Publi info
 
Conseils
Sponsorisé par  

Nouvelles mobilités : une protection sur-mesure

Dans Conseils / Assurance Auto

, mis à jour

Gyroroue, hoverboard, gyropode : avec les nouvelles mobilités apparaissent des contrats d’assurance spécifiques. Quels sont leurs avantages ? Et quels risques couvrent-ils ?

Nouvelles mobilités : une protection sur-mesure

Depuis quelques années, de nouveaux venus ont fait leur apparition sur l’espace public. Qu’ils s’appellent gyroroue (monocycle électrique), eskate, hoverboard, trottinette électrique ou encore gyropode (comme le Segway), ces engins constituent une catégorie à part entière. 

Hoverboard, gyroroue, smartboard ou trottinette : quels risques ?

Ils se situent à mi-chemin entre les rollers et trottinettes classiques, d’un côté, et les véhicules électriques, de l’autre. C’est pourquoi certains experts préfèrent les regrouper sous le terme de « nouveaux véhicules électriques individuels » (NVEI). En France, ils seraient 1,5 million à avoir déjà utilisé ce type d’engin. Et près d’un Français sur cinq (17%) envisagerait d’utiliser un NVEI prochainement.(1)

Plus pratiques, plus légers, plus rapides et plus propres : les NVEI ont leurs avantages… mais aussi leurs inconvénients. Ils n’ont en effet pas de voie de circulation dédiée, ce qui les contraint à rouler soit sur le trottoir, soit sur la route. Le risque de collision est alors potentiellement plus élevé. De plus, les utilisateurs ont parfois tendance à moins se protéger avec leur NVEI. Or, le port d’un équipement de protection, d’un casque et de gants est indispensable pour prévenir l’impact des chutes.

Autre écueil, l’absence de cadre réglementaire. Limites de vitesse, obligation de port d’un casque, présence de lumières ou encore d’immatriculation : l’utilisateur est confronté à un certain flou, source d’insécurité sur le plan juridique.

Enfin, posséder un équipement dernier expose davantage au risque de vol.

Une couverture variable : de la responsabilité civile à la pro

Face à ces risques d’un genre nouveau, les assureurs proposent une couverture variable. Certains proposent des garanties en fonction du type d’engin ou de motorisation. D’autres retiennent le critère de la vitesse (+ 6km/h).

Enfin, des assureurs ont fait le choix de ne pas proposer de couverture spécifique et s’en tiennent à la garantie responsabilité civile contenue dans le contrat habitation. Il s’agit du minimum légal : dès lors que vous possédez un véhicule terrestre à moteur, vous êtes tenu de souscrire une garantie responsabilité civile pour les éventuels dommages causés à des tiers. Cependant, le choix de se limiter à cette garantie peut s’avérer réducteur compte tenu des risques évoqués plus haut.

L’avenir : des contrats spécifiques

L’avenir est donc sans doute plutôt au développement de contrats spécifiques. Notre partenaire propose ainsi une garantie responsabilité civile couvrant l’utilisateur pour les dommages qu’il cause à autrui, ainsi qu’une garantie défense pénale et recours suite à un accident. Cette couverture est complétée par une option garantie du conducteur permettant d’être indemnisé pour les dommages corporels jusqu’à 250 000€ ou 1 000 000€.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de notre partenaire. Vous pourrez alors sélectionner une assurance adaptée à votre profil et au type d’engin que vous pilotez.

 

(1) https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/06/26/l-essor-des-trottinettes-electriques-oblige-a-repenser-le-partage-de-l-espace-public-en-ville_5321532_3234.html

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire