Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Citroën C3 Pluriel (2003-2010) : le cabriolet le plus pratique de l’Histoire, dès 1 500 €

Dans Rétro / News rétro

Version couteau-suisse de la citadine C3, la Pluriel se veut tout à la fois berline, cabriolet, spider et pick-up, un concept unique en son genre. S’il demeure perfectible, ce drôle d’engin ne fait pas payer cher son originalité.

La Citroën C3 Pluriel, ici en 2003, est une des rares petites découvrables à pouvoir accueillir toute la famille aisément.
La Citroën C3 Pluriel, ici en 2003, est une des rares petites découvrables à pouvoir accueillir toute la famille aisément.

Après quelques années d’autos à la banalité affligeante, Citroën renoue au début des années 2000 avec cette originalité qui a contribué à sa renommée. Cela commence en 2001 avec la très réussie C3, aux faux-airs de 2CV, qui se décline dès 2003 en une très singulière Pluriel… Celle-ci avait été annoncée sous forme de concepts, en 1998 puis en 1999, et laissait entrevoir de belles choses.

Le concept Citroën C3 Air annonce dès 1998 les grandes lignes de la C3 Pluriel.
Le concept Citroën C3 Air annonce dès 1998 les grandes lignes de la C3 Pluriel.

Effectivement, l’équipe de designers emmenée par Donato Coco, qui ira par la suite chez Ferrari puis Lotus, s’est un peu lâchée. Mieux, le concept sera adapté à la série sans changer outre mesure, Citroën ayant collaboré avec Giugiaro mais aussi Matra pour l’industrialisation. Si ce dernier aurait aimé la produire, il en a été pour ses frais car le double chevron en a assuré la fabrication dans son usine espagnole de Madrid. Quoi qu’il en soit, à sa sortie, la Pluriel détone. Par sa ligne certes, mais surtout sa conception, pas loin d’être géniale. Pas loin…

En 1999, le concept C3 Pluriel se rapproche un peu plus du modèle définitif. Les flancs striés, évoquant ceux de la Méhari, ne seront pas conservés.
En 1999, le concept C3 Pluriel se rapproche un peu plus du modèle définitif. Les flancs striés, évoquant ceux de la Méhari, ne seront pas conservés.

En effet, cette auto profite d’une carrosserie aux configurations multiples. Grâce à son toit souple repliable, la Citroën est découvrable. Classique. On peut aussi retirer l’ensemble capote-lunette arrière et ranger le tout au fond du coffre. Astucieux. Autre possibilité, retirer les arches de toit (13 kg chacune tout de même), les remiser dans son garage, et ainsi transformer sa Pluriel en un roadster, si l’on est sûr qu’il ne pleuvra pas durant le parcours, car là, on ne dispose d’aucune protection pour l’habitacle… ni les passagers ! Enfin, la Pluriel devient pick-up si on rabat les sièges ainsi que le panneau de coffre. En effet, elle offre ainsi une grande surface de chargement, mais cette disposition demeure interdite sur route ouverte, car elle masque le 3è feu stop et la plaque d’immatriculation. Ces deux dernières fonctionnalités, pourtant intéressantes, montrent le côté inabouti du développement de l’auto, qui, par ailleurs, s’alourdit de 130 kg à cause des renforts rendus obligatoires pour préserver sa rigidité suite à l’ablation de son toit.

La Citroën C3 Pluriel, lancée en 2003, très originale, reste assez fidèle au concept de 1999.
La Citroën C3 Pluriel, lancée en 2003, très originale, reste assez fidèle au concept de 1999.

Deux moteurs sont proposés au lancement, le 1,4 l de 75 ch et le 1,6 l de 110 ch, ce dernier s’associant nécessairement à la boîte robotisée Sensodrive. Les prix demeurent raisonnables : 15 200 € pour la première (18 900 € actuels selon l’Insee), 16 900 € (21 000 €) pour la seconde.

Madame est courageuse, à ôter les arches de toit toute seule. Elles pèsent près de 13 kg pièce.
Madame est courageuse, à ôter les arches de toit toute seule. Elles pèsent près de 13 kg pièce.

ABS, aide au freinage d’urgence, airbags (4), vitres électriques et toit électrique sont de série, ce à quoi la 1,6 l ajoute la radio CD, les antibrouillards et les rétros motorisés. La clim demeure en option, tout comme les jantes en alliage, tandis qu’en 2004, le cuir et l’ESP arrivent dans la liste d’extras. Ils s’accompagnent d’un nouveau bloc, le 1,4 l HDI de 70 ch, qui représentera vite le gros des ventes. Celles-ci, si elles n’égalent pas, tant s’en faut, celles de la Peugeot 206 CC, n’ont rien de ridicules. Seulement, par la suite, la Pluriel ne va évoluer que dans le détail.


Débarrassée de son toit et de ses arches, la Citroën C3 Pluriel devient presque un roadster !

Débarrassée de son toit et de ses arches, la Citroën C3 Pluriel devient presque un roadster !

Des retouches sont apportées en 2005 (tableau de bord noir, éléments peints en gris alu dans l’habitacle), puis en 2008. Là, les projecteurs et feux arrière sont modifiés, ainsi que les rétroviseurs les chevrons de la calandre. A chaque mise à jour des coloris nouveaux sont proposés, cependant qu’on multiplie les séries limitées ou spéciales : Graphit, Tic Tac, Côté Sud, Côté Ouest, So Chic, Charleston. Cette dernière s’inspire bien évidemment de la 2CV du même nom avec sa teinte bicolore noir-rouge Delage. La C3 Pluriel termine sa carrière en 2010 produite à près de 110 000 unités. Elle n’est pas remplacée.

Une Citroën C3 Pluriel dotée du pack Alu (protections extérieures et poignées de porte couleur argent) et des jantes en alliage optionnels.
Une Citroën C3 Pluriel dotée du pack Alu (protections extérieures et poignées de porte couleur argent) et des jantes en alliage optionnels.

Combien ça coûte ?

Malgré (ou à cause de ?) sa grande originalité, la C3 Pluriel ne coûte pas grand-chose. À 1 500 €, on trouve des exemplaires parfaitement fonctionnels, totalisant plus de 150 000 km, en 1,4 l, essence. Les diesels et 1,6 l sont plutôt à 2 000 € à condition équivalente. Pour des exemplaires de moins de 100 000 km, ajoutez 1 000 € minimum, alors que la série limitée Charleston ne se déniche pas à moins de 4 000 € en très bon état.

Apparue en 2006, la Pluriel So Chic séduit par sa sellerie cuir. D’abord une série limitée, elle sera ensuite pérennisée.
Apparue en 2006, la Pluriel So Chic séduit par sa sellerie cuir. D’abord une série limitée, elle sera ensuite pérennisée.

Quelle version choisir ?

La plus agréable à conduire est la 1,6 l mais la boîte Sensodrive fait des siennes. La HDi se révèle très économique, mais son moteur diesel lui interdit déjà certaines agglomérations s’il date d’avant 2006. Finalement, le 1,4 l essence suffit, d’autant qu’il se montre très fiable.

En 2008, la série spéciale Charleston s’inspire de la 2CV du même nom par ses coloris : noir et rouge Delage.
En 2008, la série spéciale Charleston s’inspire de la 2CV du même nom par ses coloris : noir et rouge Delage.

Les versions collector

Ce sont les exemplaires en parfait état, peu kilométrés, surtout dotés de couleurs flashy. La série limitée Charleston semble plus recherchée que les autres.

Les moteurs de la Pluriel, ici le 1,6 l 110 ch, sont tous très solides.
Les moteurs de la Pluriel, ici le 1,6 l 110 ch, sont tous très solides.

Que surveiller ?

Les moteurs de la C3 Pluriel se révèlent très robustes, et encaissent parfois plusieurs centaines de milliers de kilomètres, à condition d’avoir été bien entretenus, bien sûr. Les premiers HDi souffrent tout de même de soucis d’injection pouvant se montrer coûteux, tandis que la boîte Sensodrive accuse quelques maux, un actuateur d’embrayage un peu fragile et des capteurs pouvant engendrer des dysfonctionnements.

Rien de très grave, sauf que peu de réparateurs acceptent de s’en occuper, d’autant que Citroën ne fournit plus certains éléments. Du coup, certains tentent de proposer un échange de la transmission, à plusieurs milliers d’euros… À noter que cette Sensodrive est en gros une boîte manuelle classique sur laquelle on a installé un robot électro-hydraulique qui change de vitesse à votre place : l’embrayage peut donc s’user et exiger un remplacement.

On note aussi de nombreux soucis de fuite de toit, celui-ci ayant par ailleurs la fâcheuse tendance à rester bloqué, tout comme les vitres électriques. À vérifier de près avant achat.

Au volant

Sur route, la C3 Pluriel, ici un exemplaire de 2003, se veut surtout confortable.
Sur route, la C3 Pluriel, ici un exemplaire de 2003, se veut surtout confortable.

Après 18 ans, la ligne de la C3 Pluriel n’a pas tellement vieilli. L’habitacle, si, tant du côté des équipements que de l’aspect des matériaux. Ça reste une C3, donc c’est basique. L’espace à bord se révèle plutôt appréciable pour un petit cabriolet (4 vraies places) même s’il demeure inférieur à celui d’une C3 normale.

On se trouve assis un peu haut, comme sur un tabouret, mais la position de conduite apparaît convenable, grâce au volant réglable dans les deux sens. Le moteur 1,6 l séduit par sa souplesse, et se montre presque pétillant à haut régime, offrant de bonnes performances. Dommage qu’il ne s’attèle qu’à la boîte Sensodrive ! Celle-ci n’est pas désagréable à l’usage, se montrant relativement douce, mais elle manque de célérité à changer de rapport, quand elle accepte de le faire : on réclame parfois aux palettes des rétrogradages mécaniquement sans danger qu’elle refuse pourtant…

Un habitacle agréable, ici en 2004, mais légèrement fini. Cet exemplaire reçoit la clim auto en option.
Un habitacle agréable, ici en 2004, mais légèrement fini. Cet exemplaire reçoit la clim auto en option.

Dynamiquement, la Pluriel est sûre. Pas vive, mais prévisible, saine et facile. Évidemment, elle prend du roulis, mais la direction, légère, demeure précise alors que le freinage efficace rassure. Pour sa part, le toit semble bien insonorisé, ce qui permet de mieux entendre les bruits divers générés par la carrosserie…

Comme la suspension convainc surtout par son confort, on ouvre le toit (juste une molette à actionner) et on roule tranquillement en profitant du beau temps. C’est dans ce cadre qu’on apprécie le plus la Pluriel, aussi le moteur 1,4 l 75 ch est-il bien suffisant.

Présentation acidulée : notez les revers de sièges orange et les tubes en guise de poignées de portes. Les sièges intègrent des renforts bien utiles en cas de retournement.
Présentation acidulée : notez les revers de sièges orange et les tubes en guise de poignées de portes. Les sièges intègrent des renforts bien utiles en cas de retournement.

N’ayant pas de garage à disposition, je ne me suis pas amusé à démonter les arches de toit, mais les essais écrits par mes confrères expliquent que dans ce cas, la rigidité de la caisse diminue : logique. Dernier point, la consommation : le 1,4 l n’est pas plus frugal que le 1,6 l. Comptez 7,5 l/100 km en moyenne.

L’alternative youngtimer

Citroën Visa Décapotable (1983-1985)

Malgré sa formule originale, la Citroën Visa Décapotable, ici en 1983, a fait un flop…
Malgré sa formule originale, la Citroën Visa Décapotable, ici en 1983, a fait un flop…

Née laide en 1978 et affublée d’une calandre surnommée « le groin » par ses détracteurs, la Citroën Visa a connu une deuxième vie à partir de l’été 1981. Pourquoi ? Parce qu’elle a été très habilement restylée à coups de peinture noire et de bouts de plastique par le carrossier Heuliez. Celui-ci développe même de sa propre initiative une version découvrable de la Visa.

Elle apparaît en 1983, et, particularité, conserve ses quatre portes. En effet, il ne s’agit pas d’un cabriolet mais d’une simple décapotable, d’où son nom. En toile, le toit complet se replie, ce qui inclut les montants et la lunette arrière, contrairement à la 2CV. Malheureusement, si elle est originale, l’auto manque de charme et sa capote n’est guère pratique. Pire, la Décapotable coûte 30 % plus cher que la Visa équivalente fermée. C’est donc un flop : 2 633 unités produites seulement quand la production s’arrête en 1985. Rare et originale, la Visa de plein air s’offre pourtant dès 4 500 €.

Citroën C3 Pluriel 1,6 l (2003), la fiche technique

À partir de 2008, la C3 Pluriel s’équipe de feux arrière à fond noir.
À partir de 2008, la C3 Pluriel s’équipe de feux arrière à fond noir.
  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 1 587 cm3
  • Alimentation : injection
  • Suspension : jambes McPherson, ressorts hélicoïdaux, triangles, amortisseurs, barre antiroulis (AV), essieu de torsion, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 5 manuelle robotisée, traction
  • Puissance : 110 ch à 5 750 tr/mn
  • Couple : 147 Nm à 4 000 tr/mn
  • Poids : 1 205 kg
  • Vitesse maxi : 188 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 13 secondes (donnée constructeur)

> Pour trouver des annonces de C3 Pluriel, rendez-vous sur le site de La Centrale.

La C3 Pluriel toit fermé…
La C3 Pluriel toit fermé…
La C3 Pluriel toit ouvert…
La C3 Pluriel toit ouvert…

--

La C3 Pluriel toit retiré avec la lunette arrière…
La C3 Pluriel toit retiré avec la lunette arrière…
La C3 Pluriel en mode roadster, sans toit ni arches…
La C3 Pluriel en mode roadster, sans toit ni arches…

--

Et la C3 Pluriel en mode pickup, coffre ouvert… Pas autorisée sur route ainsi configurée, dommage.
Et la C3 Pluriel en mode pickup, coffre ouvert… Pas autorisée sur route ainsi configurée, dommage.

 

SPONSORISE

Actualité Citroen

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire