Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Grand débat national : voici les propositions de 40 millions d'automobilistes

Dans Economie / Politique / Politique

Olivier Pagès

Grand débat national : voici les propositions de 40 millions d'automobilistes

Le 15 janvier 2019, le Président de la République Emmanuel Macron avait lancé le "Grand Débat National", une opération de recensement de l’opinion des Français sur les mesures à mettre en œuvre pour "améliorer leur existence au quotidien". L'association 40 millions d'automobilistes en avait profité pour lancer une consultation. En voici les résultats.

Suite au mouvement des gilets jaunes et pour calmer le mécontentement, le gouvernement a mis en place en début d'année, le Grand Débat National qui doit permettre aux français de soumettre des propositions afin d'améliorer leur quotidien. Partant du constat que les thèmes proposés ne concernaient pas les automobilistes, l'association 40 millions d'automobilistes a mis en place dès le 2& janvier une sorte de référendum sur son site internet. Huit thèmes étaient proposés : les 80 km/h, les radars, les sanctions aux infractions routières, l’entretien des routes, les carburants, les autoroutes, les restrictions de circulation et la prime à la conversion. Les participants avaient aussi la possibilité d’évoquer tout autre sujet de leur choix dans la catégorie « autre ».

Deux mois plus tard, voici les résultats. Sur les 37 619 contributions enregistrées majoritairement en province, la catégorie ayant reçu le plus de témoignages est, sans grande surprise, la limitation de vitesse à 80 km/h (7 501 contributions, soit 19,9 % du total des contributions). Une décision toujours incompréhensible pour 76 % des sondés qui espère que le gouvernement reviendra sur cette décision.

Les radars sont le deuxième sujet le plus commenté avec 5 812 contributions dont 759 à propos de la privatisation des voitures radars. Un thème très sensible puisque les conducteurs estiment que la répression des infractions routières doit demeurer dans le giron des forces de l’ordre assermentées.

Le troisième domaine plébiscité est celui de « l'entretien des routes » (5 249 témoignages, soit 14 % du total des contributions) qui atteste de la dégradation progressive et dangereuse du réseau routier français suite au désengagement progressif de l'État. C'est en particulier le cas sur le réseau routier secondaire à la charge des départements. Pour remédier à ces problèmes, les automobilistes souhaitent la mise en œuvre d’une politique plus rigoureuse en matière d’entretien des routes et des investissements plus importants dans les dispositifs permettant de sécuriser les déplacements des usagers (glissières de sécurité, panneaux de signalisation des dangers, revêtements de chaussée adaptés…). Ils estiment que l’argent récolté par l’État au titre du paiement des contraventions routières (1,98 milliard d’euros en 2017) doit pouvoir financer la plus grande partie de cette politique plutôt que la mise en service de nouveaux radars ou le désendettement de l’État.

Étonnamment, les prix des carburants n'arrivent qu'en quatrième position. Un phénomène de résignation semble apparaître. Suivent ensuite les thèmes : sanctions, autoroutes, restrictions de circulation et en dernière place, la prime à la conversion.

Toutes ces informations ont été étudiées, analysées, puis synthétisées dans un document de 28 pages, que l’association a adressé hier au Président de la République, au Premier ministre, aux ministres d’État ainsi qu’aux élus parlementaires en espérant que l’opinion et les attentes des usagers de la route seront prises en compte. Il ne reste plus maintenant qu'à connaître les arbitrages du gouvernement.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire