Publi info

Passages à niveaux : un rapport, et après ?

Dans Pratique / Sécurité

L’accident qui a coûté lundi 15 juillet la vie à une jeune femme et trois enfants nous rappelle les énormes dangers que continuent de représenter les 15 405 passages à niveaux répertoriés en France. Un rapport parlementaire rendu au printemps dernier souligne ainsi que « 10 à 20% des passages à niveaux sont considérés comme particulièrement dangereux ».

10 à 20% des des 15 000 poassages à niveaux que compte l'hexagone sont considérés comme dangereux.
10 à 20% des des 15 000 poassages à niveaux que compte l'hexagone sont considérés comme dangereux.

Comme l’écrasante majorité des accidents, celui survenu lundi matin sur un passage à niveau de la commune d’Avenay-Val-d’Or (Marne), et dans lequel une assistante maternelle qui conduisait sa propre fille de 11 ans et deux enfants en bas âge dont elle avait la charge, n’aurait jamais dû arriver. Parce que la jeune femme dont la voiture a été percutée par un TER aimait profondément son métier et n’avait semble-t-il pas de tendances suicidaires, parce que les barrières (qui avaient été révisées il y a quelques mois) fonctionnaient bien le matin du drame d’après les témoignages d’automobilistes recueillis par les autorités, parce que le signal sonore avertissant de l’arrivée du train a bien été entendu par des ouvriers travaillant à proximité, et parce que le signal lumineux fonctionnait encore à l’arrivée des secours. De plus, le passage à niveau théâtre du drame n’était pas considéré comme « sensible » dans par la SNCF.

Une enquête pour homicide involontaire contre X devra déterminer les causes d’un accident qui, comme précisé plus haut, n’aurait jamais dû arriver… et est pourtant arrivé. Comme celui de Millas (Pyrénées-Orientales) en décembre 2017 - 6 collégiens tués et 18 blessés - et comme d’autres auparavant.

Alors on s’indigne, à l’image de Jehanne Collard, avocate des victimes de la route, qui dès lundi après-midi réagissait avec un communiqué de presse réclamant une vérification généralisée : « A priori, le métier d'assistante maternelle de la conductrice suggère prudence et responsabilité. Il est donc temps de faire un audit généralisé des passages à niveaux de la SNCF afin de savoir si ceux-ci sont correctement signalés et visibles depuis la route, ainsi que d'en vérifier le bon fonctionnement. »

On s’indigne, donc, parce qu’on veut combattre cette fatalité à laquelle on laisse encore trop de place. Un rapport parlementaire rendu au printemps et conduit par la députée des Pyrénées-Orientales Laurence Gayte pointe ainsi du doigt ces 10 à 20% de passages à niveaux dangereux, soit tout de même 1 500 à 3 000 ouvrages disséminés sur le territoire !

Ces passages à niveaux qui, pour certains, ne sont même pas délimités par des barrières s’abaissant à l’approche d’un train, mais par une simple « Croix de Saint André » avertissant d’un danger. Mais aussi ces passages à niveaux qui, bien que dotés de barrières et d’alertes sonores en bon état de fonctionnement, voient encore des automobilistes s’engager alors que les barrières s’abaissent et que les signaux sonores retentissent. « Les accidents sur les passages à niveau ont très majoritairement une cause routière et non pas ferroviaire : environ 98% sont dus à un comportement inadapté d’un véhicule ou d’un piéton », précise le rapport.

Sur de nombreux passages à niveaux, pas de barrières mais une simple "Croix de Saint-André" pour avertir du danger.
Sur de nombreux passages à niveaux, pas de barrières mais une simple "Croix de Saint-André" pour avertir du danger.

Trois grands facteurs d’accident sont identifiés : l’inattention, l’impossibilité de dégager son véhicule (ou se dégager soi-même en cas de chute) alors qu’un convoi approche du passage à niveau, ou bien encore tout simplement l’inconscience avec ces véhicules qui accélèrent ou passent en chicane : « En 2017, pour 38 radars de vitesse installés sur les passages à niveau, il a été constaté 71 972 infractions et pour 80 radars de franchissement de passages à niveau, il a été constaté 27 468 infractions », d'après le rapport.

Celui-ci identifie de nombreuses pistes d’amélioration, qui vont d’un système de type « boîte noire » pour évaluer le fonctionnement du système de sécurité (feux et barrières) en cas d’accident à l’installation de radars de franchissement et de contrôle de la vitesse sur les passages à niveaux les plus sensibles. Egalement évoquées, l’allocation de budgets de sécurisation plus importants et la mise en place d’une gouvernance départementale qui contrôle mieux la sécurisation des ouvrages, ou bien encore des « études de faisabilité » pour des systèmes de détection d’obstacles automatiques permettant de ralentir ou freiner un train.

Bref, il y a du grain à moudre pour les autorités qui, par la voix du délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe, précisent malgré tout qu’on ne compte « que » 35 à 40 morts par an sur les passages à niveaux, soit moins de 1% des victimes de la route. Dans ces conditions, on imagine mal les pouvoirs publics investir les dizaines de milliards d’euros que nécessiterait une sécurisation optimale des passages à niveaux que compte l’hexagone.

Bref, la meilleure des préventions reste celle de l’automobiliste lui-même, appelé à la plus grande vigilance à chaque fois qu’il franchit une voie ferrée. Et s'il se retrouve coincé entre les barrières avec une voiture en état de fonctionnement, une seule solution : accélérer et enfoncer lesdites barrières. Elles sont justement prévues pour ça.

Passages à niveaux : un rapport, et après ?

 

 

 

 

 

Portfolio (1 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (41)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Encore plus de radars, seule solution...qu'est ce que tu en penses barde ?

Par

10 à 20% sont dangereuses eh oui!!

à coté de chez moi de temps en temps la barrierre se baisse pas...

probleme de maintenance?

mais heuresement le feu rouge fonctionne...

le jour l'ampoule sera grillée... bin y aura un un soucis..

sinon le contraire possible..

le feur rouge fonctionne pas..

les barrierres se baissent et le conducteur affollé..

veut pas enfoncer les barrierres ou cale!!!

et c'est le carnage!!!

et aprés comme dab on dira que c'est le conducteur le responsable..

n'oubliez pas la sncf c'est l'etat

Par

« l’écrasante majorité des accidents »

C'est le cas de le dire, écrasant.

Par

En réponse à gignac31

10 à 20% sont dangereuses eh oui!!

à coté de chez moi de temps en temps la barrierre se baisse pas...

probleme de maintenance?

mais heuresement le feu rouge fonctionne...

le jour l'ampoule sera grillée... bin y aura un un soucis..

sinon le contraire possible..

le feur rouge fonctionne pas..

les barrierres se baissent et le conducteur affollé..

veut pas enfoncer les barrierres ou cale!!!

et c'est le carnage!!!

et aprés comme dab on dira que c'est le conducteur le responsable..

n'oubliez pas la sncf c'est l'etat

Est-ce que vous parlez de la meme maniere dont vous ecrivez ??

Par

Les barrières sont trop facile à déclencher. Il faut être 2 et elles se baissent. Au passage du train elles se relèvent.

Par

on est vraiment devenu un pays arriéré.

les passages à niveaux existe depuis 2 siècles et c'est passé l'an 2000 qu'on a des soucis.

la raison est en fait très simple: la connerie de cesse de s'étendre dans la population. ce qui explique que beaucoup tentent de passer en force les passages à niveaux pour gagner 60 secondes...

on va attendre de connaître les résultats de l'enquête pour ce dernier accident, mais on sait à priori à quoi s'attendre... et peu importe qu'elle ait pu être une assistante maternelle. la connerie touche potentiellement tout le monde.

Par

En réponse à pingpang

Les barrières sont trop facile à déclencher. Il faut être 2 et elles se baissent. Au passage du train elles se relèvent.

évidemment si des plaisantins criminels les baissent!!

et qu'elles se lévent quand le train arrive!!

vous etes sur de ce que vous avancez?

Par

sinon, il existe un autre moyen: rétablir les garde-barrières, comme autrefois. :bah:

et ça couterait moins cher que de pondre des systèmes à 300000 € (sans compter la maintenance) tels qu'ils en parlent actuellement.

avec tous les chômeurs qu'on a, il serait facile de trouver des volontaires: être payé à rester chez soi pour de temps en temps baisser et remonter les barrières, en s'assurant qu'aucun con n'essaye de passer...

Par

En réponse à pingpang

Les barrières sont trop facile à déclencher. Il faut être 2 et elles se baissent. Au passage du train elles se relèvent.

heu.. pourquoi se relèveraient-elles au passage du train ? :confused:

Par

En réponse à mynameisfedo

on est vraiment devenu un pays arriéré.

les passages à niveaux existe depuis 2 siècles et c'est passé l'an 2000 qu'on a des soucis.

la raison est en fait très simple: la connerie de cesse de s'étendre dans la population. ce qui explique que beaucoup tentent de passer en force les passages à niveaux pour gagner 60 secondes...

on va attendre de connaître les résultats de l'enquête pour ce dernier accident, mais on sait à priori à quoi s'attendre... et peu importe qu'elle ait pu être une assistante maternelle. la connerie touche potentiellement tout le monde.

+1...

plus de chances chez les gilets jaunes...

et plus de chance chez un gilet jaune d'avoir une caisse pourrie qui cale et redémarre pas sur un passage à niveau

sinon pas oublier que autrefois avec les gardes barrierres..

bien moins d'accident...

moins de voiture aussi...

moins d'inactifs..

qui se baladent au lieu d'aller gratter..

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire