Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Une usine de batteries en France, en partenariat avec l'Allemagne

Dans Economie / Politique / Marché

Une usine de batteries en France, en partenariat avec l'Allemagne

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a confirmé hier lors d'une conférence de presse la création d'un projet commun entre France et Allemagne sur le thème des batteries. Une première usine pilote sera construite en Aquitaine, avec un début de construction prévu pour fin 2019.

Peter Altmaier, le ministre allemand de l'Economie, n'a pas mâché ses mots cette semaine pour contredire le patron du groupe Volkswagen sur l'hydrogène et son potentiel dans le domaine des transports. L'homme avait déjà tiré à boulets rouges sur l'industrie allemande :"je me demande vraiment quand est-ce que vous allez être capables de sortir une voiture presque aussi performante qu’une Tesla. Et, au-delà de l’aspect attractif de vos voitures, vous pourriez au moins proposer des idées fraîches", demandait-il en fin d'année dernière aux géants allemands de l’automobile, qui accumulaient un retard inquiétant sur certains concurrents en matière de mobilité électrique.

Cette fois, Peter Altmaier prend le taureau par les cornes et court-circuite les constructeurs en annonçant conjointement avec Bruno Le Maire, son homologue français, la création officielle d'un projet commun France/Allemagne d'usines de batteries. 

Une première usine dite "pilote" sera construite très prochainement en Nouvelle-Aquitaine, où se trouvent déjà plusieurs pôles de haute technologie. L'usine emploiera 200 personnes environ.

La seconde phase est la construction d'une usine à taille réelle en France en 2022, puis une seconde en Allemagne en 2024. L'objectif est donc d'approvisionner les clients européens en batteries... européennes. Un projet qui a pu être mis sur pied grâce à 4 milliards d'euros de financements privés et 1,5 milliard d'euros fournis par l'Europe.

Le but n'est pas de détrôner CATL ou LG Chem (les leaders mondiaux) du marché de la batterie, mais plutôt de proposer une alternative aux constructeurs automobiles qui doivent systématiquement se tourner vers l'Asie pour construire des véhicules électriques. Et cela a des conséquences sur le prix final de l'auto, fortement dépendante du prix des batteries.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (85)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Comment ils vont les alimenter ces usines si la chine à mis la main sur toute les ressources de cobalt ?

Par

La fameuse usine promise par Carlos ... dix ans plus tard, promesse en cours d'être tenue.

Enfin, si c'est pour embaucher 200 gusses.

Combien d'emplois sur le carreau à Blanquefort déjà ?

Au passage, l'usine, elle est déjà là....

Par

En réponse à clefdedouze

Comment ils vont les alimenter ces usines si la chine à mis la main sur toute les ressources de cobalt ?

Tout simplement en fabriquant des batterie sans cobalt et même sans lithium :

"Batteries sans lithium et cobalt 10 fois plus performantes"

Les équipes de la Nasa, de Honda et de CalTech sont parvenues à développer des batteries rechargeables à base de ions fluorure dotée d’une densité d’énergie plus importante que les batteries lithium-ion.

Ou sans cobalt :

SVOLT Energy Technology annonce avoir développé une batterie lithium-ion ne comportant pas de cobalt. Ce serait une première pour cette technologie et cela permettrait de se passer d’un métal à la fois rare et onéreux.

Par

Arrête... casse pas le gagne-pain du Dreamer....

Par

En réponse à nicotdi

Tout simplement en fabriquant des batterie sans cobalt et même sans lithium :

"Batteries sans lithium et cobalt 10 fois plus performantes"

Les équipes de la Nasa, de Honda et de CalTech sont parvenues à développer des batteries rechargeables à base de ions fluorure dotée d’une densité d’énergie plus importante que les batteries lithium-ion.

Ou sans cobalt :

SVOLT Energy Technology annonce avoir développé une batterie lithium-ion ne comportant pas de cobalt. Ce serait une première pour cette technologie et cela permettrait de se passer d’un métal à la fois rare et onéreux.

Oui tout à fait , Tesla est aussi sur le coup avec une batterie sans Cobalt , déjà aujourd'hui , leurs batteries contiennent que 3% de cobalt contre 8 en moyenne .

Et ils seraient sur le point de sortir une batterie tenant au moins 4000 cycles de charge/décharge soit 3 fois endurante qu'aujourd'hui .

Par

En réponse à clefdedouze

Comment ils vont les alimenter ces usines si la chine à mis la main sur toute les ressources de cobalt ?

C'est une souci à court terme mais à plus long terme, avec le zinc ou d'autres ça pourrait bouger.

Un détail quand même, tout cela est payé par de l'argent public, quid de la rentabilité ?

Mais c'est pas le seul souci en fait. Le bilan globale est morose pour le moins.

https://www.zerohedge.com/political/electric-cars-make-norway-climate-champ-its-all-sham

Par

sinon pour les gens qui ont des revenus modestes c'est le vélo ou le bus c'est ça

quel progrès

Par

Les constructeurs européens ont bien raison, ils vont pouvoir continuer à gaver leurs actionnaires et management grâce à la vente de véhicules électriques dont les composants auront été conçu puis fabriqués grâce à nos impôts.

Mais pour payer ça il faudra bien fermer quelques écoles et hôpitaux, c'est pas comme si c'était utile...

Par

"....proposer une alternative aux constructeurs automobiles qui doivent systématiquement se tourner vers l'Asie pour construire des véhicules électriques...."

Pas trop tôt.....D'ailleurs ,on se demande pourquoi les grands pôles technologiques, universitaires, chercheurs, constructeurs français ne se sont -ils pas mis d'accord pour contrer la "dépendance asiatique " face aux besoins en batteries...

Si chacun faisait son job dans l'intérêt de tous ça irait sûrement mieux...Mais la propriété intellectuelle"industrielle", la "concurrence " universitaire,le financement parfois à vau l'eau de la recherche qui finance certains secteurs privilégiers , les choix politiques , les brevets, le rapport immédiat pour des actionnaires, Tout fait que ça m.....à la base.:buzz:

Par

En réponse à roc et gravillon

La fameuse usine promise par Carlos ... dix ans plus tard, promesse en cours d'être tenue.

Enfin, si c'est pour embaucher 200 gusses.

Combien d'emplois sur le carreau à Blanquefort déjà ?

Au passage, l'usine, elle est déjà là....

Le centre de recherche employant d'ailleurs environ 200 chercheurs est située à Pessac...

Pas si anodin que l'usine pilote se situe en Nouvelle-Aquitaine et donc probablement à proximité du centre de recherche. :bah:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire