Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la gamme e-Tron de chez Audi ne va pas uniquement se composer de SUV comme c'est le cas aujourd'hui, puisqu’une berline va prochainement être commercialisée. Son nom : e-tron GT, et elle sera même déclinée en version RS. Une grande première.

Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux

C’est en 2009 qu’Audi a lancé le label e-tron. Apposée d’abord sur des concept-cars puis sur certaines versions hybrides ou hybrides rechargeables, cette appellation a caractérisé en 2018 le premier modèle 100% électrique :  l’e-tron, dérivé aussi en Sportback (coupé).  Mais ce n’est que le début de l'histoire, comme en atteste l’arrivée de l’e-Tron GT, première berline électrique de la marque aux anneaux, qui existera aussi en version RS, ce qui est du jamais-vu chez Audi.

 

L'Audi e-Tron GT reprend la même plateforme et batterie que la Porsche Taycan.
L'Audi e-Tron GT reprend la même plateforme et batterie que la Porsche Taycan.

Développée à partir de la plateforme J1, qui sert également à la Porsche Taycan, l’Audi e-Tron GT partage de nombreux éléments avec sa cousine de Stuttgart, et notamment la batterie implantée dans le plancher, qui se compose de 396 cellules en série pour un total de 93 kWh brut, soit une capacité nette (utilisable) de 86 kWh. Cette batterie alimente deux moteurs électriques, un sur chaque essieu. La puissance totale est de 476 ch (boost à 530 ch) pour l'e-tron GT Quattro et  598 ch (boost à 616 ch) pour la RS e-tron GT, ce qui est moins que la Taycan. Logique, Audi joue à fond la carte du groupe. Pour le reste, on retiendra que le e-tron GT dispose d’un couple de 630 Nm  contre 830 Nm pour le RS e-tron GT. Les performances, bien qu'inférieures à celles du Taycan, sont dignes d’une sportive avec un 0 à 100 km abattu en 4,1 s pour l’e-tron et 3,3 s pour le RS e-tron GT avec le mode Boost activé.  Pour réaliser de tels chronos, les berlines e-tron sont équipées d’un fort contenu technologique avec notamment pour la RS e-tron GT la présence, de série, d'un différentiel à embrayages multidisques piloté. Ce dispositif sera accessible sur la variante la moins chère de l'e-tron GT, mais en option.

Audi annonce une autonomie oscillant suivant les versions entre 472 et 484 km. L’e-tron GT est capable de supporter une charge pouvant atteindre 270 kW en courant continu et 11 kW en alternatif (voir 22 kW en option). il sera ainsi possible de récupérer 100 km d'autonomie en 5 minutes sur les bornes Ionity.

Une vraie GT

Le profil mêle élégance et dynamisme.
Le profil mêle élégance et dynamisme.

La première chose que l’on remarque quand on découvre cette e-Tron GT, ce sont ses dimensions. On a affaire à une vraie GT aux mensurations généreuses avec une longueur de 4,99 m, une largeur de 1,86 m et une hauteur de seulement 1,41 m, soit 2 cm de moins que la routière, l’A7 Sportback. Sans surprise, l’e-tron GT affiche un profil de berline coupé, très proche naturellement de la Taycan avec les codes stylistiques qui en découlent, notamment une chute de pavillon prononcée ainsi que des vitres sans entourage.

Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux
Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux

Les lignes de caisse sont très marquées que ce soit à l'avant ou l'arrière et en particulier au niveau des ailes.

Mis à part ces points communs, cette e-Tron GT revendique une vraie personnalité qui a été façonnée par la recherche de la meilleure aérodynamique possible. Il en résulte des lignes sculptées avec des traits de carrosserie marqués, que ce soit au niveau des ailes avant ou des portières, mais c’est surtout la partie arrière qui est la plus impressionnante avec des ailes très galbées et un imposant épaulement. De face, on constate que la calandre Single Frame est pour la première fois pleine, du moins dans sa partie supérieure puisque la partie inférieure est totalement vide, ce qui laisse entrevoir les radars. Débordant jusqu’aux projecteurs, elle occupe presque toute la face avant et peut recevoir différents traitements selon le choix du client. Mais c’est la poupe qui est la plus réussie avec des feux – à la signature en forme de flèche – reliés entre eux par un bandeau lumineux. Un aileron se déploie automatiquement suivant la vitesse.

La planche de bord fait la part belle au numérique mais Audi revient en arrière concernant les commandes de climatisation qui redeviennent physiques.
La planche de bord fait la part belle au numérique mais Audi revient en arrière concernant les commandes de climatisation qui redeviennent physiques.
Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux
Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux

Dans l’habitacle, c’est nettement plus traditionnel. Audi a décidé de ne pas reconduire la planche de bord des A6, A7 et Q8 par exemple, qui se distinguait par la présence de trois écrans dont un situé en bas de la console centrale. Cette e-Tron GT n’en possède que deux puisque les commandes de climatisation sont désormais physiques. La présentation est donc moins techno qu’à l’accoutumée, avec une instrumentation numérique de 12,3 pouces relayée par un affichage tête haute. L’écran multimédia, classique, mesure 10 pouces.  La planche de bord enveloppante est très réussie et affiche quelques ressemblances avec celle de la sportive R8, notamment au niveau de la forme de l’instrumentation. La qualité des matériaux est excellente, avec du cuir surpiqué ou du carbone.

Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux
Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux
Présentation vidéo - Audi e-Tron GT : la première berline électrique des anneaux

Comme beaucoup de voitures électrique, l'e-tron GT propose deux coffres, l'un à l'avant et l'autre à l'arrière.

Avec un empattement de 2, 90 m, l’habitabilité arrière est bonne concernant l’espace aux jambes. Attention, en revanche, pour la garde au toit : les passagers mesurant 1,80 m auront leur tête qui touchera le pavillon en raison de la chute prononcée de celui-ci. Il faut noter enfin que la place centrale arrière servira plus de dépannage.  Concernant les bagages, l’e-Tron GT propose deux coffres. L’arrière offre un volume de 405 litres accessibles grâce à une malle, tandis que celui de l’avant permet de loger une valise cabine ou la mallette de rangement des câbles.

Comme on peut s’y attendre avec un modèle de ce segment, l'équipement se veut particulièrement riche avec la possibilité d’avoir les projecteurs laser, les freins carbone céramique, des éléments de carrosserie en carbone ou les quatre roues directrices.

L'arrière est la partie la plus réussie à nos yeux.
L'arrière est la partie la plus réussie à nos yeux.

Vendue au mois d’avril prochain, l’e-Tron GT sera commercialisée à des tarifs compris entre 101 500 et 140 700 €. Et la famille e-Tron va continuer très rapidement à se développer puisqu’un autre modèle, le Q4 e-Tron, va faire son apparition durant le second semestre.

Portfolio (28 photos)

En savoir plus sur : Audi E-tron Gt

SPONSORISE

Actualité Audi

Toute l'actualité

Commentaires (71)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Me dites pas que vous trouvez ça beau?

L'ensemble fait lourd, le masque noir façon Ibiza Boccanegra ou megane RS bof bof, et l’arrière mastoc avec ces gros feux. Globalement il y a pleins de trucs qui me gène dans le dessin.

Faut se déplacer autour d'une caisse, la voir en mouvement pour un avis final car sur photo... mouais :voyons:

Par

Le choix des coloris du modèle présenté est assez hétéroclite mais la ligne est très belle. c'est un style qui lui est propre pas comme d'autres une vulgaire copie d'un modèle déjà existant.

Par

Vraiment déçu pour le coup . Oui trop de plastiques noir devant . La face avant est très fade . L arrière c est mieux mais pas assez de finesse dans les phares, le bandeau lumineux est trop gros ( comme sur lA8).

Bref je la préfère profil . Mais j avoue que la ligne globale reste belle .

Encore une fois je deplore l univers ' course / tuning ' ( l intérieur est ok mais tout ce carbone pfff... ) ça rend la voiture vulgaire .

Par

Elle est très belle, mais 100000 euros c du grand n importe quoi !! Ils nous prennent pour des pigeons !!

Par

En réponse à Banjobolt

Me dites pas que vous trouvez ça beau?

L'ensemble fait lourd, le masque noir façon Ibiza Boccanegra ou megane RS bof bof, et l’arrière mastoc avec ces gros feux. Globalement il y a pleins de trucs qui me gène dans le dessin.

Faut se déplacer autour d'une caisse, la voir en mouvement pour un avis final car sur photo... mouais :voyons:

Concernant la "calandre" noire, c'est peut-être "beau" quand c'est neuf mais pour en avoir une sur mon A4, c'est hyper sensible au moindre gravillon.

Du coup tu te retrouves avec plein d'éclats dedans et ça casse absolument tout. Je ne dois pas être le seul.

Sinon, pour la ligne, un peu lourde à mon goût. A voir en vrai et aussi avec une finition plus basique, je trouve les dernières RS assez tarabiscotées.

(et putain virez-nous cette bande lumineuse à l'arrière qui casse absolument tout)

Par

Non, je trouve cet engin assez laid, en fait. Du moins, c'est une caricature. L'ensemble manque de cohésion. La face avant en plastique brillant est too much. De profil, l'habitacle semble avoir été rétréci et posé sur une caisse trop grande, roues et feux arrières sont disproportionnés. J'aimais bien le design Audi quand il proposaient des autos simples et élégantes, mais ces dernières années, c'est la course à l'échalote... trop de plastic, trop d'artifices, trop de bodybuilding, trop de tout, en fait. Elles finissent par sembler sortir d'un atelier de tuning.

Par

Ca me vend pas du rêve.

Déjà le look : l'avant est moche avec la partie noire brillante. Idem pour la partie arrière avec le diffuseuse noir brillant.

Ensuite 484 km d'autonomie ça veut dire quoi ?

400 km réel en conduite souple. Donc 320 km si on veut respecter la batterie en évitant une charge 0% à 100%.

En conduite dynamique probablement 300 km. Donc 240 km pour le même motif que précédemment.

Et probablement moins de 200 km en conduite sportive et en exploitant régulièrement toute la puissance disponible.

Ensuite QUID du poids, probablement au delà de 2T et on peut parier sur un comportement sous-vireur comme très souvent chez Audi.

Bref, c'est pas mon truc. Voiture finalement pas sensationnelle.

Probablement, juste un déplaçoire luxueux et silencieux pour se mouvoir dans un rayon réduit.

Cependant elle devrait bien se vendre.

Par

Très belle voiture, je pense que je la préfère même à l'A7. Je trouve qu'on retrouve les rondeurs des années 2000 dans le design des Audi électriques, c'est plus en rondeur, moins sculpté.

Audi est en train de se perdre dans le thermique avec certains modèles (A1 par exemple qui est très sculptée, où on ne reconnaît pas le style Audi), à contrario je trouve que dans l'électrique, on retrouve ce qu'est et ce que doit être une Audi, très bien finie, style sobre, discret mais très élégant et qui fait techno (les rétros caméras sur l'etron etc). Audi sera assez fort sur l'électrique je pense

Par

Première Audi que je trouve jolie depuis la première A7 et c'est un aspirateur c'est ballot et le carbone c'est des vraies pièces usinées ou des adhésifs comme dans la RS6 ?

Par

encore un deutch panzer a la ramasse face a Tesla, on verra les ventes

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire