Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Opel suspend son plan de départs car il entraîne une fuite des travailleurs qualifiés

Dans Economie / Politique / Social

Opel suspend son plan de départs car il entraîne une fuite des travailleurs qualifiés

Les représentants du personnel ont alerté la direction : selon eux, le plan de départs volontaires lancé en Allemagne pourrait mener à une pénurie de travailleurs qualifiés.

Après plus de 15 années de résultats déficitaires, Opel doit retrouver en un temps record le chemin de la rentabilité. PSA a donc mis la marque allemande au régime, avec notamment des suppressions de postes dans les usines, mais sans licenciement sec. L'éclair a lancé fin mars un plan de départs volontaires.

Fin avril, Wolfgang Schäfer-Klug, président du conseil d'entreprise d'Opel, révélait que PSA avait fixé comme objectif 3 700 départs et que l'opération rencontrait le succès. Mais le plan de départs vient d'être suspendu. En cause : selon les représentants du personnel, il pourrait entraîner une pénurie de travailleurs qualifiés.

Reuters parle de deux anciens ingénieurs qui ont expliqué que les départs avaient notamment affaibli Opel dans le domaine de la conception de plates-formes pour les citadines et compactes. Plusieurs hauts cadres dirigeants ont quitté Opel et ont rejoint d'autres marques. Par exemple, Ralf Hannapel, qui était chef des voitures électriques, est maintenant chez Jaguar Land Rover.

Dans un document interne, évoqué encore par Reuters, la direction des ressources humaines d'Opel a écrit : "Les affirmations selon lesquelles nous sommes confrontés à un exode massif de personnel hautement performant et que le travail ne peut plus être fait relèvent de la légende de grand-mère".

Une réunion entre la direction d'Opel et le conseil d'entreprise est prévue fin mai.

Mots clés :

Commentaires (46)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Les cadres les plus importants dans le domaine de l expertise Opel sont vraisemblablement parti chez BMW et continental. Auréolés par la voiture de l année 2016 et réticents à la vision PSA.

Il est évident que jamais Seat et Skoda en aurait fait autant vis à vis de vw. Mais là, c est ballot:eek:.

Par

les ingénieurs les plus qualifiés ne sont pas idiots... s'ils ont cette possibilité, ils cherchent une place qui leur assure un avenir.

L'ouvrier en bas de l'échelle n'est pas idiot non plus, mais malheureusement il a souvent moins de choix ou de possibilités de partir et il se trouve donc coincé, en espérant que son poste sera conservé. Il se battra donc pour son entreprise et fera des concessions sur ses horaires, sa rémunération ou sa retraite, parce qu'il l'aime quand même après 20ans passé au même endroit. Et tout ça jusqu'à ce qu'il soit jeté comme une vieille chaussette sur l'autel de la rentabilité.

Beau monde

Par

Vous parlez des ingénieurs et des cadres dans vos commentaires. Mais un ouvrier qualifié n'a pas de mal à retrouver un emploi non plus en Allemagne.

Par

Ralf Hannapel, qui était chef des voitures électriques, est parti chez Jaguar..

Chef ? depuis 2015... au moment de la revente... et seulement pendant 1, 5 ans... et avant il etait responsable de l'opel Karl... et si il part chez jag, il prend la place de qui , si c'est si bien ?

Par

"Reuters parle de deux anciens ingénieurs qui ont expliqué que les départs avaient notamment affaibli Opel dans le domaine de la conception de plates-formes pour les citadines et compactes."

Sans rire. De ce point de vue là PSA doit s'en foutre comme de l'an 40. Niveau plate forme et moteur ils ont rien à apprendre de Opel et d'ailleurs la remplaçante de la Corsa va reprendre la plate forme et les moteur de la futur 208

Par

En réponse à anneaux nîmes.

"Reuters parle de deux anciens ingénieurs qui ont expliqué que les départs avaient notamment affaibli Opel dans le domaine de la conception de plates-formes pour les citadines et compactes."

Sans rire. De ce point de vue là PSA doit s'en foutre comme de l'an 40. Niveau plate forme et moteur ils ont rien à apprendre de Opel et d'ailleurs la remplaçante de la Corsa va reprendre la plate forme et les moteur de la futur 208

Il ne s'agit pas de ça, l'unique point fort d'Opel c'est son lien avec l'Allemagne et franchement, pour ma part, cette news était prévisible.

En faisant un dégraissage sauvage avec les usines allemandes d'Opel, PSA est en train de tuer l'âme d'Opel, c'est-à-dire son unique intérêt : sa germanité qui aurait pu rendre cette marque attractive dans le futur (associée à la technologie de PSA qui, au niveau marketing, se serait effacée intelligemment pour ne pas brouiller l'image allemande d'Opel).

Les clients ciblés par Opel veulent des "voitures allemandes" alors le fait que les Opel soient fabriqués dans des usines allemandes, c'était un vrai plus marketing.

Le coût de fabrication des usines allemandes (moins économiques), était de toute façon rattrapé par le gain en image de marque.

Mais bon, PSA préfère dépenser ses millions en campagne de pub à la con et en compétions sportives bidons pour faire la promo de ses marques.

Par

En réponse à neoxa

les ingénieurs les plus qualifiés ne sont pas idiots... s'ils ont cette possibilité, ils cherchent une place qui leur assure un avenir.

L'ouvrier en bas de l'échelle n'est pas idiot non plus, mais malheureusement il a souvent moins de choix ou de possibilités de partir et il se trouve donc coincé, en espérant que son poste sera conservé. Il se battra donc pour son entreprise et fera des concessions sur ses horaires, sa rémunération ou sa retraite, parce qu'il l'aime quand même après 20ans passé au même endroit. Et tout ça jusqu'à ce qu'il soit jeté comme une vieille chaussette sur l'autel de la rentabilité.

Beau monde

Soyez en marche on vous dit !

Par

PSA peut bien couler Opel maintenant, ça fera un concurrent frontal de moins dans le paysage.

Dans ce genre de fusion, il y a énormément de doublons à supprimer. Que ce soit tout en bas, ou tout en haut de l'organigramme.

Les Opels ne seront que des PSA avec une carrosserie légèrement différente. Exit les besoins en ce qui concerne les plateformes, les moteurs, les systèmes embarqués, ... tout ce qui est annexe / support (compta / paie, informatique, ...) ou le SAV (concessions, garages, ...).

Par

PSA a racheté Opel, et par là-même, veut installer sa vision française du patronat : vouloir tout pour rien. Licencier le maximum et, pour ceux qui reste, les payer au minimum. Les syndicats allemands ont raison de tirer la sonnette d'alarme, le patronat français est moyenâgeux.

Par

En réponse à Maître_Yoda

PSA a racheté Opel, et par là-même, veut installer sa vision française du patronat : vouloir tout pour rien. Licencier le maximum et, pour ceux qui reste, les payer au minimum. Les syndicats allemands ont raison de tirer la sonnette d'alarme, le patronat français est moyenâgeux.

Cause toujours, surtout quand tu ne connais rien :chut:

tu crois que PSA n'a pas un responsable électrique bien mieux capé que Ralf Hannapel par exemple ? au vu des CV il n'y a pas photo entre ce mec et Alain Raposo, :oui: le reste c'est du même accabit, les seuls importants chez Opel sont ceux qui bossent sur l'hydrogène, le reste existe déjà en double ailleurs :coucou:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire