Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Sur route : un amortissement à revoir

Essai vidéo - Suzuki Ignis 2017 : objet de conquête

Développée sur une plate-forme inédite, l’Ignis sera animée par un seul moteur essence : le 1.2 Dualjet 90 ch, déjà vu sur la Baleno, qui peut être associé au système de micro-hybridation « maison » dénommé SHVS, qui se compose d’un moteur électrique et d’un alterno démarreur. C’est justement cette version que nous avons eu l’occasion d’essayer. Grâce à ce dispositif, le quatre cylindres, qui dispose de 120 Nm de couple, profite de 50 Nm supplémentaires. Une bonne nouvelle car cela permet de bénéficier de meilleures relances et reprises, notamment dans les bas régimes, d’autant plus que l’Ignis est légère, comme souvent chez Suzuki. Au maximum, elle ne pèse que 920 kg. Cela lui permet d’avoir un certain dynamisme mais surtout d’être sobre, avec une consommation relevée sur notre essai de 5,8 l/100 km. Toutefois, si vous désirez plus de tonicité, il vous suffira de tomber un rapport mais attention à la montée en régime qui peut se montrer un peu sonore.

 

Essai vidéo - Suzuki Ignis 2017 : objet de conquête

Si ce moteur nous a convaincus, on n’en dira pas de même du comportement. Le principal défaut concerne l'amortissement très perfectible sur notre modèle d’essai, qui était une deux roues motrices. Ainsi, quand la route se détériore, les suspensions arrière trop fermes tapent énormément, ce qui dégrade énormément le confort mais également la tenue de route. Il en est de même à l’avant, si bien que lorsqu’on hausse le rythme, le train avant rebondit et élargit la trajectoire. Des défauts qui ne seraient pas présents sur la version 4 roues motrices qui ne disposent pas du même train arrière. On regrettera également une insonorisation insuffisante avec de nombreux bruits d’air à partir de 120 km/h. Si la polyvalence de l’Ignis est pénalisée par les précédentes remarques, elle excelle en revanche en ville avec un très bon diamètre de braquage de seulement 9,4 m. Enfin, comme il ne faut pas oublier que Suzuki est le premier constructeur de petits 4x4 au monde, cette Ignis peut recevoir une transmission intégrale. De quoi réjouir la clientèle montagnarde. Comptez 1 200 € pour transformer votre Ignis en crapahuteuse.

Portfolio (19 photos)

En savoir plus sur : Suzuki Ignis 2

SPONSORISE

Essais Break

Fiches fiabilité Break

Toute l'actualité

Commentaires (32)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Esperons que Suzuki corrige le tire en matiere de suspension avant l'arrivée en France en concession,

parcequ'ici meme la low-cost Dacia nous a habitué à une haut niveau d'exigence sur ce point.

Par

Cross over + urbain = non sens. Q'y a-t-il à franchir en ville des caniveaux ? des pigeons ? des pietons ? Bref modèle aberrant ou les 4 roues motrices ne serviront qu'à consommer plus (dommage d'ailleurs car elle aurait pu atteindre de niveaux de conso intéressant avec son moteur sobre).

Par

Elle fait vraiment toc made in China la pauvre... Dommage, pas d'essai en version 4X4 pour découvrir ses capacités en offroad. Une alternative crédible aux Panda et Jimny ?

Par

En réponse à LittlePaulie

Elle fait vraiment toc made in China la pauvre... Dommage, pas d'essai en version 4X4 pour découvrir ses capacités en offroad. Une alternative crédible aux Panda et Jimny ?

A la Panda possible au Jimny biensure que non,

meme une Land Rover a du mal à le suivre en dehors du bitume.

Par

Enfin une petite voiture concurrente a la panda pouvant passer en 4x4 au besoin pour chemins boueux ou route enneigées et se plantant pas lamentablement comme leurs propriétaires au moindre problème dans leurs énormes pseudos SUV hors du billard bitumé.

Habitabilité et coffre a vérifier, mais pour la meme longueur que la panda, elle semble exceptionnellement plus habitable, surtout aux place arrière !

Pour le comportement routier la version 4X4 dois être très largement supérieur avec le déclenchement automatique des roues arrières au besoin, et l’amortissement perfectible cité en 2 roues motrices est peut etre meilleur ? a vérifier…

Dommage qu’il soit pas prévu de toit ouvrant, a corriger en option chez suzuki, mais je la verrais bien avec un toit en toile comme souvent sur des voitures compactes et plus utile qu’une peinture en noir servant a rien sinon a chauffer en été.

Par

que c'est moche l'arrière ! Ne pas le montrer aux clients avant que le chèque soit encaissé...

Par §ron178DF

Trop mimi!!

Je l'aime autant que pa Panda, ce sont deux autos joviales et qui si elles pouvaient parler nous diraient "je vous aime"!!

:bien::bien:

Par

Bouille sympa, véhicule intéressant

Par

Le style intérieur comme extérieur est très sympa. Mais vu de l'arrière, quelle catastrophe. Et que dire de l'homologation de seulement 4 places ... Dommage, car le prix semble vraiment attractif !

Par

faudra tester la version 4x4, car c'est elle qui sera visiblement la vraie bonne version pertinente.

avec notamment un prix sympa et des perfs à priori meilleures que celle de la panda 4x4.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire