Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Sur la route : dynamisme inchangé

Essai vidéo - Mercedes GLA restylé (2017) : crise de croissance

Nous avons donc pris la route avec un modèle 200d. Ce cœur de gamme diesel développe 136 ch et 300 Nm de couple. Au final, très peu de changement avec le modèle sortant, puisque les ingénieurs n'ont aucunement modifié quoi que ce soit. Les moteurs, dont ce 200d, sont tous les mêmes, les réglages de châssis sont identiques.

Essai vidéo - Mercedes GLA restylé (2017) : crise de croissance

La seule interrogation se situait au niveau des suspensions rehaussées de 3 cm. On pouvait s'attendre à un comportement plus souple et à plus de roulis. En l'occurrence il n'en est rien. Le tarage des suspensions est le même que sur l'ancien modèle, du coup la hauteur supplémentaire ne se ressent pas sur la route.

On ne gagne ni perd en confort et le roulis reste équivalent, c'est dire extrêmement bien contenu. Il faut dire que le GLA était un des petits crossover/SUV les plus dynamiques sur la route. Il le reste.

Le compromis est orienté, en effet, vers l'efficacité routière. Les suspensions sont donc fermes, bien fermes. Elles trépident un peu sur mauvais revêtement à vitesse moyenne. Mais elles ne versent jamais dans l'inconfort. La caisse est bien maintenue, et enchaîner les virages sur les superbes routes grecques de notre roadbook fut un véritable plaisir. D'autant que direction et freinage sont, pour l'une précise et naturelle, pour l'autre franchement efficace et facile à doser. Le grip est assez étonnant, surtout avec les jantes de 18 pouces de série sur notre finition Sensation. Alors bien sûr, on trouve des concurrents, premium ou non, plus efficaces en termes de compromis entre confort et comportement, comme l'Audi Q3, ou meilleur encore, le Peugeot 3008, sorte de nouvelle référence. Mais pour les amateurs de conduite, le GLA est au top. Les autres le trouveront fatigant à la longue. Sachez que ceux qui sont souvent confrontés à des routes enneigées pourront opter pour les 4 roues motrices 4Matic, offrant une meilleure motricité, un système facturé 2 100 € et qui entraîne un malus de 50 € (127 g de CO2 au lieu de 108).

Essai vidéo - Mercedes GLA restylé (2017) : crise de croissance

Point noir des anciens diesels Mercedes, le bruit est ici bien maîtrisé, mieux que pour le 220d, et l'ambiance sonore est même plus calme que dans une Classe E 220d de dernière génération. Enfin... à l'accélération seulement que l'on soit clair, car à vitesse stabilisée la grande berline est mieux filtrée. Cependant le GLA est un élève doué également et les bruits d'air, de roulement ou mécaniques sont tout de même efficacement maîtrisés.

Finalement, dans tout ça, la faiblesse est la boîte de vitesses. Nous n'avons pu juger de la version actionnée par la main du conducteur, mais la 7G-DCT, une double embrayage à 7 rapports, apparaît aujourd'hui comme dépassée par la concurrence. Elle manque de réactivité en mode confort, c'est flagrant. En mode sport c'est mieux, mais il faut en passer par les palettes, heureusement offertes de série, pour un contrôle efficace du régime moteur dès que l'on veut conduire de façon dynamique.

En usage courant, elle s'avère cependant correcte, avec des passages de rapports doux. Elle fait penser à une EDC de chez Renault. Mais une BVA8 BMW, pourtant à convertisseur classique, est plus agréable et réactive, une DSG Volkswagen aussi, même si elle a d'autres défauts. 

 

La consommation relevée sur notre parcours est moyenne, entre 6,5 l et 7 l, sans avoir fait de ville, mais en ayant conduit à bon train, ce qui compense. Les 4,2 litres officiels sont loin, donc.

Photos (42)

Mots clés :

En savoir plus sur : Mercedes Gla

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Achetez votre Mercedes Gla

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire