Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Renault : des arrestations après un vol massif de pièces détachées

Dans Faits divers & Insolite / Justice

Renault : des arrestations après un vol massif de pièces détachées

Cinq personnes ont été arrêtées il y a quelques jours dans le cadre d'un vol de grande ampleur de pièces détachées au sein de l'usine Renault à Cléon, qui fabrique des moteurs.

Beaucoup de véhicules volés sont revendus en pièces détachées, notamment les modèles populaires comme la Clio 4. Mais pour les pièces, quoi de mieux que de se servir à la source, dans l'usine d'un constructeur ? C'est ce qu'ont dû se dire les protagonistes de cette affaire.

L'AFP a révélé cette semaine que cinq personnes avaient été arrêtées dans le cadre d'un vol de grande ampleur à l'usine Renault de Cléon, en Seine-Maritime. Ce site assemble des moteurs, notamment ceux pour les modèles électriques, et des boîtes de vitesses. Le préjudice est évalué à 150 000 €.

Les cinq personnes ont été placées en garde à vue le 15 mars. Pascal Prache, procureur de la République de Rouen, a indiqué que quatre d'entre elles ont reconnu les faits et sont convoquées pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité en juin. La cinquième a fait usage de son droit de silence et sera convoquée en octobre devant le tribunal correctionnel.

Les cinq hommes, qui habitent l'agglomération de Rouen, ont été interpellés sur le parking d'un logement privé, après avoir été repérés avec un Trafic lourdement chargé. Dans le garage, les policiers ont trouvé 192 turbos et 524 pompes à eau. Ce matériel a été restitué.

Quatre voleurs étaient issus d'une entreprise de nettoyage sous-traitante de l'usine de Cléon, dont son patron. La cinquième travaillait à l'intérieur de l'usine, c'était elle qui sortait les pièces en les cachant dans une benne de récupération.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (44)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Faut être débile pour croire qu'on peut piquer des pièces dans une usine incognito, le stock est suivi de près...

Par

En réponse à Benoit356

Faut être débile pour croire qu'on peut piquer des pièces dans une usine incognito, le stock est suivi de près...

Le pire c'est qu'ils ont été pris en flag' en train de décharger les pièces. Le petit manège n'aura duré que 2 jours.

Par

Circonstance atténuante : un véhicule de la marque était utilisé pour les convoyages.

Et puis, à force de lire ici et ailleurs que le cric tombe tellement en panne, c'est limite une opération humanitaire :buzz:

Par

Il manque plus maintenant qu'à arrêter les voleurs ( constructeurs ) qui escroquent leurs clients :

" Les constructeurs automobiles européens se sont-ils entendus sur les prix de leurs pièces de rechange ? C'est ce que tente de savoir la Commission européenne qui a ouvert, fin 2018, une enquête via sa direction générale de la concurrence selon une information de Mediapart. Cette investigation s’appuie notamment sur les documents CarLeaks révélés en mai 2018 par le média français et ses partenaires du réseau European Investigative Collaborations (EIC).

Pour mémoire, à l’époque, Mediapart avait annoncé que cinq constructeurs (Renault, PSA, Nissan, Jaguar Land Rover et Chrysler) avaient utilisé un logiciel de tarification sophistiqué, fourni par le cabinet Accenture, pour augmenter artificiellement les prix de leurs pièces détachées. Parmi eux, PSA et Renault auraient ainsi augmenté de 15 % environ le tarif de leurs pièces de carrosserie pendant dix ans, générant au total un bénéfice estimé à 1,5 milliard d'euros."

Donc 150 000 euros c'est une broutille :biggrin:

Par

En réponse à Benoit356

Faut être débile pour croire qu'on peut piquer des pièces dans une usine incognito, le stock est suivi de près...

Il y avait eu à 7ne époque une affaire similaire chez Peugeot me semble t-il.

Par Profil supprimé

En réponse à Altrico

Le pire c'est qu'ils ont été pris en flag' en train de décharger les pièces. Le petit manège n'aura duré que 2 jours.

On voit bien le "suivi" des pièces pour piquer 190 turbos et 500 pompes à eau en seulement 2 jours ... surtout que les gars ont été arrêtés par hasard par une patrouille de police qui trouvait que le Trafic était bien chargé.

Bref Renault avait même pas connaissance que les pièces disparaissaient ... ca doit pourtant pas être trop compliqué de faire un matching entre ce qui sort des inventaires et le nombre de moteurs produits.

Par

En réponse à nicotdi

Il manque plus maintenant qu'à arrêter les voleurs ( constructeurs ) qui escroquent leurs clients :

" Les constructeurs automobiles européens se sont-ils entendus sur les prix de leurs pièces de rechange ? C'est ce que tente de savoir la Commission européenne qui a ouvert, fin 2018, une enquête via sa direction générale de la concurrence selon une information de Mediapart. Cette investigation s’appuie notamment sur les documents CarLeaks révélés en mai 2018 par le média français et ses partenaires du réseau European Investigative Collaborations (EIC).

Pour mémoire, à l’époque, Mediapart avait annoncé que cinq constructeurs (Renault, PSA, Nissan, Jaguar Land Rover et Chrysler) avaient utilisé un logiciel de tarification sophistiqué, fourni par le cabinet Accenture, pour augmenter artificiellement les prix de leurs pièces détachées. Parmi eux, PSA et Renault auraient ainsi augmenté de 15 % environ le tarif de leurs pièces de carrosserie pendant dix ans, générant au total un bénéfice estimé à 1,5 milliard d'euros."

Donc 150 000 euros c'est une broutille :biggrin:

et le cartel allemand, on en parle? VW en fait partie, mais là silence de ta part, c'est marrant non?

Par

En réponse à nicotdi

Il manque plus maintenant qu'à arrêter les voleurs ( constructeurs ) qui escroquent leurs clients :

" Les constructeurs automobiles européens se sont-ils entendus sur les prix de leurs pièces de rechange ? C'est ce que tente de savoir la Commission européenne qui a ouvert, fin 2018, une enquête via sa direction générale de la concurrence selon une information de Mediapart. Cette investigation s’appuie notamment sur les documents CarLeaks révélés en mai 2018 par le média français et ses partenaires du réseau European Investigative Collaborations (EIC).

Pour mémoire, à l’époque, Mediapart avait annoncé que cinq constructeurs (Renault, PSA, Nissan, Jaguar Land Rover et Chrysler) avaient utilisé un logiciel de tarification sophistiqué, fourni par le cabinet Accenture, pour augmenter artificiellement les prix de leurs pièces détachées. Parmi eux, PSA et Renault auraient ainsi augmenté de 15 % environ le tarif de leurs pièces de carrosserie pendant dix ans, générant au total un bénéfice estimé à 1,5 milliard d'euros."

Donc 150 000 euros c'est une broutille :biggrin:

tu parle aussi de logiciels, VW excellent dans ce domaine, mais maintenant c'est les clients qui payent l'addition avec des caisses qui consomme moins pour moins de puissance et une fiabilité encore plus désastreuse quel ne l'était déjà.

Par

En réponse à Benoit356

Faut être débile pour croire qu'on peut piquer des pièces dans une usine incognito, le stock est suivi de près...

Comme il faut être débile de croire qu'on peut taper impunément dans les caisses de Nissan pour ses besoins propres....

Par

En réponse à Raoh

et le cartel allemand, on en parle? VW en fait partie, mais là silence de ta part, c'est marrant non?

Non car caradisiac en a déjà parlé :oui:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire