PSA et Volkswagen : vers la fin des citadines ?

La fin annoncée des citadines en Europe chez certains grands groupes, cela ne date pas d'aujourd'hui. Mais chez PSA et Volkswagen, on pointe de plus en plus le souci de rentabilité de ces modèles, qui vont subir un fort surcoût pour répondre aux normes environnementales.

L'arrêt des petites citadines chez Opel ne pourrait être que les prémices d'une tendance plus ancrée dans l'automobile européenne. Depuis plusieurs années, déjà, les groupes autos annoncent les difficultés grandissantes pour garder un certain seuil de rentabilité sur les mini-citadines, qui sont des autos relativement accessibles et où les marges sont, par conséquent, faibles. Mais une nouvelle variable pourrait accélérer leur chute : les normes environnementales, et le cycle d'homologation WLTP.

Pour mettre à jour les modèles et les faire durer dans le temps, il faudrait investir dans de nouvelles technologies, et faire ainsi gonfler le prix final que le client verra en concession. Chez Volkswagen, pour conserver la Up! au catalogue, il faudrait que son prix augmente de près de 3000 € d'ici 2030. Le problème, c'est qu'à ces tarifs, la plus petite des Volkswagen entrerait alors en concurrence avec les premiers prix du segment B, soit celui de la Polo.

Le constat est le même chez PSA, qui se pose la question du duo Citroën C1 / Peugeot 108. La rumeur d'un arrêt des mini citadines se fait plus insistante, surtout depuis que l'accord avec Toyota dans l'usine de production en République Tchèque a pris fin après que Toyota ait annoncé la reprise, seul, de l'usine.

Commentaires (68)