Publi info
 

Autopilot : seconde enquête sur Tesla après un accident

Dans Faits divers & Insolite / Crash

Autopilot : seconde enquête sur Tesla après un accident

Entre voitures connectées de plus en plus présentes et automobiles autonomes dont on parle beaucoup mais qui ne sont pas encore opérationnelles, la confusion est de plus en plus fréquente. D’autant plus que l’avènement sans cesse promis des secondes pousse parfois les fabricants des premières à utiliser des termes séduisant le chaland et positionnant la marque comme leader des modèles de demain. Certes, mais cela peut conduire à des accidents et à des enquêtes parce que les personnes au volant oublient qu’elles sont toujours des conducteurs. Exemple avec ce fait routier aux États-Unis qui concerne Tesla et son dispositif, décidément mal nommé, « Autopilot ».

Voilà Tesla une seconde fois l’objet d’une enquête de la part du Conseil national de la sécurité des transports (NTSB), une agence indépendante du gouvernement américain. Cette dernière publie des recommandations qu'elle transmet au régulateur de la sécurité routière (la NHTSA). En 2016, il avait investigué sur un accident mortel mettant en cause une Tesla et un poids lourd. La voiture était passée sous la remorque d'un camion, que les capteurs n'avaient pas détecté. Le système « Autopilot » avait donc été pointé du doigt mais les conclusions de l’enquête avaient abouti à la mise en cause du chauffeur du camion, qui n'avait pas respecté la priorité, et l'inattention du conducteur de la voiture, qui s’était totalement abandonné à l'automation de son véhicule.

Tesla avait été cependant mis à l’index pour avoir conçu un système incapable d’identifier un semi-remorque traversant la route. Le constructeur, en action corrective, avertit désormais plus rapidement un conducteur quand ses mains ne sont plus sur le volant.

Concernant le dernier accident, la Tesla roulant à 105 km/h a percuté un camion de pompier qui était à l'arrêt sur la voie de gauche de l'autoroute. Le conducteur a indiqué que le véhicule était en « Autopilot ». Miraculeusement, il n'y a pas eu de blessé. Mais plus qu’un dysfonctionnement, il s’agit plutôt d’appeler à une plus grande responsabilisation des utilisateurs de ces assistances aux discriminations encore basiques. Ainsi, le régulateur de vitesse adaptatif ne détecte pas tous les objets. C’est d’ailleurs mentionné sur le manuel officiel du Model S où on peut lire que le système peut ne pas freiner ou décélérer si l’autre véhicule est à l’arrêt, en particulier si la vitesse est supérieure à 80 km/h, si le véhicule suivi se déporte de votre voie et qu'un véhicule à l’arrêt ou des objets se retrouvent devant vous.

Pour un monde parfait, il faudrait une télédétection par laser, un dispositif encore trop coûteux et encombrant qui a aussi ses faiblesses, notamment par temps de pluie, de neige, ou de brouillard. Il faut donc, encore et toujours, rester vigilant derrière un volant…

Mots clés :

Tesla

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (52)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Il faut surtout arrêter toutes ces conneries de voitures ou pilote autonome et re rendre responsable celui qui est au volant !

Avant conduire toujours plus on appelait ça acquérir de l'expérience !!!

L'assistanat à tout les niveaux rend l'homme idiot !

Par

... et irresponsable.

Par

Heureusement que le système de Tesla est "déjà prêt pour le niveau 5"...

Sinon, le conducteur est un vrai guignole. Un camion de pompier à l'arrêt avec tous les gyrophares et lumière qui clignotent, certainement des panneaux sur une bonne distance pour indiquer un accident ou que sais-je sur le coté, et pas foutu de freiner, c'est juste de la bêtise, peu importe que le système de Tesla soit bon ou mauvais.

Par

L'accouchement de la voiture autonome se fera certainement...mais pas sans douleur, ni sans casse visiblement.

Toujours vouloir sauter les étapes et faire d'avantage de profit, et voilà le travail.

Vivement demain tiens.

Par

que l'autopilot d'une Tesla ne sache pas "voir" un camion à l'arrêt sur la file de gauche d'une autoroute démontre un algorithme de conduite faillible et totalement incompréhensible. il est là le premier problème et il est imputable aux développeurs de Tesla.

ca ne remet bien évidemment pas en cause le principe de la voiture autonome.

d'ailleurs, si on parle de cet accident, on ne parle pas de tous les autres accidents ayant eu lieu au même moment et dû à des erreurs humaines.

quant à ceux qui pensent qu'il n'y aura jamais d'accidents avec les voitures autonomes, ils sont bien naïfs.

la voiture autonome permettra de fortement les limiter sans pour autant tous les éradiquer.

en revanche, les développeurs amelioreront sans cesse les algos grâce à l'expérience acquise.

Par

En réponse à RhinoPigeotCitron

L'accouchement de la voiture autonome se fera certainement...mais pas sans douleur, ni sans casse visiblement.

Toujours vouloir sauter les étapes et faire d'avantage de profit, et voilà le travail.

Vivement demain tiens.

+1

en fait, la bonne démarche serait qu'il y ait un organisme mondial en charge des algorithmes de conduite, avec une collaboration constructive de tous les constructeurs. ce qui permettrait notamment de corriger les failles décelées sur toutes les voitures et éviterait que certains constructeurs ne veuillent aller trop vite en baclant les algorithmes.

Par

Autopilot n'est jamais qu'un régulateur adaptatif couplé à un assistant de maintien dans la voie. Il est plutôt performant, mais en aucun cas au niveau pour assurer une autonomie complète du véhicule. Et Tesla ne le cache pas: c'est écrit dans le manuel et surtout il me semble qu'il y a un avertissement à l'activation du système.

En fait le gros problème de Tesla est dans son marketing. Déjà le nom du dispositif n'aide pas... mais quand en plus on les entend déclarer à tout va que leurs voitures sont prêtes pour la "full autonomy" alors qu'en fait elle dispose juste (et encore, même pas sur!) des capteurs et calculos qui permettraient éventuellement de le faire...

Au final, quand on couple un marketing un peu trompeur à la propension naturelle de certains à se comporter en abrutis irresponsables, c'est pas étonnant que de temps en temps on retrouve une Tesla encastrée dans un camion sans avoir freiné.

Par

En réponse à Kilston

Autopilot n'est jamais qu'un régulateur adaptatif couplé à un assistant de maintien dans la voie. Il est plutôt performant, mais en aucun cas au niveau pour assurer une autonomie complète du véhicule. Et Tesla ne le cache pas: c'est écrit dans le manuel et surtout il me semble qu'il y a un avertissement à l'activation du système.

En fait le gros problème de Tesla est dans son marketing. Déjà le nom du dispositif n'aide pas... mais quand en plus on les entend déclarer à tout va que leurs voitures sont prêtes pour la "full autonomy" alors qu'en fait elle dispose juste (et encore, même pas sur!) des capteurs et calculos qui permettraient éventuellement de le faire...

Au final, quand on couple un marketing un peu trompeur à la propension naturelle de certains à se comporter en abrutis irresponsables, c'est pas étonnant que de temps en temps on retrouve une Tesla encastrée dans un camion sans avoir freiné.

+1

autopilot devrait être renommé assistpilot.

mais ça serait en revanche nettement moins vendeur.

Par

Il y a quelques jours, Mme Anne-Christine Horent, chroniqueuse automobile dans Télé-Matin, a reparlé de cet accident entre une Tesla et un camion. Elle a déclaré que la Tesla était en niveau 2 de conduite automatique. Sur 5 niveaux. En niveau 2, il faut donc garder ses deux mains sur le volant.

J'apprends ici que le conducteur du camion était responsable.

En quoi cela remet-il en cause le système Autopilot et plus généralement la conduite automatique ?

Après, je ne veux plus de motards et de camions sur la route. Après je ne veux plus de cyclistes et de piétons en ville. Voici venu le temps du : "je veux continuer à rouler dans ma 3008 1.6 HDI boite manuelle, seul" ?

Par

En réponse à mynameisfedo

+1

autopilot devrait être renommé assistpilot.

mais ça serait en revanche nettement moins vendeur.

Forcément, surtout au prix de l'option, même chez les constructeurs premium ces options d'assistance basique ne sont pas au prix Tesla.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire