Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Alfa Romeo 159 V6 SW vs VW Passat V6 FSI SW : break de classe contre break de masse, dès 5 500 €

Dans Rétro / News rétro

Vous voulez un break performant, sûr et raffiné mécaniquement pour partir en vacances mais sans négliger le plaisir ? Le tout pour un petit prix, bien sûr ? L’Alfa Romeo 159 V6 SW Q4 et la VW Passat V6 FSI 4Motion SW semblent tout indiquées, chacune avec des avantages propres.

Alfa Romeo 159 V6 SW vs VW Passat V6 FSI SW : break de classe contre break de masse, dès 5 500 €

Les forces en présence

  • Alfa Romeo 159 V6 SW Q4 (2005-2010), break 5 portes, V6 3,2 l atmo, 260 ch, 1 730 kg, à partir de 5 500 €.
  • VW Passat 3.2 V6 FSI SW 4motion DSG (2006-2010), break 5 portes, V6 3,2 l atmo, 250 ch, 1 715 kg, à partir de 6 000 €.

Le style prime sur l’Alfa Romeo, au détriment de la capacité de chargement, alors que la Volkswagen tente d’abord d’habiller son coffre très volumineux. Mais mécaniquement, ces deux modèles se marquent à la culotte, ce qui est aussi valable pour leurs prestations. Surtout, ils offrent à prix discount des moteurs raffinés et performants.

Look d’enfer pour l’Alfa Romeo 159 SW, dessinée par Giugiaro. Ici en 2006, avec de splendides jantes de 18 pouces.
Look d’enfer pour l’Alfa Romeo 159 SW, dessinée par Giugiaro. Ici en 2006, avec de splendides jantes de 18 pouces.
Style plutôt sage et élégant pour la Passat SW. La calandre entourée de chrome, pour simuler un effet « Single Frame » donne du cachet à la voiture, ici en 2006.
Style plutôt sage et élégant pour la Passat SW. La calandre entourée de chrome, pour simuler un effet « Single Frame » donne du cachet à la voiture, ici en 2006.

Présentation : Deux breaks à l’esprit opposé

Succédant à une 156 très populaire, la 159 a fort à faire. Fruit du rapprochement Fiat-GM, elle doit utiliser une plate-forme développée par ce dernier. Dénommée Premium, elle se révèle extrêmement rigide et adaptée à de fortes puissances, ce qui oblige Alfa à monter en gamme. De sorte que quand elle sort au salon de Genève 2005, effectivement, la 159 surpasse très nettement sa devancière par le raffinement de son habitacle. Seulement, malgré une carrosserie plus encombrante, l’espace disponible progresse peu, le coffre variant de 445 l à 1 245 l banquette rabattue : pas formidable.

Profil à couper le souffle pour l’Alfa, surtout dans cette seyante finition Ti proposée dès 2007.
Profil à couper le souffle pour l’Alfa, surtout dans cette seyante finition Ti proposée dès 2007.

Autre effet de l’accord avec le géant américain, l’italienne en récupère aussi ses moteurs à essence, notamment le V6, conçu par la filiale australienne Holden. Très moderne, ce 3,2 l dispose d’une injection directe et de 24 soupapes commandées par 4 arbres à cames à calage variable, ce qui lui permet de développer 260 ch sans forcer. Il s’attèle à une transmission intégrale, avec différentiel central Torsen, ainsi que, aux choix, une boîte 6 manuelle ou automatique.

Quant à la suspension, elle conserve une double triangulation à l’avant et un essieu multibras à l’arrière. Malheureusement, avec une mécanique aussi évoluée, la 159 V6 coûte plus cher et pèse bien plus lourd que la 156 GTA : 1 730 kg en SW, soit près de 300 kg supplémentaires… La 159 pointe tout de même à 237 km/h et abat le 0 à 100 km/h en 7,2 s. D’emblée, deux carrosseries sont proposées, une berline et un break, aussi réussies l’une que l’autre et signées Giugiaro.

Dérivant de celles du concept Brera, elles concilient modernité, élégance et caractère avec brio, ce qui aide à faire passer la pilule du prix : 40 750 € en version Distinctive (47 800 € actuels selon l’Insee), et 43 100 € (50 600 € actuels) en Sélective, mieux équipée. Fin 2006, une boîte automatique à 6 rapports apparaît en option, puis, en 2007, une séduisante finition Ti aux airs sportifs s’ajoute au catalogue. Ensuite, jusqu’à sa disparition fin 2010, la 156 V6 ne pas plus tellement évoluer.

Profil un peu plus lourd pour la Passat, qui ne cherche pas à cacher qu’elle emporte énormément de bagages. Ici en 2006.
Profil un peu plus lourd pour la Passat, qui ne cherche pas à cacher qu’elle emporte énormément de bagages. Ici en 2006.

Présentée, à l’instar de sa rivale italienne, au salon de Genève 2005, la Passat B6 tranche, elle aussi, avec sa devancière. Alors que celle-ci dérivait de l’Audi A4, la nouvelle récupère en l’étirant la plate-forme de la Golf V. Du coup, la Passat implante désormais ses moteurs de façon transversale et, quand elle se dote d’une transmission intégrale, abandonne le différentiel central Torsen pour un Haldex. Cette nouvelle architecture lui permet de progresser en matière d’habitabilité, tout en réduisant le prix de revient, mais on regrette que le tout s’emballe dans une carrosserie nettement banalisée. Fini le toit en arc de cercle et le vitrage latéral bombé !

Heureusement, les trains roulants conservent l’essieu arrière multibras (jambes McPherson à l’avant) et peuvent s’agrémenter d’un amortissement piloté. Surtout, le volume utile du break SW varie de 605 l à 1 730 l banquette rabattue : un vrai déménageur ! Plusieurs finitions sont proposées, de la basique Trend à la luxueuse Carat.

Cette dernière est la seule à se combiner avec le bloc le plus raffiné de la gamme : le V6 3,2 l de 250 ch, qui est en réalité un VR6 agrémenté d’une injection directe ainsi que d’un déphaseur sur chaque arbre à cames. En France, ce bloc s’associe exclusivement à une boîte 6 DSG (à double embrayage donc) ainsi qu’aux 4 roues motrices. En résulte une auto performante, cossue et bien équipée. Malheureusement, comme la Passat V6 SW pèse lourd (1 715 kg), la consommation se révèle élevée, tout comme la facture. Mais elle roule à 243 km/h, et atteint les 100 km/h en 7,2 s, officiellement.

En break SW, elle est proposée à 39 520 € (46 400 € actuels selon l’Insee). Elle n’évoluera pas avant son retrait fin 2010, si ce n’est qu’elle se décline en Carat Edition dès 2008, plus équipée encore.

Fiabilité/entretien : pays différents, problèmes similaires

Solide, le V6 de l’Alfa Romeo 159, d’origine Holden, se signale tout de même par des tendeurs de chaîne de distribution parfois faiblards.
Solide, le V6 de l’Alfa Romeo 159, d’origine Holden, se signale tout de même par des tendeurs de chaîne de distribution parfois faiblards.

Bien fabriquée, la 159 a tout de même connu quelques avaries. Son moteur a beau avoir une distribution à chaîne, il demande de ce côté-là un peu de surveillance, en raison de tendeurs parfois défectueux. Les autos dont on a réduit les intervalles de vidange face à ce qu’annonce le constructeur semblent épargnées. Autre souci, les rotules de direction prenant du jeu : cela impose parfois de changer toute la direction !

Normalement, cela a été résolu. Pas de souci récurrent par ailleurs, si l’entretien est respecté (ne pas oublier de vidanger la boîte), hormis des cas d’usure prématurée des pneus avant en début de carrière. Évidemment, une panne électrique ou électronique est toujours possible (bobines d’allumage, fusibles), comme sur toutes les autos de cette génération, mais dans l’ensemble, la mécanique est très endurante.

Le V6 de la VW Passat, lui aussi solide, souffre, lui aussi, de tendeurs de chaîne parfois délicats.
Le V6 de la VW Passat, lui aussi solide, souffre, lui aussi, de tendeurs de chaîne parfois délicats.

Pour sa part, la Passat V6 profite, elle aussi, d’une mécanique solide. Tout comme celui de l’Alfa, son moteur demande une surveillance accrue des bruits en provenance de la chaîne de distribution passé 100 000 km, les tendeurs étant parfois fragiles. Côté boîte, pas de gros soucis non plus si l’on prend garde de la vidanger tous les 60 000 km, à l’instar du différentiel Haldex, sous peine de casse.

La pompe de ce dernier peut aussi rendre l’âme prématurément : si la voiture convoitée souffre de problèmes de motricité sur le train avant, c’est que la transmission intégrale est en panne. Comme sur l’Alfa, on relève aussi des cas d’usure prématurée des pneus ainsi que des bobines d’allumage à changer parfois avant 100 000 km. Les soucis électriques/électroniques sont, là aussi, assez communs, et le compresseur de clim n’est pas forcément endurant.

Avantage : aucun. Les deux autos sont globalement solides, mais pâtissent de défaillances assez semblables, côté distribution et bobines. Pas d’avantage à accorder ici.

Vie à bord : l’allemande plus spacieuse

Habitacle flatteur et bien fini pour l’Alfa Romeo 159, mais l’espace disponible déçoit.
Habitacle flatteur et bien fini pour l’Alfa Romeo 159, mais l’espace disponible déçoit.

Comparée à la 156, la 159 progresse nettement par sa finition. Effectivement, à bord, on découvre un beau tableau de bord, réalisé dans des matériaux valorisants : plastiques épais, aluminium. En Distinctive, l’équipement est déjà complet : clim bizone, régulateur de vitesse, radio CD, airbags de genoux, radar de recul…

La Sélective ajoute la sellerie cuir, le chargeur de CD, la clim trizone et les sièges à réglages électriques. Luxueux ! Malheureusement, l’espace disponible apparaît juste suffisant, tout comme le volume du coffre, aux formes peu pratiques.

Tableau à première vue flatteur pour la Passat, mais les plastiques déçoivent. Heureusement, l’habitacle est très spacieux.
Tableau à première vue flatteur pour la Passat, mais les plastiques déçoivent. Heureusement, l’habitacle est très spacieux.

Pour sa part, la Passat n’affiche pas la même qualité de plastiques que l’Alfa, surtout dans la partie basse de la planche de bord : l’ancien modèle faisait mieux ! En compensation, l’équipement de la Carat est très complet.

Cuir, sièges électriques et chauffants, clim bizone, bois, régulateur de vitesse, frein de parking électrique… La Carat Edition ajoute le GPS à DVD ou encore la caméra de recul. De surcroît, l’habitacle se révèle fort vaste et le coffre immense, comme on l’a vu plus haut.

Avantage : VW. Généreusement dotée quelle que soit la version et remarquablement spacieuse, la Passat prend l’avantage sur une Alfa pourtant un peu plus cossue.

Sur la route : une allemande plus forte en caractère !

Sur route, l’Alfa Romeo profite de trains roulants remarquablement guidés et précis. Mais le V6 manque de caractère.
Sur route, l’Alfa Romeo profite de trains roulants remarquablement guidés et précis. Mais le V6 manque de caractère.

On a beaucoup reproché à la 159 son poids. Celui-ci pénalise surtout le moteur, qui ne délivre pas des performances spectaculaires, loin de là. Elles sont simplement convenables. Très doux et souple, le V6 offre une sonorité raffinée et discrète, flattant les oreilles. Mais il demeure désespérément linéaire, faillant à procurer quelque frisson. L’exact opposé du moteur Arese de la 156 GTA, symphonique et regorgeant de caractère ! Pire, la 159 avoue un penchant certain pour la boisson, surtout avec la soyeuse boîte automatique.

Dommage, car le châssis est remarquable. Direction rapide, précise et informative, guidage impeccable de roues, grosse adhérence, motricité totale : la 159 concilie efficacité, sécurité totale et même agrément certain. Surtout, même quand on la maltraite sur mauvaise route, elle ne se désunit jamais, grâce à un amortissement un peu souple mais qui permet à la suspension de bien avaler les bosses. Le confort, par ailleurs, est excellent. À l’évidence, la 159 V6 pourrait encaisser une puissance bien supérieure !

Moteur musical et agréable pour la Passat V6, par ailleurs très sûre. Mais elle manque de confort.
Moteur musical et agréable pour la Passat V6, par ailleurs très sûre. Mais elle manque de confort.

Pour sa part, la Passat V6 séduit d’abord par son moteur. Outre qu’il sonne mieux que celui de l’Alfa (un comble !), il se démarque également par son caractère plus affirmé et procure des performances légèrement meilleures, surtout que la boîte DSG est très rapide à la montée des rapports. Mais lui aussi se montre assez gourmand. Côté châssis, là aussi, c’est du rigoureux, mais moins que sur l’Alfa.

En effet, on sent le moindre guidage du train avant, ce qui se traduit par une précision de conduite inférieure, d’autant que la direction apparaît moins rapide. La Passat n’en demeure pas moins très sûre et efficace, alors qu’elle accepte, si on la brusque en ayant débranché l’ESP, de jouer gentiment de la poupe. Cela dit, la tenue de cap à très haute vitesse sur autoroute allemande reste perfectible (en France, elle est irréprochable), et surtout, la suspension manque de confort face à celle de l’Alfa. Le niveau sonore apparaît également plus élevé, dommage.

Avantage : aucun. La Passat, grâce à son moteur, séduira davantage que l’Alfa si on aime conduire un peu sportivement. Mais en usage familial, ce que l’on cherche avec un break, l’italienne se rattrape par un comportement plus rigoureux et un meilleur confort.

Budget : une Alfa un peu plus abordable

À 1 245 l maxi, le coffre de l’Alfa manque de volume, alors que ses formes alambiquées ainsi que son seuil de chargement élevé nuisent à sa praticité.
À 1 245 l maxi, le coffre de l’Alfa manque de volume, alors que ses formes alambiquées ainsi que son seuil de chargement élevé nuisent à sa praticité.

Un peu plus chère quand elle était neuve, la 159 coûte désormais légèrement moins que la Passat à kilométrage équivalent. À 5 500 €, on la trouve avec environ 180 000 km compteur, alors que la VW franchira allègrement les 200 000 km pour 6 000 €.

À 8 000 €, on accède à une Alfa de 120 000 km, alors que la Passat en totalisera 150 000.

Véritable soute (1 730 l), le coffre de la Passat se montre pratique grâce à ses formes régulières ainsi que son seuil assez bas.
Véritable soute (1 730 l), le coffre de la Passat se montre pratique grâce à ses formes régulières ainsi que son seuil assez bas.

Pour une auto de moins de 100 000 km, comptez 11 000 € pour la 159, et 13 000 € pour la VW. Revers de la médaille, l’italienne apparaît plus vorace que l’allemande : 13 l/100 km en moyenne, contre 11 l/100 km.

Avantage : Alfa (léger). Moins chère que la VW, l’Alfa Romeo réclame plus de carburant. Mais comme on n’achète pas un V6 essence pour parcourir 30 000 km par an, c’est surtout gênant côté autonomie.

Verdict : La Passat, plus affirmée

Même la poupe de l’Alfa 159 régale par son esthétisme : presque un break de chasse.
Même la poupe de l’Alfa 159 régale par son esthétisme : presque un break de chasse.

Aux points, nos deux rivales sont difficiles à départager. Mais je donne la victoire à la Passat, pour son volume utile très supérieur, constituant un gros avantage quand on part en vacances avec toute la famille, et sa consommation moindre, lui conférant une meilleure autonomie ce qui est, là aussi, un plus certain sur long trajet.

Son déficit de confort n’est pas énorme, non plus que celui touchant à ses qualités routières, alors qu’elle marche un peu plus fort et gratifie d’une sonorité moteur plus plaisante. L’Alfa ne démérite en aucun cas. Elle séduira les amateurs de douceur, de confort et de sécurité totale. Voire de style !

Ici encore, la Passat affiche ses ambitions utilitaires, et ce n’est pas forcément un mal.
Ici encore, la Passat affiche ses ambitions utilitaires, et ce n’est pas forcément un mal.

Le classement final

Thème Avantage
Fiabilité/entretien Égalité
Vie à bord Volkswagen
Sur la route Égalité
Budget Alfa Romeo
VERDICT Volkswagen

> Pour trouver des annonces, rendez-vous sur le site de La Centrale : Alfa Romeo 159 SW, Volkswagen Passat 6 SW.

SPONSORISE

Actualité Alfa Romeo

Toute l'actualité

Forum Alfa Romeo

Commentaires (94)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Bon courage pour trouvé une alfa 159 en bonne état et qui pas a vendre pour piece sur marketplace Facebook

Par

Mes deux Alfa préférées : 159 et Brera.

Par

Des Passat SW V6 on en voit encore, en Suisse par exemple, toujours pareil un véhicule un peu plus à l'épreuve du temps que l'Alfa, mais pour des autos de plus de dix ans un propriétaire soigneux fera la différence. Je n'ose pas imaginer le budget carburant pour celui qui roule chaque jour et n'a pas un oeuf sous le pied.

Par

En gros, la VW est supérieure à l'alfa sur tous les plans à part le style -clairement-, le confort -à la marge- et quelques plastiques en partie basse de planche de bord. Mais on dirait que le rédacteur de l'article à eu pas mal de difficultés à l'admettre.

Par

LAlfa est plus lourde que la Passat

Par

En réponse à frank656

LAlfa est plus lourde que la Passat

La 159 plus lourde moins place moteur v6 anémique , cette Alfa 159 est mieux avec le 2.4 diesel 5 cylindres

Par

Quand un designer italien peut s'exprimer comme sur la 159 SW , il est imbattable.

Très jolie voiture :bien:

Par

A choisir je prend la VW qui au moins est simple et fiable.

Par

L'alfa sans hésitations

Le design

La tenue de route

Le charme :love:

Par

La passion l'emporte sur la raison : l'Alfa ! :love:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire