Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Road-trip en Suède - Visite du musée Volvo à Göteborg (vidéo)

Dans Rétro / Saga des marques

Le road-trip de la rédaction de Caradisiac en Suède a été l'occasion, bien sûr, de réaliser des essais longue durée de cinq voitures de la gamme, qui seront bientôt publiés. Mais il a également été l'occasion de se plonger au cœur de l'histoire de la marque. Et le passage, durant le dernier jour de notre périple, au musée Volvo, en aura été le point d'orgue. Suivez donc le guide...

Road-trip en Suède - Visite du musée Volvo à Göteborg (vidéo)

Faire 3 000 km en Volvo récente, en traversant 5 pays et des paysages magnifiques, c'est bien. Mais s'enrichir de l'histoire de la marque, en comprendre les racines, c'est tout aussi intéressant. Et c'est au terme de notre road-trip scandinave, en arrivant à Göteborg, le fief de Volvo, que nous avons pu nous plonger justement dans le passé de la désormais unique marque scandinave (on excepte les artisans en disant cela).

La visite du musée Volvo par la rédaction

 

C'est donc non loin de l'usine principale du constructeur (Torslanda), que le musée consacré à son histoire a ouvert ses portes en 1995. Et il accueille aujourd'hui près de 90 000 visiteurs par an, passionnés de la marque ou de l'automobile en général.

Road-trip en Suède - Visite du musée Volvo à Göteborg (vidéo)

Et en ce lieu unique, sont regroupées toutes les activités de Volvo. Née en 1927, de l'idée de deux personnalités, Assar Gabrielsson (ancien chef des ventes de SKF, une entreprise de roulements) et Gustaf Larsson (ingénieur et designer), la marque ne fabrique en effet pas que des voitures mais à peu près tout ce qui roule. En effet, on trouve dans ce musée également des camions, des bus, des engins de chantiers, mais aussi des moteurs de bateaux ou d'avion et évidemment, des concept-cars, pour revenir à l'automobile.

La première voiture de la marque : l'ÖV4. Qui ne fut pas un grand succès.
La première voiture de la marque : l'ÖV4. Qui ne fut pas un grand succès.
À ses côtés, les pères fondateurs : Assar Gabrielsson et Gustaf Larsson.
À ses côtés, les pères fondateurs : Assar Gabrielsson et Gustaf Larsson.

 

La visite est organisée de façon chronologique. Elle débute par les débuts, et explique de façon didactique comment est née la toute première auto de la marque, l'ÖV4, et comment le tout premier camion a permis de sauver ce constructeur naissant. Puis, après avoir monté un escalator, la découverte se poursuit de salle en salle, en avançant dans le temps. On passe devant les modèles d'avant-guerre, la belle "Carioca", la "Duett", ou autres modèles moins connus encore. L'ambiance est agréable, les voitures bien mises en lumière.

Voici un des modèles emblématiques des années 50/60 : L'Amazon, ici en version break P220.
Voici un des modèles emblématiques des années 50/60 : L'Amazon, ici en version break P220.
On ne peut bien sûr passer à côté de l'iconique coupé P1800. La voiture du "Saint", Simon Templar.
On ne peut bien sûr passer à côté de l'iconique coupé P1800. La voiture du "Saint", Simon Templar.

 

La salle des années 60/70 fait la part belle bien sûr au coupé P1800, celle des années 70/80 à la série 200. On passe devant des modèles spéciaux (compétition automobile, véhicules de police). On s'extasie devant les avancées technologiques du laboratoire roulant qu'est la VESC de 1972, dotée déjà d'une caméra de recul, d'un ABS et d'airbags... Avant de terminer sur les modèles des années 90 et 2000 (séries 700, 800 et 900, puis S40/V40). Un regret toutefois, que la marque n'aille pas jusqu'à présenter les modèles les plus récents, on passe donc à côté de l'offensive SUV de la fin des années 2000. Mais du coup, ce musée reste un musée, et ne devient pas un show-room.

La VESC, un véritable laboratoire roulant, déjà doté d'airbags, de l'ABS, de zones d'absorption des chocs, et d'une caméra de recul !
La VESC, un véritable laboratoire roulant, déjà doté d'airbags, de l'ABS, de zones d'absorption des chocs, et d'une caméra de recul !

Puis, la partie auto finie, on passe à l'aviation, aux concept-cars, aux moteurs "Penta" bien connus de ceux que la marine et les bateaux intéressent. Tout cela en étant redescendu au niveau inférieur du bâtiment.

On termine avec les camions, bus, et engins de chantier, qui sont la preuve en Durits et acier que la marque est une véritable touche-à-tout de l'industrie des engins mécaniques.

Les prototypes Volvo ne sont jamais gratuits, ils annoncent toujours quelque chose que l'on retrouvera en série.
Les prototypes Volvo ne sont jamais gratuits, ils annoncent toujours quelque chose que l'on retrouvera en série.
Il n'y a pas que des voitures dans ce musée, mais aussi des camions, des bus, des engins de chantier, des moteurs de bateau, etc.
Il n'y a pas que des voitures dans ce musée, mais aussi des camions, des bus, des engins de chantier, des moteurs de bateau, etc.

 

La visite est sincèrement intéressante, jamais ennuyeuse, suffisamment courte pour ne pas l'être justement. Un vrai concentré d'essentiel Volvo. Et pour qui apprécie la marque ou l'automobile en général, elle est un incontournable si vous passez par Göteborg.

Musée Volvo, les informations pratiques :

  • Horaires d'ouverture : du lundi au vendredi 10h à 17h, samedi et dimanche 11h à 16h
  • Prix de l'entrée : Adulte 100 SEK (9,5 €), enfant 16/19 ans 50 SEK ( 4,75 €), enfant 7/15 ans 25 SEK (2,40 €), billet famille (2 adultes + leurs enfants) 225 SEK (21,40 €)
  • Adresse : Volvo Museum, Arendals Skans, 405 08 Göteborg

 Lire aussi - Le sommaire de notre road Trip Caradisiac en Suède : 15 000 km en Volvo V60, S60, XC40, XC60 et XC90 

Portfolio (83 photos)

En savoir plus sur : Volvo 240 Break

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (9)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Cette P1800 est d'une beauté

Par

Cette vidéo entretient une confusion très fréquente, il n'y a plus aucun rapport entre les automobiles Volvo vendues à Ford en 1999 puis au chinois Geely en 2010 et le groupe suédois de poids-lourds Volvo Truck auquel appartient d'ailleurs Renault Truck.

Par

Dommage pas de commentaire sur le volvo 480 premières traction avant de volvo

Par

En réponse à Rico3

Cette vidéo entretient une confusion très fréquente, il n'y a plus aucun rapport entre les automobiles Volvo vendues à Ford en 1999 puis au chinois Geely en 2010 et le groupe suédois de poids-lourds Volvo Truck auquel appartient d'ailleurs Renault Truck.

C'est exact mais les fondateurs sont les mêmes et il fut une époque pas si éloignée où on pouvait trouver un même moteur tant sur une voiture que sur un bateau voire en le doublant (V8 = 2 fois 4 cylindres )sur un camion ou un plus gros bateau.

Par

En réponse à Francois63340

Dommage pas de commentaire sur le volvo 480 premières traction avant de volvo

Un flop commercial et un nid à emmerdes techniques comme pas possible.

La Volvo 850 était une traction réussie : du 5 cylindres transversal aussi bien essence(Volvo) que diesel(Audi), une agilité hors pair, une très haute sécurité active et passive ,une très très haute fiabilité..

Par

Qq'run peut-il nous renseigner sur le modèle en haut à gauche, avec ses phares style années 30-40 et sa calandre verticale? C'est fascinant de remonter à une époque où l'acheteur avait le choix entre diverses solutions techniques et esthétiques. Rien qu'en Suède, le contraste entre Volvo la classique et SAAB l'originale (qui se souvient du V2?) est saisissant.

Et puis, cette réflexion à l'adresse des esprit chagrins: reconnaissons à Volvo le mérite de continuer à se distinguer sur le plan de la sécurité passive; c'est une manière élégante de se singulariser à mon avis, contrairement aux gueules de rack qui flattent l'agressivité des zombies de la consommation.

Par

Concours de monstres.

Quasiment tout ce qui est vieux est laid à mes yeux, j'y peux rien, mais ça reviendrait à me dire qu'un Iphone 3 était mieux qu'un 8.

Volvo, c'était pratique, fiable et original.

Maintenant c'est une random car qui coûte une blinde.

Par

En réponse à VARVILO

Qq'run peut-il nous renseigner sur le modèle en haut à gauche, avec ses phares style années 30-40 et sa calandre verticale? C'est fascinant de remonter à une époque où l'acheteur avait le choix entre diverses solutions techniques et esthétiques. Rien qu'en Suède, le contraste entre Volvo la classique et SAAB l'originale (qui se souvient du V2?) est saisissant.

Et puis, cette réflexion à l'adresse des esprit chagrins: reconnaissons à Volvo le mérite de continuer à se distinguer sur le plan de la sécurité passive; c'est une manière élégante de se singulariser à mon avis, contrairement aux gueules de rack qui flattent l'agressivité des zombies de la consommation.

'Qq'run peut-il nous renseigner sur le modèle en haut à gauche, avec ses phares style années 30-40 et sa calandre verticale?'

Série PV 51-57 produite entre 1936 et 1945 ; 6 cylindres en ligne 3,7 litres et 86 bhp

Par

La pléthore de commentaires confirme le mien, on s'en fout des vieilles Volvo, ça fait même pas kiffer un spéculateur.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire