nombreuses plaintes individuelles mais similaires, demandant notamment à la justice "la communication forcée de certaines pièces détenues par Renault", qui pourraient prouver une culpabilité de Renault et permettre une meilleure indemnisation.

Renault a répondu au JDD que "90 % des clients Renault et Nissan qui ont rencontré ces problèmes avec ce moteur ont bénéficié d'une prise en charge".

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire