Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Ile-de-France: la voiture bientôt au point mort?

Dans Pratique / Autres actu pratique

Une étude tout juste publiée souligne que l’usage quotidien de la voiture a reculé de 4,7% depuis 2010. Cela n’empêche hélas pas les bouchons d’augmenter et les transports en commun de saturer, tandis que les élus prennent des positions anti-auto toujours plus radicales. Bref, ça va coincer de plus en plus dans les années à venir. Voici pourquoi.

Ile-de-France: la voiture bientôt au point mort?

Chaque jour, 12,1 millions de franciliens effectuent 43 millions de déplacements tous modes de transports confondus, chiffre qui traduit une hausse de 5% entre 2010 et 2018. Sur la même période, il apparaît que l’usage des transports en commun aura progressé de 14%, celui du vélo de 30% et que la marche aura augmenté de 9% le nombre de ses adeptes.

Ces chiffres, issus d’une enquête d’Ile-de-France Mobilités tout juste dévoilée, s’accompagnent d’une donnée plus intéressante encore : les progressions évoquées plus haut se sont faites au détriment des déplacements en voiture, qui ont chuté de 5% sur la période, baisse inédite depuis l’après-guerre. « Cette diminution résulte en partie de l’évolution de la population francilienne. Les personnes âgées se déplacent moins. La part des cadres au sein des actifs franciliens augmente et ces emplois sont en général bien desservis par les transports en commun », commentent les auteurs de l’étude. A cela s’ajoute le développement des offres de transport alternatives à la voiture (vélos en libre-service, trottinettes…) et des transports collectifs, notamment les bus.

On note aussi que la désaffection touchant la voiture dépasse les frontières du périphérique: la baisse atteint 13% dans la petite couronne (-490 000 trajets chaque jour) et marque même un léger déclin en grande couronne

On le voit, l’automobile ne cesse de perdre du terrain, ce qui n’est pas forcément une mauvaise nouvelle pour la qualité de l’air. Celle-ci constitue d’ailleurs l’une des préoccupations majeures des Français, ainsi que l’avait montré l’enquête « Fractures françaises » menée par l’institut Ipsos Sopra-Steria, dont il ressort notamment que 52% des Français considèrent la protection de l’environnement comme leur principale source d’inquiétude.

Mieux : 51% incitent le Gouvernement à « prendre des mesures rapides et énergiques pour faire face à l’urgence environnementale, même si cela signifie de demander aux Français et aux entreprises des sacrifices financiers. »

Un mois de travail dans les bouchons

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes, avec des consciences qui s’éveillent et des automobilistes progressivement ramenés à la raison…à coup d’entraves à leur liberté de circulation, à l’image de qui se pratique à Paris où fleurissent les restrictions depuis quelques années. D’après une récente étude sur l’autopartage commandée par Getaround (ex-Drivy), 87% des habitants des grandes villes d’Europe sont convaincus que leur qualité de vie s’améliorerait à mesure que le nombre de voitures baisserait. Dont acte.

L'automobiliste parisien perd chaque année 150 heures dans les embouteillages.
L'automobiliste parisien perd chaque année 150 heures dans les embouteillages.

Pour autant, la « guerre à l’automobile » ne présente pas que des avantages. Le principal point noir, dont le rapport évoqué plus haut ne parle pas, est une augmentation exponentielle du nombre de bouchons sur la période considérée! Le 8 octobre dernier, on enregistrait ainsi une thrombose record avec 628 km de bouchons cumulés : un chiffre certes exceptionnel, mais qui traduit malgré tout bien la densité du trafic en Ile-de-France.

Ce vendredi 15 novembre, jour de la mise en ligne de cet article, les bouchons dépassaient encore les 400 km à 9h30 du matin. « La ville de Paris a réussi la prouesse d'augmenter la congestion avec moins de déplacements en voiture », tonne l’association 40 millions d’automobilistes.

Difficile de lui donner tort. Dans sa dernière édition, le TomTom Traffic Index indique que Paris et sa région constituent l’agglomération la plus embouteillée de France et prennent le 41ème rang mondial en termes de congestion (sur 403 villes étudiées). Il y a moins de voitures, mais ceux qui en ont y passent toujours plus de temps.

Le métro en surchauffe

Fort des datas récoltées, TomTom attribue ainsi à la capitale un indice de circulation de 36%, soit une augmentation du temps de parcours en moyenne supérieur de 36% par rapport au même trajet effectué dans de bonnes conditions de circulation. On perd donc en moyenne 41 minutes chaque jour dans les bouchons de la capitale, l’équivalent de 150 heures par an…ou d’un mois de travail ! « Si la moyenne de congestion est à 36% à Paris, cette valeur peut doubler sur une journée-type en semaine, avec un taux de congestion qui peut atteindre 71% le matin », constate un porte-parole de TomTom.

Moins de voiture, cela signifie aussi une sur-fréquentation de certaines lignes de métro. Un enfer quotidien pour des dizaines de milliers d'usagers.
Moins de voiture, cela signifie aussi une sur-fréquentation de certaines lignes de métro. Un enfer quotidien pour des dizaines de milliers d'usagers.

Pour y remédier, faudra-t-il se résoudre à abandonner sa chère voiture pour prendre le métro? Pourquoi pas? Après tout, l'autosolisme est une forme de non-sens d'un point de vue écologique. Hélas, Le Parisien/Aujourd’hui en France nous a appris cette semaine que la fréquentation quotidienne dans le métro y avait augmenté de 218 000  usagers entre 2013 et 2018, soit l’équivalent de la ville de Rennes, ce qui se traduit par une saturation du réseau dont tous les usagers peuvent témoigner. Même en dehors des heures de pointe, certaines lignes comme la 1, la 9 ou la 13 peinent à accueillir des voyageurs. Et rien ne laisse présager d’un inversement de tendance.

Supprimer le périphérique

Pour s’en convaincre, il n’est qu’à écouter les candidats à la mairie de Paris. La maire sortante Anne Hidalgo est ainsi favorable à une transformation totale du périphérique, « comme à Séoul, où un axe à grande circulation est devenu un parc avec au milieu une rivière ».

Supprimer le périphérique pour rendre Paris féérique? Il faut s'attendre à des promesses assez délirantes dans les mois qui viennent avec la campagne des municipales qui s'ouvre. (image "projet" extraite d'un document de campagne de la liste "Parisiennes, parisiens" conduite par Gaspard Gantzer)
Supprimer le périphérique pour rendre Paris féérique? Il faut s'attendre à des promesses assez délirantes dans les mois qui viennent avec la campagne des municipales qui s'ouvre. (image "projet" extraite d'un document de campagne de la liste "Parisiennes, parisiens" conduite par Gaspard Gantzer)

Une vision partagée par Gaspard Gantzer, qui prône une déconstruction progressive mais totale, sur 15 ans, de cet axe qu’empruntent 1 million de véhicules chaque jour : « la destruction de cette infrastructure routière de 35 kilomètres de long permettrait de récupérer 600 hectares en comptant la voirie, les talus et les 156 bretelles. »

David Belliard, Président du groupe écologiste au Conseil de Paris et futur candidat Europe Ecologie - Les Verts, souhaite quant à lui créer des pistes cyclables dans toutes les rues de la capitale et supprimer la moitié des places de stationnement. Et même la voiture électrique ne trouve pas grâce à ses yeux : « si la voiture polluante doit être éradiquée, la voiture électrique ne peut pas la remplacer car les matériaux nécessaires à sa construction sont extrêmement polluants. »

Les positions anti-auto toutes plus radicales les unes que les autres vont se succéder dans les semaines à venir, à mesure que progressera la campagne des municipales (qui s’achève en mars). Pure folie? Au contraire, du solide bon sens d’un point de vue électoral.

Ce sont surtout les habitants de l’agglomération parisienne qui grognent, et les élus parisiens s’en moquent du simple fait qu’ils ne votent pas chez eux. Les chiffres de l’Insee montrent que 63% des ménages parisiens ne sont pas motorisés, et ce n’est donc pas eux qui se plaindront d’une politique ouvertement anti-voitures. Et vous, quand souscrivez-vous votre forfait Navigo ?

 

 

 

 

 

 

 

Portfolio (2 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (66)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ne pas oublier que malgré la baisse de l'usage des autos, il y a eu aussi la réduction de son espace de circulation :

- fermeture des quais de Seine,

- augmentation du nombre et des tailles de couloirs de bus en réduisant le nombre de voies pour l'auto,

- idem avec la création de voies de tramway en périphérie de Paris et en plein coeur des banlieues,

- restriction de circulation pour certaines catégories d'auto avec la Crit'air

- des années de travaux sur des axes très circulants

Par

... - nouvelles pistes cyclables,

- suppression de places de parking extérieure au profit des autolib qui n'existent plus

- idem avec le vélib métropol' mais encore en service,

- augmentation de taille des trottoirs etc....

Par

Si seulement les trains marchaient correctement... ça irait surement mieux ?

Par

La France est un pays profondément anti-voiture et centraliste.

Pour illustrer le niveau de ce "rejet" collectif, c'est que même sur Caradisiac, qui je le rappelle est un site spécialisé autours de l'automobile, une partie non négligeable des membres sont également profondément anti-voitures. Un comble !

Personnellement, je prendrais ma voiture, tant que je le peux en France (quelques année ?) et quand on me l'interdira je changerais de pays. Et tant pis pour les 20 k € d’impôt que je paye par an et les 60k € de cotisation. Je liquiderais ma société et j'irais voir ailleurs si le bitume est plus accueillant.

Par

On peut prendre le problème dans tous les sens. Tant que vous allez dans la direction du toujours plus de tout jusqu'à l'infini, il n'y aura aucune solution. Tout sur Paris, ça coince, mais quelle surprise lorsque même les villes de province commence à saturer, et cela ne date pas d'hier. Alors maintenant ils vous font des belles promesses, de jolis dessins et tout le monde est content mais surtout on ne touche pas aux causes qui ont générés le problème, croissance et ego oblige. C'est pas prêt de s'améliorer.

Tout le monde la connaît mais je la remet quand même: de Jacques-Bénigne Bossuet donc:

« Dieu se rit des créatures qui déplorent les effets dont elles chérissent les causes. »

Par

ca a couté combien cette étude bidon faites tous les 10 ans ?

Pourquoi la maire de Paris ne fait pas comme Tokyo ?

apparemment Hidalgo ca la derange pas.... conseilliere de Delanoe depuis 2001 puis passée Maire de panam en 2014... en meme temps chacun son education et sa vision du respect.. je ne la juge pas.. elle fait ce qu'elle aime.

- mais moi l'odeur de pisse, le murs degeulasses, l'encombrement... tout cela me derange... et encore je suis pas une fille qui se fait insulter de salope et autres jurons dans les transports...

Par

De toute façon le probleme ne vient pas de la voiture ou des Bus ou des transports en communs insuffisant

Le vrai probleme c'est l'hypercentralisation qui ne sert que les politiques et les grandes entreprises qui ont un choix énorme dans un bassin de population aussi grand

Des mesures simples pourrait tout changer, mais les élites n'y ont aucun interet :

- supprimer tous les ministeres de Paris intra murros pour d'autres villes, ou pour la campagne. pas si complexe mais plus contraignant pour les ministres et autres haut-fonctionnaire dont 99% des français n'ont rien à cirer à juste titre

- supprimer toutes les entreprises qui n'ont rien à faire là, les radio publiques, les studios télés qui ne gagnent rien à y etre. là ou les restaurants (pas que) ont tout à fait leur place par exemple

C'est juste plus simple pour la minorité qui y travaille, car possible de faire 12 émissions différentes dans une seule journée par exemple, ce dont 99% des français n'a rien à cirer

Bref c'est des choix politiques tous ça, mais qui ne peuvent etre pris dans notre pays ou les politiques gouvernent pour eux même et pour leur potes

Fermer le periph ? mais quelle blague, tous les ministres roulent en taxis à Paris et vont au Bourgeais en Voiture également

Par

Ben voilà MM les journalistes, vous avez un rôle à jouer

Au lieu de faire des articles à longueur de temps sur la qualité de l'air qui se dégrade, de la pollution qui augmente, etc, etc... :

1/ analysez vous mêmes les données d'AirParif et de l'agence Européenne de l'air.

2/ Faites des mesures de pollution comme l'ADAC et comparez la pollution des véhicules de 1990, 2000, 2010 et 2020

Je vous donne un indice:

Selon Airparif, la pollution en ZONE TRAFIC baisse de 4% par an pour les particules et de 2,5% pour les NOx

Selon les publications du ministère du développement durable, la France est un des pays les moins pollués d'Europe mais où le sentiment de pollution est le plus élevé

Vous ne me croyez pas ?

cf. http://blogs.caradisiac.com/pollution-automobile/sentiment-pollution-nettement-7684595.html

Par

Mon fils ainé et sa copine vivent à Paris, près de la Nation, plus de voiture depuis 1 an et ils n'en souffrent pas, bien au contraire. Aucune utilité, que des soucis et perte d'argent!!!

Pour une grande majorité des nouvelles générations, la voiture n'est plus la priorité, pour certains une obligation mais pour tous avant tout des contraintes d'utilisation et financières.

Par

On y apprend 2 choses que l'on savait tous déjà !

1. la France est autophobe

2. la voiture électrique est une immense arnaque ultra polluante.

A part ça, aucune solution annoncée ! Donc article inutile... next !?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire