Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Prime à la casse : qui doit acheter une nouvelle voiture en urgence ?

Gros tour de vis pour la prime à la conversion. C'était attendu, le dispositif étant trop coûteux pour l'Etat car victime de son succès. Mais la surprise vient du calendrier : les nouvelles règles s'appliqueront dès le 1er août 2019. Qui doit donc foncer chez un vendeur pour ne pas être perdant ?

Prime à la casse : qui doit acheter une nouvelle voiture en urgence ?

Acheteurs, vendeurs : le gouvernement a pris tout le monde de court. Par décret, publié hier au Journal Officiel, il a durci les règles de la prime à la casse. Le CNPA (Conseil National des Professions de l'Automobile) est agacé par la méthode et dénonce une décision prise sans concertation. Dans un communiqué, il souligne que "les automobilistes auront la mauvaise surprise de constater, à la rentrée, qu’ils n’auront plus droit, pour la plupart d’entre eux, à la prime à la conversion, perturbant leur décision d’achat".

Il est vrai que l'on ne s'attendait pas à un tour de vis aussi rapide. Certes, début juillet, l'info avait fuité. Mais le changement était plutôt envisagé pour la rentrée. Le gouvernement a préféré faire au plus vite. Les nouvelles règles s'appliqueront donc dès le 1er août ! Si vous aviez envie de changer de véhicule en profitant d'une prime, il va sûrement falloir accélérer votre décision d'achat. Le délai est court, deux semaines !

Il va y avoir de nombreux perdants dans l'affaire. Qui doit donc courir au plus vite chez un vendeur ?

Les imposables qui visent un véhicule essence

À partir du 1er août, il n'y aura plus d'aide pour les ménages aisés (cinq derniers déciles) qui achètent un véhicule Crit'Air 1, c’est-à-dire un essence, un hybride simple essence ou un hybride rechargeable qui n'a pas assez d'autonomie électrique, mis en service après le 1er janvier 2011.

Les ménages les plus aisés doivent donc se dépêcher s'ils visent l'achat d'un tel modèle, l'aide étant actuellement de 1 000 € sur le neuf et l'occasion.

Pour le diesel, c'était déjà trop tard, ils étaient déjà exclus.

Les non imposables qui visent un diesel d'occasion

C'était la grande nouveauté de la prime mise en place en 2018 : l'aide sur les véhicules d'occasion Crit'Air 1 et 2. On pouvait ainsi avoir un coup de pouce sur des véhicules datant de 2006 (avec toutefois la limite de CO2) ! Mais cela avait un effet pervers : favoriser l'achat de véhicules assez anciens, notamment diesels.

Le gouvernement avait déjà apporté une modification en excluant de l'aide les véhicules Crit'Air 2 pour les ménages imposables. Les Crit'Air 2 sont les diesels depuis 2011, les essences de 2006 à 2010 (mais peu sont aidés à cause du seuil CO2).

Cette fois, l'exclusion des Crit'Air 2 concernera tout le monde, sauf pour les véhicules neufs immatriculés après le 1er septembre 2019. En clair, dès le 1er août, personne n'aura une aide sur un véhicule diesel immatriculé avant le 1er septembre 2019. Pour les non imposables, c'est donc clairement le moment d'aller acheter un diesel d'occasion ! Un ménage non imposable peut avoir en ce moment jusqu'à 4 000 € d'aide.

Les non imposables qui visent un véhicule thermique

Les non imposable ont actuellement une aide de 2000 ou 4 000 € (super prime) sur les véhicules Crit'Air 1 et 2, neuf ou occasion, soit les essences d'après 2006 et les diesels d'après 2011.

Dès le 1er août, pour les moins aisés, les Crit'Air 2 d'avant septembre 2019 seront exclus et les montants pour le reste seront baissés : 1 500 ou 3 000 € (super prime) !

Attention aux véhicules qui sortent du dispositif

La condition liée au CO2 est de nouveau durcie. Alors que le seuil avait été abaissé de 130 à 122 g/km le 1er janvier 2019, dès le 1er août ce sera 117 g/km. Attention donc si vous avez dans le viseur un véhicule entre 117 et 121 g/km. Par exemple la nouvelle Renault Clio TCE 130 ch EDC, à 119 g/km.

Au contraire, qui doit attendre ?

La prime est nettement moins généreuse. Mais il y a un cas où l'on est gagnant. La prime pour l'achat d'un électrique ou d'une hybride rechargeable sera de 2 500 € pour tous, sur les véhicules neufs ou d'occasion. Actuellement, les foyers imposables touchent bien 2 500 € pour du neuf, mais seulement 1 000 € sur les modèles en occasion.

 

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (45)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est simple quand Manu ouvre la bouche ce sont des dizaines de milliards qui s'en vont en fumée : 20 pour la suppression de la taxe d'habitation, 5 puis 10 pour les gilets Jaunes (enfin théoriquement)

Et là tout d'un coup il manque quelques centaines de millions.

De nouvelles règles tous les 6 mois en fonction de l'humeur du marché et de l'état du porte-monnaie de cet état en faillite ?

Le favoritisme pour les hybrides rechargeables est délirant car ce sont globalement des véhicules polluants. Le Mitsubihi PHEV vient de passer les tests ADAC et c'est nullissime

Bilan note de pollution un minable 28/50 là où les la moyenne des thermiques s'établit à 43/50 et nombre de véhicules "ordinaires" sont à 50/50 ... Raison : du CO en quantité industrielle (vous savez ce truc précurseur de l'Ozone et à très longue durée de vie) et des particules fines aussi en quantité industrielle

Bilan consommation/CO2 un minable 16/60 là ou nombre de véhicules ordinaires, diesel en particulier, sont à plus de 30/60 ... Raison : sur l'autoroute il boit comme un trou

Par

il nous ballades n'acheter pas de l'electriques svp...ça marchera pas pour le bas du peuples trop cher

Par

« Gros tout de vis » : Bah pas vraiment. Au contraire, je trouve cette évolution très pertinente :

- suppression des aides pour les Diesel d’occasion : c’est très bien, car jusqu’à présent la prime incitait à acheter une clio diesel plutôt qu’une clio essence

- suppression des aides pour les foyers imposables : pas grand changement, rares sont les gens qui gagnent 4000€ par mois et qui roule dans une voiture de 1997

- augmentation des aides pour les PHEV et électrique : excellente nouvelle, ça renforce l’attrait de ces véhicules, y compris en occasion

Bref pour une fois c’est une évolution pertinente et qui va dans le bon sens !

Par

L'hybride rechargeable est pénalisé par son poids. Dès que l'essence rentre en action, le poids du véhicule fait que la conso est vraiment supérieure.

Le hybride rechargeable favorise les pétroliers et les centrales EDF.

Par

Une hybride rechargeable devient une hybride simple quand la batterie est trop épuisée pour rouler en full électrique.

Le problème est plutôt que la batterie est "petite" comparé à une full EV, donc très souvent rechargée donc la perte de capacité se fait beaucoup plus vite.

Ex : une EV qui peut faire 400 bornes / charge.

1.500 cycles * 400 = 600.000 kms

Par contre une PHEV avec 50 bornes :

1.500 * 50 = 75.000 kms

Par

En réponse à Gil9795

L'hybride rechargeable est pénalisé par son poids. Dès que l'essence rentre en action, le poids du véhicule fait que la conso est vraiment supérieure.

Le hybride rechargeable favorise les pétroliers et les centrales EDF.

D'autant plus que si il s'agit de véhicules de flotte d'entreprise, la recharge électrique ne sera pas effectuée systématiquement. :bah:

(Vue que ce ne sont pas les utilisateurs qui payent...)

Par conséquent, on aura une voiture essence entraînant le surpoids de la partie électrique sur les routes...

(Qui aura été préalablement en partie défiscalisé.)

Essence + surpoids = La double peine.

Une absurdité de plus...

Car il est évident que les cycles d'homologation d'un vehicule hybride trompe les données réels. (Il faudra comme d'habitude des centaines de milliers de voitures hybrides sur les routes, et d'interminables études pour s'en rendre compte avant qu'ils agissent...)

A la manière d'une éolienne qui est vendue pour produire 25 Mw d'électricité, mais qui au final en sortira à peine 6Mw... (22% de rendement.)

Mais ce n'est pas grave, ont a l'habitude. :bah:

Par

En réponse à abasc

« Gros tout de vis » : Bah pas vraiment. Au contraire, je trouve cette évolution très pertinente :

- suppression des aides pour les Diesel d’occasion : c’est très bien, car jusqu’à présent la prime incitait à acheter une clio diesel plutôt qu’une clio essence

- suppression des aides pour les foyers imposables : pas grand changement, rares sont les gens qui gagnent 4000€ par mois et qui roule dans une voiture de 1997

- augmentation des aides pour les PHEV et électrique : excellente nouvelle, ça renforce l’attrait de ces véhicules, y compris en occasion

Bref pour une fois c’est une évolution pertinente et qui va dans le bon sens !

Très bien résumé.

Inutile de crier au scandale une fois de plus

Par

En réponse à TrotinnetteElectrique

Une hybride rechargeable devient une hybride simple quand la batterie est trop épuisée pour rouler en full électrique.

Le problème est plutôt que la batterie est "petite" comparé à une full EV, donc très souvent rechargée donc la perte de capacité se fait beaucoup plus vite.

Ex : une EV qui peut faire 400 bornes / charge.

1.500 cycles * 400 = 600.000 kms

Par contre une PHEV avec 50 bornes :

1.500 * 50 = 75.000 kms

Si c'est un véhicule qui fait exclusivement de l'autoroute...Il n'y aura quasiment jamais de phase de freinage. :bah:

Sachant qu'une entreprise préférant des hybrides a des électriques, est une entreprise qui a besoin d'une autonomie assez large...:miam:

On peut penser que beaucoup de VH rouleront batteries vident sur autoroutes. :pfff:

Par

Depuis 1993 et les fameuses primes à la casses "Balladurettes", puis "Jupettes" en 1995, chaque gouvernement croit proposer la formule miracle qui va améliorer la qualité de l'air.

On se souvient également du bonus écologique Sarko, en 2008, qui avait massivement profité aux citadines diesel Euro 4 : des usines à particules et à NOx :oops:

En 2019, mention particulière à la voiture la plus vendue en France : la Renault Clio 4, qui bénéficie d'un délai supplémentaire pour écouler des stocks de véhicules Euro 6c, norme totalement obsolète tant il est facile de gruger le avec le cycle NEDC !

Pendant ce temps, des milliers de diesels dé-FAPés circulent en toute impunité...

Bref, dans 10 ans, on se posera encore la question "Comment réduire la pollution automobile ?" :oui:

Un débat qui animera sûrement quantité de technocrates, et autres bobos parisiens qui donnent leur avis sans rien connaitre.

Par

En réponse à ceyal

C'est simple quand Manu ouvre la bouche ce sont des dizaines de milliards qui s'en vont en fumée : 20 pour la suppression de la taxe d'habitation, 5 puis 10 pour les gilets Jaunes (enfin théoriquement)

Et là tout d'un coup il manque quelques centaines de millions.

De nouvelles règles tous les 6 mois en fonction de l'humeur du marché et de l'état du porte-monnaie de cet état en faillite ?

Le favoritisme pour les hybrides rechargeables est délirant car ce sont globalement des véhicules polluants. Le Mitsubihi PHEV vient de passer les tests ADAC et c'est nullissime

Bilan note de pollution un minable 28/50 là où les la moyenne des thermiques s'établit à 43/50 et nombre de véhicules "ordinaires" sont à 50/50 ... Raison : du CO en quantité industrielle (vous savez ce truc précurseur de l'Ozone et à très longue durée de vie) et des particules fines aussi en quantité industrielle

Bilan consommation/CO2 un minable 16/60 là ou nombre de véhicules ordinaires, diesel en particulier, sont à plus de 30/60 ... Raison : sur l'autoroute il boit comme un trou

Tu vas le poster combien de fois ton message sur le Mitsubishi ?

Le truc que tu n'as toujours pas compris c'est que pour un véhicule thermique, hybride ou électrique il n'y a qu'un seul mode d'utilisation. Du coup les émissions de polluants dépendent essentiellement de ta conduite.

En revanche pour un hybride rechargeable il y a deux modes de fonctionnement : thermique OU électrique. Pour ce type de véhicule les émissions ne dépendent pas seulement de ta conduite mais de ton mode d'utilisation.

Exemple dans mon cas perso : je fais 30 km par jour 6 jours par semaine. Une fois par an je fais un trajet de 400 km. Ma voiture stationne dans un garage avec une prise disponible. Si j'avais ce Mitsubishi que tu vomis à chaque post, je ferai 1 plein par an pour un kilométrage annuel de 12000 km. C'est tout à fait intéressant.

Maintenant si on prend une personne très aisée qui achète une Porsche ou autre bien chère en rechargeable, il y a de grandes chances qu'elle ne le fasse que pour éviter le malus et ne se donne jamais la peine de le brancher.

Tu ne peux donc pas comparer un hybride rechargeable ou autres motorisations car il dépend trop du mode d'utilisation.

Dernier point : dans le cas de cet Outlander, il y a de grandes chances qu'il soit acheté justement pour sa partie électrique.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire